Notez des films
Mon AlloCiné
    Godzilla
    note moyenne
    3,9
    246 notes dont 44 critiques
    répartition des 44 critiques par note
    14 critiques
    16 critiques
    10 critiques
    3 critiques
    1 critique
    0 critique
    Votre avis sur Godzilla ?

    44 critiques spectateurs

    HellKaiju
    HellKaiju

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 60 critiques

    5,0
    Publiée le 27 août 2010
    Chef d'œuvre incompris car Godzilla ou plutôt GOJIRA au japon, est une œuvre charnière dans l'histoire du cinéma il créa un genre typiquement occidental et repris une fois par Eugène lourier avec Gorgo, le kaiju eiga film de monstre géant largement inspiré par king kong mais donc la principale caractéristique est le procédé du suit-motion ou plutôt du gars dans un costume de monstre (utilisé encore aujourd'hui avec je sais pas aliens par exemple) ce genre plutôt précédé de Dai qui veut dire géant car le monstre concerné est géant est détruit des maquettes représentant les buildings. Derrière ce procédé novateur pour l'époque et qui peut paraitre bien désuète aujourd'hui se cache une puissance évocatrice que jamais je ne reverrais dans un film. Godzilla est dans ce film une métaphore pure de la bombe Hiroshima et Nagazaki avec beaucoup d'imagerie la rappelant (les dégats causé par Godzilla, le flash blanc sur les victimes du début avant l'explosion...) les blessures que porte encore l'archipel nippon. Outre le côté intellectuel du métrage le film reste néanmoins un bon film popcorn avec des destructions malgré tout bien faites (prendre en compte l'époque) et je le dit sans l'ombe d'un doute même un film comme transformers n'arrive pas à faire le degré de destruction que ce Godzilla propose. Un film sombre et pessimiste que seul quelques suites arriveront à égaler (GMK). Ne jugez pas trop hâtivement ce chef d'œuvre inégalé et inégalable. Attention cependant à prendre le montage japonais le vrai montage car ce film a eu à l'époque de sérieuse coup pour le public occidentaux réduisant (voire effacer) les allusions aux deux bombes, les américains ne voulant pas se sentir coupable de la naissance de se monstre mythique et magnifique !
    Fantasy54
    Fantasy54

    Suivre son activité Lire ses 18 critiques

    4,0
    Publiée le 25 août 2013
    Tout d'abord, je n'ai pas mi 5/5 puisque les effets spéciaux sont datés, certes ça donne un certain charme au film mais ça fait perdre aussi (dans un sens!) le côté réalité du film. Dans tous les cas c'est vraiment une énorme leçon d'humanité à recevoir de la part d'Inoshiro Honda. Il manque peut-être de l'émotion mais c'est acceptable comparé au montage du film qui serait à revoir...mais on va dire que c'est parce que ce film date de 1954(!) On ressent vraiment la peur du Japon à cette époque(Hiroshima, Nagasaki) pour le nucléaire et le fait d'associer cela à Gojira(Godzilla!) est une brillante idée. Quand à cette phrase : spoiler: On ne reverra plus jamais Godzilla...! Est-ce vrai ? (On peut dire la même chose de la bombe nucléaire !? Malheureusement...
    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1581 abonnés Lire ses 8 738 critiques

    3,5
    Publiée le 24 juillet 2010
    L'un des films les plus intèressants de cette pèriode de monstres atomisès n'est pas amèricain...mais japonais! La peur atomique - et le modèle amèricain ? - va engendrer une superstar du cinèma de science-fiction nippo: "Godzilla"! En 1955, Inoshiro Honda rèalise le premier (et le meilleur) d'une longue sèrie de films! "Godzilla", sorte de dragon prèhistorique crachant le feu et capable de faire fondre le mètal, est rèveillè par des expèriences atomiques et dèvaste Tokyo, alors que l'armèe est incapable de l'arrêter! L'annèe suivante, Inoshiro Honda rèalise une suite beaucoup moins bonne et les monstres se multiplieront! Mais "Godzilla" gardera une place à part dans le coeur du public! Très vite, il deviendra le dèfenseur des humains contre les autres monstres! Culte...
    MaCultureGeek
    MaCultureGeek

