Mon AlloCiné
Hal Ashby
facebookTweet
Métiers Réalisateur, Acteur, Monteur plus
Nationalité Américain
Naissance 2 septembre 1929 (Ogden, Utah, USA)
Décès 27 décembre 1988 à l'age de 59 ans (Malibu, Californie, USA)
21
ans de carrière
16
films et séries tournés
18
nominations

Biographie

Né dans l’Utah, Hal Ashby est très tôt confronté aux aspects les plus sombres de l’être humain. Fils de parents divorcés, il découvre à l’âge de 12 ans le cadavre de son père qui met brusquement fin à ses jours dans la ferme familiale. Cet évènement le marquera à jamais. Adolescent rebelle, le jeune et torturé Hal quitte le lycée à 17 ans pour se rendre à Hollywood, où il commence à travailler comme assistant monteur puis monteur (entre temps, il se marie à 19 ans et divorce presque dans la foulée). C’est par le biais de cette profession qu’il rencontre le réalisateur Norman Jewison, qui devient son mentor. Travaillant sur le montage de plusieurs films du célèbre metteur en scène (Le Kid de Cincinnati en 1965 ; L'Affaire Thomas Crown en 1968), Ashby est auréolé en 1967 de l’Oscar du Meilleur montage pour Dans la chaleur de la nuit.Trois ans plus tard, Jewison le pousse à réaliser Le Prop... Lire plus

Filmographie

Hal
Hal
Date de sortie inconnue
Lookin' to Get Out
Lookin' to Get Out
Date de sortie inconnue
Rolling Stones
Rolling Stones
Date de sortie inconnue
Coeurs d'occasion
Coeurs d'occasion
Date de sortie inconnue
Le Retour
Le Retour
14 juin 1978
En route pour la gloire
En route pour la gloire
Date de sortie inconnue
Toute sa filmographie Ses meilleurs films / séries

