Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Mary
note moyenne
2,4
180 notes dont 52 critiques
17% (9 critiques)
33% (17 critiques)
2% (1 critique)
15% (8 critiques)
19% (10 critiques)
13% (7 critiques)
Votre avis sur Mary ?

52 critiques spectateurs

titiro
titiro

Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 1 040 critiques

1,0
Publiée le 13/10/2006
Ce film est d'un ennui... La seule chose que peut évoquer ce film est l'ennui. Je ne vois pas du tout où Abel Ferrera a voulu en venir en faisant ce film. Heureusement qu'il ne dure que 1h25... Car là on est déjà à la limite du calvaire. Comme quoi les voies du seigneur sont impénétrables...
globi C.
globi C.

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 447 critiques

1,0
Publiée le 25/07/2016
Un Ferrara faussement transgressif qui a visiblement enfumé des critiques professionnels en pleines crises mystiques. Une réalisation pénible qui ne génère ni émotion ni profondeur sinon feintes.
Tynech95
Tynech95

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 71 critiques

2,0
Publiée le 28/05/2016
Franchement pas top... Binoche joue tres mal je trouve sa sonne faux, l'histoire est étrange on ne sais pas ce que ce film veut vraiment faire passer comme message C'est dommage, il y avait un bon sujet Ferrara aurait pu aller plus loin dans l'univer spirituelle, lui qui est attaché a ce sujet
Cluny
Cluny

Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 593 critiques

3,5
Publiée le 13/10/2012
Le film commence par la fin d’un tournage. Celui de «Ceci est mon sang», réalisé en Italie par Tony, metteur en scène égocentrique (est-ce un pléonasme ?), basé sur l’évangile apocryphe de Marie-Madeleine. Cette dernière est jouée par Mary, Tony s’étant réservé le rôle de Jésus. Quand Tony lui demande de prendre avec lui l’avion qui le ramène aux Etats-Unis, elle refuse pour aller retrouver les traces de Marie-Madeleine à Jérusalem. Un an plus tard à New York, Tony croise Theodore, qui anime un talk-show sur Jésus. Theodore a une femme qui est enceinte, et une maîtresse. Alors qu’il est avec celle-ci, sa femme manque de perdre son enfant. Rongé par la culpabilité, il cherche la rédemption dans la prière, aidée par Mary qui poursuit sa quête spirituelle en Terre Sainte. Abel Ferrara rend hommage à deux films qui se sont attaqués à la vie de Jésus : «L’Evangile selon Saint-Mathieu», de Pasolini, et «La dernière tentation du Christ», de Scorcese. Comme pour ce dernier, la première du film de Tony est d’ailleurs perturbée par des manifestations hostiles. Ce film parle de nombreux sujets : de la parole des femmes dans les Evangiles, de la responsabilité des metteurs en scène, de l’investissement de l’acteur dans un rôle, de la puissance de la télévision, du désordre du monde. Il est constamment sous tension, et les moindres moments de répit peuvent être victimes de l’irruption de la violence : attentat au milieu d’un repas en Israël, agression dans les rues de New York, alerte à la bombe lors d’une projection de presse… Si on a parfois du mal à rentrer dans le mysticisme de Mary ou de Theodore, si on ressent même de la gêne devant la scène où ce dernier s’adresse à Dieu, tant elle fait écho aux campagnes des chrétiens conservateurs, la virtuosité de la réalisation peut suffire à combler le cinéphile. Dans cet entrelacs de récits et de modes de narration (film dans le film, émission de télévision avec de vrais théologiens, images d’actualité, comme celle de cet enfant palestinien et de son père pris entre deux feux), Abel Ferrara illustre ce qu’il disait dans une interview au Monde : «Le secret du montage consiste à se défaire de son projet initial pour aller vers ce que le film doit être.» http://www.critiquesclunysiennes.com/
Mari_elle
Mari_elle

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 137 critiques

1,5
Publiée le 26/12/2011
Pas vraiment captivant..., juliette Binoche m'a déçue et général j'ai pas accroché au scénario....Je le recommande pas.
prognemesis
prognemesis

Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 375 critiques

2,5
Publiée le 16/03/2011
Ce film à le mérite d'être un ovni, inclassable dans un genre particulier il semble survoler le spectateur qui une fois la projection terminée sais qu'il viens de participer à un miracle mais finalement ne sais pas trop comment l’interpréter.
WingsOfFlo
WingsOfFlo

Suivre son activité Lire ses 3 critiques

5,0
Publiée le 27/10/2010
Mary, mythe devenu réalité, ou la conscience de soi. Au delà de la compassion et de l'empathie, Mary (Marie-Madeleine) émeut, et touche profondément à ce qui en nous, reste caché et implicite. Notre âme est une conscience qui dort. Mary est si humaine, fragile et forte à la fois, universelle, qu'elle nous emporte avec elle. Il fait noir, seul le son nous parvient, mélodie grave, gutturale et rauque, retenue dans l'épaisseur de l'ombre, la voix de la terre. Un croissant de lumière déchire l'encre noire de l'écran, découpe une ouverture, sculpte des parois, une cavité. Mary apparait, et nous naissons à Mary. Nous sommes dans la grotte, elle nous rejoint, l'atmosphère est étouffante, plus de musique, juste le bruit des pas, la respiration courte et étouffée de Mary, ses sanglots. Elle cherche, elle pleure son homme..
dillinger0508
dillinger0508

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 121 critiques

4,0
Publiée le 09/06/2010
On est touché par ce film, même en tant qu'athée, car il inroduit la question passionnante de la construction du sacré et de sa destruction.
xavierch
xavierch

