Notez des films
Mon AlloCiné
    Si loin, si proche
    note moyenne
    3,5
    56 notes dont 6 critiques
    répartition des 6 critiques par note
    1 critique
    2 critiques
    1 critique
    1 critique
    1 critique
    0 critique
    Votre avis sur Si loin, si proche ?

    6 critiques spectateurs

    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 836 abonnés Lire ses 4 640 critiques

    2,0
    Publiée le 3 juillet 2011
    "Les Ailes du désir" est magnifique, profond, envoûtant, bref c'est une réussite magistrale. Mais on ne pourrait pas en dire autant de sa suite. OK, là encore c'est beau, aussi bien pour les images en noir et blanc que pour celles en couleurs. Et il y a bien une ou deux séquences qui retiennent l'attention. Côté casting, ça donne encore plus envie. On retrouve les mêmes sauf Curt Bois décédé à qui le film est dédié. On ajoute Horst Buchholz, Nastassja Kinski, Heinz Rühmann, Willem Dafoe et même Mikhail Gorbachev himself le temps d'une scène. Le regretté Peter Falk ne manque pas bien sûr de se trouver comme par hasard à Berlin. Et Otto Sander a une gueule qui provoque tout de suite l'attachement. Mais faute d'un scénario un peu minimum écrit, beaucoup trop fantaisiste, beaucoup trop répétitif et qui manque sérieusement d'épaisseur (à l'image du personnage de Nastassja Kinski!!!) ponctué en plus de séquences soit simplistes, soit paradoxalement prétentieuses (comme celle du musée!!!), on s'ennuie parfois franchement. Résultat, une oeuvre très inégale qui se fait poser la question de l'utilité d'une telle suite.
    moonboots
    moonboots

    Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 1 315 critiques

    1,0
    Publiée le 2 septembre 2009
    j'ai un excellent souvenir de ce film, un peu loupé certes mais à l'atmosphère si particulière
    davenen
    davenen

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 10 critiques

    4,0
    Publiée le 16 février 2010
    Moins marquant que les ailes du désir? Pourtant, presque 20 ans après, je me souviens parfaitement de l'ambiance onirique qui baigne les bords de la Seine.
    Ywan Cwper
    Ywan Cwper

    Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 1 415 critiques

    4,0
    Publiée le 11 juin 2017
    Ah, que c'est beau de voir un artiste libre de toute attache commerciale, non corrompu par les tentations fâcheuses du gain. Si loin, si proche est une suite cinématographique dans les règles-mêmes de cet art, réunissant des personnalités sans considération pour leur compétence ; oui, il y a Peter Falk et Lou Reed en invités et Bruno Ganz tient le rôle de la star discrète, et alors ? Les figurants sonnent parfois si faux que la crédibilité de l'ensemble grince parfois, et alors ? Il n'y a pas de moins bons acteurs, ils sont tous égaux les uns aux autres parce que le postulat philosophique de l'oeuvre de Wim Wenders est déjà fortement porté sur l'antagonisme éternel du Bien et du Mal. Nier ce manichéisme basique dans la manière de le représenter, c'est là le génie du réalisateur. Dans la simplicité et la régularité.
    Jean-François S
    Jean-François S

    Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 627 critiques

    3,0
    Publiée le 23 juin 2010
    Six ans après "Les ailes du désir", Wim Wenders tourne une suite inattendue à son film. Surement ce film n'aurait-il jamais vu le jour s'il n'y avait pas eu la chute du mur entre-temps. Un évènement historique qui a forcement changé beaucoup de chose dans la ville et qui donna envie à Wenders d'y retourner tourner. Il choisit de faire descendre sur Terre Cassiel, le compagnon de Damiel (héro du premier film). Evidement celle-ci ne se déroule pas du tout comme la précédente. La poésie philosophique du premier film, fait place à un film plus terre à terre allant presque jusqu'au film d'action à la fin. Un choix qui ne fit pas l'unanimité à sa sortie. Le film bénéficie d'un casting exceptionnel où l'on retrouve tous les acteurs fétiches (et quelques un en plus) du réalisateur. Henri Alekan, le grand chef opérateur français qui avait signé le film précédent ne rempile pas pour cette suite, mais il y est en tant qu'acteur dans le rôle du capitaine de la péniche de la compagnie de cirque, qui a été baptisé: l'Alekhan.
    luco5962
    luco5962

    Suivre son activité Lire ses 12 critiques

    5,0
    Publiée le 23 octobre 2007
    Tel Cassiel, je me suis senti un peu perdu dans ma peau d'homme retrouvant le monde réel à la fin du film, après avoir fréquenté des anges débordant de compassion, de douceur et d'amour envers l'humanité durant plus de deux heures.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top