Mon AlloCiné
Colin Clive
facebookTweet
Métier Acteur
Nationalité Britannique
Naissance 20 janvier 1900
Décès 25 juin 1937 à l'age de 37 ans
6
ans de carrière
10
films et séries tournés

Filmographie

La Femme que j'aime
La Femme que j'aime
Date de sortie inconnue
La Fiancée de Frankenstein
La Fiancée de Frankenstein
Date de sortie inconnue
Le conquérant des Indes
Le conquérant des Indes
Date de sortie inconnue
Les Mains d'Orlac
Les Mains d'Orlac
Date de sortie inconnue
The Girl From Tenth Avenue
The Girl From Tenth Avenue
Date de sortie inconnue
Jane Eyre
Jane Eyre
Date de sortie inconnue
La Phalène d'argent
La Phalène d'argent
Date de sortie inconnue
Toute sa filmographie Speednoter sa filmo
Commentaires
  • Plume231

    test

  • Plume231

    Frankenstein (1931) de James Whale

    [img]http://www.bemovi.com/template...[/img]

    Synopsis : Persuadé qu'il est capable de rivaliser avec la puissance divine, le docteur Henry Frankenstein décide, assisté de son valet bossu, Fritz, de façonner une créature humaine à partir d'organes et de membres épars recueillis dans les cimetières. Il s'aide de l'électricité tirée de la foudre pour animer son monstre. Mais celui-ci est malencontreusement pourvu du cerveau d'un criminel et se montre très violent. Lorsqu'il tue la petite Maria, les villageois se soulèvent et décident d'annuler les festivités données en l'honneur du mariage de Frankenstein avec Elizabeth. A présent, ils n'ont qu'une idée : arrêter le monstre avant qu'il ne commette d'autres crimes...

    [img]http://image.toutlecine.com/ph...[/img]

    [img]http://franchisemedia.ign.com/...[/img]

    Critique : C'est peut-être Mary Shelley qui a crée le mythe de "Frankenstein" mais grâce à ce film et aux talents conjugués de l'équipe technique et des interprètes elle est devenue LA création d'Hollywood. Alors il n'est pas difficile de trouver quelques mauvais raccords ou quelques invraisemblances scénaristiques mais il n'empêche c'est impossible de ne pas prendre son pied devant cette oeuvre. Loin de la staticité pesante du "Dracula" de Tod Browning, le grand James Whale (quelle brillante idée de lui avoir confié la réalisation!!!) utilise énormément de possibilités techniques pour fluidifier au maximum le film et lui donne un rythme impeccable d'ensemble qui se fond très bien dans des décors gothiques inoubliables. Quelques scènes vraiment mémorables (la création du "Monstre", l'incendie finale dans le moulin,...) et une interprétation grandiose de Colin Clive et de Dwight Frye ne font qu'ajouter au plaisir. Mais les deux éléments qui ont fait surtout ce mythe sont : la maquillage à jamais indissociable de la Créature crée par Jack Pierce et la composition subtile de Boris Karloff, définitivement celui qui a donné THE INTERPRETATION. Karloff ne fait qu'ajouter à la modernité et à la poésie de ce chef d'oeuvre en insufflant beaucoup d'empathie à son personnage, faisant même comprendre l'impardonnable à savoir le meurtre d'un enfant. "Frankenstein" ce n'est pas (ou peu!!!) Mary Shelley mais James Whale, Jack Pierce et bien sûr Boris Karloff. Légendaire.

    Note : 19/20 (*****)

    [img]http://media-1.web.britannica....[/img]

    [img]http://media.web.britannica.co...[/img]

    [img]http://cinepressions.files.wor...[/img]

    La Fiancée de Frankenstein (1935) de James Whale

    [img]http://rimworlds.com/theclassi...[/img]

    Synopsis : Le Lord Byron persuade Mary Shelley de continuer l'histoire terrifiante de la créature qu'elle a imaginée. Près des cendres du moulin, les parents de la petite fille noyée découvrent que le Monstre n'est pas mort. La créature a échappé à l'incendie et les tue. Ne voulant plus être seul, le Monstre sauve une bergère de la noyade mais il est capturé par les habitants du village et emprisonné. Il parvient a s'échapper et terrorise les alentours en tuant plusieurs personnes. Il se réfugie dans la forêt et tombe sur une petite maisonnette habitée par un vieil ermite aveugle. Celui-ci, ne pouvant voir le visage monstrueux de son visiteur, devient son ami et apprend à parler à la créature. Mais deux chasseurs qui passaient par là font fuir le Monstre qui se retrouve encore seul. Pendant ce temps, le docteur Frankenstein, encore affaibli par la lutte avec sa création, reçoit la visite de son ancien professeur, le docteur Prétorius. Celui-ci révèle à Henry que ses expériences personnelles lui ont permis de créer des petits êtres humains vivant dans des bocaux. Il a décidé de donner une compagne au Monstre. Henry refuse catégoriquement mais Prétorius, qui a retrouvé le Monstre, lui force la main faisant enlever Elizabeth par celui-ci. Les deux savants construisent alors une créature femelle et lui donne vie...

