Mon AlloCiné
    Des Français riches en dollars
    21 août 2001 à 12:00

    Les films français s'exportent bien aux Etats-Unis, et obtiennent des résultats plutôt honorables au regard du faible réseau dont ils bénéficient.

    Le début de la décennie semble plutôt favorable à l'exportation de films français aux Etats-Unis. Selon Unifrance, on a enregistré en 2000 pas moins de 61 films français ou coproductions française sur les terres américaines. Pour l'année 2001 et le tout début de l'année 2002, Unifrance annonce des prévisions de 59 films français et 11 coproductions, sans que l'on connaisse pour le moment de façon précise les dates de sortie. Si l'on compare aux années précédentes, la progression est extraordinaire. En effet, dans les années 90, la moyenne des sorties en salles était de 31 films ou coproductions françaises par an, là où on en enregistre actuellement le double.

    Si les films français restent encore le plus souvent confinés dans un réseau de salles relativement restreint, certains parviennent à réaliser de belles performances. Ainsi Sous le sable, de François 0zon, a dépassé le million de dollars de recettes, et culmine pour le moment à 1,1 million de dollars de recettes en 15 semaines d'exploitation, et se joue encore sur une vingtaine de copies. 11 autres films français sont actuellement en exploitation aux Etats-Unis, parmi lesquels Harry un ami qui vous veut du bien (un peu plus de 3,5 millions de dollars de recettes en 15 semaines d'exploitation, se joue encore sur 42 copies), Baise-moi (plus de 820 000 dollars de recettes en 14 semaines dans les salles, se joue encore sur 5 copies), Drôle de Félix (plus de 722 000 dollars de recettes en 7 semaines, se joue encore sur 2 copies) et Presque rien (près de 59000 dollars de recettes en 5 semaines, se joue encore sur 1 copie).