    Suivre son activité 789 abonnés Lire ses 582 critiques

    4,5
    Publiée le 4 janvier 2016
    J'ai longtemps entendu parler de "Godzilla", tant en bien qu'en mal. Adorant les films de science-fiction de l'époque ( soit les années 50-60 ), je me devais de le visionner. Et je l'ai fait. Et franchement, je ne m'attendais pas à tomber sur un tel résultat. Loin du film vieillissant auquel je m'attendais, le "Godzilla" d'Ishirô Honda est un véritable chef-d'oeuvre, une oeuvre majeure dans le genre, et marquante comme aucune autre pareille. Premièrement, il faut signaler un important travail de mise en scène : c'est beau, c'est réfléchi, en un mot, c'est satisfaisant. Surtout pour l'époque; en replaçant le film dans son contexte, la réalisation paraît véritablement époustouflante, et étonnement moderne. Je pense que sa modernité est principalement dûe à un savant mélange entre musique et images, à une gestion des rythmes de grande qualité. Car quoi que l'on en dise, Honda sait ce qu'il fait; c'est un pro, un vrai. Jouant donc avec le noir et blanc de son film, il offre à son oeuvre une âme, une personnalité véritable, le rendant à la fois profond et viscéral, reflet des angoisses d'une génération toute entière, et des peurs d'une nation détruite par les retombées de la guerre, devenue, l'espace d'un instant, guerre atomique. Et c'est justement cette peur du nucléaire, et ce désir de changer les choses, ainsi que le cours de l'histoire, qui donnent au film sa raison d'être; il n'existe que pour lutter contre la folie destructice de l'homme, en témoigne le savant fou, analogie vivante du docteur Frankenstein, spoiler: et qui préfère se suicider plutôt que de survivre, laissant sa création tomber dans l'oubli; ayant mis au point une arme pire que la bombe atomique, il se sacrifie pour qu'elle ne tombe pas en de mauvaises mains. Le message passe clairement, et le parallèle est vite fait. Cette angoisse se retrouvé d'ailleurs, tout du long, dans l'écriture même de l'oeuvre. Les références aux bombes américaines sont souvent faîtes, trouvant un point d'ironie dans le matériel militaire utilisé par les soldats japonais, à l'évidence lui même américain. Seulement, les personnages n'éprouvent aucune haine à l'encontre des ricains; non, ils vont presque jusqu'à se jeter la pierre, disant qu'ils ont fait les mauvais choix ayant conduit à ce dramatique état de fait. Ce touchant et profond message passe d'autant plus durement lorsque l'on regarde la fin du film, et ce qui arrive à la créature, elle qui n'avait rien demandé; une fois de plus, le constat que l'homme est de nature violente s'impose à nous, et l'on regrettera les agissements de ces personnages, tant ils seront semblables à ceux de l'homme dans la vie réelle. Pour partir dans des contrées de nature plus optimiste, les acteurs ajoutent également au film, avec le détail particulier que tous crient tout le temps. Ne connaissant guère le cinéma asiatique ( si ce n'est pour "Battle royale" et quelques films de kung-fu de merde; j'ai tout de même l'intention de me rattraper ), j'ai été grandement surpris par tant d'intensité vocale, d'autant plus que cela tranche durement lorsque, de l'autre côté, les acteurs affichent autant d'émotions qu'un droïde dans "Star Wars". Pour conclure, j'aimerai parler sommairement de la créature, Gojira. M'attendant à quelque chose de moche et tellement vieillissant que le film en tomberait dans un ridicule profond, quelle ne fut pas ma surprise à la vue d'un costume si bien fait, et d'une excellente gestion des proportions. Vraiment, au niveau des effets spéciaux, comme du reste d'ailleurs, c'est du très bon. "Gojira" est donc un grand film, que je conseille à chacun de vous. Du grand art, à la fois viscéral et émouvant. Aujourd'hui encore, l'on n'a pas fait mieux, pas même Emmerich ou Edwards.
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 582 abonnés Lire ses 4 143 critiques

