Mon AlloCiné
Polémique sur le salaire des acteurs : entretien avec Gilles Podesta, créateur d'un groupe de réflexion sur Facebook
4 janv. 2013 à 21:50
facebook Tweet

AlloCiné s'est entretenu avec Gilles Podesta, producteur, et créateur d'un groupe de réflexion sur Facebook, "Un Salary Cap pour le cinéma français ?", né suite à la tribune polémique de Vincent Maraval sur le financement du cinéma français.

Rappel des faits : il y a une semaine, le producteur et distributeur Vincent Maraval (Wild Bunch) publiait une tribune dans le journal Le Monde, qui a fait couler énormément d'encre, et déclenché un débat de très grande ampleur parmi les professionnels du cinéma, sur le salaire des acteurs, le modèle économique français et la fameuse exception culturelle française (retrouvez les liens vers nos différents articles en bas de page).

 

 

Dans ce contexte, Gilles Podesta, producteur chez Diabolo Films (Le Magasin des suicides), a créé un groupe de réflexion sur Facebook, qui fédère une centaine de membres. AlloCiné a souhaité en savoir plus.

 

AlloCiné : Tout d'abord, pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre parcours professionnel?
Gilles Podesta : J’ai passé 15 ans dans les industries techniques chez Kodak, où j’étais le directeur du marketing et de la communication pour quelques pays en Europe dans l’activité cinéma. Ensuite, j’ai rejoint une société de production en tant que producteur associé pour développer des projets. Et après trois ou quatre années, j’ai créé Diabolo Films pour produire Le Magasin des suicides de Patrice Leconte, qui est à ce jour mon premier long métrage d’animation. Donc j’ai un regard assez neuf sur le métier de la production et très orienté industries techniques encore.

AlloCiné : Pourquoi avez-vous créé cette communauté sur Facebook ?
Gilles Podesta : A l’occasion du "Magasin des suicides", mais aussi des projets que j’ai en développement, j’ai trouvé que la position de Vincent Maraval, -qui est, je pense, plus une alerte qu’autre chose-, avait le mérite d’être exposée publiquement. En tant que producteur indépendant, ce sont des questions que l’on se pose.

 

C’est une démarche personnelle, je ne suis affilié à aucun syndicat. Je trouve intéressant de poser la question, à travers Facebook, pour recueillir les avis des uns et des autres, partager les points de vue. Il n’y a pas de vocation de dénonciation, ni quoi que ce soit. Je publie des articles de différentes opinions pour que chacun puisse avoir toutes les clés en main pour y réfléchir.

 

On attaque une nouvelle année. On est sur un système qui a été mis en place après la guerre pour défendre la future exception culturelle. Ça vaut peut-être le coup que les professionnels qui ont des mandats, c’est-à-dire les associations de producteurs, distributeurs, de chaines, d’auteurs, se posent la question. Ils ne peuvent pas en faire l’économie.

 

Dans un système libéral, plafonner des rémunérations, c’est quelque chose de très curieux. Même les Américains ne le font pas. En revanche, la notion de salaire capé -salary cap- existe dans le sport qui est considéré chez eux comme de l’Entertainment, comme peut l’être le cinéma. Donc, ce n’est pas sûr qu’un jour, cela existe en France, mais en tout cas, de revenir à un marché plus serein par rapport aux montants qui sont demandés actuellement et qui font que pour exister, les films se tirent une balle dans le pied...

 

Par exemple, pour un film que vous souhaitez grand public et pour lequel vous avez besoin d’une chaine privée, d’une chaine publique en financement, se pose mécaniquement aujourd’hui en France la question du casting. Dès lors que cette question n’est pas levée par une toute petite liste de comédiens masculins et féminins, vous mettez en péril votre projet. Là où je rejoins Vincent Maraval, c’est que l’on sait très bien que pour faire ce genre de films, il faut qu’on ait l’assentiment de cette petite liste de comédiens. Le problème que ça pose, ce n’est pas tant cette liste -car ce sont des talents qui participent à la création-, c’est surtout ce que ça induit. Quand vous avez un comédien qui par exemple représente plus de 10% du budget, sur un film à 8 millions, ça va vite! Ca fait 800 000 euros hors charge. Vous êtes obligés de faire des choix par ailleurs pour boucler votre devis. Ces choix se font sur les comédiens complémentaires que vous ne pouvez pas payer à leur juste valeur, sur vos techniciens à qui vous demandez de faire des efforts pour se rapprocher du minimum syndical, voire en dessous, et aussi -et là, personne n’en parle-, aux industries techniques. Les industries techniques, ce sont les loueurs de matériel, les laboratoires, les effets spéciaux. Et je ne vous parle même pas des salaires producteurs, qui sont aujourd’hui systématiquement mis en participation.

