Mon Allociné
Les Géants
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
Les Géants
Date de sortie 2 novembre 2011 (1h 25min)
Avec Zacharie Chasseriaud, Martin Nissen, Paul Bartel (II) plus
Genres Comédie, Drame
Nationalités Français, Belge, Luxembourgeois
Bande-annonce Ce film en VOD
Presse 3,3 22 critiques
Spectateurs 3,4588 notes dont 118 critiques

Synopsis et détails

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs
C’est l’été, Zak et Seth se retrouvent seuls et sans argent dans leur maison de campagne. Les deux frères s’attendent encore une fois à passer des vacances de merde. Mais cette année là, ils rencontrent Danny, un autre ado du coin. Ensemble, à un âge où tout est possible, ils vont commencer la grande et périlleuse aventure de leur vie.
Distributeur Haut et Court
Récompenses 10 prix et 19 nominations
Voir les infos techniques
Année de production 2011
Date de sortie DVD 07/03/2012
Date de sortie Blu-ray -
Type de film Long-métrage
Secrets de tournage 6 anecdotes
Box Office France 38 224 entrées
Budget -
Langues Français
Format production -
Couleur Couleur
Format audio -
Format de projection -
N° de Visa 127081

Séances

VOD

DVD et Blu-Ray

Pour visionner Les Géants en VOD, louez, achetez ou abonnez-vous à une offre de l'un des services suivants.
Les Géants
Définition standard
VF
Disponible sur une Box Internet
Ce film en VOD
  • Louer (3 €)
  • Louer (4 €)
Les Géants
Haute définition
VF
Ce film en VOD
  • Louer (3.99 €)
Les Géants
Définition standard
VF
Ce film en VOD
  • Acheter (9.99 €)
Voir toutes les offres VOD
Service proposé par
Les Géants (DVD)
Date de sortie : mercredi 7 mars 2012
neuf à partir de 13.28 €
<strong>Les Géants</strong> Bande-annonce VF 1:27

Interviews, making-of et extraits

<strong>Bouli Lanners</strong> Interview : Les Géants 8:35
Bouli Lanners Interview : Les Géants
5 005 vues
<strong>Carnets de voyage</strong> N°16 - Carnets de voyage à... Cannes 2011 - Jour 10 10:07
Carnets de voyage N°16 - Carnets de voyage à... Cannes 2011 - Jour 10
152 223 vues
<strong>La Minute</strong> N°984 - Monday 07 November 2011 5:00
La Minute N°984 - Monday 07 November 2011
133 049 vues
4 vidéos

Acteurs et actrices

Zacharie Chasseriaud
Zacharie Chasseriaud
Rôle : Zak
Martin Nissen
Martin Nissen
Rôle : Seth
Paul Bartel (II)
Paul Bartel (II)
Rôle : Danny
Karim Leklou
Karim Leklou
Rôle : Angel
Casting complet et équipe technique

Critiques Presse

  • Le Journal du Dimanche
  • 20 Minutes
  • Télérama
  • TéléCinéObs
  • Libération
  • Le Parisien
  • Première
  • Metro
  • Le Monde
  • Elle
  • Le Figaroscope
  • Positif
  • Critikat.com
  • CinemaTeaser
  • Studio Ciné Live
  • Excessif
  • Les Inrockuptibles
  • Le Point
  • Cahiers du Cinéma
  • La Croix
  • L'Express
  • Chronic'art.com
22 articles de presse

Critiques Spectateurs

conrad7893
Critique positive la plus utile

par conrad7893, le 14/01/2014

4,0Très bien

film de bouli lanners excellent acteur belge par ailleurs film mélo avec des touches d'humour dispersées par ci par là les... Lire la suite

Nicolas S.
Critique négative la plus utile

par Nicolas S., le 17/03/2012

?Nul

Il n'y a rien à garder dans ce film : les acteurs sont nul, le scénario est improbable, peu recherché et inintéressant et... Lire la suite