    4,0
    Publiée le 28 juin 2015
    Le film qui marque la naissance d'une créature dont le mythe a très largement dépassé les frontières nippones pour devenir un phénomène mondial, "Godzilla". Un film de "monstre" (mais est-ce Godzilla qui est vraiment le monstre ???) qui, contrairement à bien des productions du genre hollywoodiennes de l'époque et encore plus actuellement, n'en oublie pas d'être profond en délivrant un message humaniste et en faisant agir les deux protagonistes êtres humains pour ce type de motif, l'un paléontologue qui préférerait qu'on cherche à comprendre la créature plutôt que d'essayer de la tuer, l'autre scientifique ayant mis au point le seul moyen de la détruire mais qui a peur que son invention finisse par tomber dans de mauvaises mains (et vu la stupidité de l'Homme, on ne peut que le comprendre !!!). Mais c'est surtout le péril nucléaire qui est ici dénoncé, Hiroshima et Nagasaki étant évidemment dans les esprits, férocement ; le "Monstre" devant son réveil à des essais atomiques. Certes les effets spéciaux ont vieilli mais on n'a qu'envie de dire que ce n'est qu'un détail et puis il y a le charme de la désuétude. Quelques images marquantes, à l'instar de Godzilla dans une ville qu'il a saccagée et incendiée, et un final profondément déchirant pour cette véritable leçon d'humanité.
    Chris46
    Chris46

