Notez des films
Mon AlloCiné
    Cleveland contre Wall Street
    note moyenne
    3,8
    318 notes dont 67 critiques
    répartition des 67 critiques par note
    7 critiques
    22 critiques
    28 critiques
    6 critiques
    4 critiques
    0 critique
    Votre avis sur Cleveland contre Wall Street ?

    67 critiques spectateurs

    framboise32
    framboise32

    Suivre son activité 108 abonnés Lire ses 1 284 critiques

    3,0
    Publiée le 15 avril 2012
    Cleveland contre Wall Street est principalement tourné à huis clos. Ce long métrage raconte un procès qui n’a jamais eu lieu, du premier jour à l’énoncé du verdict. L’histoire de la mondiale et les conséquences sur la ville de Cleveland. Au tribunal, les pères de famille, les anciens courtiers, des représentants de l’Etat, des économistes, des représentants de l’ordre viennent témoigner de leurs histoires. Comme ce policier chargé d’expulser les familles des maisons qui ne peuvent plus payer et qui raconte avec quelle émotion il a du expulser une vieille femme veuve. Ou ce trader qui explique comment maquiller les revenus pour obtenir des prêts hypothécaires à des taux nettement supérieurs à la normale. Et tout ceci, sans que les banques ne vérifient aucune information. La ville devient de plus en plus pauvre. Les maisons sont fermées, les quartiers sont désertés, et les familles sont à la rue. Personne ne bouge, ni les banques, ni les institutions, ni l’Etat. Et L’avocat de Wall Street qui ose citer Churchill : « Quand tu traverses l’enfer, surtout continue d’avancer » ! Le documentaire fait preuve jusqu’au bout d’une honnêteté intellectuelle qui garantit à chaque camp une équité de traitement. Ce film documentaire a le mérite de ne rien cacher et de donner la parole aux victimes du système financier et de la crise. Par contre, il sera difficile de réparer à lui seul les dégâts de la crise mondiale mais il est à voir ! http://framboisemood.wordpress.com
    brqui-gonjinn
    brqui-gonjinn

    Suivre son activité 70 abonnés Lire ses 955 critiques

    2,0
    Publiée le 8 octobre 2011
    "Cleveland contre Wall Street" est au final plus proche du film que du documentaire à proprement parlé car il met en scène un procès qui aurait dût se tenir et opposant la ville de Cleveland aux banques de Wall Street sur la question des subprimes et de la façon frauduleuse dont elles en ont abusées. Si tout est mis en scène voir trop bien mis en scène par Jean-Stephane Bron, les gens et leurs témoignages apparaissant dans ce documentaire sont eux tous vrais, et nous écoutons ainsi avec effroi les propriétaires -non informés voir arnaqués- expliquer dans quelle mesure leurs maisons vont être vendus aux enchères parce qu’ils n’ont pas pu rembourser la banque. Pour ceux (et j’en fais partie) qui ne connaissent que la partie immergée de l’iceberg (les histoires que les médias trouvent assez sensationnelles pour en faire un scoop) qu’est la crise financière, "Cleveland contre Wall Street" est un documentaire à voir pour sa somme d’informations et sa clarté. Cependant une réalisation plus axée sur le style images d’archives aurait eu un meilleur effet et plus d’impact.
    Estelle S
    Estelle S

    Suivre son activité 31 abonnés Lire ses 235 critiques

    4,5
    Publiée le 6 septembre 2010
    Je trouve que le film est vraiment pas mal fait. Il permet de bien voir quelles sont les conséquences désastreuses qu'on fait ces fameux crédits des subprimes! Le faux tribunal qui a été mis en scène est pas mal car il permet de voir réellement comment vivent les principaux acteurs de cette crise. A voir!
    spider1990
    spider1990

    Suivre son activité 723 abonnés Lire ses 1 589 critiques

    3,0
    Publiée le 31 juillet 2010
    Cleveland contre Wall Street est un film documentaire moyen. Le film montre un procès qui contient des arguments défendables et mitigé dans les deux camps, on s'y croit vraiment, mais pas assez intense et un sujet pas assez intéressant.
    tixou0
    tixou0