 

La particularité de notre métier, c’est que c’est un art, et en même temps, une industrie. Et l’industrie, ça veut aussi dire que ceux qui financent ont besoin de s’y retrouver. Donc toute l’ambiguïté du cinéma réside là, c’est-à-dire que les 100 films qui sont préachetés par les télés, qui ont vocation à être diffusés, ont vocation aussi à faire de l’audimat. Donc à ce titre-là, on peut comprendre les exigences des chaines. Maintenant je pense que de revenir à une saine réalité dans les chiffres est quelque chose qui n’est pas impossible.

 

Ces salaires qui sont rares, mais qui existent, font qu’on est obligé de ne pas pouvoir satisfaire le minimum quant aux autres intervenants du film. D’autant plus que le film est un art collaboratif où la contribution de chacun participe au résultat de l’œuvre.  Donc c’est le constat, c’est vraiment ce qu’il se passe aujourd’hui.


AlloCiné : Ce groupe de réflexion pourrait-il donner lieu à des actions concrètes ?
Gilles Podesta : Non, je pense que ce ne peut être que les acteurs majeurs de l’industrie qui peuvent trouver des améliorations au système. Cette communauté Facebook a pour valeur de partager l’information et éventuellement de compter les participants. Elle n’a pas pour vocation d’aller au-delà de ça.

 

Je pense qu’à un moment les associations syndicales et patronales vont s’emparer du sujet. Vincent Maraval, à la fin de son article avait fait une proposition. Au lieu de la dénoncer, ça vaut le coup d’y réfléchir.  La question aujourd’hui mérite d’être posée. Après il faut l’accompagner avec un peu plus de sérénité dans la réflexion.

 

Je crois que la bonne idée, c’est de renvoyer aujourd’hui les lecteurs à feu le rapport du Club des 13. Je crois en fait qu’il n’y a rien de nouveau sous le soleil. Pascale Ferran l’avait exprimé de manière très violente et très claire. Ce que demande Maraval est l’une des questions de ce rapport. Leur livre blanc est d’une actualité totale, toutes les questions sont encore pertinentes.

 

Liens :

Le groupe Facebook "Un Salary Cap pour le cinéma français ?" : www.facebook.com/UnSalaryCapPourLeCinemaFrancais?ref=ts&fref=ts

 

Nos précédents articles sur le sujet :

Une tribune sur le salaire des acteurs français enflamme la toile !

Tribune de Vincent Maraval sur les salaires des acteurs : les réactions (suite)

Polémique sur les salaires des acteurs : la réaction du CNC

Tribune polémique sur le cinéma français : les réactions de Philippe Lioret et Thomas Langmann

 

Propos recueillis par Brigitte Baronnet

 


