Mon compte
    Isabelle Nanty : rencontre avec l'héroïne de Munch, des Tuche et des Profs
    Par Brigitte Baronnet — 21 nov. 2016 à 17:45

    Isabelle Nanty débarque ce soir sur TF1 dans une nouvelle fiction : Munch suit les aventures d'une avocate pas comme les autres. L'occasion d'un entretien au long cours avec la comédienne à l'affiche récemment des comédies Les Tuche 2 et Les Profs 2.

    Isabelle Nanty arrive sur TF1 dans la série Munch !
    1. Isabelle Nanty arrive sur TF1 dans la série Munch ! +
    Dans notre diaporama, découvrez quelques uns des rôles les plus connus et marquants de la comédienne...
    Lire la suite

    Locaux de TF1, un vendredi pluvieux d’octobre, fin d’après-midi. Les interviews s’enchainent pour Isabelle Nanty, qui doit assurer la promo de Munch, nouvelle série de TF1, suivant une avocate « hors normes ». Et assurer, c’est bien le mot : souriante, enthousiaste, généreuse en confidences malgré la succession de rendez-vous à un rythme soutenu, Isabelle Nanty dégage la même sympathie et fraicheur qu’on aime dans ses rôles, que ce soit au cinéma (Les Tuche, Amélie Poulain, Les Visiteurs, Les Profs…) ou à la télévision (Fais pas ci, fais pas ça...). L'occasion de revenir avec elle sur quelques uns des grands succès qu'elle a accompagné au cinéma (voir notre diaporama ci-dessus), mais aussi parler série et télé...

    Dans la série Munch -sa première tête d'affiche télé-, dont les deux premiers épisodes sont diffusés en prime time ce soir sur TF1, elle campe un personnage attachant justement : "Munch, elle est un petit peu laconique, un peu ironique parfois", résume Isabelle Nanty à notre micro. "Elle fait de l’humour aussi parce que c’est son métier d’utiliser les mots comme arme, ou en tout cas comme outil. Donc le mot, c’est son truc."

    Et d'ajouter : "Mais je pense que c’est important d’être vigilant de ramener tout à une authenticité tout le temps. Il ne faut pas que le personnage se regarde jouer. Une chance dans Munch, c’est aussi qu’on est plusieurs. C’est ce qui me plait. Les autres sont forts. Ça pourrait s’appeler Munch et les autres, Munch et les gars, Munch et les garçons ! Il y a cette relation aux autres. Il y a Tom Vila, Aurélien Wiik, Lucien Jean Baptiste que j'adore..."

    AlloCiné : Quant au genre de la série, on pourrait dire simplement que c’est une série qui suit une avocate, mais au final, c’est bien plus que ça. Il y a de la comédie, de l’enquête… C’est un mélange de plein de choses…

    Isabelle Nanty, comédienne : Ça joue avec les genres et ça fait pas mal de pirouettes. Comme les personnages eux-mêmes font des pirouettes. Ils ont une façon de mettre de la légèreté dans du lourd. 

    GILLES GUSTINE / TF1
    Isabelle Nanty dans la robe d'avocate de Munch


    Pour être la plus juste possible dans ce rôle d’avocate, comment vous êtes-vous préparée ? Avez-vous regardé d’autres fictions sur ce sujet ?

    Surtout pas. Il n’est pas question de jouer un avocat comme d’autres le joue. C’est une vérité qu’il faut trouver, une vérité de soi, le cœur qui vibre chez quelqu’un sous une robe d’avocat. C’est la conviction qu’il faut, l’adresse à l’autre, à travers les termes, les trucs... On avait un conseiller.

    C’est intéressant, il y a un rapport de force qui se joue dans le but de dire la vérité, de remettre la justice, la loi à la bonne place. Ça, c’est intéressant. Ça donne beaucoup à réfléchir. Si j’avais le temps, je lirais plus de bouquins, de témoignages. Je me suis mis dans mon ordinateur Depardon. 

    Etes vous cliente de série télé ? Qu’aimez-vous regarder de manière générale ? 

