Notez des films
Mon AlloCiné
    Transferts : un homme piégé dans le corps d’un autre pour la nouvelle série d'Arte
    Par Quentin Lapalu — 9 nov. 2017 à 05:30
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Plébiscitée par le public lors de sa présentation au festival Séries Mania, "Transferts", la série de Claude Scasso et Patrick Benedek, a séduit par son scénario original, contemporain, poussant le téléspectateur au questionnement.

    Récompensée au dernier festival Séries Mania, Transferts, sera programmée sur Arte les jeudis 16 et 23 novembre prochains dès 20h55. L'action de cette nouvelle fiction d’Arte en six volets se déroule dans un futur proche, où la science a désormais rendu possible le transfert de l’esprit dans un corps. Le personnage de Florian, condamné à une mort certaine après un coma de 5 ans, se réveille du jour au lendemain dans un corps qui n’est pas le sien. Sous le choc de cette découverte, il se sent prisonnier d’une cage, dans une enveloppe inconnue, étrangère, l'amenant à se questionner sur ce qui définit son identité. Bloqué dans la peau de Sylvain, un policier chargé de lutter contre ces transferts illégaux, notre protagoniste va devoir traquer ceux qui lui ressemblent le plus. Une situation plus qu’inconfortable pour un homme en quête de repères. Déchiré, Florian/Sylvain va devoir faire face à deux vies que tout oppose : d'une part, sa véritable famille, et de l'autre, l'existence de Sylvain Bernard, le flic impulsif qui chasse les transférés aux côtés d'une partenaire qu’il ne reconnaît plus.

    Laurent Thurin-Nal
    La science repousse les limites du possible dans la nouvelle série d'Arte...

    Progrès scientifique incroyable, le procédé du transfert soulève tout au long des épisodes des questions aux niveaux éthique, social et politique, avec des enjeux économiques et personnels attisant les convoitises. La fiction interroge sur les dérives de la science et la soif d’immortalité qu'elle peut susciter. Ce futur proche est ici une analogie du présent, où sont évoqués des problèmes d’aujourd’hui. Transferts nous emmène à la frontière de l’esprit et de l’âme, de la science et de la religion, de la raison et des émotions. La série nous plonge dans un monde où le spectateur placé en cœur de cible se verra instaurer une proximité, une identification par le prisme des personnages et par la contemporanéité du sujet. Et comme vecteur du message, le comédien Arieh Worthalter livre une prestation viscérale transcendée par la dualité de son rôle.

    Laurent Thurin-Nal
    Florian/Sylvain (Arieh Worthalter) parviendra-t-il à faire face ?

    Aux commandes de la série, le scénariste Claude Scasso et le producteur Patrick Benedek n’en sont pas à leur première collaboration, puisqu'ils ont déjà travaillé ensemble sur Caïnles Tricheurs ou encore Elodie Bradford. Pour donner vie à ce rêve de gamin, les deux amis se sont lancés dans l’écriture d'un scénario axé autour d'une dynamique sociétale et spéculative. Transferts a d’abord été pour eux un terrain de jeu, pour s’exprimer à travers un postulat. Le producteur a jugé pertinent de faire équipe avec deux réalisateurs venant d’horizons différents, en associant des compétences complémentaires. Si Olivier Guignard a été bercé par des auteurs comme Lovecraft, Matheson, K.Dick, son confrère Antoine Charreyron vient de l’animation des jeux vidéos et des comics. Patrick Benedek a souhaité ce couplage d’identités diamétralement opposées, afin de forger l’originalité de la fiction. Ce pari risqué a donné naissance à un projet plutôt alléchant.

    Notez bien dans vos agendas, les six épisodes de Transferts seront disponibles gratuitement et en avant première sur Allociné à partir de ce vendredi 10 novembre.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • tueurnain
      Alors, j'ai toujours se sentiment mitigé devant ce genre de série:_D'un coté je me dit: cool, enfin une série de science fiction française, ,il y en a tellement peu!_De l'autre coté, je me dit: quoi, encore une histoire d'esprit qui change de corps? ça fait des décennies qu'on voit déjà ça, c'était déjà dans la série star trek dans les années 60!Je sait pas, j'attend de voir...
    Voir les commentaires
    Back to Top