Mon compte
    Reminiscence
    Note moyenne
    3,1
    18 titres de presse
    • Le Parisien
    • La Croix
    • La Voix du Nord
    • Le Journal du Dimanche
    • Les Inrockuptibles
    • Télé Loisirs
    • Ecran Large
    • Filmsactu
    • Le Figaro
    • Le Journal du Geek
    • Ouest France
    • Première
    • Télérama
    • Critikat.com
    • Dernières Nouvelles d'Alsace
    • Le Dauphiné Libéré
    • Les Fiches du Cinéma
    • Le Monde

    Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

    18 critiques presse

    Le Parisien

    par Michel Valentin

    Contre toute attente, ce mélange a priori incongru, sorte de chaînon manquant entre « le Faucon maltais » et « Inception », fonctionne à plein et ne nous laisse que de jolis souvenirs.

    La critique complète est disponible sur le site Le Parisien

    La Croix

    par Nathanaël Bentura

    Une dystopie haletante et tragique.

    La critique complète est disponible sur le site La Croix

    La Voix du Nord

    par Christophe Caron

    Les séquences d’action marquent autant que le climat étrange baignant (là aussi au sens propre) cette quête obsessionnelle qui, derrière le vernis de l’anticipation, évoquerait presque un film noir installé dans les années 30 (...).

    La critique complète est disponible sur le site La Voix du Nord

    Le Journal du Dimanche

    par Stéphanie Belpêche

    Dans la lignée de Minority Report (2002) de Steven Spielberg, ce film à la structure narrative un peu bancale, à la fois thriller d'anticipation, fable écologique et tragédie romantique, touche intimement par son voyage à travers la mémoire, son discours sur le déterminisme de l'existence, la performance tout en intériorité de Hugh Jackman.

    La critique complète est disponible sur le site Le Journal du Dimanche

    Les Inrockuptibles

    par Jean-Marc Lalanne

    De Westworld à Reminiscence, il y a clairement un repli des utopies, un désenchantement quant à la possibilité de vivre des vies rêvées.

    La critique complète est disponible sur le site Les Inrockuptibles

    Télé Loisirs

    par Thomas Colpaert

    À grand renfort d'effets spéciaux, Hugh Jackman (toujours aussi musclé !) nous mène au cœur du passé et de la psyché. De quoi faire chauffer les méninges !

    Ecran Large

    par Mathieu Jaborska

    Si Reminiscence aligne trop sagement les codes du polar high tech, sa vision d'un futur au bord de l'engloutissement en fait tout de même une proposition de science-fiction sérieuse.

    La critique complète est disponible sur le site Ecran Large

    Filmsactu

    par Pierre Champleboux

    Avec son concept novateur, son ambiance de film noir, ses décors spectaculaires, et son casting cinq étoiles, Réminiscence avait tout pour plaire. Malheureusement, on trouve le temps long devant ce film paresseux à l’intrigue cousue de fil blanc et aux dialogues beaucoup trop clichés pour sonner juste.

    La critique complète est disponible sur le site Filmsactu

    Le Figaro

    par Constance Jamet

    Coup d'essai imparfait dans l'ombre de ses maîtres, réflexion cachée sur l'amour fou à la riche imagerie, Reminiscence mérite qu'on s'en souvienne et encourage à prêter davantage attention à l'écume des jours.

    La critique complète est disponible sur le site Le Figaro

    Le Journal du Geek

    par Julie Hay

    Si le film a de solides arguments visuels, il ne parvient pas à s’imposer comme une épopée captivante ; la faute à une narration cousue de fil blanc et un casting pas toujours inspiré. Sur le papier, le premier long-métrage de Lisa Joy avait tout pour plaire mais l’impression laissée par le film est finalement loin d’être indélébile.

    La critique complète est disponible sur le site Le Journal du Geek

    Ouest France

    par Gaël Golhen

    A trop vouloir compliquer son récit, Joy finit par délaisser son véritable sujet. Mais sa mise en scène et ses idées visuelles ambitieuses laisse penser que, débarrassée de l'ombre de Nolan, elle pourrait s'affirmer comme une grande cinéaste à part entière.

    Première

    par Gaël Golhen

    L’ennui, c’est que son techno-thriller ne décolle jamais tout à fait (...). Ce n’est qu’à la fin, quand elle touche enfin le rivage de la pure mythologie, qu’elle joue avec des notions finalement plus littéraires que visuelles ou théoriques, qu’elle finit par trouver la note de son film et son émotion – un peu trop tard.

    La critique complète est disponible sur le site Première

    Télérama

    par Mathilde Blottière

    Premier film de la cocréatrice de la série West­world, ce récit de science-fiction truffé de références aux films noirs des années 40 compense (un peu) une narration alambiquée à la Nolan et une fin terriblement convenue par le raffinement déliquescent de sonatmosphère rétrofuturiste. D’autant plus inquiétante qu’elle semble étrangement réaliste.

    La critique complète est disponible sur le site Télérama

    Critikat.com

    par Josué Morel

    Cela ne sauvera pas le film boiteux de Joy, mais reconnaissons que ce dernier émeut un peu lorsque, soudain, tout s’éclaire : derrière les circonvolutions de son récit, Reminiscence n’aspirait à rien d’autre qu’à être, justement, une réminiscence de Vertigo.

    La critique complète est disponible sur le site Critikat.com

    Dernières Nouvelles d'Alsace

    par Nathalie Chifflet

    Derrière la caméra de Réminiscence, Lisa Joy, la femme de Jonathan Nolan, peine à donner de l’ampleur à ce scénario intrigant mais lesté par un romantisme mélo sur fond de coucher de soleil, une imagerie clichée oubliable.

    Le Dauphiné Libéré

    par Nathalie Chifflet

    Les Nolan renversent le cours des choses et des récits : Réminiscence , écrit par le seul Jonathan, sans Christopher, recule dans le temps avec moins de complexité que d’habitude. Hugh Jackman, vétéran claudiquant de la guerre du Golfe, butte sur le passé, qu’il se passe, repasse et ressasse.

    Les Fiches du Cinéma

    par Simon Hoarau

    Le premier film de Lisa Joy n’est hélas pas à la hauteur de ses ambitions - à commencer par celle consistant à chercher à signer une œuvre SF majeure.

    La critique complète est disponible sur le site Les Fiches du Cinéma

    Le Monde

    par Mathieu Macheret

    Pour son premier long-métrage, Lisa Joy, cocréatrice de la série Westworld, aborde le polar d'anticipation mentale dans la droite lignée d'un Philip K. Dick. Cependant, rien dans l'écriture ni la réalisation ne s'approche d'un tel modèle.

    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top