    Suivre son activité 262 abonnés Lire ses 555 critiques

    3,5
    Publiée le 1 juin 2019
    " Godzilla " film mythique de Ishiro Honda . L’histoire se déroule en 1954 au Japon . Des bateaux disparaissent mystérieusement au large des côtes japonaises . Alertées les autorités dépêchent une expédition scientifique qui recueille les témoignages de plusieurs pêcheurs terrorisés . Tous assurent avoir vu un monstre remonté du fond des mers . Le monstre en question s’avère être un dinosaure réveillé par des explosions atomiques et qui a été transformé à une espèce de monstre mutant radioactif capable de lancer du feu nucléaire avec sa bouche . Le monstre marche sur la ville de Tokyo menaçant de tout détruire sur son passage . Les autorités vont alors tenter d’intervenir pour sauver les habitants et détruire le monstre ... " Godzilla " est un film mythique japonais sortit en 1954 mis en scène par le réalisateur Ishiro Honda . Après " King Kong " en 1933 qui avait véritablement lancer le genre du film de monstre les japonais ont décidés de ne pas rester en reste et de créer eux aussi leurs propre film de monstre ce qu’il feront donc en 1954 avec ce " Godzilla " en lançant un monstre tout aussi mythique que le célèbre " King Kong " qui révolutionnera le genre du film de monstre et lancera véritablement le genre du film catastrophe par la même occasion . Le succès du film poussera les japonais à lancer plus d’une trentaine de versions différentes avec le monstre Godzilla faisant du monstre Godzilla un véritable mythe ancrer dans leurs culture . Les américains iront même jusqu’à lancer plusieurs versions américaines de " Godzilla " en 1998 ou encore en 2014 sous la houlette des réalisateurs Roland Emmerich ou Gareth Edwards . L’histoire de ce " Godzilla " est vraiment prenante avec donc un dinosaure qui va être réveillé par des armes atomiques qui vont le transformer en un mutant radioactif qui va se rendre jusqu’à Tokyo avec les autorités qui vont tenter de l’arrêter pour l’empêcher de tout détruire et sa va être explosif donnant lieu à pas mal de tension , de suspense et de séquences spectaculaires spoiler: ( Godzilla qui détruit toute la ville de Tokyo en détruisant et cramant les immeubles , les ponts , les lignes à haute tension etc ... avec les autorités qui tentent de l’arrêter avec des chars d’assaut ou des avions ) . Le monstre Godzilla est originale deja par sa taille démesuré mais aussi par sa capacité de lancer du feu nucléaire avec la bouche lui permettant de tout cramer sur son passage . Les trucages qui donnent vie à Godzilla sont très réussit pour l’époque et même si ils ont vieillit aujourd’hui et paraissent désuet ils passent encore bien . Ils ont eu la bonne idée de filmé le monstre d’un peu loin ce qui fait qu’on ne distingue qu’une grosse forme menaçante et donc on ne voit pas vraiment le trucage mis à part sur quelques plans ou il est filmé de près et où c’est très flagrant nottament quand il ouvre la bouche . Les séquences de destruction sont très bien mis en scène par le réalisateur et même si on ressent par moment le poid des années ils sont encore bien spectaculaires et ont encore de la gueule même plus de 65 ans plus tard . Le film a en tout cas un charme désuet très agréable . En se remettant dans le contexte de son époque le film devait vraiment être impressionnant pour les spectateurs de l’époque qui n’avait jamais vraiment vu ce genre de film . Le réalisateur a donner à son film une superbe ambiance nottament quand Godzilla arrive à Tokyo la nuit pour tout détruire . Il a instaurer une superbe ambiance nocturne spoiler: avec toute la ville en feu et les immeubles totalement détruit . On est vraiment pris dans cette ambiance nocturne sombre de destruction et de mort . En plus d’être un bon divertissement " Godzilla " a également du fond en essayant de faire passer un message contre les armes atomiques au travers le personnage de Godzilla qui est la conséquence de tout les essai nucléaire des hommes qui va se retourner donc contre l’humanité . Avec le personnage de Godzilla on sent qu’ils veulent vraiment montrer la dangerosité des armes nucléaires . On ressent encore le traumatisme des japonais avec les bombardements atomiques sur les villes de Hiroshima et Nagasaki pendant la seconde guerre mondiale qui ont eu lieu moins de 10 ans plus tôt et on sent qu’ils ont vraiment envie de faire passer un message pour éviter de revivre un telle traumatisme . Surtout qu’a cette époque ( en 1954 date ou à été tourner le film ) on est au début de la guerre froide et il y avait pas mal de peur et d’appréhension dans l’esprit de beaucoup que cette guerre froide finissent par tourner en une guerre nucléaire . Et on comprend donc la volonté des japonais de ne pas vouloir revivre un autre Hiroshima . Pour résumer " Godzilla " est un film mythique du cinéma japonais bien divertissant qui a totalement révolutionné le genre du film de monstre / film catastrophe à son époque et qui a fait découvrir au monde entier un nouveau personnage mythique du cinéma le célèbre Godzilla .
    BlindTheseus
    BlindTheseus

    Suivre son activité 86 abonnés Lire ses 2 564 critiques

    4,0
    Publiée le 1 mars 2008
    Belle parabole de ce fameux haut-fait américain notamment nucléaire & fatal... ( Sinon de l'hystérie des C.. Parvenus Diplomés ? )
    Sebi Spilbeurg
    Sebi Spilbeurg

