Mon AlloCiné
Wallace Beery
facebookTweet
Métier Acteur
Nationalité Américain
Naissance 1 avril 1885
Décès 15 avril 1949 à l'age de 64 ans
31
ans de carrière
32
films et séries tournés
2
prix

Filmographie

Quand le rire était roi
Quand le rire était roi
Date de sortie inconnue
Ainsi sont les femmes
Ainsi sont les femmes
Date de sortie inconnue
L'Ange et le Bandit
L'Ange et le Bandit
Date de sortie inconnue
20 Mule Team
20 Mule Team
Date de sortie inconnue
Trafic d'hommes
Trafic d'hommes
Date de sortie inconnue
Port of Seven Seas
Port of Seven Seas
1 juillet 1938
Le Dernier négrier
Le Dernier négrier
Date de sortie inconnue
Impetueuse Jeunesse
Impetueuse Jeunesse
Date de sortie inconnue
Toute sa filmographie Ses meilleurs films / séries

Photo

Commentaires
  • Plume231
    test
  • Plume231
    Robin des Bois (1922) d'Allan Dwan [img]http://img709.imageshack.us/im...[/img] Synopsis : Parti aux Croisades, le roi Richard laisse la régence du royaume d’Angleterre entre les mains de son frère le Prince Jean qui en profite pour s’accaparer toutes les richesses du pays. Mais un homme s’élève contre cette tyrannie, un hors-la-loi au grand cœur qui vit caché dans la forêt de Sherwood : Robin des bois... [img]http://4.bp.blogspot.com/_VseO...[/img] Critique : Considéré comme la première grande adaptation au cinéma des aventures du célèbre héros de la forêt de Sherwood, ce "Robin des Bois" l'est incontestablement sur le plan de la mise en scène où il faut reconnaître qu'ils ont mis le paquet au niveau des moyens. Les décors sont immenses, la reconstitution hyper soignée et on sent des milliers de figurants à plein nez. Mais pour ce qui est du film en lui-même, le compte est loin d'être bon. Le film est long, trop long. La première partie sans être ennuyeuse ne se montre aucunement excitante et il faut attendre un peu (à savoir environ 80 minutes!) pour avoir une scène qui déchire vraiment sa race à savoir celle où notre hors-la-loi se laisse glisser le long d'un gigantesque rideau pour échapper à ses poursuivants. Après Robin se fait un peu plus bondissant et l'attaque finale du château est assez bien réalisée. Mais même ici, l'absence de souffle épique se fait trop grandement sentir. Pour tout dire, on est très loin de l'éblouissement du chef d'oeuvre de Michael Curtiz, de la pétillance de la version des studios Disney et du dynamisme du film qui doit détenir le record absolu de faux-raccords de Kevin Reynolds mais qui n'en est pas moins efficace. Il arrive tout de même à battre en qualité le film de Ridley Scott (c'est peut-être pas difficile mais c'est mieux que rien!). Le choix des acteurs est loin d'être parfait aussi. Si Douglas Fairbanks par son entrain, sa souplesse et sa prestance est un interprète idéal pour le rôle-titre, et que Wallace Beery assure un max en Richard Coeur de Lion, ce n'est pas le cas pour la ch'tite mignonne mais trop fade Enid Bennett en Lady Marianne et pour une galerie de méchants qui n'a pas de visages mémorables. Quelques très bonnes idées scénaristiques tout de même qui permet de se distinguer un peu des autres versions comme la tentative d'assassinat du roi. Constat mitigé mais honorable. Note : 14/20 (***) [img]http://www.cinemotions.com/dat...[/img]
  • Plume231
    La Malle de Singapour (1935) de Tay Garnett [img]http://www.cine-covershd.fr/ga...[/img] Synopsis : Un cargo anglais chargé d'or vogue de Hong-Kong vers Singapour. Le capitaine y a embarque sa fiancée, en tout bien, tout honneur. Il découvre avec stuppeur un passager clandestin, China Doll, son ex-maitresse. Celle-ci renoncant à le reconquerir, se jette dans les bras d'un pirate qui attendait la première occasion pour voler l'or... [img]http://www.classicmoviefavorit...[/img] Critique : Qu'est qui manque à ce petit film d'aventure efficace pour être un grand film d'aventure ??? Ben, peut-être l'empreinte bien personnelle d'un grand metteur genre Josef Von Sternberg pour "Shanghaï Express". Mais comme je l'ai dit au début "La Malle de Singapour" est un film d'aventure efficace, et avec une belle galerie de personnages bien typées. La mise en scène de Tay Garnett est très dynamique et sans temps mort, et puis il y a deux scènes d'action, la scène de tempête avec rouleau compresseur et celle de l'attaque des pirates, qui font toujours pleinement leurs effets. Les dialogues bien vachards entre Clark Gable et Jean Harlow valent aussi le coup d'oeil. Très divertissant. Note : 14,5/20 (***) [img]http://cdn.things-and-other-st...[/img]
  • Plume231
    :hello: Kit Eh, je ne suis pas un obsédé d'Olivia et d'Audrey (enfin si un peu quand même :love2: :D !). Mais disons que si j'ai dit que l'actrice dans ce film est fade, c'est qu'elle est vraiment fade et que je n'avais nulle prétention de la comparer avec ces deux merveilleuses actrices. Quand Wallace Beery, il avait la capacité incroyable d'être aussi convaincant en salaud (Grand Hôtel, Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse, Les Trois Âges,...) qu'en brave type (Une femme survint, Les Faubourgs de New York,...).
