Mon compte
    40 ans de César, 40 ans de souvenirs !
    Par Brigitte Baronnet & Laetitia Ratane — 20 févr. 2015 à 16:30

    Le plus émouvant, le plus gênant, le plus drôle ? A l'occasion du quarantième anniversaire de la cérémonie, les personnalités du cinéma français nous confient leurs moments favoris, et donnent leur point de vue sur quelques enjeux actuels.

    Quid de l'avenir du cinéma ?

    De moins en moins de tournage en France

    Adèle Haenel

    Il y a un vrai questionnement sur la façon dont on fait du cinéma. C'est un métier de passion où en France, on se dit souvent  "on va se dépenser sans compter", que ce soit pour les techniciens ou les acteurs. Le problème, ce n’est pas de pouvoir le faire mais c’est que cela se normalise. Il y a eu une crise dans le cinéma au moment où les techniciens qui travaillaient depuis super longtemps, et pas qu’eux d’ailleurs, ont proposé une convention collective. Celle-ci n’est absolument pas souple. Il faut prendre en considération les gens avec qui on travaille mais il faut arrêter de penser qu’on peut faire plein d’économies sur le dos du travail. La réponse à mon avis n’est pas du tout adaptée.

    Joséphine Japy

    C’est quelque chose qui m’intéresse et qui est important pour moi. C’est pour cela aussi que je continue mes études. J’aime comprendre ces choses-là ou en tous cas essayer de les comprendre. Il faut reconnaître qu’il y a quand même eu énormément de gens dans les salles cette année. Le cinéma est un marché comme les autres, il faut qu’il y ait de la confiance pour qu’il y ait de l’investissement et des tournages. Il y a d’autres pays européens où le cinéma, avec la crise, a énormément souffert voire disparu comme en Espagne. Il faut être positif car tout nous permet de l’être ici en France.

    Marc Zinga

    La question du manque de tournage ici me renvoie aussi au débat sur les scénarios. C’est un métier particulier. Le cinéma a une position compliquée entre la place de l’artiste et le rayonnement de tous ces privilèges. Il faut réussir à faire de tout cela quelque chose de bien et donc valoriser le métier de scénariste. C’est une science qui est complètement inexacte, c’est un métier qui tient de l’opportunisme au sens objectif. Un métier d’opportunité, de perspicacité. Un moment les choses foisonnent, parfois la source se tarit. C’est un mouvement. Il faut une vigilance et un sérieux sur la manière de légiférer sur ces choses-là, c’est sûr.

    Pierre Niney

    On sait que le cinéma marche très bien, voire de mieux en mieux donc ma seule réponse à cela serait de continuer à lui faire confiance, de ne pas être frileux. Le cinéma français est quelque chose de très important dans notre culture et dans la culture mondiale. Quand on va aux Etats Unis, on voit comment ils sont fous des films qu’on fait, de notre particularité. C’est une industrie qui fonctionne très bien.

    Vincent Lacoste

    Le problème des projets qui ne se font pas lié à la réforme sur les salaires minimums. D’un côté les gens qui travaillent doivent être payés. En même temps on pouvait avant faire des tous petits films qui ne peuvent plus se faire maintenant. C’est une question de financement aussi. Les chaines de télé financent les films qui peuvent marcher, donc qui peuvent faire de l’audience. Cela ne laisse pas assez de place à un cinéma plus intimiste, plus auteur. Heureusement après il y a des chaines comme Arte. Même Hippocrate qui est un film à petit budget a pu se faire car France 2 a mis de l’argent puis le CNC.

    Ex Nihilo
    Après Haut les coeurs, entre autres, la cinéaste Solveig Anspach est en lice avec Lulu femme nue

    Solveig Anspach

    Il y a un tel écart entre les petits films à petits budgets et les gros films où il y a plein d’argent. Quand on fait plutôt des petits films, ce qui est mon cas, on doit tourner très très vite, et au bout d’un moment, c’est fatigant. Lulu femme nue, on l’a tourné ultra-vite. On y est arrivé, on peut toujours y arriver, mais ce serait plus confortable d’avoir plus de temps.

