Mon AlloCiné
La 3D au cinéma est-elle déjà sur le déclin ?
2 juin 2011 à 10:00
facebook Tweet G+Google

Selon certains analystes, le boom engendré par la 3D au cinéma serait déjà en train de s'essoufler, au grand désespoir d'Hollywood qui ne semble jurer que par cela ou presque depuis la sortie d' "Avatar". Mais à ce déclinisme avancé par certains s'oppose un discours qui prédit un avenir encore radieux à la 3D.

Décidément depuis la sortie d'Avatar, la 3D n'en finit pas de faire des vagues. Dans un sens comme dans l'autre du reste. Selon certains analystes venant de publier une étude, l'exploitation des films en 3D connaîtrait un net ralentissement et une désaffection grandissante du public américain, au désespoir de l'industrie hollywoodienne qui fonde (fondait ?) de grands espoirs dessus. De l'autre côté, une autre étude portant sur le même sujet tient un discours à l'exact opposé, arguant que la 3D a au contraire encore de beaux jours devant elle. Eléments d'explications.

Péril en la demeure pour la 3D ?

C'est un cabinet de recherche américain du nom de BTIG Research qui a mis le feu aux poudres la semaine dernière. En particulier Richard Greenfield, analyste financier de ladite compagnie. Selon lui, la 3D serait sur une pente déclinente. Les spectateurs américains commenceraient à avoir des oursins dans les poches, au point d'être de moins en moins enclins à mettre la main au porte-monnaie pour payer le surcoût d'une séance en 3D. Si la 3D aurait effectivement beaucoup boosté les entrées de films tels que Avatar et Alice au Pays des Merveilles, autrement dit des films aux budgets pharaoniques, ceux dotés de budgets de moindres importances et tentant de se faire une place au soleil avec la 3D seraient littéralement balayés. Pire, même les plus récents Blockbusters ne seraient plus à l'abri.

Et le cabinet d'étude de pointer les chiffres des exploitations 3D de ces films pour étayer ses dires, en particulier Pirates des Caraïbes : la Fontaine de Jouvence, doté d'un budget estimé à près de 400 millions de dollars (frais de marketing inclu). En prenant la semaine du 20 mai, l'analyste relevait qu'avec 90 millions de dollars de recettes pour son premier week-end aux Etats-Unis, le film enregistrait le moins bon démarrage de la franchise. Le Précédent volet avait en effet accumulé 134 millions de dollars.

"Alors que les films événements font en général 60% de leurs recettes grâce à l'exploitation en 3D, le pourcentage de Pirates des Caraïbes : la Fontaine de Jouvence n'est que de 47%" précise l'analyste. Autre exemple : Kung Fu Panda 2, le nouveau film d'animation des studios Dreamworks et distribué par Paramount, qui fait un moins bon démarrage que le premier volet lors de son premier week-end d'exploitation (environ 48 millions pour Kung Fu Panda 2 contre 60 millions pour le premier).

Un Box-office morose

En élargissant un peu plus, c'est aussi le constat d'un Box-Office US plutôt morose, confirmant ainsi un mouvement à la baisse du marché. Depuis la sortie de Dragons, les parts de recettes des entrées 3D aux Etats-Unis ont sensiblement diminué : 61% pour Shrek 4, 60% pour Thor...Les films d'animations, jusque-là véritables locomotives de la 3D et genre très dominant au Box-Office, comme nous l'affirmait d'ailleurs Jeffrey Katzenberg lors d'un long entretien accordé à l'occasion de la sortie de Shrek 4 (voir ici), sont plutôt à la peine depuis le début d'année et ont du mal à trouver leur public, à l'image de Rio (134 M$), Rango (121 M$), Hop (107 M$) ou Gnomeo et Juliette (99 M$).

Un constat nuancé

Le constat est quelque peu nuancé par le New York Times, qui a consacré un article à ce sujet dans son édition du 29 mai. Pour le quotidien, le ralentissement des recettes liées à l'exploitation des films en 3D, indéniable du reste, n'est pas lié à une crise de la 3D. Mais plutôt à une mauvaise stratégie adoptée par les Majors, entraînant une saturation du marché américain, une utilisation trop opportuniste de la 3D, en particulier dans la vague des conversions 3D effectuées en post-production comme ce fut le cas pour Le Choc des Titans. Ou encore un public pas forcément averti de l'exploitation 3D des films, comme le souligne un article de Entertainment Weekly à propos de Pirates des Caraïbes : la Fontaine de Jouvence.

