Mon compte
    Le Diable n'existe pas
    Note moyenne
    4,1
    26 titres de presse
    • Les Echos
    • Les Fiches du Cinéma
    • Marianne
    • Positif
    • Première
    • Télérama
    • Voici
    • aVoir-aLire.com
    • Bande à part
    • Dernières Nouvelles d'Alsace
    • Femme Actuelle
    • L'Humanité
    • La Croix
    • Le Dauphiné Libéré
    • Le Figaro
    • Le Journal du Dimanche
    • Le Nouvel Observateur
    • Le Parisien
    • Libération
    • Marie Claire
    • Transfuge
    • Cahiers du Cinéma
    • Critikat.com
    • Les Inrockuptibles
    • Sud Ouest
    • Le Monde

    Chaque magazine ou journal ayant son propre système de notation, toutes les notes attribuées sont remises au barême de AlloCiné, de 1 à 5 étoiles. Retrouvez plus d'infos sur notre page Revue de presse pour en savoir plus.

    26 critiques presse

    Les Echos

    par Olivier De Bruyn

    Mohammad Rasoulof met en scène quatre histoires consacrées à un même sujet : la peine de mort en Iran. Ce film magistral confirme l'inspiration d'un cinéaste censuré dans son pays.

    La critique complète est disponible sur le site Les Echos

    Les Fiches du Cinéma

    par Clément Deleschaud

    Quatre histoires sur le refus de tuer ses semblables dans l’Iran moderne. Mohammad Rasoulof relie des fascicules d’histoire individuelle en un cycle lyrique qui place le curseur non pas sur l’oppression, mais sur ceux qui communi(qu)ent dans la résistance.

    La critique complète est disponible sur le site Les Fiches du Cinéma

    Marianne

    par Olivier De Bruyn

    Ce grand film implacable ne s’oublie pas de sitôt après avoir été vu. Et confirme, s’il en était besoin, le talent et le courage d’un cinéaste résistant.

    La critique complète est disponible sur le site Marianne

    Positif

    par Alain Masson

    [Une] réflexion explosive en quatre volets sur l’insoumission au pouvoir, d’une stupéfiante vitalité formelle.

    Première

    par Sylvestre Picard

    Ours d'or à Berlin 2020, le film de l'iranien Mohammad Rasoulof reste un événement de cinoche dont la colère ne risque pas de s'éteindre de sitôt. Pour l'auteur de ces lignes, ça ne fait pas de doute : c'est le meilleur film de 2021.

    La critique complète est disponible sur le site Première

    Télérama

    par Jacques Morice

    De là l’inquiétude, le soupçon. Mohammed Rasoulof sait l’art de la mise en scène, des signes de tension disséminés avec soin et des plans qui tombent comme des couperets.

    La critique complète est disponible sur le site Télérama

    Voici

    par La Rédaction

    Un drame fort sur le courage et les sacrifices qu'implique le libre-arbitre.

    aVoir-aLire.com

    par Laurent Cambon

    Un plaidoyer magnifique et saisissant en faveur de la liberté de conscience et contre la peine de mort dans sans doute l’une des pires dictatures au monde : l’Iran.

    La critique complète est disponible sur le site aVoir-aLire.com

    Bande à part

    par Olivier Pélisson

    Les deux heures et demie de l’aventure agissent comme un entêtement progressif. Elles épatent aussi, en passant de la cité grouillante à la nature salvatrice, et de l’oppression à la résistance, le long de plans dont la durée nourrit l’âme du film.

    La critique complète est disponible sur le site Bande à part

    Dernières Nouvelles d'Alsace

    par Nathalie Chifflet

    Ce questionnement sur le dilemme moral et la responsabilité est magistral.

    Femme Actuelle

    par La Rédaction

    Au-delà du contexte de l'Iran, on pose ici des questions universelles, traitées avec finesse.

    L'Humanité

    par Michaël Mélinard

    Même s’ils apparaissent indépendants, ces quatre courts métrages forment un ensemble cohérent et se répondent. Avec ce film, Rasoulof signe une œuvre d’une puissance rare, où il explore avec talent plusieurs genres cinématographiques.

