Mon AlloCiné
Dealer
facebookTweet
Bandes-annonces
Casting
Critiques spectateurs
Critiques presse
Photos
VOD
Blu-Ray, DVD
Musique
Secrets de tournage
Box Office
Récompenses
Films similaires
News
Dealer
Date de sortie 1 octobre 2015 en VOD (1h 15min)
Avec Dan Bronchinson, Elsa Madeleine, Salem Kali plus
Genres Action, Policier, Thriller
Nationalité français
Bande-annonce
Spectateurs
2,8120 notes dont 18 critiques

Synopsis et détails

Après une vie passée dans le trafic de cocaïne, Dan (Dan Bronchinson) s'est promis de ne pas retomber. Se voyant offrir un dernier deal qui lui permettrait de réaliser son rêve d'enfance : déménager en Australie avec sa fille. Il accepte la proposition. Commence alors une descente aux enfers qui le replonge pendant 24 heures dans ce milieu impitoyable, fait de mensonges, violence et trahisons, où il devra sauver sa fille et survivre par tous les moyens.
Distributeur -
Voir les infos techniques
Année de production 2014
Date de sortie DVD -
Date de sortie Blu-ray -
Date de sortie VOD 01/10/2015
Type de film Long-métrage
Secrets de tournage -
Budget -
Langues Français
Format production -
Couleur Couleur
Format audio -
Format de projection -
N° de Visa 139537
Dealer Bande-annonce VF 2:00
Dealer Bande-annonce VF
28 698 vues
Dealer Bande-annonce (2) VF 2:13
Dealer Bande-annonce (3) VF 1:50
Dealer Teaser VF 1:15
1 078 vues

Acteurs et actrices

Dan Bronchinson
Dan Bronchinson
Rôle : Dan
Elsa Madeleine
Elsa Madeleine
Rôle : Chris
Salem Kali
Salem Kali
Rôle : Salem
Bruno Henry
Bruno Henry
Rôle : Delo
Casting complet et équipe technique

Critiques Spectateurs

Nover
Critique positive la plus utile

par Nover, le 12/11/2016

5,0Chef-d'oeuvre

Bien rithmé, je me suis pas ennuyer du début a la fin. Par ailleurs, certaines sènes m'on bien pris au tripes, d'autre était... Lire la suite

Cine vu
Critique négative la plus utile

par Cine vu, le 05/06/2016

3,0Pas mal

Sous Kétamine, Et avec ça… Un peu de violence gratuite, ça commence comme un polar français puis le rythme semble s’accélérer.... Lire la suite

Toutes les critiques spectateurs
11% 2 critiques
39% 7 critiques
39% 7 critiques
0% 0 critique
6% 1 critique
6% 1 critique
18 Critiques Spectateurs

Photos

32 Photos

Dernières news

Bande-annonce Dealer : entre Pusher et Snatch, plongée dans l'univers de la pègre parisienne
NEWS - Vu sur le web
dimanche 13 septembre 2015

Bande-annonce Dealer : entre Pusher et Snatch, plongée dans l'univers de la pègre parisienne

Avec Dealer, Jean-Luc Herbulot signe un premier film énergique qui puise ses références dans la trilogie Pusher et dans le...

Si vous aimez ce film, vous pourriez aimer ...

Voir plus de films similaires

Commentaires

  • Xavier G.

    DEALER c’est la rencontre de Jean-luc Herbulot, Samy Baaroun et Dan Bronchinson, respectivement réalisateur, scénariste et comédien-producteur. Le film raconte l’histoire de Dan, un dealer qui s’était promis de ne plus vendre de coke mais qui accepte un dernier deal pour un client régulier avec à la clef, une somme d’argent qui pourrait lui permettre de réaliser enfin son rêve d’une nouvelle vie à l’autre bout du monde avec sa fille.