    Si je vais au cinéma, je vais plutôt voir Mommy. Là j’ai hâte d’aller voir le film de Nicole Garcia par exemple. Les films d’Audiard. Je vais plutôt au cinéma pour voir ça. J’ai été beaucoup au cinéma voir des films américains avec ma fille. Maintenant, elle a 14 ans, mais j’ai vu tous les Harry Potter, tous les Batman, Superman, tout ça… Quand je pars en vacances, j’ai une carte iTunes et je mets des films en avance sur mon ordinateur. Mais je ne vais plus beaucoup au cinéma et je n’ai pas le temps de voir des séries.

    Les séries sont chronophages. Quand on commence, c’est addictif et on veut tout voir. Une série que j’ai regardé comme ça avec ma fille, c’était Glee. On a vraiment tout vu et j’ai vu le temps que ça prend ! Je ne sais pas comment font les autres ! Ils ne dorment pas ! Et puis, je regarde un épisode de chaque série où l’on me dit ‘c’est une série géniale’ pour voir la facture, la façon de raconter, les acteurs, mais je n’ai pas vu des saisons entières de House of cards ou Game of Thrones ou True Detective. J’ai vu un épisode de chaque. 

    Cela dit, il y a quand même un vent, un renouveau qui se fait à travers la série sur la façon de raconter et sur la façon de traiter les personnages, de leur donner une richesse. Finalement, il y a quelque chose d’assez romanesque dans la façon de traiter les personnages dans les séries plus que dans les films. 

    Avec tout ça en tête, quand ce projet de série est venu à vous, vous ne vous êtes même pas posé la question du format série…

    Ce qui est effrayant dans une série, c’est que ça n’est pas un unitaire ! Donc vous avez peur de lasser. Déjà 52’ avec ma pomme, faut que les gens ne se lassent pas. Mais si ça dure 8 épisodes, c’est dur. Alors si ça dure 8 ans…

    Mais si ça dire 8 ans, ça veut dire que ça marche ! 

    Dieu merci, je ne me pose pas toutes ces questions… C’est la rencontre avec les gens, la proposition, comment on travaille dessus... Et après la seule question que vous vous posez est que ce soit le mieux possible et que ça s’améliore toujours, qu’on fasse toujours mieux la prochaine fois. La série est une chance pour cette raison. Chaque épisode peut être meilleur que le précédent puisque c’est tourné dans un certain ordre. Ça, ça m’intéresse. Et puis de ne pas lasser. Moi en tant que public, je sais ce qui me lasse. Comme j’ai conscience de ça, j’essaye de prévenir, qu’il n’y ait pas trop de système.

    Vous avez tourné deux épisodes, considérés comme des pilotes…

    Et là on se prépare à en tourner 4. Avant même que ce soit diffusé, TF1 en a commandé d’autres. C’est sympa !

    Notre précédente rencontre remonte aux Tuche 2, juste avant la sortie. Et depuis, cela a été un énorme succès... Qu'est-ce que ça vous inspire ?

    Super ! C’est sympa, j’ai l’impression que les gens sont quand même assez contents quand ils voient Les Tuche. De ce que je ressens, de ce que les gens disent dans la rue. Ca les amuse, c’est divertissant, c’est tendre. Je pense quand même que le grand succès de ce Tuche, c’est la performance incroyable de Jean-Paul. Il est inouï. La jubilation qu’on a à faire les choses, elle passe. La tendresse et la jubilation, ce n’est pas un calcul, mais j’ai remarqué qu’à chaque fois que j’ai eu la chance de tourner dans un film où il y avait ces deux ingrédients, ça passe.

    Quand on passe en revue les films dans lesquels vous avez joué, c’est fou, tous ces succès, comme si vous portiez bonheur ! 

    ...Porter bonheur, je ne sais pas ! Mais ça m’a porté bonheur aussi. C’est une chance incroyable d’être choisie à chaque fois par ces maitres là, et pour ces œuvres qui ont tellement touché les gens. Je ne m’en rends pas bien compte, je ne suis pas dans la conscience de ça. Et puis de temps en temps, je me dis quand même quelle chance : Chabat, Jean-Pierre Jeunet, Resnais, Chatiliez… J’ai beaucoup de chance de les avoir croisés. 