    F.M.L
    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • Exportation des films français
    Commentaires
    • noodles
      Effectivement,qu'entendez-vous par recette, est-ce la recette guichet ou la part distributeur et sur cette part, combien de dollars revient à la production française ?Cet article mériterait un approfondissement avec une meilleure analyse des chiffres.
    • SUPERBEN
      FML marque un ne vois pas trop quel est le probleme de cet article,qui me semble qd meme bien clair et simple à comprendre...
    • SUPERBEN
      il faut qd meme relativiser le succès des films français aux usa:allez demander à un americain moyen quel est le sujet du "gout des autres" et on vera sa reponse...la culture cine francaise est surtt présente dans l'elite americaine des grands centres urbains comme NY .Mais peut etre qu'avec "amelie from montmartre",on va enfin avoir un carton francais,à la "vie est belle "(ne parlons pas de tigres et dragons qui est un cas vraiment spécial)Mais finalement,si miramax a chosi amelie comme favori pour les oscars,le film connaitra surement une veritable carriere,bien loin d'un simple succes d'estime.On croise les doigts...
    • DrJivago
      Qqu'entendez-vous par FML, auteur de l'article ?
    • AlloCine
      Cher internaute, Le terme "recette" correspond à la recette guichet, comme son nom l'indique, et non à la part distributeur, sinon nous aurions choisi ce terme. En ce qui concerne les chiffres, nous fournissons les chiffres officiels, c'est à dire ceux du box-office. En France le BO est compté en entrées, aux Etats-Unis en dollars, et AlloCiné n'y peut rien, et n'a aucune source fiable pour vous convertir ces données : elles ne sont pas encore repertoriées chez Unifrance (l'organisme chargé de la promotion des films français à l'étranger), et les films sont de toutes façons encore en exploitation. En ce qui concerne le retour financier en France, les films sont en général vendus aux distributeurs pour un montant fixe. En ce qui concerne les spectateurs, aucune donnée ne permet de répondre à votre question. En ce qui concerne Amélie Poulain, la date de sortie est pour l'instant fixée au 2 novembre. Chacun de ces points n'enlève rien à la qualité de cette information : ce sont toujours des films français, qui s'exportent, qui séduisent donc un autre public, et il me semble, en tant que journaliste, que c'est du domaine de l'information. Enfin j'aimerais une fois pour toute que vous cessiez de vous en prendre gratuitement à notre traitement de l'information. Nous reprocher des erreurs est une chose, nous demander de changer le mode de fonctionnement du box-office américain ou nous reprocher notre vocabulaire en est une autre. Ce comportement ne fait pas avancer le débat sur le forum. Cordialement, FML, auteur de l'article
    • AlloCine
      Le pseudo qui apparaît est "allociné", car c'est la seule manière d'identifier vraiment les messages qui viennent de la rédaction ou du modérateur.Personnellement j'ai choisi de personnaliser les réponses en ajoutant mes initiales et "auteur de l'article". Les internautes peuvent ainsi savoir que c'est directement l'auteur de l'article qui répond à leurs questions. Cela permet un "contact" plus direct, et vous pouvez ainsi voir que si j'écris des articles, je m'intéresse aussi à vos réactions. Et Superben et les autres habitués pourront vous dire que je tiens compte des débats qui ont cours sur ce forum, notamment dans les demandes de précisions, tant que cela correspond à la ligne éditoriale d'AlloCiné et à mes choix de journaliste. En espérant avoir répondu à vos questions, FML, auteur de l'article
    • AlloCine
      Cher internaute, Votre remarque sur la frustration est tout à fait justifiée. En réalité, le prix de vente des films aux distributeurs se négocient en fonction du potentiel du film à l'étranger. Il est ainsi certain que le prix de vente de Presque rien n'a rien de commun avec celui du Fabuleux destin d'Amélie Poulain. On peut bien évidemment trouver que les prix restent faible, la négociation étant un art difficile, et le succès toujours aléatoire. Un film est un prototype, et pour un "Tigre et Dragon", combien de "Le goût des autres" ? Car en plus de la vente, encore faut-il que le distributeur joue le jeu, et distribue le film sur le nombre de copies qui correspond à son vrai potentiel. En ce qui concerne la distribution des films américains en France, il existe plusieurs cas de figure :- d'une part, les grands studios (Twentieth Century Fox France ou Warner France par exemple) ont des filiales en France ou montés des joint-ventures à l'image de GBVI (Gaumont Buena Vista) : ces structures distribuent donc les films des studios- les first look deals et les output deals : certaines sociétés ont des accord qui leur permettent d'avoir l'exclusivité ou seulement un premier regard sur le catalogue d'une société de prod américaine. Bac Distribution a ainsi un accord avec Miramax- enfin le cas par cas, pour les plus petits filmsVoilà -en gros- le cheminement des films américains vers la France... Pardonnez ma répnse un peu rapide :-) FML, auteur de l'article PS : si vous avez d'autres questions, outre le forum, vous pouvez également envoyez des mails à la-redac@allocine.fr
    • AlloCine
      Tout à fait juste, les chiffres aussi. Sauf que -petite précision- les films français sortent souvent en salle dans les grandes villes US, là où le prix du ticket est souvent plus élevé que la moyenne nationale. D'où une véritable difficulté pour déterminer le nombre réel d'entrées. Merci à tous pour ce débat si intéressant, j'espère que nous en aurons beaucoup d'autres.FML
    • calypso99
      à mon avis tu as raison question à priori : pour Francis Veber, les homos ça porte des pulls rose bonbon, et ça ne pense qu'à draguer dans les douches du vestaire de rugby. Les clichés ont la vie rude !
    • nico_xy
      les clichés ont la vie rude, c clair !! j'imagine que tu as vu le film... en tout cas, ça me donne tjs pas envie de le voir, et tant mieux apparemment !!j'ai pas de pull rose... mais pour les vestiaires, ça se discute, c + sexy ou fantasmatique que bien réaliste !!! sinon, comme dit Superben, c clair qu'un succès popu d'amélie serait sympa, mais bon... un film farnçais tous les 36 du mois qui marche aux US... ça change pas gd chose pour nous, ça montre juste un peu mieux notre culture. chez nous aussi on a nos intellos (pas que des intellos, d'ailleurs) pour le ciné jap, ou d'autres contrées à la culture difficelement diffusée !!la curiosité est un trait de caractère universel, mais svt partagé par des petits groupes de passionnés... il y a des curieux partout, mais tt le monde n'est pas curieux ! c tout ! après la culture dominante n'aide pas, mais bon... on lutte peu (en termes de "résultats"), mais on lutte qd meme ; et là n'est pas notre gloire, elle est simplement dans l'alimentation d'un pluralisme culturel. bises à touTEs nico
    • nico_xy
      moi, ce qui me rassure, c'est que ce sont des bons films (sauf Baise-moi, j'en sais rien, je l'ai pas vu ; Le Placard non plus, mais j'ai pas un bon a priori)... avec des personnages homos, ou mieux avec le réal homo lui-même... je prêche pour ma paroisse, mais ça fait plaisir :)
    • noodles
      Merci pour ton supplément d'info mon message de cet après midi ne voulait pas remettre en doute tes infos mais j'attendais plus d'explications que j'ai eu par la suite dans le débât. Néanmoins, avoue que le titre de l'article est un peu trompeur car finalement, ceux qui s'en mettent plein les poches sont-ils vraiment français ? Peut être faut-il POUR L'INSTANT se contenter que les spectateurs américains voient et apprécient (?) un autre cinéma ?
    Voir les commentaires
    Back to Top