Mon AlloCiné
Hollywood Accounting : quand les Majors trafiquent (légalement) les comptes
Par Olivier Pallaruelo — 25 mai 2015 à 18:00
facebook Tweet

Il arrive que les Majors rechignent à verser la part des bénéfices due aux acteurs ou aux réalisateurs dans leurs contrats, au motif que le film n'a fait aucun bénéfice. A peine croyable, et pourtant...Le nom de cette pratique ? Hollywood Accounting.

Dévoilée début avril dernier, l'information fut pour le moins discrète, coincée entre deux news sur Avengers 2. Plus de 20 ans après sa participation au film Quoi de neuf Bob ? en 1991, un film produit par Touchstone, filiale de Disney, le comédien Richard Dreyfuss attaquait en justice pour rupture de contrat la firme aux grandes oreilles. Motif ? La Major a empêché la société d'experts comptables mandatée par l'acteur, Robinson & Company, d'avoir accès aux livres de comptes de l'époque et faire ainsi un audit, qui permettrait à l'acteur de réclamer des royalties non versés par la Major. La veuve du producteur du film Turner & Hooch (1989), Raymond Wagner, s'est également jointe à l'action en justice.

Selon une source citée par le toujours bien informé site Deadline, le cabinet Robinson & Company a en effet "la réputation d'être très agressif et efficace, réputé pour récupérer au nom de ses clients d'importantes sommes d'argent". Selon une source proche du dossier, citée également par le site Deadline, "c'est une affaire dans laquelle les comptes sont tellement compliqués qu'une action légale ordinaire demandant une sommes fixe pour les plaignants est tout bonnement impossible".

Selon les plaignants, Disney préfèrerait passer par un des "Big 4"; soit un des quatres grands cabinets d'audits (Ernst & Young, KPMG, PricewaterhouseCoopers et Deloitte) tout simplement parce que ces cabinets ne comprennent rien au Hollywood Accounting. L'intégralité de la plainte est lisible ici.

Une vieille pratique Hollywoodienne

Richard Dreyfuss ajoute malheureusement son nom à la longue liste des victimes des pratiques comptables des Majors que l'on appelle le Hollywood Accounting. Une vieille pratique, moralement très douteuse, mais néanmoins...légale. De quoi s'agit-il ?

L'idée, c'est de gonfler le plus possible le montant des frais dits "généraux" d'un film, grâce à une société montée pour l'occasion, qui va absorber ces dépenses. Une somme qui est donc déduite des profits générés grâce aux recettes du film au Box Office. Cette méthode permet ainsi aux Majors de réduire notamment le montant des Royalties à verser (voire les éliminant). Ca vous semble obscure ? Les exemples pour illustrer ne manquent pas... Car à Hollywood, on ne compte plus les victimes de ces pratiques, des acteurs aux scénaristes notamment, mais pas seulement.

Le pouvoir du Hollywood Accounting, plus fort que Dark Vador

Le plus fameux exemple est celui de David Prowse, alias Dark Vador dans la première trilogie Star Wars. L'acteur s'est plaint en 2009 d'avoir été floué dans le contrat signé pour Le Retour du Jedi. Contrat qui prévoyait un pourcentage qu'il devait toucher sur les profits nets générés par le film, qui a engrangé pas moins de 475 millions de dollars à sa sortie. Hormis son cachet d'acteur bien entendu, Prowse n'a pas vu la couleur d'un Cents de ce fameux pourcentage... "Je reçois occasionnellement des lettres de Lucasfilm, me disant qu'ils ont le regret de m'informer que Le Retour du Jedi n'a jamais généré de profits, et qu'ils n'ont par conséquent rien à m'envoyer. On parle de l'une des plus grosses sorties de tous les temps ! " déclarait David Prowse, légitimement amer; "je ne voudrais pas avoir l'air d'abuser, mais s'il y a un pot d'or quelque part et que j'ai droit à une part, j'aimerai bien le voir". Devant ses demandes, le retour de manivelle ne s'est pas fait attendre. En 2010, il s'est fait interdire par LucasFilm (et par extension George Lucas) de toute Convention star Wars ou manifestation organisées autour de la saga...Ambiance.

Comment un film qui a récolté 475 millions de $ au BO (sur un budget de 32 millions) peut-il n'avoir très officiellement aucun profit à distribuer ? Le Hollywood Accounting est passé par là. En fait, les Majors mettent le plus souvent sur pied une société pour chaque film qu'elles produisent. Comme n'importe quelle société, elle calcule ses profits en soustrayant les dépenses des revenus. Le studio charge alors cette société / entité avec d'énormes frais, qui couvrent / camouflent ainsi les revenus des films. D'un point de vue comptable, le film devient un "Money Loser", et n'a donc techniquement pas de profits à reverser...Tout est bon pour gonfler ces fameux frais généraux, que ce soit à la production, au marketing ou à la distribution.

