Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
L'Ange exterminateur
note moyenne
4,0
207 notes dont 38 critiques
34% (13 critiques)
32% (12 critiques)
18% (7 critiques)
11% (4 critiques)
5% (2 critiques)
0% (0 critique)
Votre avis sur L'Ange exterminateur ?

38 critiques spectateurs

stebbins
stebbins

Suivre son activité 310 abonnés Lire ses 1 782 critiques

5,0
Publiée le 20/06/2009
Voici l'un des tous meilleurs films de Luis Bunuel, une fable apocalyptique fascinante doublée d'un sens de l'humour dévastateur. L'Ange Exterminateur succède à Viridiana et s'inscrit d'une certaine manière dans sa continuité. La petitesse de la bourgeoisie et l'Eglise sont une nouvelle fois sur la sellette ( cela dit, le film s'avère davantage surréaliste que la Palme d'Or 1961 ). Bunuel part d'un postulat somme toute assez génial, sensiblement similaire à celui que Jean-Paul Sartre avait appliqué dans sa pièce de théâtre intitulée Huis Clos : enfermer plusieurs personnages dans un lieu isolé pour mieux rendre compte du désespoir suscité par la promiscuité et le rapport à l'Autre. Mais là où le philosophe français signait une oeuvre conceptuelle relativement sèche, Bunuel n'oublie pas de raconter une histoire, au risque de tomber parfois dans la caricature. On passera sur certains symboles un peu faciles ( tiens, des moutons qui vont à l'église, quelle idée ! ) pour mieux nous concentrer sur la richesse des thèmes abordés : l'inconscient collectif qui suggère l'idée du fléau, la tension entre volonté d'agir et destin ou encore l'hystérie groupale. Enfin, on admire pleinement l'insistance volontaire sur le caractère interminable de l'intrigue, qui passe paradoxalement très vite : en un sens, L'Ange Exterminateur est un film en dehors du temps, dont on remarque la durée tout en s'en délectant. Un chef d'oeuvre.
scorsesejunior54
scorsesejunior54

Suivre son activité 105 abonnés Lire ses 789 critiques

1,0
Publiée le 14/12/2008
Un an après "Viridiana", Luis Bunuel, toujours exilé au Mexique signait "L'Ange Exterminateur", film fantastique au concept proprement génial. Prenez une grande réception bourgeoise, faites partir les domestiques, laissez les aristocrates entre eux et empêchez-les de sortir de la maison, sans que l'on ne sache pourquoi ni comment... Ah, les classes dominantes aux prises avec leurs vieux démons et ce cher Luis qui s'amuse à faire ressortir tous leurs vices... Un cheval de bataille indémodable pour un cinéaste régulièrement inspiré et jamais calmé intérieurement ! Bref, en-dehors de cette inévitable mise en bouche, "L'Ange Exterminateur" ne respire pas le "tout est politique", loin de là. Au contraire, L.B. tente de construire un pur récit de genre à travers un conte surnaturel dans lequel il inclura même quelques (tentatives d') effets spéciaux. Si le point de départ est comme je l'ai souligné plus haut excellent, la suite laisse à désirer. Pour une fois, la caméra de Bunuel n'est guère inspirée, restant en retrait, comme compressée dans un huis-clos dont elle ne parvient à faire ressortir aucune tension. Les plans sont tout à fait carrés et sans inventivité, le montage est on ne peut plus académique, le travail sur la lumière convenu ; et ce rythme, ronfffllle... Heureusement que je ne l'ai pas démarré tard le soir, sinon je crois que je n'y aurais pas survécu ! Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'on s'ennuie certes poliment mais de manière tout à fait ferme. Ca me rappelle ces nouvelles fantastiques de Maupassant, où l'auteur était visiblement emballé par ce qu'il entreprenait bien qu'il ne fut à aucun moment capable d'imprimer un quelconque suspense, et ce malgré un beau maniement de la langue : ou comment se détruire en faisant quelque chose d'inhabituel sans tenter vraiment d'adapter son style au contexte... Lé dénouement est soigné et la technique évidemment correcte ; n'empêche, une heure trente quand on a rien à dire, ça fait long pour le spectateur.
Plume231
Plume231

