Mon AlloCiné
    Shiva Baby sur MUBI : c’est quoi cette comédie grinçante présentée au festival de Deauville ?
    11 juin 2021 à 10:00
    Mégane Choquet
    Mégane Choquet
    -Journaliste ciné et séries Streaming
    Journaliste spécialisée dans l'offre ciné et séries sur les plateformes quel que soit le genre. Ce qui ne l'empêche pas de rester fidèle à la petite lucarne et au grand écran.

    Disponible sur la plateforme MUBI, Shiva Baby est le premier long-métrage de la prometteuse réalisatrice Emma Seligman qui raconte, avec un humour grinçant, la journée angoissante d'une jeune femme piégée entre son amant et sa famille.

    DE QUOI ÇA PARLE ?

    Danielle est en terminale et entretient une relation sexuelle tarifée avec Max, un homme marié. Aujourd’hui, elle doit rejoindre ses parents névrosés afin de participer à une Shiva, un rituel juif qui est accompli après la mort d’un proche.

    À son arrivée, son attitude désinvolte et son désintérêt pour les études supérieures lui valent des remarques désobligeantes de la part de certains membres de sa famille. Cette journée particulière prend une tournure inattendue lorsque Max fait son apparition avec sa femme et leur bébé pleurnicheur…

    Shiva Baby
    Shiva Baby
    Sortie le 11 juin 2021 | 1h 17min
    De Emma Seligman
    Avec Rachel Sennott, Molly Gordon, Dianna Agron, Danny Deferrari, Fred Melamed
    Spectateurs
    3,3
    C’EST AVEC QUI ?

    Shiva Baby est porté par la jeune actrice Rachel Sennott, qui était déjà l’héroïne du court-métrage dont le film est adapté. Molly Gordon, connue pour son rôle de Nicky dans Animal Kingdom et sa participation au teen drama Booksmart, et Diana Agron, inoubliable Quinn dans Glee, lui donnent la réplique.

    Au reste de la distribution, on retrouve Fred Melamed, qui s’est illustré dans des petits rôles dans Girls, New Girl, Brooklyn Nine-Nine et plus récemment WandaVision, Polly Draper, vue dans Effets secondaires et Demolition, et Danny Deferrari, aperçu dans Chicago Med et NOS4A2.

    Sugar baby contre le reste du monde

    Salué par la critique après son passage dans plusieurs festivals et présenté en France au Festival de Deauville, Shiva Baby est le premier long-métrage d’Emma Seligman, une jeune réalisatrice américaine qui adapte ici son court-métrage du même nom qu’elle avait mis en scène pour sa thèse à NYU.

    Se tenant sur une seule journée dans quasiment un seul lieu, ce film explore les errances d'une jeune femme à travers l'histoire de Danielle (Rachel Sennott), étudiante un peu paumée face aux pressions exercées par ses proches sur sa vie professionnelle et sentimentale alors qu’elle est coincée avec son amant lors d’une shiva.

    Mubi

    Danielle est une sugar baby ayant des relations sexuelles tarifées avec Max (Danny Deferrari), un homme marié, qu’elle retrouve par hasard lors de cette célébration de deuil juive. Mais la jeune femme retrouve également son ancienne amante Maya (Molly Gordon) avec qui elle est fâchée.

    Comme si cela ne suffisait pas, Kim (Dianna Agron), la femme de Max également présente, sent que son mari lui cache quelque chose. Elle exerce une pression supplémentaire sur Danielle et exhibe son bébé braillard à cet évènement dont chaque minute resserre l'étau autour de Danielle et de ses mensonges.

    De ce simple scénario, Emma Seligman réussit à en tirer un huis clos complexe et maîtrisé qui joue sur une tension constante et une ambiance angoissante. La réalisatrice use des mécaniques de film d’horreur avec des plans serrés et une musique stridente, signée Ariel Marx, qui ajoute un sentiment d’urgence.

    Mubi

    À chaque obstacle ou déconvenue que rencontre Danielle, le malaise grandit, accompagné d’un suspense déroutant jusqu’à son climax libérateur. Emma Seligman n’oublie pas d’incorporer un certain humour grinçant dans la veine de la série Fleabag pour apporter quelques moments de légèreté et de respiration et surtout de l’épaisseur aux personnages.

    Le casting, très solide, participe à la force du film dans lequel la réalisatrice et scénariste insuffle une sincérité et une vérité troublante en s’inspirant de ses propres expériences en tant que femme queer et juive. Pour un premier long-métrage, Emma Seligman impressionne par sa mise en scène maîtrisée et son ambition et donne furieusement envie de voir la suite de sa carrière.

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • Deauville 2020 : le jury complet, Comment je suis devenu super-héros en film de clôture, les mesures sanitaires,...
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top