Mon compte
    Les grandes figures du cinéma rejouées... par le cinéma !
    Par Raphaëlle Raux-Moreau et Corentin Palanchini — 27 févr. 2015 à 15:43
    Mis à jour le 20 mars 2018 à 12:00

    Renee Zellweger en Judy Garland, Louis Garrel en Godard, Leonardo DiCaprio en Howard Hughes, Tom Hanks en Walt Disney... Ces acteurs célèbres ont fait le pari d'incarner des légendes du cinéma ! Découvrez notre sélection...

    Les deux figures du cinéma

    Dans Hitchcock (2012)

    Depuis 2012, Alfred Hitchcock s'est réincarné à trois reprises. Cette année-là, deux productions ont ciblé le célèbre réalisateur : le téléfilm The Girl (diffusé sur Canal +) avec Toby Jones (qui avait déjà incarné Truman Capote) et le long-métrage Hitchcock avec Anthony Hopkins dans le rôle-titre. Et e 2014, on découvrait une autre incarnation du réalisateur dans Grace de Monaco, sous les traits de Roger Ashton-Griffiths.

    Si dans The Girl, Hitch était montré comme un prédateur sexuel, le film de Sacha Gervasi choisit de se focaliser sur ses obsessions, son rapport ambigu avec ses actrices et surtout sur sa relation avec son épouse, Alma, à une période bien précise, celui du tournage de Psychose. Si le film a subi pas mal de critiques, les interprétations d'Hopkins et d'Helen Mirren ont été bien accueillies, même si celle d'Hopkins a parfois été mal reçue.

    Pour cet icône du cinéma américain, incarnation du fameux Hannibal Lecter, le tournage n'a pas été une partie de plaisir. Tous les jours, l'acteur - alors âgé de 75 ans - devait subir chaque matin plus d'1h30 de maquillage, deux spécialistes s'affairant autour de lui pour lui poser toutes ses prothèses. Hopkins n'en était alors pas à sa première approche d'une figure célèbre dans le monde entier, puisqu'il avait déjà été choisi pour incarner Nixon, Hitler ou encore Picasso. Lors d'une interview que nous avait accordée Sacha Gervasi, il nous expliquait d'ailleurs comment le célèbre acteur avait entamé sa transformation : "Anthony Hopkins est simplement devenu Hitchcock, comme il est devenu Nixon, Picasso ou Hitler. Il s'empare de ces personnages emblématiques et c'est comme s'il communiquait avec eux et devenait sa propre version d'eux. C'était magique de le diriger ainsi que de l'observer dans sa transformation."

     

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top