Un coup de baguette magique

Un exemple plus récent concerne le film Harry Potter et l'Ordre du Phénix, sorti en 2007 et produit par Warner. On parle donc d'un film qui a engrangé au Box Office mondial près de 940 millions de $, pour un budget de 150 millions environ. Très officiellement, le film est en fait... Déficitaire; de 167 millions de $ très exactement. Oui oui, vous avez bien lu. Hallucinant. En 2010, le site Deadline avait pu mettre la main sur une facture de la Major. On peut y voir que le studio a chargé environ 350 millions de $ dans les frais de distribution, publicité et autres à cette société externe.

La facture, ci-dessous. Regardez à la ligne Defined Proceeds (Deficit), vers le bas : vous trouverez les 167 millions de $.

Comme le déclarait une source proche du dossier au journaliste du site Deadline, Mike Fleming Jr : "avec un tel système, aucun studio ne paiera jamais les participants du film sur la base des revenus nets. C'est une illusion qui a été inventée pour donner le sentiment aux scénaristes, aux acteurs et réalisateurs Low Level qu'ils ont un intérêt dans le jeu".

Ces acrobaties comptables ne sont pas l'apanage de Disney ou Warner. Toutes les Majors sont concernées. Telle la Paramount, poursuivie en justice avec succès par Art Buchwald, qui accusa le studio de lui avoir volé le script ainsi que pour non versement de la participation sur les résultats nets du film Un Prince à New York. Paramount préféra lâcher finalement un chèque de 900.000 $ plutôt que de voir la partie adverse plonger son nez dans les livres de comptes... Reste que cet arrangement n'empêcha pas le juge de l'époque de trouver ces méthodes comptables "extravagantes et immorales".

D'autres exemples pour la route ? Winston Groom. Auteur de la nouvelle qui donnera Forrest Gump, son contrat prévoyait 3% des bénéfices nets générés par le futur film. En raison du Hollywood Accounting, qui passa les recettes du films en pertes nettes, Groom ne reçu que 350.000 $ pour les droits, avec un rab de 250.000 $ un peu plus tard. On parle d'un film qui a ramassé plus de 677 millions au BO mondial.

Stan Lee, co-créateur du personnage Spider-Man, avait un contrat lui garantissant 10% des profits nets sur tout ce qui utilisait ses créations; donc films compris. Le film de Sam Raimi a généré plus de 820 millions de $ de recettes au Box office mondial. Mais la production affirma que le film n'avait en réalité réalisé aucun profit tel que le prévoyait le contrat de Stan Lee, et par conséquent ne lui versa rien. En 2002, Stan Lee engagea des poursuites contre Marvel Comics.

En 2007, un article du journal USA Today faisait carrément état de 15 acteurs ayant joué dans Le Seigneur des Anneaux, poursuivant en justice New Line Cinema pour rupture de contrat, et réclamer la part des 5% sur les bénéfices nets générés par le Merchandising, qui a en effet rapporté plus de 100 millions de $. Deux ans auparavant, c'est même Peter Jackson via sa société Wingnut Films qui attaqua New Line Cinema, estimant avoir été lésé par des pratiques comptables le privant de bénéfices potentiels, incluant d'ailleurs les revenus générés par les ventes DVD du Seigneur des Anneaux - la Communauté de l'Anneau. Et quitte à charger la mule, autant le faire jusqu'au bout. La Fondation Tolkien intenta en 2008 un procès à New Line, au motif que son contrat prévoyait le versement de 7,5% des recettes brutes d'une saga qui a quand même rapporté 6 milliards de dollars. A Hollywood, on aime décidément pas trop partager les parts du gâteau. Surtout s'il est gros.

En temps normal, le but d'une société est de maximiser les profits en limitant les coûts. C'est dans sa nature. Avec le Hollywood Accounting, les Majors, elles, cherchent à gonfler les pertes en maximisant les coûts (des frais généraux). Une pratique qui a sans doute encore de beaux jours devant elle...

