Mon AlloCiné
Run
Run Bande-annonce VF
20 419 vues
5 déc. 2014
11
Partager
Partager cette vidéo sur
facebook Tweet
Run
Run
De Philippe Lacôte
Avec Abdoul Karim Konaté, Isaach de Bankolé, Alexandre Desane, Djinda Kane, Reine Sali Coulibaly
2,4
pour 38 utilisateurs
1 Bande-annonce & Teasers
Run Bande-annonce VF 1:40
Vidéo en cours
Run Bande-annonce VF
20 419 vues
2 Extraits
Run - EXTRAIT VF "Changer de vie" 1:14
Run - EXTRAIT VF "Changer de vie"
1 737 vues
Run - EXTRAIT VF "Libération !" 1:36
Run - EXTRAIT VF "Libération !"
376 vues

Commentaires

  • wally kieroon
    Vu à Cannes. Une bonne idée de départ, mais beaucoup trop ambitieuse pour un réalisateur qui fait son premier film et qui n'a carrément pas les épaules pour. Le renouveau du cinéma ivoirien ne passera pas par lui. Mal filmé, mal monté et mal joué (les acteurs sont tous amateurs et ça se sent, hélas) et sans rythme. Pour voir du cinéma africain réussi et ambitieux, je recommande Timbuktu, qui est nettement supérieur. Il était en compétition officielle à cannes et est injustement reparti sans prix.
  • Bjorg L.
    Un beau film qui était en sélection Un certain regard à Cannes. Le réalisateur a unréel talent pour raconter son histoire, directement inspirée des évènements deces dernières années en Côte d’Ivoire. Il faut sortir des canons purementoccidentaux pour entrer dans sa narration, qui réussit avec finesse àintroduire quelques éléments de merveilleux et de fantastique. L’utilisationdes flash-backs, maîtrisées n’est pas la moindre originalité du film. L’imageest soignée, la musique judicieusement composée. Certes le film n’est pasexempt de défauts : quelques baisses de rythmes, certains acteurs pas toujours trèsbien dirigés. A voir pour découvrir une vision neuve du cinéma africain
  • moaddi
    Un film à la fois politique et poétique. La mise en scène est très soignée. Mention spécial au trop rare Isaach De Bankolé, un fidèle de Jim Jarmusch et Claire Denis qu'on a le plaisir de retrouver ici.
  • Nick S.
    Vu à Cannes. Film fascinant, étude fine d’une Afrique enpleine mutation et qui se cherche, magnifiquement illustrée par le parcours duhéros : « faiseur de pluie » mystique, manageur de« mangeuse professionnelle » (!), puis racketteur-flambeurmatérialiste, enfin vengeur d’une cause politique qui lui échappe. Le filmmontre intelligemment comment un même personnage peut, au gré des aléas, passerd’une vie à l’autre. Le jeu de l’acteur principal est d’une intensité rare. Avoir !!
  • jp C.
    Je viens de le voir à 14 heures. Ou bien Nick S. est le producteur ou bien il est le distributeur du film, mais dans tous les cas son commentaire sent vraiment la pub cachée, ce qui est assez courant sur allo ciné. J'entends bien qu'un film ivoirien, on a envie de le défendre mais quand je lis des papiers ça et là qui mettent en avant la nationalité du film, je comprends. Mais peut-on après cela, parler CINEMA ? Car Run en est globalement dépourvu tant le découpage est pauvre, le point de vue absent, le scénario bancal. Un peu de thriller américain, un peu de conte africain, un peu de film d'auteur (sous kechiche), un peu de tout et finalement pas grand chose. On était trois dans la salle. Le film ne sera plus à l'affiche la semaine prochaine. C'est dommage mais c'est difficile d'encourager les gens à aller voir ce film alors que Timbuktu est encore à l'affiche.
  • Nick S.
    Ni producteur ni distributeur, j’ai vu ce film à Cannes et je l’ai aimé. Je ne suis pas le seul, lire en particulier la très bonne critique de Jean-Michel Frodon sur http://blog.slate.fr/projectio.... Dommage que cette dernière ne soit pas reprise sur allociné. Un commentaire de votre part intéressant à relever : « c'est difficile d'encourager les gens à aller voir ce film alors que Timbuktu est encore à l'affiche », qu’on retrouve également dans celui de Wally Kieroon : « Pour voir du cinéma africain réussi et ambitieux, je recommande Timbuktu, qui est nettement supérieur ». Quel est le rapport ? C’est un peu comme si vous disiez de ne pas voir tel film italien uniquement parce que tel film français est, en matière de cinéma européen, plus réussi : ça n’aurait aucun sens. L’Afrique est composée d’une multitude de pays et il est un peu condescendant de tout regrouper sous la bannière de « cinéma africain ». Frodon le dit bien : « Il y a quelque chose de scandaleux dans la quasi-indifférence qui accompagne sa sortie, noyée dans la déferlante de films qui s’embouteillent plus que jamais en cette fin d’année. Sans compter que la large reconnaissance, ô combien méritée, de Timbuktu une semaine plus tôt vient encore aggraver ce peu d’attention – personne ne le dira comme ça, mais on voit bien que un film africain ça va, deux de suite faudrait quandmême pas exagérer… ». Run et Timbuktu traitent de sujets radicalementdifférents et n’ont rien de comparable. Alors cessez de les opposer : allez voir les deux, et appréciez les individuellement avec leurs qualités et leurs défauts.
Voir les commentaires
Back to Top