Mon Allociné
La Duchesse de Varsovie
Séances Bandes-annonces Casting Critiques spectateurs Critiques Presse Photos VOD
Blu-Ray, DVD Musique Secrets de tournage Box Office Récompenses Films similaires News
<strong>La Duchesse de Varsovie</strong> Bande-annonce VF
facebook Tweet G+Google
La Duchesse de Varsovie Bande-annonce VF
Film : La Duchesse de Varsovie
3,5 pour 36 utilisateurs
Stars : Alexandra Stewart, Andy Gillet, Rosette, Françoise Michaud, Wojtek Kulpinski
Mise en ligne : mardi 27 janvier 2015
1. Choisissez la taille de votre lecteur
2. Copiez ce code dans votre blog ou site perso Selectionner
1 Bande-annonce & Teasers
<strong>La Duchesse de Varsovie</strong> Bande-annonce VF 1:43
La Duchesse de Varsovie Bande-annonce VF
17 060 vues

Commentaires

  • Brady20

    Il faut vraiment se laisser emporter par le film de Joseph Morder "La Duchesse de Varsovie" qui est une vraiment très original ... ne serait ce que par sa proposition filmique et de décors. On pourrait se croire dans les films d'Alain Resnais (La vie est un roman etc) ... Les comédiens sont vraiment exceptionnels : Alexandra Stewart (La nuit américaine de François Truffaut entre autre) émouvante dans son rôle de grand mère et le petit fils interprété par le très sexy Andy Gillet : un bien bel échange générationnel, un film sur la transmission et sur l'identité ! Amis intéressés par le cinéma d'auteur de qualité ... courrez voir cette oeuvre atypique ... un film franchement à voir !

  • Fabien M.

    Un film original et fort servi par une distribution exceptionnelle : la légendaire Alexandra Stewart et le sublime Andy Gillet ! Les décors, peints à la main, ajoutent une dimension onirique au Paris fantasmé par Joseph Morder, et la musique de Jacques Davidovici est entêtante. Un film à ne manquer, qui sera sans nul doute au palmarès des prochains Cesar !

  • Cyril L.

    L'audace du parti pris n'a d'égal que la poésie du résultat.
    Les acteurs étincellent au milieu de ces décors peints qui rappellent l'âge d'or des studios hollywoodiens.
    Rarement un témoignage ayant pour trame de fond la seconde guerre mondiale aura sonné si juste. Il résonne en chaque spectateur comme une petite musique douce amère.

  • tilhacgregory

    Un sublime hommage au grand cinéma hollywoodien de Vincente Minnelli et Douglas Sirk, dans un Paris rêvé. A la fois tendre et déchirant, grave et flamboyant, un petit bijou que je recommande à tous. Courez-y !

  • Berlioz-Witold

    Comment traiter d'un sujet sensible comme la Shoah sans tomber dans l'obscénité ? Comment aborder ce thème ô combien délicat, sans tomber dans l'écueil du naturalisme ? Comment représenter l'"irreprésentable" ? Conscient de la responsabilité de l'artiste face au monde contemporain, Joseph Morder prend tous les risques en optant pour la stylisation. Dans un Paris fantasmé, majestueux écrin digne des plus beaux films de Stanley Donen ou Vincente Minnelli, Joseph Morder orchestre en virtuose les retrouvailles entre une grand-mère belle et altière cachant un lourd secret (magnifique Alexandra Stewart) et son petit-fils, jeune artiste peintre homosexuel en panne d'inspiration (Andy Gillet, intense et d'une élégance folle). De ce parti-pris de stylisation et d'artifice (tous les décors sont des toiles peintes faisant écho à l'imaginaire des personnages), de toutes ces références saisissantes et jubilatoires au grand cinéma hollywoodien de Douglas Sirk, Minnelli, Donen, ou encore de Jacques Demy, naissent une émotion et une vérité absolument incomparables. Courez voir l'un des plus beaux films de ce début d'année, une oeuvre atypique d'une rare puissance, un OFNI (Objet Filmique Non Identifié) comme vous n'en verrez plus dans votre vie !

Voir les commentaires