facebook Tweet
Commentaires
  • lexcalvin
    Le cinéma français est un système subventionné par l’État, les regions etc PAS LIBÉRAL. On peut donc fort bien plafonner les salaires ! C'est le cas à l'opera, un Tenor est plafonné à 15 000 € par représentation car les théâtres et opéras où ils se produisent sont en majorité subventionnés, pas libéraux.A force de le répéter ça finira bien par rentrer : le cinéma français est subventionné !
  • jaribaud
    Si on s'intéresse vraiment au salaire des acteurs, c'est LÀ qu'il y a tout de même un petit problème. Ce n'est pas vraiment la question de la production de films ou autres, mais bien là que réside l'absurdité de la chose. Parce que non seulement les acteurs sont vraiment trop payés et en plus ils ont droits à des privilèges qui alourdit considérablement les budgets. Suite dans des palaces 5 étoiles ou des villas hors de prix, et tant d'autres choses...Alors que, regardons les choses en face, ils ne font pas non plus grand chose qui justifie de tels dépenses...si ce n'est peut être la perte de repères de ces "stars" françaises, qui ont un peu tendance à oublier que sans nous, spectateurs -qui, pour une grande partie, n'auront peut être pas la chance un jour d'être logé à pareille enseigne. Je comprend tout à fait que l'on nous dise "attendez, mais aux États-Unis c'est pire encore". C'est vrai mais proportionnel aux moyens investi et à la diffusion à grande échelle non? Le problème est évidemment le même mais là, on parle de la France.
  • Anachnu
    Le cinéma français ce n'est pas que de l'avance sur recette du cnc. C'est aussi du pré-achat, c'est aussi les SOFICA (banques), c'est de l'argent prélevé à hauteur de 10% sur les billets d'entrée. C'est également (et pour majorité), des fonds propres. Par là j'entends la part "producteur". Alors oui, le cinéma français est subventionné. Mais ce n'est pas entièrement du fait de l'Etat, faut arrêter de rêver.
  • lexcalvin
    Imposition du " top fee " 400 000 € max + % sur les benefs, c'est déjà très bien pour une star, et là on verra si les acteurs font ce métier par passion ou pour le fric. S'ils n'arrivent pas à vivre avec 400 000 € par film, qu'ils partent en Russie puisque c'est si bien. ******Sinon et bien embauchons des acteurs étrangers : au moins nos films auront une envergure internationale, et pas un auditoire franco allemand façon Asterix aux JO.*******Avec l'argent économisé, on pourra peut être enfin payer les "petits" acteurs décemment, et en faire travailler un plus grand nombre. Quand un film français rapportera 1 milliard € worldwide, alors là on pourra reparler de gros salaires mérités. Pour l'instant les acteurs français réputés au cinema sont un petit peu des branleurs (caprices de diva, je m'en foutisme, textes pas su). Même Depardieu se vante en master class de n'avoir rien à foutre du cinéma ... Rendons lui service en n'allant plus voir les films dans lesquels il figure, OH WAIT ! C'est déjà fait : ses petits films ne dépassent plus 300 000 entrées :) ET sur les grosses prods, il n'est plus rentable. EN russie il est considéré comme un acteur ringard, en perte de vitesse. Pauvre Russie, le pays n'est pas assez grand pour accueillir un tel malheur ...
  • sonnydu94
    J'aimerai qu'on m'explique pourquoi on subventionne avec nos impôts des films dans lesquels des Danny Boon et autres acteurs nullissimes et pas si bankable sont payés des millions?????C'est simple le cinéma français je n'y vais plus, car il n'y a plus de film intéressant, toujours les mêmes comédies indigestes soit beauf ou soit véhicule d'idéologie bobo pro-gaucho, .Malheureusement, nous n'avons trop peu de bon cinéaste, les Emilio Siri, Kassovitz, Gans, Aja , Audiart, Rochant et Besson se comptent en effet sur les doigts d'une main et ne sortent des films que trop rarement (cf Gans un film tous les 5 ans, Kassovitz pareil, Aja travaille aux USA, Siri se bat avec les financiers pour obtenir des budgets confortables alors que 20 millions d'euros sont alloués aux "Seigneurs" et autres comédies insipides).
  • douggystyle
    Non, les acteurs ne sont globalement pas assez payés... Seule une poignée de stars est surpayée.
  • RicoRedfield
