Mon compte
    "Projet Almanac", "L'Effet Papillon"... 11 films à choix multiples
    Par Thomas Imbert — 24 févr. 2015 à 19:00

    Comme dans "Projet Almanac" certains personnages de films ont parfois la possibilité de modifier le cours de leur existence. Retour sur 10 films dans lesquels on découvre différentes versions d'une seule et même vie...

    La Vie est belle (1947)

    Paramount Pictures

    C’est le soir de Noël, mais alors que tout le monde s’apprête à déguster la dinde aux marrons en famille, George Bailey, lui, se tient debout au sommet d’un pont et se prépare à sauter. Les raisons de sa détresse : de gros problèmes d’argent et de plus en plus de difficultés à trouver un sens à sa vie.

    Pour l’empêcher de commettre l’irréparable, l’ange Clarence le fait voyager à l’intérieur d’un monde dans lequel il n’a jamais existé. George, qui pensait n’être bon à rien pour personne, est sur le point de découvrir à quel point il est précieux pour sa famille et ses amis, et à quel enfer ressemblerait leur vie s’il n’en avait pas fait partie.

    La Vie est belle Bande-annonce VO

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    • Will_kerman
      Tu as manqué une occasion de te taire... ;)Il faut que tu SOIS plus humble à mon avis. Et "veuX" s'il-te-plaît.Cordialement.
    • Jeoffrey D.
      Avis a tous se qui ont mis inception dans la même thématique que ce film vous avez rien compris a inception ,car dans ce dernier il n'est pas question de voyager dans le temps mais, de voyager dans les rêve d'autruit à fin d'y implenter une idée.Sinon projet almanac est vraiment cool et je le recomande à tout les fan de l'effet papillon
    • axel stone
      Vous avez tous oubliés Familly man avec un magistral, sublime Nicolas Cage est ca c'est moche!
    • Batfleck
      Le subjonctif, tu connais ?Jusqu'à preuve du contraire, on écrit bien"il faut que je fasse" et non "il faut que je fais"alors pour voir c'est pareil, le verbe falloir engendre toujours le subjonctif.
    • leblon35
      parce que vois du verbe voir ça s'écrit avec un S, là tu veut dire le chemin, la voie... Bref les stagiaires allociné ont juste bon dos pour encaisser toutes les erreurs du site voilà tout cordialement)
    • Davsidious
      L effet papillon , un chef d oeuvre de l année 2004 , pour moi biensur ;)
    • Okr
      Il manque "Looper" si je ne me trompe pas.
    • Merlin P.
      Hum pour le cas de l'armée des 12 singes, malgré un retour dans le passé, le résultat final est inchangé, car il a littéralement l'image de sa propre mort dans ses souvenirs d'enfances, sans le savoir d'ailleurs.
    • Batfleck
      Non, et je ne vois pas la raison de ton commentaire.
    • leblon35
      Toi aussi tu es stagiaire allociné ? (j'en suis je me permets l'autodérision)
    • Batfleck
      voie*
    • CarrieBradshaw44
      Dans le même genre, il y a le film "L'agence" avec Matt Damon et Emily Blunt
    • maranix
      Le film "Looper" ne pourrait-il pas entrer dans cette catégorie de films?En effet, tout comme l"effet papillon" le héros modifie le cours de son existence.
    • Nicolas D.
      Vous avez oublié ce magnifique film: "il était temps" A mon avis il rentre dans le top 10 largement!
    • scarface1972
      L'effet Papillon était génial j'avais trouvéUn jour sans fin sympa
    • gimliamideselfes
      Faut que je vois le Resnais, mais c'est long.
    • tandrya
      Mon film préféré dans la liste est "L'effet papillon". Ce film m'as prit au trip.
    • Nicano
      L'Effet Papillon est clairement une énorme claque dans le genre, bien qu'il y en ait d'autres. En particulier si l'on regarde toutes les fins alternatives. Une en particulier est vraiment WTF, mais géniale.
    • ElQuebecois
      Mention honorable au film Clue, où on nous propose trois fin différentes.
    • Jean-Michel Nguyen
      William Dean Howells imagina une nouvelle où un personnage revivant le même jour tous les jours ... en 1892 ! Cette nouvelle a été adaptée 2 fois sous forme de téléfilms : 'Christmas Every Day' (Larry Peerce, 1996) et 'Christmas Do-Over' (Catherine Cyran, 2006)Robert A. Lupoff écrivit une nouvelle, '12:01 PM', où un personnage revit la même heure (12h01 - 13h) toutes les heures, en 1973.La nouvelle a été adaptée 2 fois : '12:01', court métrage de 1990 par Jonathan Heap, et '12:01', téléfilm de 1993 par Jack Sholder. Ce téléfilm est sorti en France uniquement en VHS sous le titre '12:01 - Prisonnier du Temps'. En 1993, les scénaristes et producteurs du téléfilm poursuivirent en justice 'Un Jour Sans Fin' (Harold Ramis, 1993) pour plagiat Les charges ont été abandonnées dans l'année.
    Voir les commentaires
    Back to Top