Mon AlloCiné
    ADN, Wakanim, Crunchyroll : les animés du 20 au 27 juillet : Demon Slayer, The God of High School...
    Par Manon Maroufi & Vincent Formica — 20 juil. 2020 à 10:00

    ADN, Wakanim, Crunchyroll : les animés à voir du 20 au 27 juillet ! Au programme : Demon Slayer, The God of High School, Kakushigoto...

    DEMON SLAYER (WAKANIM)

    Reconnue meilleure série de 2019 lors des Anime Awards de Crunchyroll et 2e saga la plus vendue au monde aux côtés de One Piece la même année, Demon Slayer n'a pas manqué de faire parler de lui. On y suit l'histoire du jeune Tanjiro qui s'improvise chasseur de démons après avoir vu sa famille se faire décimer par le plus dangereux d'entre eux. Aux côtés de sa petite sœur Nezuko, elle-même transformée en mangeuse d'hommes, du peureux Zenitsu et de l'atypique Inosuke, il se lance à la poursuite du démon responsable de la mort de ses proches. Parfait mélange de surnaturel, d'aventures et d'émotions, cette œuvre vous transporte dans l’Ère Taisho et captive tant par sa qualité d'animation que par l'originalité de son intrigue et l'explosivité de ses combats au sabre. Si vous n'avez pas vu cet animé, foncez sur Wakanim avant de vous ruer au cinéma en fin d'année pour le film Demon Slayer : Le Train de l'infini !

    THE GOD OF HIGH SCHOOL (CRUNCHYROLL)

    Après le succès retentissant de Tower of God, Crunchyroll Originals revient avec une nouvelle adaptation de manhwa : The God of High School. Écrite par Park Yong-Je et publiée en ligne depuis 2011, cette bande-dessinée coréenne fait partie des incontournables de la sphère webtoon et a été l'une des premières à bénéficier d’une traduction anglaise, permettant ainsi sa découverte au monde entier. On y suit les aventures de Jin Mo-Ri, un artiste martial de 17 ans qui participe à un tournoi dont le gagnant verra son voeu le plus cher, exaucé. Mais, cachée dans l'ombre, une mystérieuse organisation semble manipuler le jeu, au détriment des participants. En collaboration avec les studios MAPPA réputés pour leur qualité d’animation, l'anime nous offre des chara-design aussi soignés qu’originaux et des scènes de combat épiques. Un pur shônen qui promet beaucoup d'action et de retournements de situations, le tout rythmé par des OST qui vous donneront envie de monter à votre tour sur le ring.

     

    KAKUSHIGOTO (WAKANIM)

    Dix ans après le populaire "Sayonara Monsieur Désespoir", c’est une seconde œuvre de Kumeta Koji qui s’est vu adaptée en série animée le 2 avril dernier. Intitulée Kakushigoto, cette comédie aussi tendre que décalée, nous raconte le quotidien du héros éponyme, à la fois papa protecteur d’une adolescente et mangaka d’une série un peu osée. Quiproquos et situations cocasses viennent chambouler la vie de cette petite famille atypique, alors que le patriarche use de subterfuges et de stratagèmes en tout genre pour empêcher sa fille de découvrir son véritable gagne-pain. L’humour bon enfant de l’anime commence d’ailleurs dans son titre qui, en plus d’être le nom du personnage principal, cache un jeu de mot : shigoto qui signifie "boulot" et kakushi, "caché". Si la série vous décroche de nombreux fous rires, elle vous touche également par sa sincérité, et l’amour qui unit ce père célibataire et son enfant, inébranlable malgré les dures épreuves de la vie.

     

    PRISON SCHOOL (ADN, WAKANIM)

    Prison School nous emmène au sein du lycée Hachimitsu, réputé pour être un des plus sévères du pays. Jusqu'à cette année, il était réservé aux filles, mais les garçons y sont désormais autorisés. Seulement, comme c'est l'année-test, ils ne sont que cinq dans tout l'établissement ! Kiyoshi est l'un d'eux. Il est particulièrement timide mais cherche à discuter avec des filles. Dès le premier jour, il fait connaissance avec Chiyo car la jeune fille est amatrice de sumo, tout comme lui. Mais à peine ont-ils lié amitié que ses quatre camarades garçons décident d'aller espionner les filles aux bains ! Kiyoshi acceptera-il de les accompagner, au risque de perdre la confiance de son amie ? Attention, cet anime est réservé à un public averti ! Son humour ravageur n'a d'égal que sa violence, assez crue. Prison School se révèle toutefois d'une redoutable efficacité. Si la série joue de son côté ecchi avec certains personnages féminins très sexualisées, c'est pour mieux servir l'humour qui consiste surtout à punir les jeunes hommes de leur perversité, un peu à la manière d'un Nicky Larson.

    DOMESTIC GIRLFRIEND (ADN)

    Domestic Girlfriend nous raconte l'histoire de Natsuo, un lycéen secrètement amoureux de Hina, pétillante prof d’anglais qui a beaucoup de succès. Lors d’une soirée, il va rencontrer Rui, une fille peu sociable avec laquelle il va coucher. Peu de temps après, son père lui annonce qu’il va se remarier avec une femme ayant deux filles… qui ne sont autre que Rui et Hina ! Sa vie va devenir un véritable enfer. Ce qui frappe dans cet animé, au-delà de son côté érotique et sensuel très bien géré, c'est surtout son scénario d'une grande finesse. Les personnages sont ainsi sublimés et deviennent extrêmement attachants. Une très belle relation se noue entre eux et ne sombre jamais dans certains travers du genre comme une certaine extravagance. Une petite pépite qui fait du bien à l'âme.

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top