Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Eros
note moyenne
2,9
173 notes dont 43 critiques
14% (6 critiques)
21% (9 critiques)
9% (4 critiques)
23% (10 critiques)
26% (11 critiques)
7% (3 critiques)
Votre avis sur Eros ?

43 critiques spectateurs

ferdinand75
ferdinand75

Suivre son activité 66 abonnés Lire ses 2 687 critiques

2,5
Publiée le 31/01/2016
Un exercice toujours difficile que l’assemblage de courts métrages par des grands cinéastes réunis autour d’un thème. Ici ce sont trois moyens métrages, et le résultat est globalement réussi. Il faut immédiatement oublié le soit disant thème érotique car dans au moins 2 cas sur 3 cela n’a rein à voir. Contrairement à beaucoup de critiques postées, pour moi le meilleur est de loin, le Soderberg, qui nous décrit une séance de psychanalyse , filmée en Noir et blanc avec quelques flash back en couleurs, illustrant les rêves ( ou l'inverse peut-être) . C’est très bien filmé, et surtout le psy est magnifiquement interprété par le formidable Alan Arkin ( le grand père de « Little Sun shine », ou le producteur de « Argo » ), il est désopilant. Il joue un psy maniac qui fait asseoir son client dans un canapé, de dos, il l’écoute mais ne s’occupe que de faire des signes par la fenêtre à un personnage en face du Building .C’est à mourir de rire, et le cynisme/mépris du médecin pour son patient est si réaliste. Le pauvre Downey junior raconte sans cesse son rêve, fantasme d’une femme habillée de bleue, et l’autre tout en parlant très sérieusement, suit son obsession comme un enfant. Ensuite il y a le Antonioni , bien filmé , mais plein de poncifs sur l’ Italie, le héros conduit une belle Maserati, qu’il arrive à faire passer sur des tout petit ponts ou sous des porches très étroits ( faut-il y chercher une symbolique !!). Il a des aventures avec deux très belles femmes, typique italiennes, aux formes opulentes, aux seins lourds. Elles se retrouvent au bord de la mer en courant toutes nues, et nous offrant leur toison luxuriante à l’italienne. Il n’y a pas vraiment de scénario, mais l’image et les deux JF sont belles, cela se laisse regarder. Le 3e Opus est celui de Wang kar-Way tourné sur un rythme très lent, un couturier visite une prostituée pour lui apporter une robe , elle deviendra sa cliente régulière, C’est très soporifique , il nous reste surtout la très belle Gong Li qui illumine l’image, mais rien de réellement érotique . Une réalisation soignée des 3 réalisateurs, pour un ensemble somme toute moyen.
Eric C.
Eric C.

Suivre son activité 37 abonnés Lire ses 1 955 critiques

2,0
Publiée le 08/01/2016
Eros se veut un développement de l'idée de désir, d'érotisme, de sensualité, en 3 moyens métrages qui n'ont absolument rien en commun sinon de les réunir sous le titre générique. On n'a donc pas un film puzzle ou cathédrale où les évènements ou les personnages se relient ou se croisent. Il est donc malaisé de noter ce film qui est en fait 3 mini films. En cela le titre générique prometteur est trompeur car on a connu mieux en matière d'érotisme et de désir. Le premier d'Antonioni est sans histoire ni lien et se contente de montrer 2 corps dénudés féminins dans des pseudos danses et situations erotiques. Le deuxième de Soderbergh est plus élaboré et aborde le thème du rêve et du fantasme mais là aussi rien de renversant ni de véritablement troublant sur le plan erotique. Enfin, le dernier, de Wong Karl Wei est le plus réussi même s'il est plus dans le thème du désir et de la frustration que de l'érotisme , d'ailleurs il ne comporte pas de scènes dénudées. Mais il est esthétiquement superbe, poétique et comme toujours Gong Li est superbe, talentueuse et hypnotisante. Ce dernier segment aurait mérité un 4 mais sans l'affubler du prétentieux titre d'Eros. Une déception globale, il y a vraiment tromperie sur la marchandise pour qualifier de façon triviale ce film raté.
CeeSnipes
CeeSnipes