    Suivre son activité 52 abonnés Lire ses 914 critiques

    3,5
    Publiée le 14 janvier 2014
    Cela fait 60 ans qu’il existe. 60 ans qu’il terrorise les Japonais. 60 ans qui figure au panthéon de la culture nippone. 60 ans que son nom résonne partout sur notre planète. Et 60 ans qu’il attendait un remake de grande ampleur digne de ce nom. Je veux bien sûr parler de Godzilla, le gros lézard qui revient nous voir en mai, dans un nouveau remake américain, qui s’annonce dantesque. Et pour cette occasion, je me lance le défi de voir tous les films dans lequel le Roi des Monstres apparaît. Soit une trentaine de long-métrages. Ne perdons donc pas de temps et commençons par le tout premier film ! Celui qui donna naissance à la légende qu’est aujourd’hui Godzilla ! Ou Gojira, en VO ! Les plus réticents peuvent encore se le demander : qu’y-a-t-il de si exceptionnel dans un film de monstre qui détruit tout ? Surtout que l’histoire ne semble pas aller plus loin que ce postulat. Celui d’un énorme dinosaure que notre présence dérange, l’incitant à tout détruire sur son passage. Que ce soit faire couler les malheureux bateaux de passage, écraser une maison comme si de rien n’était, démolir un immeuble comme un vulgaire château de cartes, enflammer tout un quartier… Tout en résistant aux tirs des avions de chasse et des tanks. En supportant un exceptionnel « coup de jus » qui ne fait que l’énerver encore plus. Bref, c’est juste un gros lézard qui fait boum boum en plein Tokyo, prêt à grignoter du train. Alors, oui, qu’y-a-t-il de génial dans un tel postulat ? Si Godzilla existe, c’est grâce à King Kong. Le long-métrage qui a lancé la mode des monstres géants, icônes du divertissement cinématographique de série B (bien que King Kong se trouve bien au-delà de tout ça). C’est parce que King Kong a été un vif succès à l’international que les Japonais ont voulu leur propre monstre. Leur créature qui soit digne d’être à leur image. Et c’est ça, l’excellente idée de Godzilla : que le monstre soit un produit 100% nippon ! Quand on regarder Godzilla premier du nom, nous sommes obligés de nous plonger dans le contexte historique du Japon. 1954. Année qui précède la fin de la guère ? Pour les Japonais, bien plus ! Année qui précède les désastres d’Hiroshima et de Nagasaki. Année durant laquelle les habitants vivent encore dans la peau que cela se reproduise un jour. Voilà ce que représente Godzilla : le danger nucléaire faisant son retour et causant les mêmes dégâts qu’en 1945. Car Godzilla n’est pas qu’un dinosaure. C’est une sorte de monstre préhistorique réveillé par des radiations et qui l’ont muté en quelque chose pouvant atteindre 80 à 100 mètres hauts. Pouvant cracher un souffle radioactif qui enflamme tout ce qu’il touche. Et qui, surtout, cause des dégâts aussi considérable qu’un bombe atomique. Un constat que met en valeur le réalisateur Ishirō Honda. En insistant bien sur les décors de mort que Godzilla laisse derrière lui (un amas de ruines sans vie). En prenant son temps de filmer tout ces blessés venant de sortir vivants (ou pas, tout dépend des corps que l’on voit à l’écran) via un travelling assez lent. Le tout accompagné d’une ambiance musicale souvent proche de l’apocalypse. Sans oublier tous ces petits détails qui mettent en valeur le statut « d’arme nucléaire » de Godzilla : compteur Geiser qui s’affole sur la moindre trace du monstre, autres animaux préhistoriques prenant vie comme l’immense bestiole… Et les humains dans tout ça ? De la simple chair à canon ? De misérables fourmis destinées à finir sous les immenses pattes du monstre ? Au premier abord, on pourrait le croire, étant donné qu’ils ne pensent qu’à arrêter Godzilla et s’enfuir. Mais encore une fois, le film surprend même de ce point de vue ! Par le biais d’un scientifique qui met au point un nouveau gaz capable d’annihiler toute créature vivante, y compris Godzilla. Ce gaz, c’est la critique que lance le film sur le nucléaire. Dénonçant le fait que l’Homme ne pense qu’à créer des armes. Ou des moins de brillantes inventions qui peuvent être utilisées à mauvais escient. C’est pour cela que le scientifique en question préfère cacher son gaz. Pour éviter qu’il ne tombe entre de mauvaise main, pour empêcher que des hommes hauts placés ne l’usent pour leur quête de pouvoir. Voilà ce qu’est le film Godzilla : un divertissement sur le papier couillon comme toute série B de ce genre, mais bourré de détails scénaristiques et visuels intéressants, voire travaillés ! Après, l’âge du film ne joue pas vraiment en sa faveur. Notamment du côté des effets spéciaux, où l’on discerne sans mal les maquettes qui ont été utilisées pour les bâtiments en destruction. Construite à une échelle convenable pour le cascadeur interprétant Godzilla. Car oui, Godzilla est un bonhomme dans un costume rigide en latex. Qui peine à bouger les bras. Avec une tête aussi peu crédible que tout le reste (rien que le souffle nucléaire, représentée par une vulgaire vapeur). Une gueule qui s’ouvre de manière aléatoire, ne concordant pas souvent au mythique cri de la créature (créé à partir d’un gant en cuir frotté contre des cordes de contrebasse). Sans oublier des comédiens qui en font un peu trop par moment (une femme apeurée, jetant sa tête en arrière, les mains cachant ses yeux, et cela juste pour quelques poissons désintégrés). Et puis, touchons quelques mots sur la version américaine du film. Car oui, il y a un montage de chez l’oncle Sam ! Pour que le film puisse être accepté par le public américain, qui jugerait scandaleux de voir ces Japonais « se plaindre » de ce qui leur est arrivé. Et pour cela, des séquences avec un journaliste yankee (joué par Raymond Burr) qui se permet de narrer ce qui se passe à l’écran (alors que nous n’en avons pas besoin) et d’apparaître à l’image quand bon lui semble. Des scènes qui n’apportent aucun intérêt au film lui-même, si ce n’est le plomber. Voilà comment gâcher un film quand le défaut en question ne le concerne pas directement ! Résultat pour ce Godzilla datant de 1954 : on est loin d’être avec un chef-d’œuvre entre les mains, les rides ayant fait leur affaire sur le film et cette sensation que les Japonais ont fait ce film à la va-vite (oubliant quelques effets sonores et prenant un mec en costume plutôt que de faire de la stop motion comme pour King Kong). Mais quand on voit le thème principal qu’aborde le film et la manière dont il le fait, on ne peut nier le côté « film d’auteur » que possède ce Godzilla. Oui, vous avez bien lu ! Car Godzilla, c’est ça : un film de monstre hautement intelligent, qui se permet d’émettre des critiques et de dénoncer la nature humaine. Avec ces atouts en mains, Godzilla avait tout pour devenir une légende. Et ainsi naquit le premier kaijū eiga, le film de monstres géants qui terrassent sur son passage et qui donna naissance à plusieurs rejetons qui connaîtront des succès similaires : Mothra, Gamera, Rodan… 60 ans qu’il règne en maître sur ce genre !
    Camusduverseau
    Camusduverseau

