Mon compte
    On a parlé de la saison 7 de Game of Thrones avec Le Limier et Sam !
    13 juil. 2017 à 05:30
    Caroline Langlois
    Caroline Langlois
    -Responsable vidéos
    Caroline Langlois a eu un parcours classique. Les Visiteurs le dimanche soir en famille, la cassette de Titanic en boucle le week-end. Jarmusch et Hitchcock en sortie scolaire. La première galoche devant Spider-Man 2. Et puis les nuits blanches avec Lost, les répliques culte de Friends...

    La saison 7 de Game of Thrones démarre ce dimanche 16 juillet sur HBO et en simultané sur OCS. Pour l'occasion, AlloCiné a rencontré Rory McCann et John Bradley, les interprètes du Limier et de Samwell Tarly.

    AlloCiné : Comment s'est passé le tournage de la saison 7 ?

    Rory McCann : J'ai l'impression d'avoir fait un road-trip en solo pendant 6 ans ... Pour cette nouvelle saison, j'ai pu rencontrer et travailler avec plus d'acteurs. Un plaisir !

    John Bradley : Pour moi c'était l'exact opposé. Les premières années, Sam jonglait entre son propre arc narratif et l'intrigue de Jon Snow. Cette nouvelle saison marque une véritable rupture pour lui. Sam et Jon se sont dit au revoir à plusieurs reprises dans les six premières saisons mais le dernier sonnait comme un adieu. Avec cette saison, je ne me suis jamais autant senti éloigné, tant géographiquement que narrativement. Contrairement à Rory, le groupe d'acteurs avec lequel j'ai travaillé a considérablement rétréci.

    John, votre personnage est sûrement le plus adorable de la série. Comment réussissez-vous à trouver l'équilibre entre le côté clownesque et le côté courageux de Sam ?

    John : Sam est attachant parce qu'il a une piètre estime de lui-même, ayant entendu toute sa vie qu'il était un bon à rien. Il a tendance à mettre en avant l'aspect amusant de sa personnalité de façon à créer une relation avec les gens. L'humour de Sam est souvent très étudié. Il a à la fois le pouvoir de désarmer les autres et de les rapprocher. Il a trop conscience de ses défauts et nie complètement ses bons côtés. Idem pour la bravoure : on lui a dit depuis sa naissance qu'il était lâche, il a fini par le croire. Son courage se manifeste quand il se trouve dans une situation qui échappe à son contrôle, quand il n'a pas le temps de réfléchir à une réaction. La fois où il a tué le Marcheur Blanc en est l'exemple parfait : c'est l'instinct qui l'a guidé. S'il avait eu le temps de réfléchir, il se serait sûrement dit : "Mais qu'est-ce que je suis en train de faire ? Je suis un lâche, je ne peux rien faire, je vais endosser le rôle de lâche que j'ai joué toute ma vie et Vère va mourir". Il crée constamment la surprise auprès de son entourage, du public et de lui-même.

    Il est certainement le personnage le plus drôle de la série …

    John : Soyons réalistes : si Sam était un personnage de série comique, il ne serait pas si drôle que ça. Dans l'obscurité la plus complète, une bougie brille de mille feux. Comparée à la noirceur des thèmes de la série, la moindre touche d'humour va se détacher. J'ai remarqué récemment que Sam était tout à fait conscient de son côté comique. Au début de la série, on a tendance à rire de lui, de tous les malheurs qui lui tombent dessus. Et puis petit à petit, on rit avec lui. Il sait que s'il est drôle, les gens vont probablement bien l'aimer, c'est un comportement auquel tout le monde peut s'identifier. On parle beaucoup des similarités entre Tyrion et Sam, et ce n'est pas complètement faux, ils se rejoignent sur ce point. Ce sont deux personnages blessés par la vie qui utilisent l'humour pour se protéger : Tyrion s'en sert comme une arme, Sam comme un bouclier.

    HBO

    Rory, votre personnage a un caractère dur et vengeur, pensez-vous que c'est un homme bien ?

    Rory : Je pense que les gens ont compris au fur et à mesure des saisons qu'il n'était pas si mauvais que ça. Principalement parce qu'il a toujours gardé un œil sur les filles Stark. C'est un homme ravagé, physiquement déjà, et bien qu'il aie de l'humour, il reste une machine de guerre, une brute capable de tuer ... Peu à peu, le Limier n'est plus apparu comme un méchant, mais comme un homme avec une morale et des principes, qui fait toujours ce qui est juste.

    Et s'il retrouvait Arya ?

