Notez des films
Mon AlloCiné
    Décès de Jean-Claude Brialy
    31 mai 2007 à 09:05
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Le comédien et metteur en scène français Jean-Claude Brialy est décédé ce mercredi 30 mai des suites d'une longue maladie à l'âge de 74 ans.

  • Les films de Jean-Claude Brialy

  • Jean-Claude Brialy en images


  • Ce grand amoureux du Septième Art aura attendu la fin du Festival de Cannes pour tirer sa révérence. Comédien, réalisateur, metteur en scène, directeur de salle et grande figure de la vie mondaine parisienne, Jean-Claude Brialy a succombé ce mercredi 30 mai à une longue maladie, à son domicile de Monthyon (Seine-et-Marne). Lauréat d'un César du Meilleur second rôle en 1988 pour Les Innocents, il s'était illustré durant la Nouvelle Vague, avant de devenir un visage incontournable de la scène, du grand et du petit écran. Il était âgé de 74 ans.

    Débuts sur les planches avec Jean Marais

    Fils de colonel, Jean-Claude Brialy, né en Algérie en 1933, vit son enfance au rythme des mutations paternelles. Après le bac, il s'inscrit d'abord au Conservatoire de Strasbourg où il obtient un premier prix de comédie, puis au Centre d'art dramatique de l'Est. En service militaire à Baden-Baden, il est affecté au service cinéma des armées, qui lui donne entre autres l'occasion de tourner dans son premier court métrage Chiffonard et Bon Aloi. Il sympathise aussi à cette époque avec plusieurs comédiens en tournée théâtrale, dont Jean Marais, qui l'encourage dans sa vocation.

    La bande des Cahiers

    Débarquant à Paris en 1954, il fréquente très vite la bande des Cahiers du Cinéma. C'est Jacques Rivette qui l'engage le premier dans son court métrage Le Coup du berger en 1956. Il tourne la même année L'Ami de la famille, qu'il considère comme son premier vrai rôle, et multiplie les apparitions (Ascenseur pour l'échafaud, 1957). La célébrité arrive en 1958 avec les deux premiers films de Claude Chabrol : Le Beau Serge et Les Cousins révèlent un acteur désinvolte et racé. Compagnon de route des "Jeunes Turcs", Brialy tourne avec Godard (1960, Une femme est une femme, photo ci-dessus), Truffaut (La Mariée était en noir, 1967) ou encore Rohmer (Le Genou de Claire, 1969, photo ci-dessous). Vu aussi chez Buñuel ou Scola, on le retrouve bon copain dans Christine (avec ses amis Delon et Romy Schneider) ou débordé par les femmes (La Chasse à l'homme, Julie pot de colle). Est-ce son goût pour la légèreté et la dérision qui l'empêcheront d'avoir accès aux premiers rôles ? Qu'importe : sans accéder au statut de star, il jouit d'une forte popularité qui ne se démentira jamais.

    Acteur, réalisateur, directeur de théâtre...

    En 1971, il réalise son premier film, Eglantine, une évocation nostalgique de ses souvenirs d'enfance, primée au Festival de San Sebastian. Attaché à cette période de la vie, Jean-Claude Brialy mettra également en images Les Malheurs de Sophie (1981) et surtout Un bon petit diable (1983), offrant à Alice Sapritch, effrayante en marâtre, un de ses rôles les plus marquants. En tout, il réalisera six longs métrages pour le cinéma, et autant pour la télévision. Parmi ses nombreuses activités, il faut aussi citer celles de directeur de théatre (celui des Bouffes-Parisiens notamment) d'organisateur de festivals, tels que celui de Ramatuelle, et d'animateur d'émissions de radio (sur Europe 1 en particulier). On l'a même entendu pousser la chansonnette face à Anna Karina, chez Godard ou dans le téléfilm Anna sur des airs de Gainsbourg.

    Un César grâce à Téchiné

    S'il cultive une image d'amuseur élégant, Jean-Claude Brialy est aussi capable d'explorer des territoires plus sombres. (Mortelle randonnée de Claude Miller, avec qui il tourna également L'Effrontée, photo). Et, comme souvent dans ces cas-là, ce sont ses incursions dans un registre "sérieux" qui lui valent la reconnaissance de ses pairs : il est nommé au César du Meilleur second rôle en 1977 pour sa composition de procureur dans Le Juge et l'Assassin de Bertrand Tavernier, et obtiendra cette récompense en 1987 pour son rôle d'homo désespéré dans Les Innocents de Téchiné. A partir des années 90, le raffiné Brialy, très à l'aise dans les films d'époque (La Reine Margot, Beaumarchais), trouve peu de personnages forts au cinéma, mais ce boulimique de travail continue d'enchaîner les rôles et les mises en scène sur le petit écran (Les Rois Maudits) et sur les planches.

