Notez des films
Mon AlloCiné
    Si tu savais sur Netflix : c'est quoi cette version moderne de Cyrano ?
    Par CL — 1 mai 2020 à 13:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Si tu savais..., un teen drama aux airs de Cyrano de Bergerac est disponible sur Netflix. Bien plus qu'une comédie romantique, ce film signé Alice Wu parle surtout d'identité et d'amitié.

    Netflix

    Ce vendredi 1er mai débarque sur Netflix le teen drama Si tu savais... On y suit Ellie (Leah Lewis), une lycéenne brillante et solitaire qui va aider Paul (Daniel Diemer), un jeune sportif maladroit, à conquérir le coeur d'une élève populaire via une relation épistolaire. Une délicate affaire pour Ellie, qui développe des sentiments pour la jeune fille.

    Si tu savais... Bande-annonce VF

    Si ce synopsis vous est familier, ce n'est pas un hasard. Le film assume l'influence de la pièce Cyrano de Bergerac, dans laquelle l'éloquent personnage éponyme rédigeait les lettres d'amour d'un ami pour l'aider à charmer sa dulcinée dont il était également amoureux. Tout comme une pièce, Si tu savais... est divisé en plusieurs actes, séparés par des citations de grands auteurs comme Oscar Wilde. Si on y retrouve des scènes de la pièce transposées dans l'époque actuelle, la trame de l'oeuvre d'Edmond Rostand ne sert que de prétexte pour une thématique plus profonde et universelle.

    Dès les premières minutes, la voix d'Ellie prévient : ceci n'est pas une histoire d'amour. Si tous les codes du genre sont respectés - l'intello invisible, le sportif un peu simplet, la belle fille populaire - Si tu savais... se distingue de la majorité des drames pour adulescents en reléguant la romance au second plan. Il y est avant tout question d'identité et d'amitié. Le personnage principal représente l'adolescence dans ce qu'elle implique de questionnements sur soi-même, sa place dans le monde qui l'entoure et son avenir.

    Netflix
    Leah Lewis, la réalisatrice Alice Wu et Daniel Diemer

    Et sa réalisatrice en sait quelque chose. Dans une interview pour Vanity Fair parue le 28 avril, Alice Wu revient sur la découverte de son homosexualité à l'université. Pour résumer, cette révélation lui est venue alors qu'elle exécutait un exercice de faux coming out pour un cours, cachée dans... un placard. Son expérience de lesbienne sino-américaine lui a notamment inspiré sa première réalisation, Saving Face, sortie en 2004. Dans Si tu savais..., la sexualité de l'héroïne n'est jamais évoquée frontalement, ce n'est pas un sujet de souffrance ou de conflit, ce qui tranche également avec la plupart des récits qui abordent ce sujet.

    "L'important dans la vie c'est de connecter avec quelqu'un qui vous aide à devenir la personne que vous devez être" déclare la cinéaste dans la même interview. C'est pour cette raison qu'elle a mis un point d'honneur à traiter la relation entre Ellie et Paul sans superficialité. Une amitié capitale pour l'un comme pour l'autre et qui sauve définitivement Si tu savais... des poncifs de la romcom.

    Si tu savais... est à découvrir dès maintenant sur Netflix.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    • Howard Marks
      Ça m'a surtout fait penser au film taïwanais Blue Gates Crossing.
    • Muad Dib
      Et ce qui pour le coup pourrait se retrouver dans un tas d'autres films, ça ne les rend pas proches de Cyrano pour autant.
    • -Nomade-
      Ben ui, on dit bien la même chose : Rostand ne s'intéressait que de façon très accessoire à l'aspect de la relation romantique elle-même, et ne traite évidemment pas de la question du délicat l'apprentissage de l'amour, ou de la construction de l'identité amoureuse, qui sont, par contre, les axes de la série.En clair, il n'y a pas grand-chose de commun entre les deux, j'avoue que je ne pige pas trop la référence, hormis le fait du trio amoureux par lettres interposées.
    • Muad Dib
      Ce n'est pas que ça. Cyrano remet en avant les valeurs françaises que le peuple lui même avant oublié suite à la défaite face à la Prusse. C'est en grande partie pour ça que la pièce est devenue et est encore la plus importante du théâtre français. A travers le personnage de Cyrano c'est la fierté, le courage, la bravade et le panache de la nation que le peuple avait oublié. Cyrano est le plus français des français, courageux, cultivés, noble dans sa pauvreté, têtue, borné, romantique, revanchard. Toutes ses facettes ont fait de lui une icone. Ce n'est pas pour rien que Rostand à eu la légion d'honneur dans les coulisses de la première de sa pièce.De plus la profondeur de l'oeuvre est due à l'écriture de son auteur, ce qu'on ne trouvera certainement jamais dans une teen comédie à l'américaine. Pour écrire quelque chose comme la tirade des nez ou la balade du duel il faut plus que du talent il faut du génie.
    • -Nomade-
      Ben... Pas forcément, non : L’œuvre de Rostand est magistrale, mais surtout pour son personnage principal, et pas tellement pour la thématique de la relation amoureuse, qui est finalement assez convenue, et même vaguement gnan-gnan.Tout y repose sur la psychologie de son héros, formidable au point d'en devenir iconique.Mais sans ce portrait d'homme, le reste de la pièce n'aurait que peu d'intérêt.J'imagine que cette série (qui ne me branche pas plus que ça, en passant) ne cherche pas à égaler ce portrait, ce qui serait effectivement perdu d'avance, mais à travailler la thématique dramatique de ce type de relation, que Rostand a laissé (volontairement, ce n'était pas son sujet) au stade de comédie.
    • Muad Dib
      Plus profonde..? Que quoi? Cyrano? Bon courage...
    Voir les commentaires
    Back to Top