    Rory : Les fans adoreraient ! Ce serait marrant. "Merci de m'avoir laissé crever, connasse !" Non, je pense qu'il lui donnerait une bonne claque amicale dans le dos. Dans la dernière saison, on a l'impression que Le Limier a compris les raisons qui l'ont poussée à l'abandonner et qu'il a atteint une paix intérieure. Ce serait cool qu'ils se retrouvent. Ils formaient une sacrée équipe ! Il l'a bien entraînée. Ça pourrait faire l'objet d'un spin off …

    Comme on le sait, le budget sur cette série est énorme. Est-ce que cela se ressent sur le tournage ?

    John : Pour moi, c'est assez étrange car il s'agit de mon premier boulot. Je savais que la production avancerait beaucoup d'argent parce que le genre fantastique demande un investissement budgétaire plus important que les autres. Quand j'ai vu l'ampleur du tournage, je n'avais aucun point de comparaison ... C'est en travaillant sur d'autres séries par la suite que j'ai réalisé à quel point nous étions chanceux et confortables sur Game of Thrones. Cette expérience met la barre haut pour nous les acteurs.

    Rory : C'est vrai que nous sommes tous d'accord : nous serions très chanceux de rejoindre une production aussi énorme à l'avenir.

    John : Ça doit être plus facile à encaisser si on a déjà eu une carrière avant Game of Thrones, que ce ne soit qu'un job parmi tant d'autres. C'est plus difficile pour moi d'accepter que l'aventure s'achève …

    Rory : Oui, fais-toi à l'idée : à partir de maintenant, c'est la dégringolade …

    Cette saison ne sera composée que de 7 épisodes. Avez-vous senti une différence ?

    John : Tout paraît toujours énorme. Peut-être parce qu'on tourne avec deux unités en même temps. J'ai l'impression qu'il y a toujours 400 figurants ... et encore ! Moi je suis juste dans une bibliothèque à parler tout seul ... Quand on se retrouve au bar après une journée de travail et que je vois l'état d'épuisement des autres, je me dis "Wow, leur tournage doit être énorme !"

    Rory : Quand j'ai commencé la série, mon personnage était relégué au second plan. Et je me souviens un jour avoir joué une scène assez conséquente. David [Benioff] et Dan [Weiss] ont finalement décidé de la retirer de l'épisode en me garantissant que mon personnage prendrait petit à petit de l'ampleur. Et me voilà, 6 ans après, complètement crevé au bar à dire "merde alors, j'aurais dû le voir venir". L'attente valait le coup cela dit, c'était vraiment génial. Je pense que mon corps peut tenir une saison de plus, si on m'y autorise …

    HBO

    Que pouvez vous nous dire de l'évolution de votre personnage dans la saison 7 ?

    John : Après tant de temps à se sentir à part, Sam a réussi à se retrouver au seul endroit au monde où il est supposé être, entouré non seulement de livres, mais surtout de personnes qui comprennent l'importance de l'éducation académique et de la connaissance. On s'attend à ce qu'il savoure chaque seconde de sa nouvelle vie. Seulement Sam est un personnage très dynamique, il veut se sentir utile. Partir pour La Citadelle n'était pas une décision égoïste, il voulait tout simplement protéger Vère et le bébé. Ses compétences allaient enfin servir. Il a voulu partir pour travailler dur et combattre les mêmes guerres que les autres mais à sa façon. Il sait que c'est là qu'il sera le plus utile.

    Rory : Il lui est arrivé plein de choses dans la saison 6 : il a échappé de près à la mort, il est de nouveau le Limier, il a accepté son destin et un de ses seuls amis est mort ... A la fin de la dernière saison, il s'est retrouvé face à un choix : rejoindre la Fraternité sans Bannière ou partir seul ... on verra bien comment il envisagera la suite !

    Qu'avez-vous appris cette saison ?

    Rory : C'est trop en demander en cette heure matinale …

    John : J'ai surtout observé. Le rythme dramatique de Game of Thrones est indispensable. Ce que les gens retiennent le plus ce sont les grosses batailles et les effets spéciaux. Mais une grande partie de la série n'évolue qu'autour de personnages qui parlent et qui se développent au-delà de l'attendu. Parfois, rester assis autour d'une table et parler avec les gens, dire ce qu'il faut au bon moment peut être tout aussi dramatiquement fort que le reste. Il faut faire confiance au large public que rassemble Game of Thrones. Certains aiment les batailles, d'autres pensent que les scènes de dialogues sont tout aussi passionnantes. Pour cette saison, David et Dan ont trouvé le bon équilibre.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top