Mon AlloCiné
    Mary et Max.
    Bande-annonce Mary et Max.
    30 septembre 2009 / 1h 32min / Animation, Comédie
    De Adam Elliot
    Avec Toni Collette, Philip Seymour Hoffman, Eric Bana
    Nationalité australien
    Bande-annonce Ce film en VOD
    Presse
    4,3 19 critiques
    Spectateurs
    4,2 3317 notes dont 443 critiques
    noter :
    0.5
    1
    1.5
    2
    2.5
    3
    3.5
    4
    4.5
    5
    Envie de voir

    Synopsis et détails

    Sur plus de vingt ans et d'un continent à l'autre, Mary et Max raconte l'histoire d'une relation épistolaire entre deux personnes très différentes : Mary Dinkle, une fillette de 8 ans joufflue et solitaire, vivant dans la banlieue de Melbourne, en Australie, et Max Horowitz, un juif obèse de 44 ans, atteint du syndrome d'Asperger et habitant dans la jungle urbaine de New York.
    Titre original

    Mary and Max

    Distributeur Gaumont Distribution
    Récompenses 1 prix et 4 nominations
    Voir les infos techniques
    Année de production 2009
    Date de sortie DVD 09/02/2010
    Date de sortie Blu-ray 09/02/2010
    Date de sortie VOD 05/12/2016
    Type de film Long-métrage
    Secrets de tournage 10 anecdotes
    Box Office France 92 112 entrées
    Budget 8.240.000 AUD
    Langues Anglais, Yiddish
    Format production -
    Couleur Couleur
    Format audio -
    Format de projection -
    N° de Visa 123830

    Regarder ce film

    En VOD
    à partir de (2.99 €)
    à partir de (2.99 €)
    à partir de (9.99 €)
    Voir toutes les offres VOD
    Service proposé par
    En DVD BLU-RAY
    neuf à partir de 4.68 €
    Mary et Max
    Mary et Max (DVD)
    neuf à partir de 8.69 €
    Voir toutes les offres DVD BLU-RAY
    Mary et Max. Bande-annonce VO 2:05
    Mary et Max. Bande-annonce VO
    355 739 vues

    Interviews, making-of et extraits

    Adam Elliot Interview : Mary et Max. 6:15
    Adam Elliot Interview : Mary et Max.
    922 vues
    La Minute N°490 - Tuesday 09 June 2009 4:15
    La Minute N°490 - Tuesday 09 June 2009
    22 824 vues
    Stop Motion : son évolution de King Kong à Star Wars 2:05
    Stop Motion : son évolution de King Kong à Star Wars
    3 378 vues
    7 vidéos

    Critiques Presse

    • Filmsactu
    • Le Point
    • L'Express
    • Mad Movies
    • Positif
    • Studio Ciné Live
    • TéléCinéObs
    • Télérama
    • 20 Minutes
    • Brazil
    • Dvdrama
    • Le Figaroscope
    • Le Journal du Dimanche
    • Le Monde
    • Marianne
    • Ouest France
    • Première
    • Chronic'art.com
    • Le Parisien

    Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

    19 articles de presse

    Critiques Spectateurs

    bobabar
    bobabar

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 55 critiques

    5,0
    Publiée le 8 octobre 2009
    Superbe. Attention, ce n'est pas du tout un film pour enfant. Sinon, vous allez devoir répondre à "C'est quoi un 'préservatif' ? Et 'testicules'" ? Mais rien de vulgaire ici, c'est la naïveté d'une enfant mise en mirroir face aux réactions surprenantes d'un homme atteint de troubles comportementaux. Vraiment bien, original .Mais n'y allez pas si vous cherchez un "Disney", vous seriez alors très déçu. Techniquement étonnant aussi. Les ...
    Lire plus
    Maxime S
    Maxime S

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 28 critiques

    5,0
    Publiée le 17 mars 2015
    Il est souvent déstabilisant de regarder un film d'animation porté par un humour aussi intelligent et dramatique que celui de "Mary et Max". On sourit devant les petites anecdotes relatées et devant les situations loufoques que subissent les deux héros, chacun exclu de leur société. On est rapidement attendri par l'amitié qui s'installe entre eux, malgré la différence d'âge et les kilomètres qui les séparent. L'humour très "adulte" ...
    Lire plus
    benoitG80
    benoitG80