Toutes les critiques spectateurs
6% 7 critiques 32% 38 critiques 31% 37 critiques 17% 20 critiques 7% 8 critiques 7% 8 critiques
118 Critiques Spectateurs

Photos

10 Photos

Secrets de tournage

Un film tourné en Cinémascope

C'est le format cinémascope, utilisé dans les grands westerns de Sergio Leone et les films épiques de David Lean, qui a été choisi par Bouli Lanners. Le réalisateur souhaitait donner une dimension plus large à son "road movie" afin que le spectateur profite au maximum des grands espaces de la Wallonie.

Un casting bouclé en urgence !

Martin Nissen et Zacharie Chasseriaud se sont imposés tout de suite pour les rôles des deux frères. Il restait à trouver l’interprète du troisième adolescent : Dany. C'est seulement à trois semaines du tournage, alors que l'équipe du film était en répétition au Luxembourg, qu'Aurélie Guichard, la directrice de casting, a enfin trouvé Paul Bartel (II) pour ce rôle.
6 Secrets de tournage

Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

Voir plus de films similaires

Pour découvrir d'autres films : Les meilleurs films de l'année 2011, Les meilleurs films Comédie, Meilleurs films Comédie en 2011.

Commentaires

  • Persee

    Sérieusement, oui. Ca ouvre quasiment toutes les possibilités. Et puis un film sur l'adolescence, c'est pas si courant, alors que c'est un sujet en or.

  • thamnophile

    J'ai vraiment hâte de voir le film notamment pour la prestation de Zacharie CHASSERIAUD qui interprète Seth et qui est sans doute de par son jeu et son talent l'enfant-acteur le plus apprécié des Français. Je ne doute pas que là encore il nous donne le meilleur de lui-même !

  • Vlad_T

    euh ouais faut pas exagérer non plus. Chasseriaud n'est qu'un débutant inconnu du grand public. Et sa facheuse tendance a s'énerver et à s'embrouiller pour un rien commencent à le desservir, de même que son côté "je parle comme un gamin de cité alors que mes parents bourges sont blindés de fric"... mais il est trop plongé dans l'age bête pour avoir l'intelligence de s'en rendre compte. donc attendons avant de déclarer n'importe quoi.

  • antoinesk8

    Vu à la Quinzaine des Réalisateurs ce matin !
    Excellent film ! très bien joué, des plans magnifiques, drôle et dramatique parfois, et une musique très bonne ! !

  • Poudagouti

    Et quel est le rapport avec le titre ??? Franchement, les titres de films à la française, y'a d' quoi se marrer!

  • Scape

    Un super chouette film drôle, sensible et juste avec des acteurs très attachants

  • bernard75

    Très beau film que j'ai eu la chance de voir en avant première. Sensible et cruel à la fois. J'ai été très marqué par l'interprétation des seconds rôles, le rôle du frère fou est complétement dingue et aussi le vieux dealer. Vraiment à voir

  • Martine Playe

    Dans le cadre du festival du film francophone d'Angoulème ce film a été projeté 3 fois . Je l'ai bien aimé et j'espère que beaucoup de personnes auront apprécié l'univers poétique de Bouli Lanners ,sa façon de caresser les magnifiques paysages qu'il nous donne à voir avec une musique envoûtante . Histoire d'ados en manque de repères affectifs confrontés à des adultes dégénérés et sans scrupules qui m'ont rappelés ceux de "Délivrance"!Belle réussite de Bouli Lanners réalisateur sensible que j'aimais déjà beaucoup en tant qu'acteur !

  • experience_626

    Ptdr le synopsis : "Les deux frères s’attendent encore une fois à passer des vacances de merde"

  • nicolas b.