    Julie Bertuccelli

    Je crois beaucoup à l’énergie des jeunes générations, des jeunes qui vont toujours se débrouiller pour faire des films. Dès qu’on commence à se dire, c’était mieux avant, j’ai l’impression que c’est qu’on commence à vieillir. Je sais qu’il y a beaucoup de choses à réinventer encore.
    J’étais très perplexe et inquiète avec ces conventions collectives. Je pensais bien qu’il y allait avoir moins de tournages, des choses plus difficiles pour les premiers films. Ca ne fait que confirmer mes inquiétudes. Cela dit, ce sont aussi des moments de transition.
    Mais il faut surtout ne pas oublier, c’est quelque chose d’important aussi : des études précises ont enfin été faites sur ce que rapporte le cinéma en tant que tel. Tant que les gouvernements n’en auront pas conscience, que c’est un des secteurs qui rapportent, plus que l’automobile par exemple, c’est quelque chose de très important aujourd’hui. Il faut continuer à aider coute que coute ce cinéma. L’art a besoin d’être soutenu.

    Pierre Schoeller

    Je reste persuadé qu’il y a de l’argent dans le cinéma, il y a un volume d’activité. On sait qu’on ne peut pas rivaliser avec certaines choses, mais on peut faire beaucoup.

    La question des salaires

    Adèle Haenel

    Concernant la tribune de Vincent Maraval, c’est autre chose. Les acteurs qui sont bankables deviennent des indicateurs financiers. Sur un film, ils vont permettre de ramener beaucoup de capitaux et du coup, ils ont un poids. Ils ont ce pouvoir de dingue et demandent donc des salaires de dingues.

    Joséphine Japy

    Quand j’étais petite et que j’ai commencé à tourner, tous mes copains pensaient que je gagnais énormément d’argent. Ce n’est pas vrai. Ça arrive avec certains comédiens mais par rapport aux nombres de films qui se font chaque année, ce n’est quand même pas mirobolant. Tout ceci me touche sans m’inquiéter. Si c’est un métier qu’on fait pour l’argent, c’est une mauvaise raison de toute façon. On n’est pas fait pour ça.

    Marc Zinga

    Ce que je déplore le plus, c’est quelque chose qui n’est pas évoqué là-dedans et qui pour moi est primordial et au centre, c’est la valorisation du métier de scénariste. Quand une machine de guerre comme Friends est capable d’être arrêtée parce que des scénaristes font grève, ça nous donne la mesure du respect qu’on doit avoir pour cette corporation. Que ce soit en Belgique dans mon pays ou ici, on souffre de cela. Pour amorcer une dynamique juste, il faut repartir sur cette base-là. Les salaires exorbitants sont pour moi des questions secondaires.

    OLIVIER BORDE / BESTIMAGE
    Marianne Denicourt

    Marianne Denicourt

    Ces mouvements qui agitent notre métier n’agitent pas que notre métier mais toute la société voire en tous cas tout l’Occident. Les écarts de richesse se creusent, c’est dangereux, ce n’est pas bien. Je ne vais pas regarder cela que par le prisme du cinéma. Je pense que le cinéma est à l’image de ce qu’il se passe dans la société et c’est un problème. Trop d’écarts et de généralités qui se creusent ne débouchent sur rien de bon.

    Notre reportage : le métier de producteur par ceux qui l'exercent, réalisé en 2012