    Suivre son activité 2541 abonnés Lire ses 1 410 critiques

    2,5
    Publiée le 5 octobre 2009
    Certes il fallait oser d'aborder le thème de la psychiatrie dans un film d'animation !!! C'est une très bonne idée et on ne peut pas dire que le film ne soit pas réussi loin de là ! Les personnages sont attachants, l'animation et les modelés sont très bons mais le parti pris esthétique intéressant au départ devient pesant et trop angoissant et petit à petit, on se demande si c'était vraiment nécessaire d'en rajouter autant ! On ...
    Lire plus
    Malevolent Reviews
    Malevolent Reviews

    Suivre son activité 387 abonnés Lire ses 3 205 critiques

    4,5
    Publiée le 4 mai 2013
    Coup de cœur immédiat pour ce conte noir tiré d'une histoire vraie. Film d'animation en pâte à modeler mis en image en stop-motion par le méconnu Adam Elliot, Mary et Max. est tout simplement une magnifique et improbable histoire d'amitié entre une petite australienne de huit ans et son correspondant new-yorkais de 44 ans. Tout deux sont les incarnations vivantes de la solitude et de la tristesse par ailleurs accentués par une atmosphère ...
    Lire plus
    443 Critiques Spectateurs

    Photos

    16 Photos

    Secrets de tournage

    Et de 4 !

    Spécialisé dans le domaine, Adam Elliot réalise avec Mary et Max. son quatrième film en pâte à modeler. Pour le metteur en scène, ce dernier représente son plus grand pas en avant sur ces dix dernières années en matière de création artistique.

    Le "vrai" Max

    Le personnage de Max est inspiré d'un "vrai" Max, correspondant du réalisateur Adam Elliot pendant plus de vingt ans. La création de Mary et Max. lui rend, en quelque sorte, hommage.

    Note d'intention du réalisateur

    Adam Elliot nous parle de son film : "Avec Mary et Max., j'espère avoir conservé mon style visuel, mais en racontant l'histoire de façon plus dynamique pour alimenter l'intérêt des spectateurs sur la durée. Ce film explore lui aussi notre désir d'acceptation et d'amour, par-delà toutes nos différences !" Il poursuit : "J'ai toujours évité de m'auto-analyser, par peur de rendre mon travail trop prévisible et trop construit. J'écris... Lire plus
    10 Secrets de tournage

    Dernières news

    Animation : 15 films qui ont gagné à Annecy !
    PLAYLIST - Festivals
    mercredi 8 octobre 2014
    2001-2014 : des "Mutants de l'espace" au "Garçon et le Monde", retour en images sur quatorze ans de Cristal du Long Métrage,...
    1ères séances : tableau d'honneur pour "Le Petit Nicolas"
    NEWS - Box Office
    mercredi 30 septembre 2009
    Avec 5968 entrées, "le Petit Nicolas" survole les premières séances de ce mercredi. "(500) jours ensemble" (1133 spectateurs)...
    4 news sur ce film

    Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

    Voir plus de films similaires

    Pour découvrir d'autres films : Les meilleurs films de l'année 2009, Les meilleurs films Animation, Meilleurs films Animation en 2009.