En contrepoint du pessimisme de l'étude menée par le cabinet BTIG Research, une autre étude, menée cette fois-ci par le cabinet GLG Research, aboutit à une toute autre conclusion. Celle-ci fait un constat clinique simple : 70% des recettes des films sont réalisées hors des Etats-Unis. Pour rester sur l'exemple du dernier volet des aventures du capitaine Jack Sparrow, le film a dépassé les 600 millions de dollars de recettes en douze jours d'exploitation internationale, tandis que les seules recettes internationales hors Etats-Unis s'élèvent à plus de 485 millions. Autant dire un carton plein pour Disney. Pour la France, le ratio des recettes n'est  "absolument pas en baisse, il représente même 68% des entrées globales", selon les propos de la firme aux grandes oreilles, rapportés par Les Inrocks.

Match Nul ?

"Avec une saison estivale penchant massivement pour l'exploitation de films en 2D, et les ventes de billets pour les projections 3D ayant baissé de manière dramatique, les Majors vont devoir, espérons-le, repenser totalement leurs plans de batailles en matière de 3D pour le reste de l'année ainsi qu'en 2012" conclu Richard Greenfield. "M. Greenfield a raison de penser que les distributeurs américains doivent réexaminer leur stratégie" fait valoir de son côté le cabinet GLG. "Mais conseiller de faire moins de films en 3D est une grave erreur (…), cela reviendrait à se priver de centaines de millions de dollars de recettes au box-office". Décliniste de la 3D et optimiste du support : match nul ?

Pour tous ceux et celles qui sont allergiques aux lunettes 3D, on en profites pour faire une petite piqûre de rappel avec notre dossier consacré aux prochains films et autres Blockbusters qui ne sortiront PAS en 3D !

Olivier Pallaruelo avec NY Times et Les Inrocks

facebook Tweet G+Google
Commentaires
  • dehaas84

    Si on tire le bilan de 2011, il est plus que mitigé. Les trois plus gros succès au box-office mondial ("Harry Potter 7.2", "Transformers 3" et "Pirates des Caraïbes 4") ont été effectivement distribués en 3D, mais ils ont fait une partie de leur fortune sur des salles qui les distribuaient… en 2D.

    Il devient très fréquent, en particulier dans les multiplexes, de distribuer un gros film dans deux salles, avec ou sans 3D. Et à ce jeu là, c’est le plus souvent la salle 2D qui fait recette, sauf exception. Car passé l’engouement d’"Avatar", la technologie est toujours assez peu appréciée du grand public, et pas très au point puisqu’on continue à nous doter de lunettes plastiques peu confortables, réfléchissantes et gênantes. Et bon courage pour en trouver d’autres en magasin !

    D’un point de vue artistique, il est difficile de citer sur cette année des films qui se prêtaient bien à l’exercice, à deux exceptions notables près : "Hugo Cabret", magnifié par l’amour du cinéma de Scorsese, et "Pina", film sur la danse dont le contenu même était particulièrement adapté à ce format.

    Ce qui confirme que la 3D n’est pas un procédé miraculeux et systématique, juste une technologie adaptée à de rares films, qui peut être magnifiée par de grands réalisateurs. Malheureusement, tout le monde n’a pas le talent de James Cameron ou Martin Scorsese. Mais sur 2012, la 3D est-elle réservée aux gros films idiots, et la 2D aux bons films intelligents et ambitieux ? Pas si simple…

    2012 : il y a ceux qui y croient…

    Pourtant, cela ne semble pas décourager les producteurs puisque la plupart des blockbusters annoncés de cette année seront tridimensionnels. On ne parle pas ici de comédies ou de films d’auteurs, mais uniquement des films pour lesquels la question du procédé se pose clairement. Quatre catégories continuent à investir dans le procédé sur 2012 :