    La critique complète est disponible sur le site L'Humanité

    La Croix

    par Céline Rouden

    Une œuvre puissante et engagée.

    La critique complète est disponible sur le site La Croix

    Le Dauphiné Libéré

    par Nathalie Chifflet

    Tour à tour récit familial, thriller d’action, romance, tragédie intime, ce grand film politique sur la peine de mort met en scène des bourreaux qui sont des citoyens ordinaires ou de jeunes militaires conscrits chargés des exécutions des condamnés.

    Le Figaro

    par Eric Neuhoff

    Cette banalité glace le sang. Les morts anonymes hantent ces séquences dont l'efficacité le dispute à la beauté. On s'aperçoit que le cinéma possède une force qui n'appartient qu'à lui.

    La critique complète est disponible sur le site Le Figaro

    Le Journal du Dimanche

    par Barbara Théate

    Une vision âpre et sans concession, magnifiquement mise en image, d'un peuple rendu muet et soumis. Bouleversant.

    La critique complète est disponible sur le site Le Journal du Dimanche

    Le Nouvel Observateur

    par Nicolas Schaller

    D’une dialectique implacable, le film, un peu aride dans sa démonstration, se gonfle d’humanité et de romanesque à mesure que l’action s’éloigne de Téhéran pour aller vers la nature et que les femmes passent au premier plan.

    La critique complète est disponible sur le site Le Nouvel Observateur

    Le Parisien

    par La Rédaction

    Ces films, qui mettent tour à tour en scène un mari et père exemplaire, un jeune conscrit, un fiancé venu demander sa promise en mariage, et un médecin isolé dans les montagnes avec sa femme, brossent un portrait de l’Iran totalitaire. Et forment finalement une œuvre lente, à la beauté classique, mais profondément révolutionnaire.

    La critique complète est disponible sur le site Le Parisien

    Libération

    par Pierre Alonso

    Le Diable n’existe pas n’apparaît pourtant pas comme un appel à l’insurrection. C’est aussi la force du film, long et dense, qui ne répond à aucune question, mais laisse chacun entrevoir que certains choix n’ont pas de bonne issue dès lors que l’énoncé de départ est mauvais, à la manière d’une fable en quatre actes.

    La critique complète est disponible sur le site Libération

    Marie Claire

    par Vincent Cocquebert

    Un plaidoyer pour la liberté aussi fort politiquement qu'esthétiquement.

    Transfuge

    par Corentin Destefanis Dupin

    La richesse du film de Rasoulof tient dans le fait que chaque histoire vient simultanément prolonger et contrarier l'apologue précédent [...]. Elle réside également dans la multiplicité des formes cinématographiques adoptées toutes réunies sous un même régime visuel, aussi délicat que virtuose.

    Cahiers du Cinéma

    par Jean-Marie Samocki

    Le talent de scénariste de Rasoulof est de donner à chacun de ses récits une conclusion qui, tout en s’inscrivant dans la logique de destinée de chaque personnage, ouvre sur une dimension allégorique qui révélerait l’inconscient de la société iranienne.

    Critikat.com

    par Hugo Mattias

    Malgré leurs limites respectives, ces quatre petits contes cruels parviennent assez bien à figurer le rôle central de la découverte du mal dans la société iranienne en la filmant comme un véritable rite de passage, aussi brutal qu’inéluctable.

    La critique complète est disponible sur le site Critikat.com

    Les Inrockuptibles

    par Marilou Duponchel

    Si Le Diable n’existe pas frôle parfois le didactisme et l’exposé sociologique, il parvient finalement à esquiver les écueils de ces films dévorés par l’actualité brûlante et urgente de leur sujet, notamment quand il ne s’intéresse à rien d’autre qu’à la part sensible et humaine de ce qu’il filme.

    La critique complète est disponible sur le site Les Inrockuptibles

    Sud Ouest

    par Sophie Avon

    Ours d’or à Berlin, ce film iranien de Mohammad Rasoulof, assigné à résidence, est tranchant comme une exécution.

    La critique complète est disponible sur le site Sud Ouest

    Le Monde

    par Mathieu Macheret

    Mais chaque récit est lesté par un coup de force scénaristique, ce qui les rend artificiels.

    Les meilleurs films de tous les temps
    Back to Top