    Commentaires

    • Rorschach E
      Attention plein de SPOILERSMary et Max est le meilleur film d’animation de l’histoire je pense, et je pourrais affirmer ça de manière presque objective. Shrek 4 et Cars 2, qui sont mes préférés vont bientôt être détrônés par le premier et (pour le moment) dernier long métrage d’Adam Elliot. Quel magnifique film, c’est bluffant, splendide. Ça n’a rien à voir à un classique film d’animation, non, c’est un film pouvant être considéré comme étant une comédie dramatique satirique et subversive. L’histoire est très profonde, parfaitement construit sur le fond et la forme, de belles images avec cette technique de stop motion et ses personnages en pâte à modeler. Deux personnages principaux charismatiques et très très intéressants, d’un côté Max, un juif de 44 ans, qui vit à New York, il est atteint de la maladie de l’asperger, il pèse 159 kilos alors qu’il ne fait qu’un mètre 84. De l’autre côté se trouve une petite australienne de 8 ans, malheureuse étant donné qu’elle entourée de parents mal aimants, de camarades qui la persécute, et que son style et son apparence ne l’aident en rien.Mary et Max est peut être le film le plus triste de tous les temps, certain ne vont pas s’en remettre.Un film qu’il faut bien traiter : Bien lire entre les lignes. Il est excellent à déchiffrer et à l’heure où j’écris je l’étudie encore. Des dialogues merveilleux, qui rendent l’histoire encore plus mouvementée, un narrateur parfait qui nous raconte parfaitement les situations. Des voix originales et françaises qui rendent l’œuvre plus parfaite.Le film étudie de manière apocalyptique sous un angle enfantin de temps à autres le problème de la solitude, des dérèglements au sein de familles, et des traits psychologiques qui affectent la personnalité de certaines personnes.Le genre enfantin introduit, qui est malgré tout destiné aux majeurs, est assez marrant à voir pour ces majeurs, car lorsque l’on affirme le fait que les bébés sortent des chopes de bière, les adultes ne peuvent omettre de faire la comparaison entre la réalité, lorsque les enfants naissent suite à une relation sexuelle, et le fait que l’on affirme qu’ils sortent de ces chopes, ou encore de cannettes de coca. Les relations sexuelles sont donc décrites comme étant le pur fruit de la société de consommation, incompréhensibles pour les petites personnes (Mary qui a 8 ans), et les déficients mentaux (comme Max interné dans le passé).Le long métrage nous donne l’impression que les personnages sont en permanence au bord du décès, et que la dépression ne les fait que patienter, patienter en attente de l’instant crucial. Car derrière cette histoire de correspondance entre Mary et Max, se cachent de nombreux autres personnages en permanence au bord de la crise : Le père de Max, la mère de Max, le père de Mary, la mère de Mary, le coq de Mary, son institutrice, son grand père etc... et l’histoire va même concerner le clochard qui vit en bas de chez Max. On étudie les origines de la pathologie de Max, même si elles ne sont pas définies explicitement : Est ce le fait que son père les aient laissés (lui et sa mère) à sa naissance, le fait que sa mère se soit suicidée dans un kibboutz avec une arme de poing lorsqu’il avait 6 ans, les nombreuses victimes d’agressions antisémites qu’il a subi, ses différents emplois qui le rabaissent au niveau d’une machine (il occupait la fonction d’un distributeur, d’un robot nettoyeur ou encore celui d’un soldat robot impuissant qui fait les comptes de l’armée américaine). L’aigreur est au centre du film, il ne concernait que les personnes âgées, mais pas trop vieilles néanmoins. Les enfants, les déficients, les vieux, les pauvres et les animaux seraient les victimes de l’aigreur des adultes. A un moment Max gagne une grosse somme au loto, c’est le seul instant où l’on évoque explicitement la question de l’argent. Grâce à cet argent Max va pouvoir réaliser deux de ses trois objectifs, posséder une collection entières de figurines d’une série télévisée (les noblets), et posséder une quantité de chocolat incalculable. Le dernier était d’avoir un ami. L’argent est donc évoqué de manière méliorative, mais Max va faire un cadeau d’une énorme somme à sa voisine aveugle, elle va donc se permettre de faire des sports extrêmes qui vont la tuer peu de temps après. A sa mort, elle légua tout le reste de l’argent à un foyer pour animaux abandonnés, mais cet argent fut détourné, ce qui nous confronte à la réalité de la corruption. La question du sexe et de la beauté est mis en avant, et est décrit