Notez des films
Mon AlloCiné
    A boire
    A boire Bande-annonce VF
    39 533 vues
    2 déc. 2004
    9
    Partager
    Partager sur WhatsApp Partager sur Facebook Partager sur Twitter
    A boire
    A boire
    Sortie le 29 décembre 2004 | 1h 30min
    De Marion Vernoux
    Avec Edouard Baer, Emmanuelle Béart, Atmen Kélif, Yves Verhoeven, Jean-Michel Tinivelli
    Presse
    2,9
    Spectateurs
    1,7
    1 Bande-annonce & Teasers
    A boire Bande-annonce VF 1:53
    Vidéo en cours
    A boire Bande-annonce VF
    39 533 vues - Il y a 15 ans
    1 Emission d'actu ou bonus
    Edouard Baer Interview : A boire 1:38
    Edouard Baer Interview : A boire
    4 067 vues - Il y a 15 ans

    Commentaires

    • teubleteub
      Désespérés le matin, voulant fuir ce qu’ils ont vécu la veille, le médecin désabusé, le paumé estropié et l’abandonnée sur le déclin ne peuvent s’empêcher de se retrouver, le soir, pour fuir encore une fois les maux de leur journée.C’est la rencontre de trois individus que tout distingue au moment sordide où ils échouent. Ils sont passés de l’autre côté.Pierre et Irène se cherchent un peu, Seb le boulet-canne est là quand il faut et le reste du temps. L’avenir n’est pas à eux.Un film parfois dénigré par la critique et souvent mal perçu par le spectateur.Et pour cause, Á Boire est un film léger, avec un scénario un peu absent, un déroulement événementiel sans trop d’intérêt. C’est un film gênant, qui nous transmet son vertige nauséeux. Et le produit final, pourtant, est étonnamment désopilant.Le jeu d’acteurs est irréprochable, fin, subtil, sans fausses notes. Le verbe est inattendu, la maîtrise du détail est déconcertante. Emmanuelle Béart qui joue le rôle de la manipulatrice inexpérimentée la rend parfaitement séduisante, Édouard Baer saisit les traits infects d’un corrupteur sans scrupule à qui l’on pardonnerait tout, Atmen Kélif, enfin, qui ne pourrait pas être plus crédible dans le rôle du loser attachant, contourne habilement la caricature et dresse l’authentique portrait psychologique du malaise du tocard. Á Boire vous fout une effrontée gueule de bois, vous enivre et vous demande, ensuite, qu’elles étaient vos limites.À boire et à revoir, pour rire en déprimant et se rappeler les improbables répliques d’un drame comique parfaitement achevé.
    Voir les commentaires
    Back to Top