    Popopopopowwwwww!!!
    Magnifico!
    Bellicimo!
    Fantastico!
    Longue vie aux géants et gloire à Gepetto le magnifique!
    Oeuvre sensible, originale et juste... une peinture vivante que Bert, le ramoneur dans Mary Poppins, aurait oublié de nous faire découvrir!
    Hâte de découvrir le prochain tableau!

  • SyphX-

    Tentez de remporter des places pour aller voir LES GÉANTS au cinéma sur LE BLOG DU CINÉMA :

  • Jugurta Wahab

    j'aime

  • JokerDreizen

    Le synopsis m'a fait hausser le sourcil. "des vacances de merde" non mais enfin, messieurs les producteurs, un peu de tenue ! :D

  • Christopher Ramon?

    Apparemment simpliste au premier abord, Les Géants est un beau coup de coeur, touchant et vivant en même temps, un beau conte moderne. A voir donc !

    Ma critique complète :

  • lepasseur

    Un beau petit conte sur l'enfance qui convie à la mémoire de nombreuses influences mais qui, passé le charme du début, finit par tourner un peu en rond sans réel point de chute. Ma critique :

  • Christoblog

    Très moyen. Un "film à trogne" qui manie un certain surréalisme typiquement belge :

  • beautifulfreak

    Simple mais pas simpliste, avec de jeunes acteurs très convaincants.

  • tedsifflera3fois

    Ma critique des Géants :

  • Dubesor

    Je recopie ma critique ici. (Il doit y avoir des spoilers.)

    Lorsque l'on pense « road-movie initiatique mettant en scène de jeunes adolescents », on pense forcément à Stand by Me (R. Reiner, 1986) ou, du côté des livres, à Mark Twain (Les Aven­tures de Tom Sawyer, 1876 ; Les Aventures d'Huckleberry Finn, 1884). Et il y a dans Les Géants quelque chose d'américain : les prénoms des personnages bien sûr, mais surtout une façon de fil­mer les grands espaces, un rapport à la nature différent de ce que l'on trouve d'ordinaire dans le cinéma français ou belge. (Les paysages du film de Lanners, rivière, forêt et collines, sont presque des personnages à part entière, davantage qu'un simple décor.) Lorsque l'on pense « initiatique » tout court, on pense au genre du conte de fées, et Les Géants en est un : trois petits cochons – dé­signés comme tels au cours du film – passent d'une maison de pierre à une maison de bois, puis à plus rien, en échappant à un genre de loup et à un genre d'ogre, avec l'aide d'une bonne fée. Et comme dans un conte, on ignore où et quand se passe l'histoire : un été dans la campagne, voilà qui est flou. Les Géants pourrait se passer à n'importe quelle époque, parce qu'un conte est universel – seule ombre au tableau de ce point de vue-là, l'utilisation d'un téléphone portable, qui présente le triple défaut de rompre le côté « atemporel et hors du monde », d'amener une invraisemblance (ce téléphone semble avoir une batterie illimitée), et d'introduire dans le film une symbolique assez pataude.
    Mais alors qu'un conte a une fin, Les Géants ne conclut pas : les personnages fuient un lieu de dé­part plus qu'ils ne cherchent à atteindre un lieu précis. (À la fin de Stand by Me, la vie reprenait, certes, mais le film constituait un épisode clos sur lui-même.) En fait, les personnages reviennent même régulièrement sur leurs pas. Ce qui est loin d'être illogique ; le principe de l'adolescence, c'est peut-être justement de tourner en rond sans savoir où l'on va, en découvrant au passage l'amour et la mort, comme les trois héros un peu avant la fin du film. De fait, on peut reprocher au scénario des Géants d'être décousu, ou pas assez étoffé, mais la vie ne l'est-elle pas lorsque l'on a treize ou quinze ans ? (Ne l'est-elle pas en général ?) Les paroles des personnages, elles aussi, c'est-à-dire aussi bien les dialogues que les intonations, ressemblent à la vie : elles sont si bien marquées du poinçon de l'authenticité, que je me suis demandé s'il ne s'agissait pas, par mo­ments, d'improvisations des jeunes acteurs – par ailleurs tout à fait satisfaisants. Comme dans El­dorado (2008), Lanners montre qu'il a le sens du dialogue.
    Il a surtout, et c'est peut-être encore plus rare, le sens du silence. Le chapelet d'injures débitées par les trois garçons autour du feu de camp (dans une scène par ailleurs jubilatoire : entendre déver­ser des tombereaux d'injures m'a toujours fait rire) disent toute la même chose ; les silences disent le reste, et le reste est sans doute le plus important. – Dans Les Géants, comme dans la vie, les choses qui comptent le plus sont dévoilées dans les moments les plus silencieux. (Le personnage de Rosa, presque muet, est à cet égard significatif.) Les fré­quentes pauses qui donnent au film toute sa lenteur – malgré sa courte durée – ont précisément pour fonction de laisser la place aux réflexions et aux questions du spectateur, au premier rang desquelles « À quoi pensent-ils, à ce moment précis ? ». (De ce point de vue, d'ailleurs, il est dommage que la musique envahisse parfois un peu trop certaines scènes ; cela dit, je ne suis pas grand amateur de pop-folk geignarde en général.) Bouli Lanners n'oriente personne ; il embellit ce qu'il montre, certes, mais ne glorifie pas ses personnages : le fait que les trois héros soient quasi-abandonnés par leurs parents me paraît être un « truc » scénaristique bien plus qu'on constat sociologique. Le réalisateur de Stand by Me, toujours, prenait les spectateurs par les sentiments et montrait moins des personnages que des caractères (l'intello, le froussard, etc.), que tout spectateur masculin ou presque a été, ou rêve d'avoir été. Au contraire, dans Les Géants, Bouli Lanners n'idéalise rien, il fouille et approfondit ses personnages et leurs relations ; les situations n'y sont pas toutes simples – qu'on pense aux scènes dans lesquelles les trois personnages principaux trouvent asile chez Rosa. Si l'ambition du film était de saisir le moment indéfinissable, qui se trouve au-delà des mots, au cours duquel on devient un géant, cela paraît gagné.

