Notez des films
Mon AlloCiné
    Le Clan
    Note moyenne
    3,1
    16 titres de presse
    • Studio Magazine
    • aVoir-aLire.com
    • Ciné Live
    • MCinéma.com
    • Première
    • Cahiers du Cinéma
    • Le Monde
    • L'Express
    • Libération
    • TéléCinéObs
    • Télérama
    • Aden
    • Chronic'art.com
    • Le Figaro
    • Le Figaroscope
    • Positif

    Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

    16 critiques presse

    Studio Magazine

    par Thomas Baurez

    Voir la critique sur www.studiomag.com

    aVoir-aLire.com

    par Romain Le Vern

    Disciple émérite de Téchiné (...), Morel a souvent signé des films prometteurs mais approximatifs (...). Or, dans Le clan, les scories ne sont plus. On est d'emblée séduit par la rigueur d'un scénario épuré (...), qui sait être grave sans surligner les scènes, poignant sans faire du chantage à l'émotion, dense sans faire d'esbroufe.

    Ciné Live

    par Christophe Chadefaud

    Voir la critique sur www.cinelive.fr

    MCinéma.com

    par Hugo de Saint Phalle

    L'ensemble est fluide, touchant comme une chronique sociale, survolté comme un film d'action, riche comme une saga familiale. Une réussite.

    Première

    par Hugo Deschamps

    Morel (...) mélange l'action et la morale. Et son regard radical fait grincer des dents. C'est l'une des raisons qui pousse à voir ce film incandescent, brut et musclé. L'autre raison est la distribution juste et cohérente, Rideau en tête, qui a pris des épaules.

    Cahiers du Cinéma

    par Antoine Thirion

    Le Clan n'excède ainsi jamais un compartimentage en trois comportements, entre communion physique, carriérisme guindé et péril de celui qui ne parvient pas à choisir. Des corps qui se touchent, des qui se rangent, d'autres qui se brisent. Et partout une horreur du social qui fige les créatures dans la candeur ou la médiocrité.

    Le Monde

    par Thomas Sotinel

    La vraie valeur du film, on la trouvera dans ces longs plans inspirés qui suivent l'un ou l'autre des frères (...). Libéré d'une narration qui semble toujours lui peser, Gaël Morel trouve alors des mouvements de cinéastes, une intimité avec ses acteurs qui l'instant d'après lui échappent.

    La critique complète est disponible sur le site Le Monde

    L'Express

    par Eric Libiot

    Voir la critique sur www.lexpress.fr

    Libération

    par Philippe Azoury

    serait maladroit, devant le fim de Gaël Morel, de hurler au chef-d'oeuvre. Le film, imparfait par essence (...) décevrait. Tout comme il serait complètement à côté de la plaque de lui reprocher ses ambitions : sa grande force, en même temps que sa naïveté lyrique revendiquée, est justement de ne rien se refuser.

    TéléCinéObs

    par Elodie Lepage

    Comme à son habitude, le cinéaste rend plutôt finement le côté écorché vif de la jeunesse. Dommage, cependant, que le traitement de la masculinité se résume à une mise en scène répétitive et exhibitionniste de la sexualité hétéro et homo des personnages.

    La critique complète est disponible sur le site TéléCinéObs

    Télérama

    par Louis Guichard

    En changeant à plusieurs reprises de centre de gravité, et au fil des saisons, Gaël Morel parvient finalement à saisir pour chacun de ses personnages ce moment indéfini où le destin se cristallise, plus souvent pour le pire que pour le meilleur.

    La critique complète est disponible sur le site Télérama

    Aden

    par Philippe Piazzo

    Le plus énervant, c'est que l'on perçoit dans cet océan de platitudes les réelles qualités de cinéaste de Gael Morel : un sens du cadre, l'envie de faire émerger des acteurs une part intime... Le film atteint une certaine émotion dans sa dernière partie (si on tient jusque-là) avec l'histoire du petit frère. Son récit, distancé, est enfin débarrassé de cette emphase naïve et parfois ridicule dans laquelle baignent les trois quarts du film.

    La critique complète est disponible sur le site Aden

    Chronic'art.com

    par Jean-Philippe Tessé

    Morel filme (...) avec un mélange de fausse candeur et de certitudes trop ressassées : grandes plages naïves et attendues (les corps des garçons luisant au soleil, s'ébrouant au ralenti dans l'eau) trouées par de molles saillies hard-rock, virilité travaillée par la féminité et la fascination émerveillée des corps, impression d'un piétinement stérile en général.

    La critique complète est disponible sur le site Chronic'art.com

    Le Figaro

    par La Rédaction

    Voir la critique sur www.lefigaro.fr

    Le Figaroscope

    par Emmanuèle FROIS

    Un drame pseudo social. A travers l'histoire de cette fratrie, Gaël Morel assouvit en fait ses fantasmes. Il filme les corps d'hommes, une scène de sexe collectif ou le rasage de parties intimes. Pas poilant. Très rasoir !

    Positif

    par Eithne O'Neill

    Ces Vitelloni, malgré de bonnes intentions, sont morts-nés de la complaisance.

    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top