    Suivre son activité 32 abonnés Lire ses 778 critiques

    5,0
    Publiée le 28 janvier 2007
    L'un des films les plus "kitsch" au monde. C'est du grand art. Tokyo est une maquette et Godzilla un pantin ! Et malgré cela on est happé par ce film et on le regarde avec des yeux d'enfants ! Des yeux pétillants et heureux d'avoir pu entrer dans un monde certes un peu naif, mais rêveur à souhait ! Un classique indémodable !
    Gojira09
    Gojira09

    Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 13 critiques

    5,0
    Publiée le 1 février 2013
    Simplement une légende du cinéma: inégalé et inégalable...
    Doctor B.
    Doctor B.

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 36 critiques

    5,0
    Publiée le 7 septembre 2007
    Une fable maladroite mais tellement plus humaniste que le triste remake américain qui a tout bousillé... Godzilla, premier d'une longue saga à peine éteinte en 2004 (encore qu'on est jamais sûr avec Godzilla...) est un chef d'oeuvre involontaire, un film enfantin et mauvais sous bien des angles, même pour l'époque. Pourtant, on ne peut s'empêcher de regarder jusqu'au bout et d'apprécier la morale. A placer dans toutes les vidéothèque.
    babar3
    babar3

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 532 critiques

    4,0
    Publiée le 8 avril 2012
    Maintenant c'est vrai qu'il pourrait ètre plus regarder par des enfants, ce film est quand mème un des symboles (cheap certes) de l'impact que Hiroshima et Nagasaki à eu sur le Japon. Le monstre en plastique culte Godzilla, représente une force que personne ne peut controler car elle est trop puissante. Mème lorsque l'inventeur sait qu'il a une arme bien supérieur à Godzilla, il ne veut d'abord pas l'utiliser parce que on l'utiliserai comme la bombe et elle ferait d'innombrable morts. Il revient sur ça parole mais meurt avec le secret de son arme. Par contre ceux qui veulent du divertissement, vous pouvez toujours y aller.
    Mad R.
    Mad R.