  • greenmonkey

    3 ados pas gâtés par la vie font des conneries et essaient de survivre dans un monde bien cruel. Mais ne croyez pas que ce soit un film sombre et morose. Et puis il y a les magnifiques paysages de Belgique (vallée de l'Ourthe ?) et le jeu lumineux des 3 acteurs principaux, surtout le plus jeune.

  • OriginalKaa

    Merci Bouli pour cette bouffée d'oxygène belge !! L'histoire nous surnomme la Belgique comme le paillasson de l'Europe, tu nous prouves que personne ne s'est essayé les pieds dessus !!....

  • KeyserLecter

    Film réussi,personnages attachants,un voyage d'1h20 dans lequel on ne s'ennuie pas une seconde.

  • Ch B

    A Voir Absolument !

  • Forgive90

    Pas le genre de film où on reste la bouche ouverte mais la simplicité fait tellement de choses. Il y'a un message essentiel qui passe: celui de la complicité entre deux frères.. à regarder absolument

  • carmichael

    Quel film splendide ! ça prend aux tripes, B.Lanners réussit un petit chef d'oeuvre sur cette jeunesse désenchantée ! J'en reste sans voix

  • Dovahkiin

    Assez sympa, à voir pour la complicité entre les deux frères. Je reste juste sur ma "fin"...

  • lug10

    J'avoue que j'étais septique au début : on pourrait croire à un film avec des enfants pour les enfants... MAis Wow quelle surprise : des enfants (pas tant que ça) qui joue à la perfection, une histoire bien ficelée : c'est drôle et poignant. Bref un road movie qui fait du bien. Les personnages et la magie du décor rendent ce film excellent. Je vous le conseil fortement pour passer un bon moment.
    5/5

  • Bad-Monster

    Un très bon film avec de bons acteurs dans le rôle de personnages attachants auxquels les jeunes de nos jours pourraient tout à fait s'identifier !
    Ma note : 4/5

  • yan g.