    Mes impots partent dans le cinéma français ? ok bah j'arrête de les payer et je partirais en Russie sinon ! Vue le nombre de daube qu'on nous sort chaque année, j'suis désolé mais quitte à payer ces gens des millions on demande un minimum ! Le système est pourri car les petits sont payé un sandwich et les "bankable" touchent des millions même si le film est pourri ce qui s'avère souvent être le cas (pas pour tous attention). Quant aux acteurs qui touchent des millions et qui se plaignent en disant qu'ils travaillent beaucoup, je prends leur place sans problème demain à la première heure ! ils se plaignent mais à leur niveau les gens qui travaillent en usine, qui se lève à 4h tout les matins, ça les touche pas ça dans leur monde de star ... c'est bien dommage.. à bon entendeur ... merde comment on dit "au revoir " en russe ? faut que je m'habitue ^^
  • zepekkenio
    Dasvidania !
  • Claire P.
    Je pence que 30 000 euros pour 6 mois de tournage leurs suffiraient emplement, c'est tout de meme bien payer quand tu pence que y en a qui buche dur pour 12 mois et qui gagne 12 200 eu . Il est vrais que l'état devrai mieux diviser leurs flux d'argents vus le moment de CRISE .
  • Martial W.
    C'est n'importe quoi , est-ce que Mick jagger est trop payé ? Le talent ça a un prix , fallait creer bande de jaloux !!!Et depardieu est un mec qui s'est fait tout seul qui bosse comme un dingue depuis tout jeune sans diplome qui a gravit les echelons un par un grace à son talent et son travail . Il se barre , Est-ce que c'est bien ? non . Est-ce que je dois le juger ? Encore moins . Et l'autre pedophile exilé en suisse c'est rien ? Alain delon en suisse aussi , les autres aux states ... Est-ce que je leurs en veux ? ... Ils ont raison ,ils vont quand meme pas vivre dans un coron ! Demain je suis milliardaire je me casse de ce pays de jaloux et d'envieux qui trouve que reussite rime avec honte !!!
  • THEJOKER77
    J ai pas lu tous les commentaires que vous avez poster je me suis arreter avant de peter mon ordi. On est pas censer etre sur un site ou les membres sont passionner de ciné? Bordel on regarde des films pour rever un peu s sevader et c est les acteurs qui nous donnent se reve en tous cas de mon point de vue.On est pas la pour parler salaire la plupart des acteur on bosser dure pour en arriver la!!!!!!!!! les medias on rien a ce foutre sous la dent en ce moment y a pas de viole,pas d attentat alors il faut trouver un sujet et Mr Depardieu leur a donner le point de depart !!! mais croyer moi ce monsieur a raison de partir de ce pays il en a donner tellement deja! il faut ce renseigner un peu avant de parler pour certain parce qu il a quand meme donner depuis qu il travail l equivalent de 145 000 000 d euros alors arreter d ecouter ce que les medias vous disent continuer a regarder des films et a rever et s il vous plait fouter la paix au gens ca changera un peu
Voir les commentaires
Suivez-nous sur Facebook
Top Bandes-annonces
Shazam! Bande-annonce VF
Sponsorisé
Monsieur Link Bande-annonce présentée par Eric Judor
Terra Willy - Planète inconnue Bande-annonce VF
Seule à mon mariage Bande-annonce VF
Tito et les Oiseaux Bande-annonce VF
Just a gigolo Bande-annonce VF
Bandes-annonces à ne pas manquer
Actus ciné Box Office
Sorties cinéma : le film d'horreur Us fait frissonner le public parisien
NEWS - Box Office
mercredi 20 mars 2019
Sorties cinéma : le film d'horreur Us fait frissonner le public parisien
Dragon Ball Super : démarrage canon pour le film sur Broly
NEWS - Box Office
mardi 19 mars 2019
Dragon Ball Super : démarrage canon pour le film sur Broly
Le Printemps du cinéma 2019 : déjà 1,5 millions d'entrées
NEWS - Box Office
lundi 18 mars 2019
Le Printemps du cinéma 2019 : déjà 1,5 millions d'entrées
Captain Marvel fait toujours la loi au box-office US
NEWS - Box Office
lundi 18 mars 2019
Captain Marvel fait toujours la loi au box-office US
Dernières actus ciné Box Office
Films de la semaine
du 20 mars 2019
Qui m'aime me suive!
Qui m'aime me suive!
De José Alcala
Avec Daniel Auteuil, Catherine Frot, Bernard Le Coq
Bande-annonce
Us
Us
De Jordan Peele
Avec Lupita Nyong'o, Winston Duke, Elisabeth Moss
Bande-annonce
Walter
Walter
De Varante Soudjian
Avec Issaka Sawadogo, Alban Ivanov, Judith El Zein
Bande-annonce
Dernier amour
Dernier amour
De Benoît Jacquot
Avec Vincent Lindon, Stacy Martin, Valeria Golino
Bande-annonce
Le Misanthrope (Comédie-Française / Pathé Live)
Le Misanthrope (Comédie-Française / Pathé Live)
De Clément Hervieu-Léger
Avec Yves Gasc, Eric Genovese, Florence Viala
Bande-annonce
Blanche Gardin en direct au cinéma - Bonne nuit Blanche
Blanche Gardin en direct au cinéma - Bonne nuit Blanche
Avec Blanche Gardin
Sorties cinéma de la semaine
Back to Top