    Suivre son activité 1 abonné

    5,0
    Publiée le 14 janvier 2018
    J'ai adoré !!! Le film a vieillit bien sur, j'ai même eu à plusieurs moment un sourire de côté à cause des immeubles en cartons ou encore le costume de Godzilla qui se plie à plusieurs moment, mais il faut se dire que c'est un vieux film et qu'il faut le voir pour son époque ! Bon, le film a quand même des défauts, et je ne parle pas des moyens techniques en carton-patte mais des acteurs qui nous donne parfois l'impression de ne rien connaitre de leur rôle, mais sinon, c'est un très bon film !
    Ulteamatum
    Ulteamatum

    Suivre son activité Lire ses 37 critiques

    5,0
    Publiée le 16 janvier 2014
    L'origine du mythe habilement interprété par Inoshiro Honda dans un film incroyablement moderne et frais pour l'époque. La légende est née 5/5
    darkpheonix
    darkpheonix

    Suivre son activité Lire ses 24 critiques

    4,5
    Publiée le 15 juin 2011
    Premier d'une très longue saga de films, à ce jour la plus longue de l'histoire du cinéma, ce film de monstre mettant en scène pour la 1ère fois le célèbre Godzilla reste, avec le King Kong de 1933, la référence absolue de ce genre de films. Bien que datant de 1954, le film a plutôt bien vielli, avec des effets spéciaux corrects pour l'époque (et qui sont paradoxalement plus réussis que certains des suites à venir, peut être que c'est le noir et blanc qui fait ça ...). Ponctuée de scène spectaculaires, doté d'une réalisation correcte et d'un rythme assez soutenu tout le long du métrage, ce film ne se contente pas d'être un simple film de monstres. Certes, le gros méchant lézard déturit une ville et se fait traquer puis tuer, mais derriere ce film, on peut voir un message et une dénonciation des effets dévastateurs du nucléaire par un Japon meurtri par les évènements tragiques d'Hiroshima et Nagasaki, survenu 9 ans plus tôt. Le film a une athmosphère plus sombre, sérieuse et adulte que l'image qu'on se fait de lui, déformée quelque peu par plupart de ces suites (du moins, celle de la période années 60-70), bien plus fantaisistes ... Les acteurs sont assez bons, sans que ce soit des prestations légendaires non plus, la musique est pas mal aussi, mais si j'avais ne serai-ce qu'un seul reproche à faire à ce film, ce serait la fin de son scénario qui est à mon goût trop prévisible (Je pense que tout spectateur ayant été normalement attentif à la vision de ce film aura rapidement deviné comment et par quels moyens les japonais vont tenter de se débarasser du monstre). Cependant, cette fin, bien que prévisible reste très réussie, et soulève d'ailleurs certains enjeux et question intéressantes face à la manière de résoudre la problème initial (Régler un mal par ce même mal résoudra t'il vraiment le problème ? C'est d'ailleurs en ce sens que Godzilla Raids Again, la toute première suite sortie l'année suivante, se révèle intéressante). Le tout permettant d'apporter une petite morale qui a le mérite de ne pas être lourde. En résumé, Godzilla premier du nom ce révèle être un vrai petit chef d'oeuvre dans le registre des films de monstres, surpassant à mon goût son adversaire poilu américian, le très réussi King Kong. C'est un bon divertissement agréable a suivre grâce à ses différents niveaux de lecture, sans aucun conteste le meilleur de la saga (bien que certaines de ses suites sont également très réussies), qui mériterai d'être plus connu, et d'être débarassé de l'image négative générée par certaines de ses suites foireuses ...
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top