Suivre son activité 544 abonnés Lire ses 4 609 critiques

4,0
Publiée le 31/05/2011
Luis Buñuel et la bourgeoisie, une union pour le meilleur, enfin surtout pour Buñuel et les spectateurs, et le pire, pour les bourgeois uniquement heureusement. Partant d'un argument totalement surréaliste et qui fait tout le charme de l'oeuvre, le cinéaste développe avec une logique imperturbable et une acuité redoutable une véritable satire bien vacharde où il se plaît à montrer les bourgeois tels qu'ils sont, se dégageant peu à peu de leur vernis de "respectabilité". Ils s'humilient tellement qu'on aurait presque pitié d'eux (je dis bien presque!!!). Traduction : ce film est extrêmement jouissif de la première jusqu'à la dernière seconde. Et en plus, la cerise sur le gâteau est pour la fin, réjouissante comme cela devrait pas être permis. Loin d'avoir tout vu pourtant de ce cinéaste, il est certainement incontestable qu'on a affaire à un des sommets du réalisateur. Incontournable.
TTNOUGAT
TTNOUGAT

Suivre son activité 165 abonnés Lire ses 2 463 critiques

2,0
Publiée le 12/02/2011
Luis Bunuel est un cinéaste qui a connu ses heures de gloire de son vivant mais je ne suis pas persuadé qu'il laissera une grande trace dans l'histoire du cinéma .A revoir ses films on est souvent déçu,la première impression favorable s'est atténuée. C'est particulièrement vrai pour ''l'Ange exterminateur''.Je pense que le climat de l'époque à du jouer beaucoup car il était de bon ton de passer pour un intello en allant voir ses films. Bien entendu,c'est soigné et beau sur l'image mais si la camera se déplace bien, elle a une lourdeur qui finit par géner et comme les personnages montrés ne sont guère intéressants,l'ennui vient vite. Que Bunuel fasse n'importe quoi,il en a le droit ,mais je crains que ce film n'intéresse plus beaucoup de monde. Il est terriblement subversif et surtout d'une façon particulièrement gratuite qui n'aboutit à rien. Les allusions à la religion sont lourds:vierge,agneaux pascals,ange,apocalypse...Tout cela est bien convenu. Dans ''Nazarin ''on ressortait du film en ayant compris un certain nombre de choses;entre autres pourquoi Bunuel avait un problème avec la morale catholique. Ici rien de tout cela et seuls ceux qui aiment ce genre de cinéma y trouveront leur compte.
Estonius
Estonius

Suivre son activité 209 abonnés Lire ses 3 143 critiques

2,5
Publiée le 13/09/2018
Il faut peut-être prendre un peu de recul et analyser froidement ce film. Aucune des louanges qu'on lui attribue généralement n'est justifiée : du point de vue formel, il y a des répétitions inexplicables, des entrées et sorties de champs à la paresseuse et un éclairage médiocre. Du point de vue de la progression dramatique, Buñuel tombe dans le piège des films chorals, à part deux ou trois personnages bien typés, on fait vite dans la confusion, l'impossibilité de sortir de la pièce est particulièrement mal expliquée, c'est répétitif en diable et ça tourne en rond, l'explication de sortie de crise est tordue (d'ailleurs pourquoi ce besoin subit d'expliquer ?) Enfin le fond est lourd, si la bourgeoisie est éventuellement condamnable en tant que classe, ses tics et comportements sont peut-être ridicules et artificiels mais ni plus ni moins que ceux des classes moyennes ou défavorisées. Quant à l'humour surréaliste dont ferait preuve le film, je le cherche encore ! Un an après le sublime Viridianna, la deception est de taille !
Jean-Sébastien T.
Jean-Sébastien T.

Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 84 critiques

2,0
Publiée le 12/09/2018
Très décevant ce Buñuel ! Une charge contre la bourgeoisie ? Si c'est cela (car ce n'est même pas sûr), je l'ai trouvé bien caricaturale ! Du burlesque, de l'humour ? Où ça, ou ça ? Moi je n'en ai point vu ! Et puis pendant tout le film je me suis posé une question fondamentale à laquelle je n'ai pa eu de réponse : Où et quand ces messieurs dames font-ils pipi ?
cylon86
cylon86

Suivre son activité 448 abonnés Lire ses 4 392 critiques

4,0
Publiée le 12/03/2013
Un groupe de personnes issues de la haute société se retrouvent à une réception. Mais arrivé le moment de partir, aucun d'entre eux ne parvient à quitter le salon et ils se retrouvent enfermés dans la pièce pendant plusieurs jours. L'idée est géniale et sert bien évidemment de prétexte à Luis Bunuel pour montrer toute la nature cruelle, hypocrite et brutale de l'être humain qui ne parvient jamais à réaliser ses désirs. Jamais on ne s'ennuie une seconde dans ce film truffé de scènes aussi fantasques que cruelles (la main qui se balade dans le salon, l'ours et les agneaux dans la maison, les discussions invraisemblables) où les personnages en viennent à des gestes radicaux. Interprété avec justesse, "L'ange exterminateur" se conclut sur une scène finale aussi drôle que décourageante.
kinophil
kinophil

Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 252 critiques

1,5
Publiée le 14/11/2011
Conte fantastique complètement absurde, censé démontrer le mal de vivre existentiel de la bourgeoisie, et mettre en évidence la médiocrité des comportements humains. Autant « Viridiana », réalisé un an auparavant sur les mêmes thèmes récurrents de Bunuel était intéressant, autant ceci m’a paru très long et ennuyeux.
GabbaGabbaHey
GabbaGabbaHey

Suivre son activité 126 abonnés Lire ses 1 580 critiques

4,0
Publiée le 28/06/2011
Un film tres intéréssant de Buñuel... Un film dont le sujet met l'eau a la bouche, un repas bourgeois au cours duquel surviennent des événements étranges, comportement des domestiques inexplicable, disparition des domestique, pour finalement arriver vers le fait clé : Il est impossible pour les personnages de quitter la pièce, sans la moindre raison, il y sont littéralement enfermés, soudain. l'Occasion pour le réalisateur de mettre a nu les humains et les montrer tels qu'ils sont, qu'ils soient bourgeois ou pas, sans manquer de s'attaquer au passage a la religion comme il aime le faire. "l'Ange Exterminateur" est un film tres riche, plein de symboles et d'une justesse profonde, gorgé d'un humour particulierement acide et d'une audace marquante ! Brillant.
oh-captain-my-captain
oh-captain-my-captain

Suivre son activité 17 abonnés Lire ses 72 critiques

4,0
Publiée le 22/05/2010
Indéniablement un bon film qui dénonce, entre autres choses, l'esprit grégaire et l'hypocrisie de la haute bourgeoisie à travers un conte fantastique plaisant à suivre. Le film est rempli des petits détails étranges dans presque chaque plan. Mais je trouve la démonstration un peu trop facile et explicative pour être vraiment passionnante.
chrischambers86
chrischambers86

Suivre son activité 1043 abonnés Lire ses 10 110 critiques

3,5
Publiée le 01/12/2009
L'une des oeuvres les plus importantes de Luis Bunuel et peut-être la seule, depuis "L'âge d'or", rèalisèe dans un esprit entièrement surrèaliste! Le conteste de "L'ange exterminateur" et son point de dèpart semblent plus rèalistes! L'histoire est comme toujours chez ce cinèaste d'exception, claire et linèaire! En fait ce qui est inquiètant chez Bunuel, c'est prècisèment que le rècit est menè selon une progression très rationnelle, mais ce qui est racontè est irrationnel! Rèsumer l'histoire serait trahir un film aussi complexe que cet "Ange exterminateur": implications, èvènements secondaires, suggestions oniriques, images corrosives de la bourgeoisie y abondent! Comme on le voit, l'irrationnel tient une grande place dans "L'ange exterminateur"; l'inexplicable engendre la terreur, et l'objet apparemment dèpourvu de signification fascine - comme il fascinait les surrèalistes - parce qu'il libère toutes les forces de l'imaginaire! Une oeuvre unique, combinant remarquablement la violence, la cruautè et l’ironie...
Anaxagore
Anaxagore

Suivre son activité 89 abonnés Lire ses 214 critiques

5,0
Publiée le 03/11/2008
La période mexicaine de Bunuel est à mon sens bien supérieure à sa période française, même si celle-ci comporte quelques belles réussites («Le charme discret de la bourgeoisie», «Le fantôme de la liberté» ou «Cet obscur objet du désir»). «L'ange exterminateur» (1962), l'un de ses deux ou trois plus grands films, en est à mes yeux la preuve éclatante! Non pas que ce film soit plus profond que les autres, la réflexion du réalisateur ne manquant jamais d'être caricaturale et, pour le moins, sommaire. Mais la mise en forme du fantasme bunuelien y accède à un degré de perfection rarement égalé. L'obsession du réalisateur espagnol est à peu de choses près toujours la même. Il s'insurge viscéralement contre tout ce qui peut réprimer les pulsions vitales de l'être humain, en particulier la pulsion sexuelle. Et ses cibles coutumières sont les us et coutumes de la classe bourgeoise, l'autoritarisme militaire et les préceptes de la morale catholique. Ici la répression bourgeoise de la vie est très brillamment illustrée par la métaphore d'un enfermement physique des personnages dans une grosse demeure, lequel sera prolongé de manière saisissante à la fin du film par l'enfermement de toute une foule dans une église, alors qu'une émeute se voit réprimée par la police, symbolisant cette fois vraisemblablement la répression religieuse et policière. Il y a lieu, je pense, de ne pas pousser trop loin l'interprétation en laissant sa place au goût pour l'absurdité qui caractérisait le réalisateur. Il importe plutôt de goûter la finesse et la férocité de l'humour ravageur de Bunuel, l'inventivité de sa mise en scène ainsi que la beauté d'images magnifiques, parmi les plus belles qu'il nous ait laissées. Un ouvrage, cette fois, pleinement abouti !
Flavien Poncet
Flavien Poncet

