Mon Allociné
Elena
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
<strong>Elena</strong> Bande-annonce VO
facebook Tweet G+Google
Elena Bande-annonce VO
Film : Elena
3,5 pour 385 utilisateurs
Stars : Nadezhda Markina, Andrei Smirnov, Elena Lyadova, Alexey Rozin, Evgenia Konushkina
Mise en ligne : mercredi 14 décembre 2011
1. Choisissez la taille de votre lecteur
2. Copiez ce code dans votre blog ou site perso Selectionner
1 Bande-annonce & Teasers
<strong>Elena</strong> Bande-annonce VO 1:37
Elena Bande-annonce VO
171 290 vues

Commentaires

  • Antoine Valay

    Elena est un film très beau par les images qui apparaissent très en accord avec le propos. L'interprétation me semble exagérée ou molle mais ce film est intéressant néanmoins. Il souffre de quelques longueurs mais a un genre pas désagréable. L'histoire est assez peu crédible et certaines scènes semblent parfois n'avoir aucune cohérence avec le reste. Soit trop brutales, soit inutiles et sans débouché. Je ne sais pas si il est taillé pour le grand public car il est assez spécial, dans son propos assez vaseux et sa construction approximative. Quand on arrive au générique de fin, j'ai eu l'impression de n'avoir rien vu et d'avoir perdu mon temps. Cela dit il vaut le coups pour l'image il me semble. Fade et peu enrichissant sauf pour la photo.

  • Nelly M.

    Le petit jour sur les baies vitrées d'une maison confortable. Petites lueurs solaires aux bords du long plan fixe, un oiseau pour l'animer, on est en temps réel chez des gens un matin parmi d'autres. L'intérieur est de bon goût, ces lattes de parquets très larges, bien cirées, tout respire la bonne maison. Qu'est-ce que c'est bien de voir des gens ordinaires au cinéma, ce couple qui fait chambre à part pour connaître le repos, soudé par mille petits riens mutuellement consentis, avec une tension, leurs grands rejetons respectifs. Elena, physique solide d'ex-infirmière, première levée, dernière couchée, bichonne son époux, ses enfants et petits-enfants, son mari à fille unique et caractérielle s'avérant surtout sportif. Rien que de très banal. Et puis soudain la démangeaison de simplifier sans attirer les soupçons.Du coffre au train, les billets voyagent. Un cheval blanc à terre fait craindre le pire, ainsi que de hautes cheminées où des bandes pratiquent pour de vrai les combats des jeux vidéo. Tableau au vitriol de la Russie contemporaine à travers une famille recomposée sur fond de chômage, de corruption. Un sens pratique aigu qui conduit à ne plus avoir de scrupules du tout. Petits calculs de survie des anciens et des nouveaux pour conserver une respectabilité de façade. A quel point est-ce russe et exclusivement russe, hum... Possible de trouver la mise en scène un peu trop délayée en revanche, la jeunesse hyperactive, les très optimistes déploreront l'absence de légèreté globale. Les patients et les réfléchis devraient y trouver beaucoup de sens en revanche.

  • Blaste

    Pas forcément nécessaire, comme film, j'ai trouvé que le réalisateur se complaisait quand même dans des acquis formels un peu réchauffés, le film ne fera surement pas avancer un débat artistico-technique sur le cinéma, mais quand même ça fait un bien fou de voir un film aussi maîtrisé dans tous les sens du terme : au montage, j'ai eu le sentiment que chaque plan faisait pile la longueur qu'il fallait pour faire passer les idées, c'est d'une efficacité et d'une émotion redoutables ; dans la mise en scène, le cinéaste ne s'est peut-être pas tant que ça reposé sur des codes pompeusement académiques, même s'ils restent majoritaires, mais j'ai plutôt eu le sentiment que la caméra s'adaptait au filmé, et non l'inverse, et ça, c'est vraiment rafraichissant et enthousiasmant au cinéma aujourd'hui (je ne citerai qu'un exemple : le passage à la caméra portée à l'épaule vers la fin du film, assez inattendu et surprenant). Niveau scénario, n'y connaissant absolument rien à la société russe contemporaine, j'ai été soufflé par ce portrait social "comparatif" et peu optimiste entre une bourgeoisie suffisante et un monde "prolétaire" miséreux et un peu envieux, si on en croit les deux tout derniers plans qui semblent par ailleurs illustrer à la perfection l'expression "l'argent ne fait pas le bonheur". Quant à savoir s'il s'agit pour autant d'un film anti-capitaliste, j'en sais rien, je suis pas dans la tête du réalisateur, ce n'est qu'une interprétation parmi d'autres, mais en tout cas le cinéaste lui-même (je ne cite pas son nom explicitement, désolé, j'ai un peu de mal à l'orthographier correctement, ou alors faudrait que je l'appelle Andreï mais ça ferait un peu familier :p ) semble porter lui-même un regard critique sur son scénario (d'autres diraient surement "il se regarde filmer"... peut-être :D ) puisqu'il l'encadre par cette branche, ce détail de la nature, comme si, finalement, toute l'histoire à laquelle nous avons assisté pendant 1h50 était d'une insignifiance confondante (j'en reviens à Hochhäusler, mais on peut trouver un regard similaire à la fin de Unter Dir Die Stadt)). Et esthétiquement, c'est sublime, des décors aux lumières.

  • ffred

    Chef d’œuvre !
    http://lecinedefred2.over-blog...

  • nicole-lapetite

    Le résumé (plus haut), intitulé "Synopsis et détails" ne correspond pas au contenu du film.

  • lepasseur

    C'est toujours un grand moment que de retrouver Andrei Zviaguintsev au cinéma. Souvenez-vous du magnifique Le Retour en 2003. Elena, son dernier film, m'a moins convaincu mais il y a chez lui un art de la mise en scène toujours mis en valeur par une sublime lumière. Ma critique :

  • arnaud1972

    salaud de pauvres, voilà le message glaçant de ce film trouble et ambigu qui n''épargne personne...

  • toutouche

    un peu déçue par la lenteur et la tristesse du film mais impressionnée par le jeu de Elena. Quelle horreur ce Vladimir et le fils qui ne mérite pas une mère pareille. Je ne regrette pas, il faut être curieux comme tous ceux qui aiment le cinéma

  • Karine Z.

    C'est un film qui peut être très apprécié par les cinéphiles , moins pour les amateurs. 4/5

  • Aspro

    Avec Elena, le réalisateur russe Andrei Zvyagintsev (Le Retour) délivre un drame à combustion lente mais passionnant qui a une vision étrangement sombre de la sainteté de la famille afin d'explorer les façons dont les mauvaises graines ont l'habitude de s'épanouir dans n'importe quel environnement.

    Nadejda Markina offre une riche performance, complexe, quasi silencieuse , une ancienne infirmière maintenant mariée à un riche homme d'affaires du nom de Vladimir (Andreï Smirnov). Après avoir rencontré et soigné Vladimir, leur mariage peut fonctionner de la même façon, mais il semble fonctionner pour eux, offrant à chacun une vie meilleure que celle qu'ils auraient eu individuellement. Les problèmes découlent de leurs familles respectives. Elena n'a pas de relation avec la fille de Vladimir, elle est convaincue d'être mal jujé en raison de son statut social. Vladimir à son tour voit la famille de Elena - son fils et, surtout, son petit-fils - comme des sangsues.

    Lorsque les film osent diffèrent dans sa volonté d'explorer ce qui pourrait arriver si ce dernier scénario était vrai. Par conséquent, ce qui suit est une parabole morale de préhension sur les façons dont les familles peuvent se désagréger. 3.5/5

Voir les commentaires