    Il est important de souligner l’existence de ce film, à l’heure où d’avis général le cinéma français est pointé du doigt pour sa couardise face à de jeunes réalisateurs en ébullition et leur volonté (necessité?) de traiter de sujets différents de ceux déjà éculés par une pléiade de comédies aux ressorts grinçants, qui font désormais grincer les dents d’un public en demande de viscères, d’aspérités, de souffle et de chair. Bref, ceux qui sont en manque dans le paysage hexagonal d’un cinéma qui remplit son rôle cathartique et de pouvoir vivre par procuration en état de guerre contre le sort. Charlie Chaplin n’a-t-il pas dit “Le public aime souffrir par procuration”?

    Alors attention, DEALER n’est peut-être pas le chef-d’oeuvre hors du commun que nous attendions. Mais il est le premier d’un genre de cinéma moderne et sincère qui n’essaie pas d’imiter. Et c’est probablement la plus grande qualité de ce film. Il ne tombe pas dans l’écueil de tendre des arcs dramatiques sur un sujet de société si cher à notre cinéma national ou de traiter avec gravité en se prenant très au sérieux de l’histoire de ce dealer pour en tirer une grossière morale sur le monde de la drogue. Le réalisateur nous fait vivre une aventure sans concession, avec des dialogues savoureux et aussi des instants d’humour, l’aventure de Dan qui tente absolument tout dans l’espoir de pouvoir se retirer du monde de la drogue. Mais un enchaînement d’imprévus va donner l’urgence de réunir la somme d’argent initialement dédiée à son rêve d’évasion pour une tout autre raison qui va entraîner le protagoniste dans une descente aux enfers avec à peine une lueur d’espoir, juste assez pour nous tenir en haleine dans un rythme effréné qui ne laisse même pas sentir passer la durée du film. On pourra regretter parfois l’omniprésence de la voix off et une caméra qui manque de charme là où on l’attend. Mais le casting est surprenant et l’ensemble est très charnel. ça fait plaisir à voir et laisse à penser que le cinéma indépendant français pourrait nous réserver de belles surprises sur le terrain du film de genre. Il est de rigueur de saluer l’audace de Dan Bronchinson pour avoir assumer la production de ce film sans jamais baisser les bras, jusqu’à son interprétation tout à fait notable, et un grand bravo à toute l’équipe!

  • Titi C.

    Une introduction transcendante laissant présager le meilleur (la présentation des personnages et des différentes séquences
    « floquées » nous fait penser aux anciens films de Guy Ritchie ou de Nicolas Winding Refn, en l’occurrence : Snatch et Pusher), le générique typé Grindhouse est très réussi,
    Herbulot arrive très bien à combiner violence, humour et action.

    Le film est rythmé de bout en bout (la bande-son très speed y est pour quelque chose tout comme la voix-off) grâce à certaines scènes anthologiques (celle du Mille-feuilles ou encore celle filmé en noir et blanc où Dan s’invente des issues de secours à son problème) et des dialogues plutôt aboutis (Référence aux métaphores du voyage en avion « Bienvenue sur Coco Airlines » et au cancer).

    Malgré cela, le film déçoit par son côté déjà vu et prévisible, on décèle certaines incohérences et la direction d’acteurs n’est pas fulgurante.

    Dan Bronchinson (dont c’est son premier rôle principal) est LA révélation dans son rôle de caïd cherchant la rédemption mais les seconds rôles déçoivent énormément (grand manque de
    crédibilité).

    On sent une certaine retenue de la part des acteurs qui ne se lâchent pas assez,
    il aurait fallu quelqu’un pour tenir tête au personnage de Dan et pouvoir lui donner la réplique, en effet, malgré sa filmographie (Un prophète, Colt 45, Secret Défense…) Salem Kali ne semble pas à la hauteur.

    Pour conclure, DEALER est un premier long-métrage osé et mené à cent à l’heure avec pleins de bonnes idées novatrices malheureusement Jean-Luc Herbulot pêche énormément dans sa direction d’acteurs.

    Espérons que le second opus (en cours d’écriture) soit plus abouti car Dan Bronchinson le mérite amplement.

    Un premier essai mitigé mais vraiment (très) prometteur.

Voir les commentaires
Back to Top