Mon compte
    Toutes les critiques de Positif
    Rien ni personne
    Positif
    4,0
    Presse
    2,8
    Du coup, on y croit, on se laisse embarquer. Ce n’est pas si courant.
    Eureka
    Positif
    4,0
    Presse
    3,7
    D’où le mélange des formes narratives ou filmiques (western, réalisme, mythe), d’où le montage fluide, d’où enfin la présence d’un oiseau-âme, signe d’une liberté retrouvée et d’un univers réconcilié.
    Le Royaume des abysses
    Positif
    4,0
    Presse
    3,2
    Dans le possible sillage d’un Big Fish and Begonia (Xuan Liang et Chun Zhang, 2016), l’équipe de Tian Xiaopeng élabore une cinématique virtuose procurant une forme matérielle aux affres existentielles.
    L'Empire
    Positif
    4,0
    Presse
    3,6
    Au-delà des motifs qui renvoient aux anciens films de Dumont, ce qu’on retient d’abord de ce portrait de l’humanité au bord du gouffre, c’est le plaisir. Plaisir d’un film qui ne ressemble à aucun autre, où l’on s’amuse beaucoup, et dont certaines visions apocalyptiques ne m’ont pas quitté trois semaines après la projection.
    Universal Theory
    Positif
    5,0
    Presse
    3,5
    Cet art du télescopage déborde ainsi le cadre de l’hommage et des références cinématographiques pour résumer un bout de XXe siècle que Kröger tente d’embrasser de façon ludique, avant d’en sonder toute la profonde gravité.
    Nuit Noire en Anatolie
    Positif
    3,0
    Presse
    3,5
    Le propos sociopolitique est d'un pessimisme sans appel. Les lueurs d'espoir [...] sont vite oblitérées par la noirceur quelque peu systématique du propos.
    Elaha
    Positif
    4,0
    Presse
    3,7
    La structure équilibrée du scénario exclut les coups de théâtre faciles et l'authenticité de la psychologie des personnages permet d'esquiver la caricature.
    La Bête
    Positif
    4,0
    Presse
    3,7
    Léa Seydoux séduit autant que George MacKay.
    Green Border
    Positif
    4,0
    Presse
    3,6
    Même si ce film documenté et impitoyable, honoré par un prix spécial du jury au dernier festival de Venise, s’abîme parfois dans d’inutiles insistances, il n'en demeure pas moins un témoignage puissant sur certaines réalités accablantes.
    Le Royaume de Kensuke
    Positif
    3,0
    Presse
    3,7
    Ce très joli dessin animé, vraiment impeccable (écran large, ligne claire), très bien animé, avec une séquence de naufrage impressionnante, devrait faire l’unanimité du public junior. [...] Mais on peut cependant penser que la crédulité a des limites.
    Léo, la fabuleuse histoire de Léonard de Vinci
    Positif
    4,0
    Presse
    3,6
    Divertissant et enrichissant.
    They Shot The Piano Player
    Positif
    5,0
    Presse
    3,9
    Passionnant, émouvant, commencé comme un hommage à la musique — dont on dit qu’elle adoucit les mœurs —, "They Shot the Piano Player" invente un genre inconnu, le thriller documentaire animé politique et musical.
    Le Dernier des Juifs
    Positif
    4,0
    Presse
    3,7
    Ce premier long métrage de Noé Debré se distingue par la finesse de son écriture, qui déboulonne les clichés sans jamais verser dans l’angélisme, faisant passer quelques idées sur le racisme ou l’antisémitisme avec drôle rie et sans prêchi-prêcha.
    Krisha et le Maître de la forêt
    Positif
    5,0
    Presse
    3,6
    Un premier long métrage exceptionnel.
    Les Chambres rouges
    Positif
    4,0
    Presse
    3,5
    [Des] défauts [...] secondaires [qui] n'altèrent en rien la grande singularité du sujet ni la maîtrise de son traitement cinématographique, si rigoureux, si précis et si lucide.
    Le Voyage en pyjama
    Positif
    4,0
    Presse
    2,9
    La fantaisie reste le maître mot de cette comédie qui mêle le vaudeville et le burlesque à un sens de l’absurde qui permet tout.
    Making Of
    Positif
    4,0
    Presse
    3,7
    L’argument de "Making of" est tout d’abord l’enregistrement d’une réalité, invisibilisée par les apprêts du jeu et de la recomposition. Comme toute œuvre consacrée au tournage d’un film, "Making of" met en scène les coulisses, l’arrière-cuisine où circulent les tensions, les rivalités, les problèmes de fric et les crises de nerfs ou de couple [...].
    Le Plongeur
    Positif
    3,0
    Presse
    2,6
    Le réalisateur réussit à donner à son personnage de sous-fifre une réelle importance, non seulement par la place qu'il lui accorde dans le scénario et dans la brigade, mais également grâce à son traitement cinématographique [...].
    L'Innocence
    Positif
    5,0
    Presse
    3,9
    Le spectacle de "L'Innocence", c’est la maîtrise absolue de son auteur, d’une puissance discrète mais qui abasourdit.
    Munch
    Positif
    2,0
    Presse
    2,5
    Le réalisateur Henrik Martin Dahlsbakken s’inspire maladroitement de "I’m Not There" (2007), le portrait de Bob Dylan par Todd Haynes, sans jamais parvenir à expliquer le sens de sa démarche ou pourquoi la vie d’Edvard Munch nécessite une narration aussi confuse et alambiquée.
    Back to Top