Suivre son activité 15 abonnés Lire ses 1 166 critiques

0,5
Publiée le 22/02/2010
Comment on peut accrocher à un film comme çà? Moi, je suis admiratif des gens qui racontent des choses là où il n'y a rien à raconter de positif. Ce film est lent, chiant, ne raconte rien d'intéressant, Juliette Binoche est tellement prêt de la caméra qu'elle est toute déformé, Forrest Whitaker a une histoire extra-conjugale avec une Marion Cotillard sortit de nulle part, et reparti au même endroit, si c'est ça un chef-d'oeuvre de cinéma, je vais m'y metttre, ça à leur sympa. J'ai perdu 1h30 de ma vie, merci Monsieur Ferrara.
stebbins
stebbins

Suivre son activité 310 abonnés Lire ses 1 782 critiques

4,5
Publiée le 15/09/2009
Je n'en suis pas encore totalement revenu... Plus j'y repense et plus Mary m'apparaît comme un film incroyablement complexe, d'une délicatesse et d'une subtilité inouïe. Comme dans ses meilleurs films, Abel Ferrara embrasse de nombreux thèmes, les associe pour finalement créer la matière même de son oeuvre. Enoncée de la sorte, l'entreprise du cinéaste fleure bon la vérité de La Palice... Et pourtant ! Voyez plutôt : dépendance, identité, aliénation, rédemption, spéculation, narcissisme, condition de l'artiste, procréation, pouvoir des médias... Mary est un véritable puits à concepts ; d'autres thèmes que l'on ne soupçonnerait même pas pourraient d'ailleurs s'y retrouver. Si le film de Ferrara est une réussite difficilement contestable, c'est dans cet Art du brassage et de l'ouverture. Mary semble improvisé, brouillon, approximatif mais que l'on ne s'y méprenne pas : ce n'est qu'une apparence. Derrière ce montage et ces surimpressions pour le moins envoûtantes, ces temps morts et ces répétitions, il y a la présence d'une artiste intégral, d'un formidable créateur d'abstractions, d'un homme osant interroger le pouvoir de son propre matériau. Le cinéaste dirige Juliette Binoche, Forest Whitaker et Matthew Modine dans une sorte de transe : acteurs et personnages se confondent dans le cynisme, le miracle ou encore le pardon. Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit : Abel Ferrara est un génie.
yannickmalbert
yannickmalbert

Suivre son activité Lire ses 23 critiques

4,0
Publiée le 01/03/2009
Film à la conception très originale sur un sujet polémique : Marie Madeleine. très bon jeu des acteurs. A regarder en sachant qu'il va nous faire réfléchir et qu'on n'en ressortira pas indemne. Un conseil : regarder aussi les bonus si vous avez le dvd, ils permettent de comprendre la vision du réalisateur et des acteurs.
Chambermaid
Chambermaid

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 54 critiques

4,0
Publiée le 19/08/2008
Ferrara réalise un film passionnant et passionné, laissant éclater sa rage et ses doutes, sa quête éternelle de paix spirituelle. Magnifique autoportrait divisé en trois personnages représentant chacun une facette du cinéaste, de sa carrière, du bilan de 25 années de cinéma. Tour à tour lumineux, obscur, hypocrite, l'état d'esprit du cinéaste se confond avec celui de ses protagonistes, ces derniers ne sortant de leur bulle qu'à coup d'attentats, aussi bien moral que physiques. L'état du monde que dresse le cinéaste (un peu naïvement d'ailleurs) n'est pas rose, mais reste entrecoupé de séquences apaisantes. Le montage alterné est ici utilisé pour accentuer ces trois dimensions, reliées entre elles par l'agressivité d'un monde extérieur hystérique et violent, sujet aux seuls écarts stylistiques du cinéaste dans le film. Assez vulgaires, ils émeuvent par leur maladresse. Cri du coeur, prière à (très) haute voix, ce film peut rebuter, mais aussi bouleverser, tant on sent qu'il est personnel. Malgré ses défauts, on ne peut y être insensible.
Jérôme H
Jérôme H

Suivre son activité 48 abonnés Lire ses 2 294 critiques

4,0
Publiée le 06/06/2008
Ferara, Binoche et Withaker pour revisiter le mythe marie madeleine. Tout y est, de la réalisation à la puissance des acteurs et jusque dans l'univers et l'ambiance qu'a réussit à recréer abel est tout simplement stupéfiant.
Niko0982
Niko0982

Suivre son activité 36 abonnés Lire ses 1 331 critiques

4,0
Publiée le 25/02/2008
C'était un pari très risqué et un film à mon avis très difficile à faire. Mais Abel Ferrara s'en tire vraiment bien car il arrive à nous faire ressentir la même chose que ce réalisateur confronté à son oeuvre sur la religion. Bref, c'est une réussite.
keruit
keruit

Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 219 critiques

4,0
Publiée le 20/05/2007
Abel Ferrara fait tout l’étalage de sa grande intelligence de cinéaste, car en confrontant sa propre condition de cinéaste aux difficultés de retranscrire dans la pellicule le mystique, il se dédouane habilement. Il est bien difficile en effet de critiquer véritablement son œuvre à la lumière du contenu de celle-ci. Car il filme un film religieux dans son élaboration : "Ceci est mon sang". Abel Ferrara s’est donc mis à couvert des moindres contestations, ce qui est très fort de sa part, mais n’étant pas parfait, cela lui a coûté le prix d’un manque de profondeur. Si la critique des cinéastes qui veulent mettre en image le mystique est réussie, les deux autres axes de lectures que sont la foi et la raison manquent cruellement de traitement.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top