à la fois de manière romantique et chaleureuse mais aussi à la fois de manière ignoble et transgressive. Mary, moche aimerait avoir un copain, et économise beaucoup d’argent (un autre intéressant mais rare moment où on étudie cet argent) pour pouvoir se refaire faire certaines parties du corps. Le sexe est décrit comme étant le fruit de la société de consommation, alors que l’amour, lui serait pur et permettrait de relier deux personnes faibles ou caractérisées par un dysfonctionnement. L’homosexualité est évoqué et permet d’ouvrir les esprits. Dans l’œuvre il n’y a aucune possibilité aux jeunes de comprendre les relations sexuelles, Max est jeune mentalement, ce qui est marrant à voir, puisque cela nous offre des tons comiques de temps à autres. Mary finit par être enceinte à la fin du film à l’âge de 30 ans à peu près, et à un bel enfant. Elle tenta de se suicider alors qu’il n’était qu'a l’état d’embryon, ce qui met en scène un parallélisme entre vie et mort. La question de la société de consommation est présente dans Mary et Max, notamment de ses abus, et montre comment elle sauve et ravage des humains par milliers : Max mange constamment et consomme en permanence des hots dogs au chocolat, mais cette consommation par voie orale lui est nécessaire et le permet de s’en sortir, même si cela le rend obèse. La télé le soutient également. D’autre part il est forcé à consommer en allant chez le psychiatre, lui qui est atteint d’une pathologie mentale, de même il va être logé, nourri, blanchi dans un institut psychiatrique. Mary n’est pas en surpoids mais va devenir alcoolique à l’âge de 25 ans a peu près, lorsqu’elle va se disputer par correspondance avec Max. L’assimilation de nourriture ou d’alcool serait la suite logique d’un moment frustrant. Dans le long métrage les personnages sont exploités dans le domaine du travail, dans le but de développer cette société. Les relations amicales sont complexes dans ce film, elles peuvent se manifester sous plusieurs formes toutes aussi excentriques les unes que les autres. La relation amicale mais professionnalisée entre Max et son psychiatre le docteur Hazeloff, entre Max et monsieur « je ne sais quoi » une personne invisible qui vit dans son salon que Max inventa, ou encore entre Max et Mary par correspondance. La différence peut rendre des personnes proches, tel est le message de Mary et MaxLes morts dans l’œuvre sont incroyables, et sont toutes dues à une faiblesse décrite comme étant pathétique, les voici : Le grand père de Mary mourut d’une pneumonie, par son stupide objectif de parvenir à se baigner dans des eaux glaciales.La mère de Mary est morte en buvant par accident une bouteille (d’on ne sait quoi) toxique, elle étant alcoolique, se trompa de bouteille, elle mourut intoxiquée. Le père de Mary, enfin à la retraite, préféra continuer de faire diverses activités qui pouvaient lui rapporter de l’argent, plutôt que de passer du temps avec sa famille. Il se noya en ratissant les bords de mer avec sa machine, une vague l’emporta.La voisine de Max, mourut comme je l’ai dit tout à l’heure, en faisant des sports extrêmes qui coûtaient chers et qu’elle avait pu se payer grâce à l’argent de Max.Max mourut le jour où Mary arriva à la fin du film, il n’eut donc jamais l’occasion de voir sa seule amie. Une fin éblouissante mais troublante.Bref magnifique film d’animation. Chapeau à Adam Eliott un génie. Je le déconseille aux moins de 10 ans. 5/5
    • Rorschach E
      SPOILERSMary et Max est le meilleur film d’animation de l’histoire je pense, et je pourrais affirmer ça de manière presque objective. Shrek 4 et Cars 2, qui sont mes préférés vont bientôt être détrônés par le premier et (pour le moment) dernier long métrage d’Adam Elliot. Quel magnifique film, c’est bluffant, splendide. Ça n’a rien à voir à un classique film d’animation, non, c’est un film pouvant être considéré comme étant une comédie dramatique satirique et subversive. L’histoire est très profonde, parfaitement construit sur le fond et la forme, de belles images avec cette technique de stop motion et ses personnages en pâte à modeler. Deux personnages principaux charismatiques et très très intéressants, d’un côté Max, un juif de 44 ans, qui vit à New York, il est atteint de la maladie de l’asperger, il pèse 159 kilos alors qu’il ne fait qu’un mètre 84. De l’autre côté se trouve une petite australienne de 8 ans, malheureuse étant donné qu’elle entourée de parents mal aimants, de camarades qui la persécute, et que son style et son apparence ne l’aident en rien.Mary et Max est peut