    Très bon bon moment passé avec ce film, bonne photo, pas un drame mais plutôt une espérance, j.adore.

  • JeanVacances

    A l'écran, l'acteur belge Bouli Lanners se montre tout à son aise aussi bien dans des rôles comiques ("Enfermés dehors", "J'ai toujours rêvé d'être un gangster", "Rien à déclarer") que dans des compositions plus sombres ("De rouille et d'os", "11.6", "Des vents contraires"). Il ne montre aucune difficulté à incarner la gravité comme à personnifier la bonhomie. C'est aussi vrai lorsque ce barbu à la chevelure hirsute et à la silhouette rondouillarde passe de l'autre côté de la caméra. Avec "LES GÉANTS", son troisième long-métrage en tant que réalisateur, le wallon démontre pleinement cette propension à passer de la légèreté au dramatique en un clin d’œil.

    Il plane sur "LES GÉANTS" l'ombre d'un certain Terrence Malick pour cette aptitude qu'à Bouli Lanners à filmer Dame Nature comme un personnage à part entière. En effet, dès les plans d'ouverture, la caméra s'attarde, que ce soit en gros plans ou en Scope, sur des brins d'herbe et des étendues de verdure, sous un ciel bleu clairsemé de quelques nuages, accompagné par le bruit sourd du vent et quelques notes de guitare sèche. La nature comme un symbole de l'infinie liberté dont les bras se tendent vers les jeunes anti-héros de ce film à la fois fort et simple. Rejetés par le monde adulte, délaissés par les figures parentales, ces trois lascars livrés à eux-mêmes s'embarquent alors dans une sorte de voyage initiatique qui les mènera, une fois tous les (dangereux) obstacles traversés, vers l'abolissement de leurs chaînes. Ils vogueront ainsi au cœur des magnifiques paysages forestiers et campagnards des Ardennes belges sublimement captés par le réalisateur via une photographie très naturaliste ; entre la terre, l'eau et l'air, et joueront sans cesse avec le feu.

    Les géants du film en question, ce sont bel et bien ces gamins plombés par l'ennui et en quête d'aventure, les adultes n'étant que très peu représentés ici. Et lorsqu'ils le sont, c'est le plus souvent sous les traits de personnages bêtes, violents et immoraux. A l'image d'un conte cruel, ils sont des monstres, des sorcières, des ogres - hormis le personnage de Marthe Keller, sorte de Marraine la Bonne Fée -, oppressant de par leurs malsains intentions ces petits poucets en passe de perdre leur innocence. A la recherche d'un peu d'amour maternel, d'un tant soit peu d'attention, autre que des coups, de la part de leurs aînés, ces trois ados sont, pour ne rien gâcher, campés par de jeunes acteurs attachants, livrant des performances pleines de naturel, le jeune Zacharie Chasseriaud en tête. Avec une certaine maturité et une grosse dose de fraîcheur, ces trois inconnus du grand public sont les vraies révélations de ce film grave et drôle. Certes, le propos peut parfois un peu sonner irréaliste et incohérent (notamment les parents qui laissent complètement leurs enfants à l'abandon durant des mois dans une maison de campagne), mais Bouli Lanners confirme qu'à la mise en scène, il peut lui aussi devenir un géant.

    Retrouvez toutes mes critiques, avis et analyses, sur ma page Facebook et sur mon blog, Chronique Mécanique ! Merci !
    https://www.facebook.com/Chron...

  • gregbutton

    En fait ici c'est les commentaires, pas les critiques.. Faut il vous expliquer la différence?

  • MickDenfer

    lamentable et mou, on a envie de zapper souvent et on zappe..

Voir les commentaires