    1. Les petites séries B ou Z : des films a priori sans intérêt, qui draguent le spectateur en quête de repos neuronal ou l’adolescent attardé qui sommeille en nous. Aucun risque artistique pour ces films-là, la 3D n’est qu’un produit d’appel, un gadget complémentaire. Cela concerne des futurs chefs d’œuvres comme "Ghost Rider : L’Esprit de Vengeance", ou encore "Abraham Lincoln : Chasseur de Vampires" (tout un programme). C’était le cas plus récemment pour l’inoubliable "The Darkest Hour"

    2. Les blockbusters d’action ou de science-fiction : c’est cette catégorie qui a le plus à perdre. Il y a fort à parier qu’il y aura une fois de plus doublon entre salles 3D et 2D, et c’est là que le public pourrait faire la différence. Car il s’agit de films pour lesquels l’usage du procédé ne semble pas forcément évident, et dont l’ambition artistique est nécessairement limitée.

    Article complet :

  • Sarasten

    Ca prouve bien que les spectateurs ne veulent pas de leurs 3D.

Voir les commentaires
Suivez-nous avec Passion
Top Bandes-annonces
<strong>The Greatest Showman</strong> Bande-annonce VO
The Greatest Showman Bande-annonce VO
39 743 vues
<strong>Phantom Thread</strong> Bande-annonce VO
Phantom Thread Bande-annonce VO
130 368 vues
Sponsorisé
<strong>Pentagon Papers</strong> Bande-annonce VO
Pentagon Papers Bande-annonce VO
436 128 vues
<strong>November Criminals</strong> Bande-annonce VO
November Criminals Bande-annonce VO
23 701 vues
<strong>The Passenger</strong> Bande-annonce VO
The Passenger Bande-annonce VO
204 277 vues
<strong>Verónica</strong> Bande-annonce (2) VO
Verónica Bande-annonce (2) VO
228 221 vues
Bandes-annonces à ne pas manquer
Actus ciné Box Office
Sorties cinéma : les Parisiens tombent dans Les Panneaux de la vengeance
NEWS - Box Office
mercredi 17 janvier 2018
Sorties cinéma : les Parisiens tombent dans Les Panneaux de la vengeance
Phantom Thread : le nouveau Paul Thomas Anderson avec Daniel Day-Lewis dévoile sa bande annonce
NEWS - Tournages
lundi 23 octobre 2017
Phantom Thread : le nouveau Paul Thomas Anderson avec Daniel Day-Lewis dévoile sa bande annonce
Sponsorisé
Avec Valérian, Luc Besson est le réalisateur le mieux payé en France en 2017 [MIS A JOUR]
NEWS - Box Office
mercredi 17 janvier 2018
Avec Valérian, Luc Besson est le réalisateur le mieux payé en France en 2017 [MIS A JOUR]
Star Wars 8 : pourquoi ne marche-t-il pas en Chine ?
NEWS - Box Office
mercredi 17 janvier 2018
Star Wars 8 : pourquoi ne marche-t-il pas en Chine ?
Dernières actus ciné Box Office
Films de la semaine
du 17 janv. 2018
Brillantissime
Brillantissime
De Michèle Laroque
Avec Michèle Laroque, Kad Merad, Françoise Fabian
Bande-annonce
Ami-ami
Ami-ami
De Victor Saint Macary
Avec William Lebghil, Margot Bancilhon, Camille Razat
Bande-annonce
In the Fade
In the Fade
De Fatih Akın
Avec Diane Kruger, Denis Moschitto, Numan Acar
Bande-annonce
24H Limit
24H Limit
De Brian Smrz
Avec Ethan Hawke, Paul Anderson, Rutger Hauer
Bande-annonce
3 Billboards, Les Panneaux de la vengeance
3 Billboards, Les Panneaux de la vengeance
De Martin McDonagh
Avec Frances McDormand, Woody Harrelson, Sam Rockwell
Bande-annonce
La Surface de réparation
La Surface de réparation
De Christophe Regin
Avec Franck Gastambide, Alice Isaaz, Hippolyte Girardot
Bande-annonce
Sorties cinéma de la semaine
Phantom Thread
Ça sort le mercredi 14 février au ciné !
Phantom Thread
X
Back to Top