    [img]http://3.bp.blogspot.com/_xZJJ...[/img]

    [img]http://www.filmschoolrejects.c...[/img]

    Critique : Alors en fait la Créature n'est pas mort dans l'incendie du moulin et il faut donc faire une suite (quelle nouvelle, à côté l'affaire DSK c'est de la gnognotte!!!) mais comme James Whale avait du culot et était génial ben au lieu de faire une vulgaire suite il s'est autoparodié. Beaucoup disent que ce second opus est supérieur au premier, et bien j'ai le regret de dire qu'ils ont totalement raisons (notamment par une technique et des décors encore plus soignés!!!). Pour ce faire on reprend les mêmes, Colin Clive (OUAAAAAAAIS!!!), Boris Karloff (OUAAAAAAAAAAISSSSSSSSS!!!), Edward Von Sloan (ah non, pas lui il est mort mais on était pas à une résurrection près!!!), Dwight Frye (mais sous une autre forme parce que lui aussi a été zigouillé dans le premier film!!!), tiens c'est bizarre Elizabeth a changé de couleur de cheveux et de visage (encore qu'elle ait eu le temps de se faire une coloration pendant que son futur époux chasse la Créature, OK, mais pour le visage...!!!). On rajoute une servante toquée qui provoque le fou rire à chacune de ses apparitions (Una O'Connor, énorme!!!), une scientifique du nom de Pretorius (je vous rassure ce nom annonce très bien la couleur!!!) et ses "miniatures" (scène totalement délirante pour trucages étonnants de modernité!!!), bien sûr la Créature femelle (géniales les scènes finales avec elle!!!) avec une coupe de cheveux tout droit sortie d'un défilé Jean-Paul Gaultier, et autrement soit des assassins, soit des abrutis, les deux parfois... A la question "est-ce que James Whale a foutu le plus grande nombre possible de dégénérés dans son film???", la réponse est oui. Bref, on se fend tout le temps la poire, à l'exception des scènes avec la Créature, encore plus attachante que dans le premier opus par sa recherche de l'amitié, et l'ermite aveugle qui en très fort contraste avec le reste sont très émouvantes et montrent la compassion du cinéaste pour les rejetés. Il faut mentionner aussi une partition de Franz Waxman qui est parfaitement dans le ton, des tonnes d'allusions sexuelles et christiques, dire que cette oeuvre préfigure le film d'horreur parodique, qu'elle est jouissive de la première jusqu'à la dernière seconde (petite précision : le respect de la vie dans ce film est un peu "hasardeux"!!!), que James Whale était vraiment génialement audacieux et que c'est un put... de chef d'oeuvre absolu.

    Note : 19,5/20 (*****)

    [img]http://moviesovermatter.files....[/img]

    [img]http://eric.b.olsen.tripod.com...[/img]

    [img]http://www.filmreference.com/i...[/img]

  • Plume231

    La phalène d'argent (1933) de Dorothy Arzner

    [img]http://www.moviegoods.com/Asse...[/img]

    Synopsis : Mari modèle et politicien soucieux de sa réputation, Christopher Strong reproche à sa fille d'aimer un homme marié. Son rigorisme s'atténue quelque peu quand il s'éprend lui-même, contre toute attente, d'une demoiselle pleine de caractère et fanatique d'aviation, Cynthia Darrington. Une folle passion unit bientôt ces deux êtres. Mais un tel amour ne peut durer : il compromettrait la carrière de Strong et l'harmonie de sa famille. D'un commun accord, Cynthia et Christopher se séparent. Cupidon, le fripon, les réunit à nouveau. Cette fois, Cynthia tombe enceinte...

    [img]http://www.moviediva.com/MD_ro...[/img]

    Critique : Cette rareté tournée par une des (très !!!) très rares femmes cinéastes hollywoodiennes de l'époque est clairement dominée par Katharine Hepburn, dans sa deuxième apparition à l'écran, dans le rôle d'une pionnière de l'aviation, un brin inspiré par Amelia Earhart. Un mélodrame qui vaut pour le portrait de ce personnage, ses quelques consonances féministes et une scène finale qui va bien dans un ton tragique. Mais ce ton tragique aurait été encore plus fort s'il y avait eu un quelque chose en plus comme par exemple vingt minutes supplémentaires. Ces dernières auraient permis de mieux développer par exemple le personnage interprété par Colin Clive, et parfois même d'avoir un rythme plus posé qui aurait donné plus de temps pour qu'on s'attache aux protagonistes. Donc on quitte ce film qui a quelques qualités non négligeables avec une impression d'inabouti facilement aboutissable.

    Note : 11/20 (**)

    [img]http://2.bp.blogspot.com/-UfWz...[/img]

Voir les commentaires
Back to Top