Photos

12 Photos

News

Depp demande à Zwigoff de rendre "Les Jours heureux"
NEWS - Tournages
mardi 11 juillet 2006
Commentaires
  • Plume231
    Shampoo (1975) de Hal Ashby [img]http://thisdistractedglobe.com...[/img] Synopsis : Un garçon coiffeur qui a un succes fantastique auprès de toutes les dames et demoiselles de la haute société, veut créer son propre salon... [img]http://www.joeclipart.com/blog...[/img] Critique : C'est pas Aristote qui disait qu'un entier devait avoir un début, un milieu et une fin ? En tous les cas, moi personnellement je pense (bien sûr il y a quelques exceptions à la règle!) qu'un film, en particulier une comédie, doit faire bien sentir qu'il a ces trois ingrédients essentiels. Le problème c'est que l'histoire donne l'impression qu'il n'y a pas de début et on n'entrevoit qu'une fin qu'aux toutes dernières minutes du film. En fait pour être court et clair, on s'emmerde faute d'une histoire bien précise et emballante. Il y a quand même reconnaître quelques qualités indéniables comme la description que donne Hal Ashby des soirées angelenas qui est très juste ou encore le casting. Warren Beatty n'a pas eu à se forcer dans le rôle d'un type qui se tape toutes les femmes qu'il croise, c'est toujours un plaisir de voir Julie Christie actrice que j'aime beaucoup et Jack Warden joue de manière très nuancée et pique la vedette à tout le monde. Mais dans l'ensemble et en dépit de ses quelques qualités, "Shampoo" est une oeuvre très facilement oubliable (que j'ai même failli oublier d'en écrire la critique!). Note : 8/20 (**) [img]http://movieactors.com/photos-...[/img]
  • christo8684
    mon petit top Ashby: 1. Retour2. Harold et Maude3. Bienvenue, Mister Chance4. Shampoo
  • Plume231
    Petit top moi aussi : 1- Harold et Maude2- Bienvenue, Mister Chance3- Shampoo
  • TCovert
    [img]http://hwcdn.themoviedb.org/po...[/img] Le caractère hautement improbable de l’histoire amène à considérer ce film comme une fable, un conte filmé. La dernière scène quant à elle ouvre l’interprétation et suggère que le personnage principal est un ange ou un fantôme. Le message du film n’est pas très explicite mais semble être comme dans l’autre film d’Hal Ashby, Harold et Maude, un message optimiste résumé par la dernière réplique « La Vie est un état d’esprit ». On pourrait aussi voir le film comme une satire du monde politique mais dans ce cas le film est encore moins réussi… Peter Sellers est très crédible dans le rôle du simplet bienfaisant et trouve une partenaire à sa hauteur avec Shirley McLaine. Mais malgré son sujet intéressant le film peine à l’être réellement, l’attitude et les réactions de ce Mr.Chance finissent par être assez agaçantes. La rythme très lent et la mise en scène très statique renforce le côté un peu trop lourd du film. Bref, Being There est un film particulier mais pas vraiment convaincant, je l’aurais souhaité plus explicite. Being There (1979) d'Hal Ashby : 13/20 [img]http://www.dvdbeaver.com/film2...[/img] [img]http://4.bp.blogspot.com/-QLuD...[/img]
  • Plume231
    La Dernière Corvée (1974) d'Hal Ashby [img]http://www.cinemotions.com/dat...[/img] Synopsis : Deux sous-officiers de la US Navy, Buddusky et Mulhall, sont chargés d'escorter Larry Meadows, un délinquant condamné à huit ans de prison pour avoir tenté de voler quarante dollars dans un tronc de charité. Les deux compères ont tôt fait de se rendre compte que le jeune homme ne connaît rien à la vie. Durant leur voyage, ils entreprennent d'initier leur protégé, d'abord à boire de la bière, puis à se battre, et enfin à se comporter virilement avec les filles. Les trois hommes deviennent bientôt de bons amis. Au fil des jours, Buddusky et Mulhall finissent par douter du bien-fondé de la condamnation qui frappe leur compagnon de route... [img]http://www.legrandaction.com/i...[/img] Critique : Hal Ashby est surtout l'homme d'un seul film, à savoir le petit bijou qui porte le nom d'"Harold et Maude", le reste de sa carrière étant, disons pour être gentil, inégal. Inégal est le terme qui correspond bien pour désigner "La Dernière Corvée". La virulence, peu commune dans le cinéma américain, dont le film fait preuve envers la hiérarchie militaire, qui n'hésite pas à condamner un homme à huit ans de prison pour une broutille, est une des deux choses remarquables. L'autre chose remarquable est bien évidemment l'interprétation géante du géant Nicholson. Ben autrement, il y a quelques bons instants par-ci, par-là mais qu'est que ça se traîne et puis surtout le capital "drôlerie et émotion" que l'on pouvait attendre d'un tel sujet est très loin d'être exploité. Dommage... Note : 9/20 (**) [img]http://tcmcinema.fr/wp-content...[/img]
  • christo8684
    [quote]Hal Ashby est surtout l'homme d'un seul film, à savoir le petit bijou qui porte le nom d'"Harold et Maude", le reste de sa carrière étant, disons pour être gentil, inégal[/quote] il a quand même fait Coming home aussi
  • Plume231
    Le Retour (1978) de Hal Ashby [img]http://images.allocine.fr/r_16...[/img] Synopsis : Bob Hyde, capitaine dans l'armée américaine, se réjouit de partir faire son devoir au Viêtnam. Son épouse, Sally, femme-enfant conformiste, fille d'officier parfaitement soumise à son mari, se fait une raison. Sous l'impulsion de Viola, une amie, Sally s'engage comme volontaire à l'hôpital des vétérans blessés. Elle y rencontre Luke, un lointain camarade de collège, paraplégique et révolté. A son contact, Sally s'épanouit. Elle découvre tout aussi bien l'amour que la réalité d'un monde dur et violent. A Hongkong, où elle retrouve brièvement son mari, elle mesure l'ampleur du changement survenu en elle et la distance qui la sépare dorénavant de Bob... [img]http://2.bp.blogspot.com/-R8bz...[/img] Critique : Un film qui accuse son âge mais qui paradoxalement trouve une grande partie de son intérêt d'aujourd'hui grâce à cela. Tout simplement peut-être parce que c'est une des premières oeuvres, avec "Voyage au bout de l'enfer" (qui lui a très bien su traverser le temps !!!), à traiter des blessures physiques et surtout des blessures de l'âme des soldats ayant combattu au Vietnam. Le sujet est fort, le scénario est un peu décousu mais l'occasion d'admirer le talent de Jane Fonda et de Jon Voight au sommet ainsi que le plaisir d'entendre des tubes de l'époque (dont le génial "Hey Jude" !!!) est trop belle pour que l'on passe à côté. [img]http://r21.imgfast.net/users/2...[/img] [img]http://www.movingimagesource.u...[/img]
Voir les commentaires
Back to Top