être le film le plus triste de tous les temps, certain ne vont pas s’en remettre.Un film qu’il faut bien traiter : Bien lire entre les lignes. Il est excellent à déchiffrer et à l’heure où j’écris je l’étudie encore. Des dialogues merveilleux, qui rendent l’histoire encore plus mouvementée, un narrateur parfait qui nous raconte parfaitement les situations. Des voix originales et françaises qui rendent l’œuvre plus parfaite.Le film étudie de manière apocalyptique sous un angle enfantin de temps à autres le problème de la solitude, des dérèglements au sein de familles, et des traits psychologiques qui affectent la personnalité de certaines personnes.Le genre enfantin introduit, qui est malgré tout destiné aux majeurs, est assez marrant à voir pour ces majeurs, car lorsque l’on affirme le fait que les bébés sortent des chopes de bière, les adultes ne peuvent omettre de faire la comparaison entre la réalité, lorsque les enfants naissent suite à une relation sexuelle, et le fait que l’on affirme qu’ils sortent de ces chopes, ou encore de cannettes de coca. Les relations sexuelles sont donc décrites comme étant le pur fruit de la société de consommation, incompréhensibles pour les petites personnes (Mary qui a 8 ans), et les déficients mentaux (comme Max interné dans le passé).Le long métrage nous donne l’impression que les personnages sont en permanence au bord du décès, et que la dépression ne les fait que patienter, patienter en attente de l’instant crucial. Car derrière cette histoire de correspondance entre Mary et Max, se cachent de nombreux autres personnages en permanence au bord de la crise : Le père de Max, la mère de Max, le père de Mary, la mère de Mary, le coq de Mary, son institutrice, son grand père etc... et l’histoire va même concerner le clochard qui vit en bas de chez Max. On étudie les origines de la pathologie de Max, même si elles ne sont pas définies explicitement : Est ce le fait que son père les aient laissés (lui et sa mère) à sa naissance, le fait que sa mère se soit suicidée dans un kibboutz avec une arme de poing lorsqu’il avait 6 ans, les nombreuses victimes d’agressions antisémites qu’il a subi, ses différents emplois qui le rabaissent au niveau d’une machine (il occupait la fonction d’un distributeur, d’un robot nettoyeur ou encore celui d’un soldat robot impuissant qui fait les comptes de l’armée américaine). L’aigreur est au centre du film, il ne concernait que les personnes âgées, mais pas trop vieilles néanmoins. Les enfants, les déficients, les vieux, les pauvres et les animaux seraient les victimes de l’aigreur des adultes. A un moment Max gagne une grosse somme au loto, c’est le seul instant où l’on évoque explicitement la question de l’argent. Grâce à cet argent Max va pouvoir réaliser deux de ses trois objectifs, posséder une collection entières de figurines d’une série télévisée (les noblets), et posséder une quantité de chocolat incalculable. Le dernier était d’avoir un ami. L’argent est donc évoqué de manière méliorative, mais Max va faire un cadeau d’une énorme somme à sa voisine aveugle, elle va donc se permettre de faire des sports extrêmes qui vont la tuer peu de temps après. A sa mort, elle légua tout le reste de l’argent à un foyer pour animaux abandonnés, mais cet argent fut détourné, ce qui nous confronte à la réalité de la corruption. La question du sexe et de la beauté est mis en avant, et est décrit à la fois de manière romantique et chaleureuse mais aussi à la fois de manière ignoble et transgressive. Mary, moche aimerait avoir un copain, et économise beaucoup d’argent (un autre intéressant mais rare moment où on étudie cet argent) pour pouvoir se refaire faire certaines parties du corps. Le sexe est décrit comme étant le fruit de la société de consommation, alors que l’amour, lui serait pur et permettrait de relier deux personnes faibles ou caractérisées par un dysfonctionnement. L’homosexualité est évoqué et permet d’ouvrir les esprits. Dans l’œuvre il n’y a aucune possibilité aux jeunes de comprendre les relations sexuelles, Max est jeune mentalement, ce qui est marrant à voir, puisque cela nous offre des tons comiques de temps à autres. Mary finit par être enceinte à la fin du film à l’âge de 30 ans à peu près, et à un bel enfant. Elle tenta de se suicider alors qu’il n’était qu'a l’état d’embryon, ce qui met en scène un parallélisme entre vie et mort. La question de la société de consommation est présente dans Mary et Max, notamment de ses abus, et montre comment elle sauve et ravage des humains par milliers : Max mange constamment