    Suivre son activité 414 abonnés Lire ses 1 827 critiques

    1,0
    Publiée le 27 août 2010
    Ce "Cleveland contre Wall Street", dont on dit un peu partout grand bien, ne réussit pourtant pas à s'élever au-delà d'un modeste "Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la crise des subprimes" pour "Les Nuls", largement teinté de charge miltante, façon "à bas les profiteurs". Ce docu-fiction suisse, qui revêt la forme d'une "class action" fictive, est trop simpliste pour pouvoir répondre à la complexe question des responsabilités en la matière : Wall Street, ses banques impitoyables et ses traders sans foi ni loi, comme il le propose comme postulat, ou bien les pouvoirs publics, ou encore le capitalisme, finalement ... ou ?.. Les drames humains en rafale, l'enfoncement des damnés de la terre dans la paupérisation (ceux de Cleveland, Ohio, comme d'ailleurs), qui avaient la naïveté de croire que le fameux "rêve américain" est accessible à tous, c'est triste, et même révoltant, mais axer toute une démonstration presque uniquement sur la douleur des humbles, enfoncer le clou des témoignages poignants, ce n'est pas convaincant (comme l’admettent 3 des 8 jurés de fiction, rendant impossible le verdict souhaité de culpabilité).
    totoro35
    totoro35

    Suivre son activité 70 abonnés Lire ses 1 787 critiques

    3,0
    Publiée le 4 octobre 2011
    Construit autour d'un procès fictif, un doc édifiant qui donne un visage humain aux conséquences désastreuses de la crise économique.
    PhilippeToile
    PhilippeToile

    Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 740 critiques

    3,5
    Publiée le 19 août 2010
    Ce docu-fiction reconstitue avec de vrais juges, de vrais témoins et de vrais avocats, le procès que voulut intenter la ville de Cleveland aux institutions de Wall Street après la vague d'expulsions qui dévasta ses quartiers populaires victimes de la crise des subprimes. Loin des bouffonneries populistes de Michael Moore, le réalisateur français Jean-Stéphane Bron mène son entreprise avec une rigueur ascétique qui n'exclut jamais l'émotion. Mais l'intérêt de ce film réside dans sa valeur didactique pour tous ceux qui sont peu familiers des subtilités de fonctionnement des marchés financiers américains. Le réquisitoire est terrible et suscite bien des réflexions. Informatif et passionnant malgré son format rigide de film de procès.
    tuco-ramirez
    tuco-ramirez

    Suivre son activité 67 abonnés Lire ses 1 306 critiques

    3,5
    Publiée le 30 septembre 2011
    En 2008, un avocat de Cleveland décide d’assigner en justice Wall Street. Ces derniers sont responsables de la catastrophe immobilière dont souffre la ville après les expulsions dues à l’usage abusif de crédits usurier : « les subprimes ». Le procès n’aura jamais lieu. Ce film met en scène les protagonistes du procès tel qu’il aurait dû se dérouler : avocats, victimes, jurés, juge,… Un beau cours sur les abus du capitalisme, un film qui fait froid dans le dos. On comprend bien comment les marchés financiers ont eu intérêt à produire un produit financier dangereux ; parce qu’elle y avait des intérêts financiers évidemment mais surtout parce qu’elle avait une clientèle prête à investir sur un placement financier risqué pais à forte rentabilité. Les victimes se retrouvent donc être les plus pauvres qui ont n’ont pas bénéficié des retombées positives de ce placement : tout juste bons à se faire saisir leurs maisons. Le gouvernement lui aussi est responsable en transférant la charge du logement public incombant à l’Etat à l’accès à la propriété privée… Les pauvres devaient donc pouvoir emprunter : fermons les yeux. Et après, on les juge inconscient d’avoir emprunté plus que raisonnable ; en oubliant que ces montages s’adressaient à des personnes sous éduquées qui voulaient bien y croire. En fin de parcours, ce désengagement de l’Etat sur le logement social et l’éclatement de la bulle spéculative à éclabousser à nouveau les plus pauvres. Car les gains générés par les subprimes ont fait le beurre des classes moyennes supérieures et plus mais les pertes occasionnées par la crise ont été mutualisées ; on paiera tous… Çà fait réfléchir au modèle de société que l’on nous propose en France actuellement : le tous propriétaire avec des gens qui s’endettent sur 30 ans, la stigmatisation des gens percevant les minimas sociaux (victimes ? non profiteurs),… Aux Etats-Unis, le manque d’éducation est aussi une aubaine pour envoyer se faire tuer à l’autre bout du monde des jeunes au nom de la liberté et du drapeau américain… des jeunes pauvres et sans éducation espérant une carrière dans l’armée, plutôt de la chair à canon… Un cours efficace sur le capitalisme débridé et la démocratie à géométrie variable
    Tumtumtree
    Tumtumtree