    Reportage : le métier de producteur par ceux qui l'exercent

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • César : votez pour vos favoris et découvrez les nommés en vidéo
    • César 2015 : Saint Laurent vs Yves Saint-Laurent, Kristen Stewart en lice, les grands absents...
    • César 2015 : Saint Laurent, Les Combattants et Timbuktu en tête des nominations
    Commentaires
    • camille c.
      j'ai bien aimé la soirée bien qu'il manque un petit quelque chose aux césars pour devenir un rendez vous incontournable tel que sont les oscars
    • Nicholas Shaun King
      Ah ? J'ignorais.A choisir autant prendre des somnifères. Une overdose de médicaments est moins dangereuse qu'une overdose de vannes en bois de mousse qui tombent à plat et de cirage de pompes incessants.
    • chips493
      J'aurais pas dit aristo... mais bobos!
    • tanguythev
      Au delà du ciselage et du particularisme culturel de tout un chacun., les oscars ont le mérite d'avoir une vrai autodérision, un vrai sens de la répartie et...de ne pas avoir ce coté aristo ronronnant et mou qu'on retrouve chaque année aux césars .
    • MDCZJ
      Non c'est en clair.
    • MDCZJ
      Pourquoi de suite parler des Oscar dès qu'on parle des César. Blessé dans ton ego tu es ?
    • loicboissier
      C'est qu'au début des césars on avait les plus grands Gabin, Morgan, Bette Davis, Ingrid Bergman, Signoret, Audrey Hepburn, Lino Ventura, Dewaere, Depardieu, Girardot, Deneuve, Adjani, Huppert, Binoche, Renaud-Barrault, Orson Welles lui-mm est venu.....alors forcément lorsqu'on voit Cotillard ou Sara Forestier récompensées c'est plus le mm niveau !On le voit bien les rares stars historiques du cinéma français ne viennent plus : Deneuve par ex ne viendra pas....Piccoli jamais sacré ne recevra pas un césar d'honneur.....Toscan du Plantier manque Terziant avec Canal + ont fait de la cérémonie et d'une un truc sans suprises (c'est si maniuplé qu'on sait qui gagne à l'avance, c'est plus le vote d'une côterie qu'un vote des professionnels du ciné français), un césar d'honneur pour la star US en pleine promo, des pseudo-comiques qui pour certains n'ont jamais tourné un film qui viennent sortir de grosses blagues balourdes....plus d'émotion car intervention chronométrée....il y a quelques années l'attitude de Jamel avec son téléphone à la c.....était d'une incorrection et d'une vulgarité rare......On est pas prêt de revoir l'émotion de Romane Bohringer, du duo Gabin-Morgan, Montant-Signoret, les pleurs sincéres d'Anne Parillaud, Annie Girardot of course, Coluche et le césar de Delon lol, l'hommage de Deneuve à ses 3 maitres (Demy, truffaut,Bunuel), l'hommage émouvant de Delon à ses partenaires décédés, l'émotion de Noiret devant l'hommage à Romy, la déclaration d'amour d'Huppert à Chabrol, l'"irrespect" fun et marrant d'Anémone, l'émotion de Serrault et de tt le cinéma français devant Bernard Blier, le coup de gueule de Pialat et tant et tant de grands moments....cela semble si loin....Au César on veut faire djeun's et en fait on fait c....! L'émotion serait plus là avec des monstres sacrés du cinéma français (quelle émotion ce serait de voir pour la 1ére fois au césar un Belmondo ou une Miou-Miou) que les starlettes et les comiques que nous sort Terzian !
    • chips493
      J'ai lu un jour que la phase de remerciements ne devait jamais dépasser 45 secondes. Ca donne du rythme mais pourquoi on ferait la même chose en France? Chaque pays a son identité, sa définition d'une telle cérémonie.
    • loicboissier
      en mm temps ce n'était jamais que la ....4éme fois qu'il l'obtenait aprés "Tess", "le pianiste"," ghost writer" et donc "Vénus à la fourrure" + son césar de l'adaptation pour "Carnage"...Polanski c'est l'un dernier géants c'est logique !
    • tanguythev
      Beaucoup mieux
    • chips493
      Les Oscars c'est mieux?
    • Nicholas Shaun King
      Gratis ? Même pas : faut payer l'abonnement à Canal quand même !
    • MDCZJ
      40 ans de César, 40 ans de somnifère gratis !
    • Gustav et Tadzio
      L'an dernier j'ai eu un petit sursaut quand ils ont annoncés Polanski en meilleur réalisateur, je me suis dis "Ah tiens ! Enfin une récompense valable de remise".
    Voir les commentaires
    Back to Top