  • Plume231
    Les Plongeurs de l'enfer (1931) de George W. Hill [img]http://upload.wikimedia.org/wi...[/img] Synopsis : Windy Riker, un talentueux pilote stationné sur l'USS Saratoga, prend ombrage de l'arrivée d'un rival, le jeune, inexpérimenté mais brillant Steve Nelson. L'antagonisme entre les deux hommes fait feu de tout bois, surtout après que Steve ridiculise Windy en l'interrogeant avec insistance sur une erreur de pilotage. Décidé à se venger, Windy persuade son amie Lulu de jouer un mauvais tour à Steve. Alors que le jeune homme s'apprête à faire sa demande en mariage à sa petite amie, Ann, Lulu prétend avoir une liaison avec lui. Ann quitte les lieux, outrée. L'animosité entre les deux pilotes ne connaît plus de limites. Ils vident leur querelle dans un bar, qu'ils détruisent entièrement... [img]http://www.fanpix.net/0648378/...[/img] Critique : Un film d'action viril bien typique des années 30 qui se déroule dans la Navy. D'un côté, il y a des scènes qui paraîssent désuètes, je pense surtout à celles qui sont passées en accéléré, de l'autre certaines, en particulier celles logistiques et aériennes, qui ont très bien sû passer le Temps. L'histoire ne se distingue pas spécialement des autres films du même genre mais elle est bien menée ce qui fait que l'ennui ne pointe jamais le nez. Pour ce qui est de l'interprétation, un peu comme le reste du film d'ailleurs, elle tient sur les épaules solides de Wallace Beery, impeccable comme il en avait l'habitude. Note : 12,5/20 (***) [img]http://i.ebayimg.com/13/!BubCC...[/img]
  • Plume231
    Viva Villa ! (1934) de Jack Conway et Howard Hawks [img]http://3.bp.blogspot.com/_Poyz...[/img] Synopsis : Mexique, 1880. Un jeune fougueux répondant au nom de Pancho Villa cherche à lever une armée afin de libérer son peuple... Une des nombreuses biographies fictives du célèbre révolutionnaire mexicain ! [img]http://www.cinemaisdope.com/ne...[/img] Critique : Films de trois réalisateurs dont Howard Hawks qui avait été viré vers le milieu du tournage et dont selon ses dires (et comme avec ses bobards il y avait de quoi remplir au moins une encyclopédie en deux volumes!!!) il aurait tourné une grande partie du film, "Viva Villa !" est une vision très libre et romancée de la Révolution mexicaine et du personnage de Pancho Villa. Ce dernier ressemble beaucoup plus à la caricature que ce fait un américain d'un mexicain qu'au véritable Villa. Bref aucune complexité dans la composition des personnages si ce n'est peut-être celui du Général Pascal (on peut d'ailleurs se demander pourquoi ils ont changé le nom du principal responsable de la mort de Madero!!!) courtois d'apparence mais cruel derrière celle-ci. Reste malgré ces défauts et aussi quelques transparences un peu trop visibles, une oeuvre qui vaut pour quelques scènes d'action et quelques temps forts comme la scène du procès où des péons injustement pendus servent de jury contre leurs bourreaux. Belle interprétation en particulier pour Wallace Beery qui met toute sa truculence et tout son charisme dans le rôle du célèbre révolutionnaire. Si ce film n'a pas le lyrisme du "Viva Zapata !" d'Elia Kazan ou celui du "Il était une fois la Révolution" de Sergio Leone qui se déroulent dans le même cadre, "Viva Villa !" est une vision certes très hollywoodienne mais indéniablement intéressante de la Révolution mexicaine. Note : 12,5/20 (***) [img]http://www.cinemotions.com/dat...[/img]
  • Plume231