    Y a-t-il un film dont on vous parle plus que d’autres ?

    Chez les jeunes, c’est plutôt Les Profs ou Les Tuche. Chez les trentenaires, c’est plutôt Astérix. Ca dépend des âges en fait. Les femmes, c’est Cathy Tuche. Ça touche les femmes.

    Et pour ma part, c’est Tatie Danielle...

    J’ai revu Tatie Danielle récemment à la télé. Ça se démode très peu parce qu’en plus dans la décoration et les costumes, c’était un peu traité comme un film d’époque finalement. Ça ne vieillit pas tellement et surtout c’est bien écrit. Et Tsilla Chelton était incroyable.

    Et Onteniente, j’ai fait deux films avec lui : Trois zéros et Disco. On s’est toujours bien marrés. Il m’a donné cette chance de tourner avec Depardieu pour de vrai, mes yeux dans les yeux. C’était impressionnant.

    Isabelle Nanty et Gérard Depardieu dans Disco

    Je vous demandais s’il y a un rôle dont on vous parle plus que d’autres. Mais est-ce qu’il y a un rôle dont vous êtes particulièrement fière et dont on vous parle moins, peut-être un peu moins connu du grand public ?

    Mon rôle dans Les deux canards au théâtre. C’est Alain Sachs qui a insisté énormément pour que je joue ce rôle. C’était extraordinaire à jouer. La pièce était d’une perfection de construction et le personnage était unique. C’est vraiment une œuvre incroyable.

    Et puis Tatie Danielle, c’était très plaisant à jouer parce que c’était un personnage qui ne s’attardait pas, qui ne se regardait pas jouer. Pas sur la bouche d’Alain Resnais. Il m’a vraiment donné un rôle magnifique. C’était un être exceptionnel. Un ange. Et puis à chaque fois que j’ai joué dans des films, j’ai pris du plaisir. 

    Eskwad / Pathé - Vero Boncompagni
    Jean-Paul Rouve et Isabelle Nanty dans Les Tuche 2 (2016)

    Encore un petit mot sur Les Tuche. Une date de sortie vient d'être annoncée pour Les Tuche 3 (en février 2018), alors qu’aucune date de tournage n’a encore été communiquée…

    Je n’ai pas lu encore. Je sais que c’est à l’écriture.

    Il se dit que ça se passera pendant des élections, possiblement à l’Elysée…

    Oui, je crois que c’est ça.

    Avec un tournage cet été ?

    Eté 2017. Je crois que le tournage débute mai, juin, juillet. Je les rejoins en juin et juillet car je fais une mise en scène pour la Comédie Française en mai.

    Donc vous avez rempilé sans même lire…

    Oui, oui, moi je fais ça ! On verra…

    Avec toujours toute la famille alors ?

    Oui, normalement. Je suis le courant. Je n’ai pas à intervenir là-dedans. Ce n’est pas mon rôle. Moi ça me réjouit de retrouver tout le monde. On se marre bien.

    Marc Bossaerts
    Arnaud Ducret, Didier Bourdon, Fred Tousch, Isabelle Nanty, Pierre-François Martin-Laval dans Les Profs 2 (2015)

    Quid d’un Profs 3 ?

    Je ne crois pas qu’il va y avoir les Profs 3 parce que PEF va réaliser Gaston Lagaffe début 2017. Je ne crois pas, et comme c’est un peu autour de Kev Adams, soyons honnêtes, à moins que Kev ne devienne prof lui-même…

    Munch (2 x 52'), réalisé par Gabriel Julien-Lafferrière, sur un scénario de Marie Vinoy et Marie-Alice Gadéa. Une Production JLA Productions et Exilène en coproduction avec TF1, à partir de ce soir 20h50 sur TF1.

     

    Propos recueillis par Brigitte Baronnet, le vendredi 14 octobre 2016, à Paris

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top