    Suivre son activité 58 abonnés Lire ses 399 critiques

    3,5
    Publiée le 30 août 2010
    Voilà un film qui permet d'y voir plus clair dans la récente crise des subprimes. Et pourtant, la situation est si complexe, la responsabilité si diluée, qu'on ne sait pas au final ce qu'on aurait voté si on avait été juré. Les pauvres qui veulent une maison plus belle ; les traders qui veulent encore plus d'argent : l'humanité apparaît ici comme obnubilée par l'envie et la vanité. Mais on se range sans problème du côté des pauvres à qui on ne donne pas les outils de connaissance pour gérer leur situation et qui sont à la recherche de leur dignité (pendant que les traders amassent leurs futiles millions). Le film est bien fait, édifiant comme il se doit. Mais il repose tout de même sur une accusation contre un adversaire trop abstrait: Wallstreet. L'avocat de la défense a vite fait de démolir certains arguments des plaignants.
    Nate-Fisher
    Nate-Fisher

    Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 69 critiques

    4,0
    Publiée le 1 juin 2011
    Un film au concept pour le moins atypique. Cleveland vs. Wall Street est à ranger au rayon des "vrais-faux documentaires". Un faux procès qui aurait dû avoir lieu dans la réalité si les accusés (Wall Street) ne l'avaient pas sans cesse repoussé puis annulé. Soit les habitants de Cleveland qui accusent les banques d'investissement de Wall Street d'être directement responsables des saisies de leurs maisons suite à de manipulations d'argent honteuses : les fameux crédits subprimes. Ce procès n'a jamais eu lieu, mais le voila sous nos yeux, avec les vrais protagonistes, les vrais témoins. Comme le dit la voix off d'introduction : un procès de cinéma, dont l’histoire, les protagonistes et leurs témoignages sont bien réels. Bien que ce film ait toutes les caractéristiques du documentaire, il se suit comme un haletant thriller judiciaire à la progression dramatique parfaitement étudiée. Il faut dire que le système judiciaire américain a toujours été hautement cinématographique, en cela qu'il offre tous les éléments narratifs nécessaires à la construction d'histoires fortes sur le plan émotionnel. Les témoignages, tous accablant, se succèdent et permettent d'humaniser cette guerre économique très obscure. Jamais la crise des sub primes n'aura été aussi limpide, sans qu'elle soit pour autant simplifiée. Si on peut émettre quelques réserves, notamment au niveau de l'équilibre du temps de parole accordé aux deux camps (sur les 7 témoignages, seul le dernier est en faveur des accusés. Tout à fait légitime certes, mais contestable), on ne peut que en ressortir soufflé, accablé et déprimé face à ces escroqueries sans nom qui voient des hauts de la finance construire leur richesse sur le malheur de pauvres gens. Un film à voir absolument !
    Corenbobby
    Corenbobby

    Suivre son activité 24 abonnés Lire ses 664 critiques

    3,5
    Publiée le 3 décembre 2010
    un bon documentaire, mais je n'en suis pas fan. est-ce que les banques sont coupable ? je dirai que à mon avis, elle sont coupable.
    Johann G
    Johann G

    Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 20 critiques

    4,5
    Publiée le 26 octobre 2010
    Ce film m'a beaucoup plu car il nous montre comment fonctionne la justice aux États-Unis. Et de plus, ce procès nous montre quels sont les cause de la crise financière à travers le combat entre les habitants de Cleveland qui ont des gros problèmes financiers causé par les subprimes, et Wall Street. Ce film nous illustre les grands défauts du modèle capitaliste
    Bouzi Bouzouf
    Bouzi Bouzouf

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 115 critiques

    3,5
    Publiée le 28 novembre 2010
    Bouzi Bouzouf aime « Cleveland contre Wall Street ». Ce titre curieux (un équivalent français pourrait être « Le Havre contre La Défense ») cache un film concept proposant une simulation de procès : des habitants de la ville de Cleveland qui ont été priés de dégager de leur maison parce qu'ils ne pouvaient plus rembourser les multiples crédits qu'ils avaient sur le dos (parmi lesquels les fameux subprimes), entreprennent une action en justice contre le monde de la finance américain, symbolisé par Wall Street, qu'ils estiment responsables de leur déchéance. Précisons que même s'il s'agit d'un faux procès, ses intervenants ne sont pas des comédiens ; il s'agit de vrais gens, de vrais avocats, de vraies personnes qui se sont fait virer de chez elles, de vrais individus qui sont en rapport, direct ou indirect, avec la galaxie Wall Street. Tout l'enjeu du procès réside dans la question suivante : les acteurs financiers (banques, sociétés de crédit, assurances, etc.) sont-ils la cause de ces expulsions du fait de leurs pratiques et des produits qu'ils proposent, ou la faute incombe-t-elle aux ménages qui, sensibles aux sirènes du rêve américain, ont fait preuve d'irresponsabilité en vivant largement au-dessus de leurs moyens ? Même si le film a le mérite de laisser au spectateur la possibilité de se faire son propre jugement en évitant toute démagogie ou manichéisme grossiers, les débats permettent de constater en tout cas l'absolue saloperie des organismes financiers, prêts à tout pour faire du fric, du fric et encore du fric (falsification des données, attribution en toute connaissance de cause de prêts risqués à des ménages déjà dans la merde, manipulation honteuse de l'inculture économique et de la vulnérabilité sociale de ceux-ci, voire la titrisation, technique chelou). Bref, le film montre bien ce qu'est le libéralisme actuel : un bulldozer parfaitement huilé dans son infamie, qui roule sur les gens pour le compte d'une petite caste de connards malades du pognon.
    Damien H.
    Damien H.

    Suivre son activité 12 abonnés Lire ses 330 critiques

    4,0
    Publiée le 24 juillet 2012
    Ce film est un vrai pari. Le réalisateur, voyant que le procès voulu par Cleveland contre Wall-Street ne venait pas, a décidé de le mettre en place lui-même. Pour cela, il a pris de vrais témoins, de vrais conseillers municipaux, un vrai juge, de vrais avocats, etc. Les membres du jury ont été sélectionnés comme cela se fait normalement, par des avocats, parmi les habitants de Cleveland. Aucune personne apparaissant dans ce film n'est acteur, ce ne sont que des gens normaux qui auraient très bien être dans le vrai procès. On obtient au final un documentaire très intéressant, où des personnes racontent ce qu'elles ont réellement fait, vu ou subi. Un documentaire où de vrais habitants décident si, oui ou non, Wall-Street doit payer pour le déclin de Cleveland. Verdict que le réalisateur ne connaissait donc pas avant qu'il tombe. A voir, ne serait-ce que pour féliciter ce pari fou.
    20centP
    20centP

    Suivre son activité 10 abonnés Lire ses 224 critiques

    4,0
    Publiée le 14 juillet 2011
    Dispositif très original, intelligent et pédagogique. Plusieurs intervenants tiennent des propos a la fois lucides et émouvants. On peut regretter toutefois que la responsabilité des banques, les liens qu'elles entretiennent avec les recruteurs véreux pour les "subprimes" n'aient pas fait l'objet d'une investigation plus approfondie. Un film a ne pas manquer ...
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top