    L'Île au trésor (1934) de Victor Fleming [img]http://img.teva.fr/03E80000004...[/img] Synopsis : Par une nuit sombre, en Cornouailles, au XVIIIe siècle. Un étrange marin confie au jeune Jim Hawkins, dans l'auberge que tient la mère de ce dernier, la carte d'une île au trésor, qu'il tient lui-même d'un pirate à la réputation sulfureuse, le capitaine Flint. Immédiatement averti, Trelawney, le seigneur du lieu, monte une expédition pour se lancer à la recherche du trésor. Un équipage est recruté, sur les conseils d'un tavernier unijambiste, l'entreprenant Long John Silver. Silver est lui-même embauché, comme cuisinier. Jim commence par sympathiser avec son truculent compagnon de traversée jusqu'à ce que le hasard lui dévoile l'horrible vérité. Long John Silver, ancien pirate, a embauché une bande de coupe-jarrets et paraît bien décidé à s'emparer du trésor pour son propre compte... [img]http://image.toutlecine.com/ph...[/img] Critique : Mes souvenirs de lecture du roman de Stevenson sont très très lointains donc pour critiquer le film niveau adaptation, en gros faut pas trop compter sur moi. Donc on le prenant comme cela, cette oeuvre a trois points forts : les décors, la photographie, tous les deux dans le style luxueux MGM de l'époque, et l'interprétation truculente d'un Wallace Beery qui s'en donne vraiment à coeur dans le rôle de Long John Silver. Un gros point faible qui tâche : l'interprétation peu naturelle et donc vite agaçante de Jackie Cooper. Autrement sans être vraiment souffler par ce film d'aventures, on peut le suivre sans ennui et avec la certitude qu'il a été réalisé par des artistes ayant le souci de ne jamais laisser une seconde d'ennui au spectateur. Note : 13/20 (***) [img]http://www.notrecinema.com/ima...[/img]
  • Plume231
    Le Champion (1931) de King Vidor [img]http://www.cinefaniac.fr/film/...[/img] Synopsis : Andy Purcell, un champion de boxe déchu, se console en buvant plus que de raison et en caressant le vain espoir de remonter un jour sur le ring. Malgré son goût pour l'alcool, Andy s'occupe dignement de son fils, Dink, un garçonnet de dix ans qu'il adore. Il lui achète même un cheval, «Little Champ», et l'engage dans une course. «Little Champ» glisse et perd. Andy Purcell semble s'enfoncer davantage encore dans la détresse. Son ex-femme, Linda, remariée au riche Tony Carlton, tente de le convaincre que leur fils vivrait mieux s'il venait habiter sous son toit. A bout d'espoir, Andy finit par accepter. Il laisse partir son fils, le coeur brisé... [img]http://media-3.web.britannica....[/img] Critique : C'est l'histoire d'un ancien champion de boxe qui est devenu un loser et qui a par amour pour son fils va de nouveau remonter sur le ring pour redevenir un gagnant... Donc le scénario est assez conventionnel mais le film a comme bonne excuse d'être d'un des premiers a employé ce schéma-là. Par contre, King Vidor déçoit un peu ne retrouvant pas l'audace de mises en scène antérieurs, comme celle de "La Foule" ou de "La Grande Parade", ou à venir, comme celle du "Rebelle". De plus le parti pris d'accéler certaines séquences de boxe est assez ridicule et amenuise considérablement la force de ces scènes. Mais la fin réussit à être émouvante surtout grâce à Wallace Beery qui est excellent (il a d'ailleurs pour ce rôle remporté ex aequo l'Oscar avec Fredric March, ce dernier pour "Docteur Jekyll et Mister Hyde". March le méritait plus mais bon faire deux heureux à la place d'un c'est toujours mieux !!!). Note : 13/20 (***) [img]http://moviesovermatter.files....[/img]
  • Kitcarson
    à propos de ce film ça a été la première sur 3 que Alan Hale jouait le rôle de Petit-Jean, la 2ème étant bien sûr Les aventures de Robin des Bois de Curtiz avec Errol Flynn, Olivia de Havilland et la 3ème peu avant sa mort dans La revanche des gueux de Gordon Douglas que j'ai vu gamin et revu il y a quelques jours sur tcm avec John Derek pour une fois que j'ai une anecdote :bounce:
  • Plume231
    Je savais qu'il l'avait fait au moins deux fois mais pas trois, merci pour le renseignement. J'avoue que ce mois-ci je suis beaucoup moins acharné niveau cycle que pour Capra.
  • Kitcarson
    dur de venir Caprais :D
Voir les commentaires
Back to Top