Suivre son activité 165 abonnés Lire ses 1 699 critiques

1,5
Publiée le 23/11/2014
Les films à sketches sont une des choses les plus compliquées à réussir en cinéma. Pouvoir gérer au moins 3 sketches sur un thème commun en 1h30 est une épreuve que peu d’équipes techniques sont parvenues à faire. Eros est un film composé de 3 sketches réalisés par Michelangelo Antonioni, Wong Kar Wai et Steven Soderbergh autour du thème de l’érotisme. Et force est de constater que c’est un énorme raté. Le premier sketch de Wong Kar Wai est un film plutôt réussi quoique particulièrement peu rythmé qui conte l’histoire d’une prostituée habillée par un fidèle tailleur tout au long de sa carrière jusqu’à sa mort inévitable. Gong Li a beau y être excellente, il est dur de s’intéresser jusqu’au bout avec une telle lenteur dans l’exécution. Le sketch de Steven Soderbergh est en revanche un peu plus intéressant, conversation entre Robert Downey Jr. et Alan Arkin sur des rêves récurrents avec la même femme. C’est moins lent, mais beaucoup moins beau visuellement. Au moins, cela a le mérite d’être passionnant tout du long mais il est difficile de voir le rapport avec le reste du film. C’est en revanche le sketch de Michelangelo Antonioni qui se rapproche le plus du titre. C’est aussi le plus mauvais. Scandaleusement moche et idiot, son film est ce qu’on fait de pire dans le cinéma érotique : c’est pseudo-onirique, particulièrement prétentieux et surtout absurdement mal joué. Eros se trouve être un film sans unité, avec deux sketches plutôt réussis mais éloignés du thème et un sketch lamentable qui se rapproche le plus de l’idée première. Autant dire que le film est complètement loupé.
Kaori92
Kaori92

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 68 critiques

3,0
Publiée le 02/05/2013
Les 3 étoiles c'est à cause des 2 1ers films, parce que si je ne notais que "la main" ça serait 5 étoiles. Le court métrage de Wong Kar-Wai est un chef d'oeuvre de beauté et de sensualité. Les 2 acteurs principaux, Gong Li et Chang Chen sont parfaits dans leurs rôles, ils se sont vraiment investi. Le résultat est magique et nous transporte...
Arthur Debussy
Arthur Debussy

Suivre son activité 72 abonnés Lire ses 594 critiques

1,0
Publiée le 18/05/2012
La plupart des critiques sont déçues par le segment d'Antonioni, descendent celui de Soderbergh et louent celui de Wong Kar-Wai. Mais à mon sens c'est bien le court métrage de l'américain qui vaut le détour! Soderbergh est le seul des 3 à ne pas se prendre au sérieux, à proposer quelque chose d'original en plus d'être amusant (et à ne pas tomber dans le sordide!). J'ai découvert ce film par hasard, alléché par le casting à l'ouvrage... mais bien refroidi par le résultat. Antonioni n'est plus que l'ombre de lui-même. Rares sont les moments où l'on peut deviner qu'un jour il fut l'un des plus grands cinéastes : «Le Périlleux enchaînement des choses» n'est justement qu'un enchaînement laborieux de scènes plates et vulgaires, vraiment indignes de son talent passé (et bel et bien envolé). Wong Kar-Wai fait du Wong Kar-Wai, soit un exercice de style nombriliste et creux, à mon goût loin d'être irréprochable esthétiquement parlant, et surtout dénué de toute émotion. Et la pauvre Gong Li dans tout ça peine à faire valoir son talent, noyée sous le style pompeux du cinéaste hong-kongais. J'en reviens donc à Soderbergh, en fait celui dont j'attendais le moins mais qui finalement m'a le plus séduit. Robert Downey Jr. est décidément un excellent acteur, et l'usage ingénieux des couleurs, son scénario saugrenu limite absurde, sa caméra élégante font d'«Equilibrium» le point d'orgue d'«Eros». Drôle et impertinent, même s'il relève lui aussi de l'exercice de style, il n'en reste pas moins fort bien trouvé. «Eros» au final s'avère donc profondément inégal, tout à fait vain, et franchement désastreux pour Antonioni qui aurait mieux fait de s'abstenir. Comme quoi rien n'est joué d'avance : j'étais emballé par l'idée d'un film rassemblant Antonioni, Wong Kar-Wai et Gong Li, j'en ressors profondément déçu par ces derniers. Heureusement que Soderbergh faisait partie du lot pour relever le niveau de ce qu'on peut considérer comme un (un petit peu relatif du coup) naufrage artistique. Très dispensable. [1/4] http://artetpoiesis.blogspot.fr/
stillpop
stillpop

Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 1 443 critiques

3,0
Publiée le 22/10/2011
Vous pouvez arriver en retard, le premier moyen métrage n'est vraiment pas digne des suivants. Sauf si vous appréciez le téléfilm érotique du dimanche soir sur M6 ! Aussi nul, des dialogues aussi inventifs, le côté impossible à comprendre "auteur" en "sus". Sénile et affligeant de poésie de carte postale limite porno chic mais sans le génie de Newton. Le Soderbergh me fait l'effet d'un exercice de fin d'étude d'un étudiant brillant. Et ce n'est pas si mal, même si on est loin de sa patte habituelle. Le propos est un peu futile, la conclusion n'est pas mal, mais surtout, les plans de la fin sont très beaux, dans l'esprit. La vraie surprise, c'est le Waï, une sorte de manifeste de son oeuvre, quelque chose qui explique le fétichisme féminin auquel il nous a fait goûter depuis deux films, sans que l'on puisse faire la part des choses entre la mentalité de Hong Kong et les obsessions de l'auteur. Puis tout paraît plus clair, même si ce n'est sûrement pas autobiographique, c'est un grand moment de plaisir cinéphilique d'imaginer que c'est une explication plausible. Pour le reste, la routine, des cadrages sympas, kitsch, moites ou étouffants. Seule la mauvaise qualité d'image fait un peu tâche. Un acteur symbole du mâle non-agissant, avec une croqueuse d'hommes. Une action réduite au minimum visuellement, mais lourde de sens, un peu à la Madame Bovary ou la Dame aux Camélias.
chrischambers86
chrischambers86

Suivre son activité 1033 abonnés Lire ses 10 112 critiques

3,0
Publiée le 12/04/2011
Trois moyens mètrages: "Le pèrilleux enchaînement des choses", "Equilibre", "La Main". Trois rèalisateurs: Michelangelo Antonioni, Steven Soderbergh, Wong Kar-wai...Le sketch d'Antonioni raconte l'histoire d'un homme dèchirè entre deux femmes! Malgrè son âge, son incapacitè à parler, le cinèaste italien n'a rien perdu de son talent! Un ballet amoureux esthètiquement beau où l'on admirera la mise en scène d'Antonioni avec quelques plans sidèrant de maîtrise et d'idèes! Passons le sketch de Soderbergh, narcissique et inutilement alambiquè malgrè un soin apportè à la photographie! Le sketch de Wong Kar-wai est sans doute le plus beau des trois! Tout est suggèrè, rien n'est jamais montrè vulgairement avec une Gong Li sublime et bouleversante! Très belle photo du bord de mer en Toscane et des intèrieurs à Hong Kong...
Flyman23
Flyman23

Suivre son activité 18 abonnés Lire ses 333 critiques

0,5
Publiée le 20/03/2010
Bon, si peu de sensualité pour un truc qui s'appelle Eros, s'il est question de sexe, c'est de masturbation. Ils se sont dits "tiens, on va se regarder filmer, de toute façon les guignols élitistes de la culture kifferont". Là où un bijou comme "XXY" pose de réelles questions sur la sexualité et les thèmes qui gravitent autour, Eros pose de réelles questions sur les réal' qui parviennent à s'autoparodier dans une vision nombriliste du cinéma. C'est pas mon cinéma en tout cas
rayonvert
rayonvert

Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 253 critiques

1,0
Publiée le 07/03/2010
Eros ne vaut que pour le film de Wong Kar Wai qui est absolument superbe. on y retrouve le sens de l'esthétique du réalisateur rt l'érotisme est ic i porté à son apogée. Ce n'est absolument pas le cas des deux autres films qui sont d'un ennui total.
anonyme
Un visiteur
1,0
Publiée le 25/09/2009
La plupart des critiques sont déçues par le segment d'Antonioni, descendent celui de Soderbergh et louent celui de Wong Kar-Wai. Mais à mon sens c'est bien le court métrage de l'américain qui vaut le détour! Soderbergh est le seul des 3 à ne pas se prendre au sérieux, à proposer quelque chose d'original en plus d'être amusant (et à ne pas tomber dans le sordide!). J'ai découvert ce film par hasard, alléché par le casting à l'ouvrage... mais bien refroidi par le résultat. Antonioni n'est plus que l'ombre de lui-même. Rares sont les moments où l'on peut deviner qu'un jour il fut l'un des plus grands cinéastes : «Le Périlleux enchaînement des choses» n'est justement qu'un enchaînement laborieux de scènes plates et vulgaires, vraiment indignes de son talent passé (et bel et bien envolé). Wong Kar-Wai fait du Wong Kar-Wai, soit un exercice de style nombriliste et creux, à mon goût loin d'être irréprochable esthétiquement parlant, et surtout dénué de toute émotion. Et la pauvre Gong Li dans tout ça peine à faire valoir son talent, noyée sous le style pompeux du cinéaste hong-kongais. J'en reviens donc à Soderbergh, en fait celui dont j'attendais le moins mais qui finalement m'a le plus séduit. Robert Downey Jr. est décidément un excellent acteur, et l'usage ingénieux des couleurs, son scénario saugrenu limite absurde, sa caméra élégante font d'«Equilibrium» le point d'orgue d'«Eros». Drôle et impertinent, même s'il relève lui aussi de l'exercice de style, il n'en reste pas moins fort bien trouvé. «Eros» au final s'avère donc profondément inégal, tout à fait vain, et franchement désastreux pour Antonioni qui aurait mieux fait de s'abstenir. Comme quoi rien n'est joué d'avance : j'étais emballé par l'idée d'un film rassemblant Antonioni, Wong Kar-Wai et Gong Li, j'en ressors profondément déçu par ces derniers. Heureusement que Soderbergh faisait partie du lot pour relever le niveau de ce qu'on peut considérer comme un (un petit peu relatif du coup) naufrage artistique. Très dispensable. [1/4]
dragon_ryu
dragon_ryu

Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 486 critiques

1,0
Publiée le 16/04/2009
Film omnibus co-réalisé par deux metteurs en scène contemporain de talent et une ancienne gloire, il y avait de quoi attendre beaucoup de cette œuvre. Alors le film commence par le segment de Michelangelo Antonioni, un film à la mise en scène assez ample, mais au propos complètement vide. Ensuite vient le tour de Soderberg, qui a vraiment l'air d'avoir quelque chose à dire avec son film mais dont le propos me passe complètement au-dessus de la tête, la faute à une narration confuse, un film faussement malin mais vraiment pompeux. Pour terminer, le partie de Wong Kar-Wai, de loin le meilleur du lot, mise en scène élégante, excellente interprétation, reconstitution de luxe et une histoire aussi simple que forte, mais ça reste un peu ennuyeux, comme tous les films qui se veulent atmosphériques.
pititchat
pititchat

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 47 critiques

4,0
Publiée le 22/07/2008
wong kar wai et son court métrage vaut à lui seul les 3 étoiles! en effet, si Antonioni s'était chargé de ses trois courts métrages je me serai sans aucune doute ennuyé et l'aurait sanctionné d'une seule étoile mais la performance brillante de Soderberg et la magie émotionnelle de Wong Kar Wai parvient à donner du souffle à cette chronique sur l'amour dans tous ses états!
Slash44
Slash44

Suivre son activité Lire ses 59 critiques

4,0
Publiée le 24/06/2008
un premier volet insignifiant, un deuxième intriguant a voir pour les fan de soderbergh dont je fais partie et un troisième volet magnifique, sombre , romantique et plein d'emotion qui en 3/4 d'heure embarque le spectateur emotivement plus que nombre de romances de 2 ou 3 heures ..bravo pour ce final magistral
Niko0982
Niko0982

Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 1 331 critiques

2,5
Publiée le 22/02/2008
Ca passe mais aucun des 3 réalisateurs ne montre vraiment le meilleur de lui-même.
Kai-Man
Kai-Man

Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 453 critiques

2,5
Publiée le 20/02/2008
Le film de Soderbergh m'a le plus déçu. Il ne se passe pas grand chose. Celui d'Antonioni est très beau, mais trop court. Et celui de Wong Kar Wai, sans doute le meilleur des trois, mais ça ne vaut pas ses films.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top