Mon compte
    L'Automne à Pyongyang, un portrait de Claude Lanzmann
    Note moyenne
    2,7
    10 notes En savoir plus sur les notes spectateurs d'AlloCiné
    Votre avis sur L'Automne à Pyongyang, un portrait de Claude Lanzmann ?

    3 critiques spectateurs

    5
    1 critique
    4
    0 critique
    3
    0 critique
    2
    1 critique
    1
    1 critique
    0
    0 critique
    Trier par :
    Les plus utiles Les plus récentes Membres avec le plus de critiques Membres avec le plus d'abonnés
    rebel44
    rebel44

    147 abonnés 9 critiques Suivre son activité

    5,0
    Publiée le 5 novembre 2023
    Excellent et unique portrait de ce très grand cinéaste. Sensible et touchant. Une sorte de testament sur un personnage plus complexe que certains voudraient le faire croire. Très réussi.
    Yves G.
    Yves G.

    1 219 abonnés 3 234 critiques Suivre son activité

    1,0
    Publiée le 1 juillet 2023
    En 2015, Claude Lanzmann se rendait en Corée du nord avec son producteur François Margolin, sous le prétexte d’y tourner un documentaire sur le taekwondo mais en fait pour y retrouver la trace d’une infirmière qu’il y avait croisée en 1958 et dont il était tombé éperdument amoureux durant une brève séance de canotage sur le fleuve Taedong. Ce voyage surréaliste a inspiré un documentaire, "Napalm", dont j’ai fait une longue critique à sa sortie en 2017.

    Cinq ans après la mort de Claude Lanzmann, en juillet 2018, à quatre-vingt-douze ans, François Margolin revient sur cet ultime voyage. On comprend mal l’utilité de ce post-scriptum, qui utilise les rushes que Napalm n’avait pas jugé bon de retenir. On y retrouve le vieil intellectuel qui disserte sur quelques épisodes marquants de sa vie : son compagnonnage avec le Parti communiste, sa liaison avec Simone de Beauvoir, le suicide de sa soeur, le tournage de "Shoah".

    En 2017, ma critique mi-figue mi-raisin lui trouvait quelques circonstances atténuantes. Mon admiration pour le grand intellectuel m’empêchait de tirer à boulets rouges sur le vieillard sénile et libidineux. Mais en 2023, face à cet "Automne à Pyongyang" redondant, je n’aurai plus la même indulgence. Si la vieillesse est un naufrage, Claude Lanzmann en fournit hélas une vivante, quoique moribonde, illustration. L’homme, sourd comme un pot, quasiment grabataire, est à bout de force et à bout de souffle. En soi, cela n’est en rien blâmable. Mais il affiche cette impatience, cette morgue, qui caractérisent souvent les vieillards égocentriques. Il ne cesse de rembarrer son producteur qui l’interroge en le renvoyant à ses livres et en l’accusant de ne pas les avoir lus. C’est à se demander quel masochisme anime François Margolin pour avoir montré ces scènes où il se laisse humilier.

    Outre l’hubris de son personnage, deux choses m’ont particulièrement dérangé dans ce dernier voyage et dans ce qu’il nous montre de Lanzmann. La première est son manque de recul vis-à-vis du régime communiste nord-coréen. Sans doute se moque-t-il de la laisse courte que ses cornacs nord-coréens lui imposent et qu’il essaie par tous les moyens de desserrer. Mais il n’exprime aucune critique sur la chape de plomb qui s’est abattue depuis plus de soixante ans sur ce pays.
    La seconde est l’expression de moins en moins décomplexée de sa libido. Le documentaire n’en dit mot ; mais Claude Lanzmann dans les dix dernières années de sa vie a été plusieurs fois accusé d’agressions sexuelles. Sans doute faut-il être indulgent avec nos aînés et prendre en compte l’affaiblissement de leurs forces ; mais la sénilité n’excuse pas tout.
    Pascal
    Pascal

    109 abonnés 1 308 critiques Suivre son activité

    2,5
    Publiée le 17 avril 2023
    Les aficionados du travail de C.Lanzmann ressortiront sans doute tres decus par ce documentaire qui ne tient pas sa promesse ( un portrait du cineaste).

    Dernier voyage lointain de ce formidable cineaste au caractere bien trempe, qui n'hesite pas parfois a bousculer son vis a vis pour obtenir ce qu'il veut, mais aussi capable de grande tendresse, ce voyage a Pyongyang ne montre finalement pas grand chose.

    On retiendra la scene ou Lanzmann s'incline devant les statues des anciens dignitaires du pays, celle ou il evoque sa breve histoire d'amour avec une locale en 1958, celle ou il rend compte du suicide de sa soeur trentenaire, enfin celle ou il embrasse ses guides officiels.

    Le documentaire presente quelques vues de la ville, mais on sort de la salle en se demandant s'il y avait matiere a un film de soixante quinze minutes ?

    On se consolera en revisionnant la filmographie de Lanzmann ou en lisant son ouvrage autibiographique " le lievre de Patagonie".
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Meilleurs films
    • Meilleurs films selon la presse
    Back to Top