Mon compte
    Entre les Frères Coen et les Monty Python, cette comédie déjantée réinvente l'affaire Dupont de Ligonnès !
    Brigitte Baronnet
    Passionnée par le cinéma français, adorant arpenter les festivals, elle est journaliste pour AlloCiné depuis 12 ans. Elle anime le podcast Spotlight.

    C'est un fait divers qui fascine les Français, et pour la première fois, il va faire l'objet d'un film pour le cinéma : l'affaire Dupont de Ligonnès. Attention il s'agit d'une adaptation très très décalée et en comédie grinçante !

    De quoi ça parle ?

    Léa et Christine sont obsédées par l'affaire Paul Bernardin, un homme soupçonné d’avoir tué toute sa famille et disparu mystérieusement. Alors qu'elles partent enquêter dans la maison où a eu lieu la tuerie, les médias annoncent que Paul Bernardin vient d'être arrêté dans le Nord de l’Europe…

    Les Pistolets en plastique
    Les Pistolets en plastique
    Sortie : 26 juin 2024 | 1h 36min
    De Jean-Christophe Meurisse
    Avec Laurent Stocker, Delphine Baril, Charlotte Laemmel
    Presse
    2,8
    Spectateurs
    3,3
    Séances (190)

    Toute ressemblance avec des personnages existants serait purement fortuite ? On connait la formule... Ici, il y a bien des ressemblances entre ce dénommé Paul Bernardin et Xavier Dupont de Ligonnès, et les points de convergences sont délibérés !

    Il s'agit évidemment d'une fiction, mais la trame est celle de cet homme dont l'histoire a fait couler énormément d'encre. L'assassinat de sa famille, et sa fuite. "C'est un mélange entre fantasmagorie cinéma et le fait réel, parce qu'évidemment, avec ma collaboratrice, Amélie Philippe, on a beaucoup étudié pendant un an ou deux toute l'histoire", précise le scénariste et réalisateur Jean-Christophe Meurisse.

    Le pari d'oser faire une comédie sur un sujet choc

    Les Pistolets en plastique est une adaptation très très libre de cette affaire dont on dit qu'elle "fascine" les Français et fait l'objet des "fantasmes" les plus fous sur ce qu'est devenu cet homme porté disparu depuis des années.

    Oser faire une comédie sur ce sujet, donc ! C'est tout le pari de ce film loufoque, à réserver à un public averti, en raison d'"une scène d'une très grande violence [pouvant] heurter un public sensible", comme on peut le lire en accompagnement de la classification "tout public avec avertissement" du film.

    Bac Films

    Le film commence avec Jonathan Coen et Fred Tousch autour d'une table d'opération, en pleine autopsie, en train de papoter comme au comptoir d'un bar autour d'une bière. Objet de la discussion ? La fascination de Netflix pour les films et séries autour des faits divers ! La scène donne le ton de cette comédie. Celui d'oser rire d'un sujet qui devrait, sur le papier, susciter l'effroi.

    "J'ai, comme beaucoup de Français, une fascination assez morbide, en règle générale, pour les faits divers, comme cela est dit au début du film, mais spécialement Dupont de Ligonnès, a expliqué le réalisateur Jean-Christophe Meurisse, lors de la présentation du film en clôture de la Quinzaine des réalisateurs à Cannes cette année. Et on a l'impression, - c'est mon interprétation -, que beaucoup de Français aimeraient qu'il ait réussi. Parce qu'eux aussi, ils se projettent en lui (...) Moi, ça m'interpellait le rapport qu'on a au monstre, qui ne fait que parler de monstres intimes."

    Cette nouvelle réalisation de Jean-Christophe Meurisse (fondateur de la troupe Les Chiens de Navarre) assume pleinement le genre de la comédie noire, en lorgnant clairement du côté des frères Coen.

    "J’ai pioché dans l’histoire de Guy Joao, pauvre type qui a été arrêté à Glasgow et qu’on a pris pour Dupont de Ligonnès – alors qu’il n’avait rien à voir. Préretraité chez Renault, il a été confondu avec l’homme le plus recherché de France, et, arrêté, il a passé vingt-six heures d’enfer dans les geôles écossaises… On était dans un dessin de Sempé ! Je me suis dit que le vrai Dupont de Ligonnès s’est bien marré ! (...) J’ai imaginé deux enquêtrices du web, qui ne passent pas leurs weekends à collectionner des timbres ou à bricoler, mais qui se livrent à des recherches pendant leurs loisirs. spoiler: Dans leur parcours éthylique, elles finissent par énucléer le faux coupable…", poursuit le réalisateur dans le dossier de presse du film.

    Le film est une succession de saynètes, avec plusieurs personnages principaux en fil conducteur, et notamment les excellentes Delphine Baril et Charlotte Laemmel, mais aussi de nombreux guests : Jonathan Coen donc, mais aussi Nora Hamzawi, Vincent Dedienne ou encore Aymeric Lompret.

    Une comédie noire, dans la lignée des frères Coen

    Comme dans Oranges sanguines, la précédente réalisation de Jean-Christophe Meurisse, l'humour est décapant, et par moments, à la limite du dérangeant.

    Le film est certes moins violent qu'Oranges sanguines, mais présente quelques scènes particulièrement trash qui pourront rebuter, par rapport au sujet et cette histoire bien réelle à l'origine. Pour son côté extrêmement loufoque et ses personnages hauts en couleur, on peut aussi penser à l'univers des Monty Python.

    Les pistolets en plastique sort au cinéma ce mercredi 26 juin 2024.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Back to Top