Suivre son activité 144 abonnés Lire ses 1 073 critiques

5,0
Publiée le 21/02/2007
«El Angel exterminador» (Mexique, 1962) est l'un des dernier film mexicain de Luis Bunuel. Un pied dans le surnaturel, le film garde tout son corps dans le surréalisme. A partir ce qui pourrait être un paris simpliste : enfermer des bourgeois dans un salon sans nuls obstacles, Bunuel réussi à créer une oeuvre non-sensique délicieuse. Ainsi enfermés, les bourgeois organisent un campement, ils vont rester cloîtrer dans cette unique salle, hors de tout sauvetage car la superstition a voulu aussi que personne ne puisse rentrer dans la demeure. Vont durant cette période se croiser folie, désir charnel, dignité et mort. La moquerie subtile de Bunuel plane sur le film, accompagnant nos rires nécessaires en vue des situations. Aucune logique à cet «Angel exterminador» sinon celle de n'en avoir aucune. Or si le salon où ils sont enfermés représentait la vie et si le dehors représentait la mort ? Le film deviendrait donc une peinture sur la peur de la mort. Entre acceptations de cette mort, pulsations mortels, négation totale, etc... Luis Bunuel nous illustre là donc son film le plus mortel, dans le sens où c'est celui qui parle le plus et le mieux de la mort. La scène finale, semble condamner ad vitam le groupe bourgeois à l'enfermement. Le film est d'ailleurs accompagné par une photographie totalement adéquate, aussi sombre que l'absurde de la situation. Absurde qui se répercute aussi sur les dialogues et leurs répétitions mécaniques. La distribution quant à elle et parfaite. Jacqueline Andere, qui interpéte la maîtresse de maison a d'ailleurs un physique à la croisée entre Anna Magnani et Sofia Loren. Pour conclure, «El Angel exterminador» est un des meilleurs films de Luis Bunuel, un bijou de surréalisme, assez lynchien d'ailleurs dans le sens où les peurs des uns se répercutent sur nous si bien que l'on se prend à vouloir nous même sortir du salon. Apogée du huis clos.
Newstrum
Newstrum

Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 252 critiques

5,0
Publiée le 25/05/2018
Un des chefs-d'oeuvre de Bunuel. C'est à la fois un formidable film fantastique, avec un mystère qui reste inélucidé (de grands bourgeois mexicains restent prisonniers d'une pièce à l'issue d'un dîner), une satire religieuse, comme Bunuel en fit beaucoup, et un pamphlet politique dénonçant indirectement la complicité (au pire) ou l'inertie (au mieux) de la bourgeoisie espagnole dans l'Espagne de Franco qui venait de condamner pour blasphème Tristana du même Bunuel. Génial. Voir ma critique complète ici : newstrum.wordpress.com
Maitre Kurosawa
Maitre Kurosawa

Suivre son activité 201 abonnés Lire ses 1 286 critiques

4,5
Publiée le 18/04/2018
"L'ange exterminateur" ne pourrait être qu'un film à pitch dans la mesure où l'impossibilité pour ces bourgeois de sortir de la maison de leur hôte n'est pas expliquée. Ils se demandent pourquoi ils ne peuvent aller au-delà du salon mais ne tentent jamais de le faire : c'est peu dire que Buñuel fait preuve d'un sens aigu de la tragédie en observant ses personnages inexplicablement coincés dans la même pièce, progressivement gagnés par la folie et la haine. Mais le film n'est pas qu'une succession de reproches, il marque surtout l'évolution de l'élégance à la sauvagerie et insiste sur la détestation de ce changement : la critique de la bourgeoisie est cinglante et, à ce titre, on a vite compris qui était l'ange qui planait au-dessus de ce petit monde. Si l'ensemble est d'une violence morale forte, il est aussi traversé par des dialogues imprégnés d'un comique absurde et par des images abstraites totalement folles, comme cette main qui se déplace sous les yeux d'une femme en proie au délire, qui déconnectent encore un peu plus les personnages de la réalité. Ce salon est vu comme un monde autonome, un univers punitif qui ramène ses prisonniers à leurs instincts primaires – la présence incongrue d'animaux ne fait pas seulement partie du programme surréaliste de Buñuel mais sert aussi à la survie des invités – et qui trouvera sa transposition dans une église lors des dernières minutes, une façon pour le cinéaste de montrer que l'ange, c'était bien lui.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top