    Confidences au fil du "Ruisseau"

    Ces dernières années, on retrouvait son nom au générique de plusieurs comédies (dans C'est le bouquet !, il forme avec Dominique Besnehard un couple irrésistible), mais Brialy a surtout surpris son monde en publiant en 2000 un livre de souvenirs Le Ruisseau des singes, dans lequel ce formidable conteur revient entre autres sur son enfance en Algérie. Le succès est tel qu'un deuxième tome suit en 2004, J'ai oublié de vous dire..., nouveau recueil de confidences et de portraits signé par un grand connaisseur du cinéma au coeur de midinette. Une de ses dernières apparitions publiques, ce fut, en avril dernier, lors des obsèques de Jean-Pierre Cassel, un autre dandy chéri des Français, avec lequel il venait de tourner Dernière enquête.

    La Rédaction d'AlloCiné

  • Les films de Jean-Claude Brialy

  • Jean-Claude Brialy en images
  • FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    • machun
      je m'en souviens un jour je l'ai rencontré et je lui est serré la main, il n'a pas dit un mot, pas un seul bruit, il m'a fait un petit sourire, je m'en souviens comme si c'était hier
    • geogeo_88
      J'ai été stupéfait par la mort de Jean-Claude Brialy. Il y a quelques jours, je regardais encore "Ripoux contre ripoux", dans lequel il joue le rôle du banquier. Après Gérard Oury, Philippe Noiret et Jean-Pierre Cassel, un autre grand nom du cinéma français nous quitte. Qui ne se souvient pas de son rôle de tennisman allemand dans "Papy fait de la résistance", de banquier dans "Ripoux contre ripoux", de policier dans "Inspecteur Lavardin", de son propre rôle dans "Les acteurs", d'employé voulant tuer Louis de Funès dans "Carambolages",... Adieu Monsieur Brialy et bravo pour votre très grande carrière !!! :ass:
    • nanardoo
      salut l'artiste!parmis les film qu'a tourné JCB il y en a un qui ne restera pas comme un chef d'oeuvre pour la postérité mais vu qu'il a été tourné dans mon village (qui n'est pas une île mais sur une presqu'île!)j'aimerais le garder dans ma cinémathèque mais je n'arrive pas à le trouver. alors si quelqu'un peut m'aider. il s'agit du "démon dans l'île" de Francis Leroi en 1983. merci :saint:
    • Dr_Thrawn
      Euh...tu l'as vu dans quoi ? Brialy, tu n'es mort que physiquement :(
    • MmeBiscuit
      Encore un, toutes mes condoléances a sa famille et a ses proches. :(
    • cinemathebride
      un grand homme nous quitte, il avait de l'élégance, du talent, un puit de connaissance du cinéma....tchao l'artiste
    • fansallesobscure
      Encore une grande figure du cinema francais qui s'en va ......Vous allez nous manquer Mr Brialy.!!!!CIAO L'ARTISTE ET BON VENT !!!
    • AntoinetteVirage
      Bonjour, Regardez le travail de doubleur qu'il a fait sur la voix de Terence STAMP, pour l'adaptation française de PRISCILLA, FOLLE DU DESERT, il y a 13 ans. Il a su donner au personnage de Bernadette la Transexuelle, humour , émotion et rayonnement. Un grand Monsieur, je vous dis.
    • [c.i.n.e.m.a]
      un grand homme...
    • gillotfranck
      :( un grand homme nous a laissé pour un monde meilleur ciao l'artiste
    • zebigboss109
      Adieu l'artiste :hello: :sweat:
    • GretaGarbo76
      étonnée ! je ne pensais pas qu'il était si gravement malade. C'est un grand vide de l'avoir perdu mais il laisse derriére lui quelques grands films. :saint: repose en paix l'artiste !
    • Indiana-Jones
      Climteastwood regard ce topic là :[spoiler][/spoiler] :crazy:
    • Sidiya16
      Reposez en Paix Monsieur Jean- Claude Brialy.
    • Lea12
      C'est tout à fait normal comme réaction. On apprécie beaucoup un acteur, mais on ne va pas crier sur tous les forums à son sujet tous les jours qu'on l'aime. Quand il mort, cependant, on va faire nos condoléances parce qu'on l'appréciait sans le répéter tout le temps. Je trouve ça très bien, ses fans qui ne veulent pas que des personnes qui n'ont pas répondu à des topics le concernant le fasse après sa mort. Très tolérante comme réaction.
    • psiko
      les gens ont aussi le droit de s'en foutre!on est pas obligé de pleurnicher à chaque fois qu'une célébrité nous quitte...et puis Brialy c'est pas un grand à mon goût...le comparer à Claude Rich est absurde selon moi... enfin,chacun ses goûts et désolé si mes propos heurtent ceux qui sont vraiment et sincèrement peinés par sa disparition!
    • helene_z@hotmail.fr
      Adieu Jean Claude. Bon vent ;)
    • sigale
      Tout le monde vous attendait à Cannes !! Ah, celui-là, toujours en retard ! Adieu Jean-Claude. Mes parents, mes grands-parents et moi vous adorions :saint:
    • rvmartin
      :jap: les étoiles brillent au firmament
    • valmont71
      C'est triste, un de nos plus brillant acteurs s'en va... j'ai beaucoup de peine, mais elle est atténuée par le fait qu'il va retrouver Romy, qui lui a tant manqué, parti il y a 25 ans et 1 jour...
    Voir les commentaires
    Back to Top