et consomme en permanence des hots dogs au chocolat, mais cette consommation par voie orale lui est nécessaire et le permet de s’en sortir, même si cela le rend obèse. La télé le soutient également. D’autre part il est forcé à consommer en allant chez le psychiatre, lui qui est atteint d’une pathologie mentale, de même il va être logé, nourri, blanchi dans un institut psychiatrique. Mary n’est pas en surpoids mais va devenir alcoolique à l’âge de 25 ans a peu près, lorsqu’elle va se disputer par correspondance avec Max. L’assimilation de nourriture ou d’alcool serait la suite logique d’un moment frustrant. Dans le long métrage les personnages sont exploités dans le domaine du travail, dans le but de développer cette société. Les relations amicales sont complexes dans ce film, elles peuvent se manifester sous plusieurs formes toutes aussi excentriques les unes que les autres. La relation amicale mais professionnalisée entre Max et son psychiatre le docteur Hazeloff, entre Max et monsieur « je ne sais quoi » une personne invisible qui vit dans son salon que Max inventa, ou encore entre Max et Mary par correspondance. La différence peut rendre des personnes proches, tel est le message de Mary et MaxLes morts dans l’œuvre sont incroyables, et sont toutes dues à une faiblesse décrite comme étant pathétique, les voici : Le grand père de Mary mourut d’une pneumonie, par son stupide objectif de parvenir à se baigner dans des eaux glaciales.La mère de Mary est morte en buvant par accident une bouteille (d’on ne sait quoi) toxique, elle étant alcoolique, se trompa de bouteille, elle mourut intoxiquée. Le père de Mary, enfin à la retraite, préféra continuer de faire diverses activités qui pouvaient lui rapporter de l’argent, plutôt que de passer du temps avec sa famille. Il se noya en ratissant les bords de mer avec sa machine, une vague l’emporta.La voisine de Max, mourut comme je l’ai dit tout à l’heure, en faisant des sports extrêmes qui coûtaient chers et qu’elle avait pu se payer grâce à l’argent de Max.Max mourut le jour où Mary arriva à la fin du film, il n’eut donc jamais l’occasion de voir sa seule amie. Une fin éblouissante mais troublante.Bref magnifique film d’animation. Chapeau à Adam Eliott un génie. Je le déconseille aux moins de 10 ans. 5/5
    • Tony Montana1940
      Pas grand chose a dire... C'était sympa...
    • angelabassompierre
      hum! un bonheur, tout simple et à la fois prenant.
    • Critical in the dark
      J'ai versé une petite larmichette à la fin du film ^^4/5
    • Thib Thib de Youtube
      J'avoue que, sans avoir vu le film, j'ai versé une larme en lisant le résumé du film sur Wikipédia. Ce film est apparement drôle et triste à la fois, comme j'aime, trop bien...
    • Thib Thib de Youtube
      J'avoue que, sans avoir vu le film, j'ai versé une larme en lisant le résumé du film sur Wikipédia.
    • Julianne P.
      Un film d`animation excellent, je donne la note de 4.5/5.
    • Ninou :.
      j'avais pas pleuré autant depuis la ligne verte !
    • tye111
      Très très beau film...drôle, émouvant, touchant...réussie!!! A voir sans hésiter.
    • Jean-philippe N.
      Au risque de passer pour emphatique et subjectif, "mary & Max" est l'idée que j'ai d'un chef-d'oeuvre cinématographique. 5/5
    • jossmho
      Un beau film d'animation que nous ont concocté les australiens :)4/5
    • Banga Syn
      Magnifique ! Un très beau film d'animation mélangeant tristesse, mélancolie et amitié, une forte amitié entre ses deux personnages, avec beaucoup de poésie ! Beaucoup de travail pour ce film qui aurait mérité un énorme succès !
    • louisazou1
      Wouh, je ne peux que m'incliner et tirer mon chapeau au réalisateur devant tant de beauté, que ce soit dans la technique ou dans le scénario. Plein de poésie, c'est juste sublime comme film !
    • Sh?kiin?
      Une belle leçon de vie. Un film poétique, triste, beau, qui nous montre que l'amitié est la force de tout et qu'on a tous besoin d'une épaule sur qui se reposer ou d'une oreille attentive, même en cas de coup dur.
    • Estelle.
      Une belle petite découverte !
    • Anaïs Co.
      Film Sublime ! La preuve que dans la vie, on a tous besoin d'un ami ! :)
    • charlotte s.
      Très touchant,à pleurer,c'est pas comme les autres déssins-animés où ont pense que la vie est belle.Mais on apprend à quel point on a besoin d'ami
    • Angel2510
      Punaise il faut que je pense à le revoir celui là...
    • Vetivere
      C'est tellement rare des beautés pareils !
    Voir les commentaires
    Back to Top