Notez des films
Mon AlloCiné
    "Vertigo", "The Face of Love" ... 5 sosies de l'être aimé au cinéma
    Par Raphaëlle Raux-Moreau — 20 juil. 2014 à 17:10
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Si certains personnages aiment le changement, d'autres tombent inlassablement amoureux d'une même image, d'un même visage. Retour sur ces cas d'amour peu communs, parfois dangereux mais parfaitement fascinants, avec cinq exemples issu du cinéma.

    "Starman"
    D.R.

    L'amoureuse esseulée : Karen Allen (Jenny Hayden)
    Le clone : Jeff Bridges (Scott / Starman)
    La tagline officielle : "Il vient d'une galaxie très loin de la nôtre. Il est en avance de 100 000 années de nous. Il a des pouvoirs que nous ne pouvons pas comprendre. Et il est sur le point de faire face à la seule force de l'univers qu'il n'a pas encore conquis. L'amour.


    Un double aussi bien que l'original
    Parce qu'ils sont pacifistes, des extraterrestres répondent à l'invitation lancée par les Humains, via le Voyager Golden Record, embarqué à bord des sondes spatiales Voyager (réellement lancées en 1977). Ils envoient sur place Starman, l'un des leurs, à bord d'un petit vaisseau. Mais, le Gouvernement ne voit rien de pacifiste là-dedans et attaque donc le vaisseau intrus.

    Starman s'échappe et trouve refuge dans une maison. Celle de Jenny Hayden, une jeune femme toujours bouleversée par la mort de son mari, Scott. Pour se fondre dans la masse, Starman choisit d'utiliser des cheveux de Scott afin de prendre son apparence. Jenny assiste à sa transformation, de l'enfant à l'adulte. Lorsqu'il se retourne enfin, totalement nu, elle pense avoir retrouvé Scott. Très vite, elle comprend que cet homme n'est pas son mari défunt et est, de prime abord, totalement effrayée, méfiante et même hostile envers Starman.

    C'est là que la magie du film opère, nous montrant toute la palette d'émotions qui va vrombir en Jenny. Partagée entre l'émotion de retrouver l'image parfaite de son mari défunt, elle est aussi troublée de voir qu'elle peut être touchée par quelqu'un de nouveau. Sensible à la générosité de Starman, elle tombe amoureuse de lui. Bien évidemment, leur histoire est impossible et ne peut déboucher sur un avenir, Starman devant rentrer chez lui. Mais, avant de partir, l'alien lui offre le plus beau des cadeaux lorsqu'il lui dit qu'elle porte son enfant (ou plutôt celui de Scott), un miracle étant donné qu'elle est stérile.

    Cet avenir commun a d'ailleurs été exploré dans une série...
    On y découvre ainsi l'enfant de Jenny et Starman/Scott. Malheureusement, ce show lancé par ABC en 1986 n'a jamais fonctionné et a été annulé au bout d'une saison.


    Starman contre un autre Extraterrestre
    Starman est tout de même le film qui a permis à John Carpenter d'être nommé pour la première fois de sa carrière à un Oscar. Même si c'est Jeff Bridges qui en a reçu l'honneur en étant cité à l'Oscar du meilleur acteur ! Un joli clin d'oeil qui a peut-être permis au Studio Columbia d'oublier les malheurs connus au moment du développement un peu trop long du film. A l'époque, le scénario de Starman a en effet été présenté au studio en même temps qu’un autre script racontant l’arrivée d’un extraterrestre sur terre et ses interactions avec les humains. Columbia, qui ne souhaitait pas sortir deux films traitant du même sujet en même temps, choisit alors de développer Starman, visant un public plus mature selon lui, laissant donc l’autre scénario à un studio rival. Ce fameux scénario était celui... d’E.T. Le film de Steven Spielberg ayant connu le succès que l'on sait força Columbia à repousser la sortie de Starman… à deux années plus tard.

    Starman Bande-annonce VF

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    • Paya-tan
      Parmi les films avec sosies, il y a aussi le bonheur est dans le pré
    • Jonas Choice
      Veinard! Je ne le trouve pas aux alentours de chez moi (pourtant je suis un parisien...)
    • Jean-Michel Nguyen
      Dans le genre non romantique, il y a le roman 'Le Prisonnier de Zenda' (Anthony Hope, 1894), où le roi de Ruritanie s'est fait enlever et où un touriste anglais, qui est le sosie parfait du roi, prend sa place, comme 'Président d'1 jour' (Ivan Reitman, 1993) ou 'Kagemusha, l'ombre du guerrier' (Akira Kurosawa, 1980), où cette fois, c'est un voleur qui est le sosie du chef du clan Takeda.
    • La petite grenouille
      "The Face of Love" est très beau !
    Voir les commentaires
    Back to Top