facebook Tweet
Commentaires
  • M3TT3WS F4RR4LL
    Bon dossier qui explique un tas de tendances actuelles (les gros budgets complétement dingues et les cachets à la baisse). ça serait pas mal d'avoir un classement des plus grosses parts verséesJohnny Deep, Tom Cruise, RDJ ont eu chacun au moins 200M$ sur leurs franchises respectives. Comme quoi il vaut mieux etre en haut de l'affiche pour éviter de se faire pigeonner par le studio (sinon pas de "suites")
  • Chuck Carrey
    C'est révoltant et scandaleux ! Ces société se font des milliards tous les ans et refusent d'en reverser quelques gouttes à ceux qui ont participé à ce succès. Certes, ce sont de grosses gouttes de plusieurs millions mais ce n'est absolument rien comparé aux bénéfices totales ! Hollywood n'a jamais été un modèle à suivre et comme toute entreprise, elle cherche à faire le plus de bénéfices possibles. On le sait bien que cette usine n'est pas nette et qu'il y a évidemment beaucoup de personnes lésées dans le tas. Mais cette nouvelle preuve n'en est pas moins rageante.
  • Adrien Duke
    pour le cas RDJ, il était en position de force donc il a eu le droit à sa part de gâteau (de même pour Johnny et Tom). Pour les autres, c'est compliqué.
  • Fatiha O.
    J'avais entendu parlé du fait qu'HP 5 n'était pas rentable alors qu'il avait fait un énorme chiffre au box office. Je trouvais bizarre que les coûts marketing et autres soient aussi élevés, j'ai ma réponse maintenant. Tu as raison c'est révoltant et malheureusement il y a de forte chance pour que ceci ne soit même pas le pire à Hollywood.
  • Chuck Carrey
    Oui. Mais ce qui est complètement dingue, c'est que les Majors osent dire que leurs films ne sont pas rentables alors qu'ils rapportent souvent plusieurs fois le budget avancé. Ils s'enrichissent et trouvent toujours plus d'argent pour investir dans des blockbusters de plus en plus chères, mais non leurs films ne sont pas rentables. On marche sur la tête...
  • Dyegacre
    Tu sais, on s'enrichit toujours sur le dos de quelqu'un, personne ne devient riche en étant honnête et respectueux, surtout pas dans la sacro-sainte mère partie du capitalisme.
  • Life_is_hard
    Ce genre de pratique n'a rien de nouveau, malheureusement.
  • Aladdyen
    j'imagine que l'ecole de luc besson doit reprendre ce même système vu son echec monumental et son statut déficitaire depuis maintenant deux ans. excellent article !
  • Jules T.
    ça c'est un vrai article qui fait bouger les choses ! ça c'est de l'info ! Merci !Continuez comme ça !!!
  • my_name_is_bruce
    Meme si le film fait un flop, les majors gagnent des millards chaques années avec les ventes de DVD/ Blu-Ray, Pay TV, etc...Les acteurs et autres ne touchent que dalle alors ils demandent 50 millions de $ d'entrée de jeu !David Prowse c'est fait avoir par Lucas, ils lui ont fait croire qu'il allait toucher le pactole juste pour qu'il fasse la suite... et aujourd'hui, le plus celebre mechant Dark Vador est banni de toute convention!
  • Chuck Carrey
    Certes, on s'enrichit le plus souvent sur le dos des autres mais je ne crois pas qu'on est obligé d'être malhonnête ou irrespectueux pour cela. Alors forcément, en respectant les règles, on gagnera moins d'argent que ceux qui les violent. Mais on en gagnera tout de même et avec du temps et de l'effort, on peut petit à petit se développer. Je suis peut-être naïf de penser que certaines entreprises fonctionnent encore comme ça, mais je ne crois pas qu'elles soient toutes malhonnêtes.
  • Bruttenholm
    Oui, très bon article. Ce serait une très bonne chose d'en trouver de plus en plus de cet acabit ici. Continuez comme ça !
  • Actoneday
    il y a une solution pour que ça s'arrête, ils font la même chose qu'avec la grève des scénaristes à l'époque tu rajoutes chaque syndicat pro du milieu hollywoodien qui s'y mettent, ils réclament une loi prévoyant des sanctions et là les studios étonnamment respecterons les contrats
  • Elthib7
    Article intéressant il faut l'avouer, incroyable quand même cette astuce...
  • Gynarro
    Elles sont obligées de l'être si elles veulent tenir dans le capitalisme car la base même de ce système est malhonnête. Sinon elles coulent ou se font racheter, c'est souvent même les deux.
  • Sabrina B.
    Super article merci !C'est malheureusement aussi le cas en France... du coup, comme tout le monde sait que les comptes sont truqués, tout le monde se sert en amont en gonflant les budgets des films et en demandant de gros salaires... autre conséquence encore plus dramatique: comme on n'est plus récompensé au succès des films, on ne cherche plus à faire des films de qualité mais des films facile à monter pour pouvoir se payer en amont.
  • BiggerThanLife
    Article hallucinant !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
  • Sabrina B.
    Il faudrait créer un organisme indépendant qui gère les recettes des films comme la SACD (qui gère les droits de diffusion et les redistribue. )
Voir les commentaires
Top Bandes-annonces
La Grande Aventure Lego 2 Bande-annonce VF
Alita : Battle Angel Bande-annonce VO
Sponsorisé
Les Aventures de Rita et Machin Bande-annonce VF
Paradise Beach Bande-annonce VF
La Chute de l’Empire américain Bande-annonce VF
Grâce à Dieu Bande-annonce VF
Bandes-annonces à ne pas manquer
Actus Culture ciné
Dernières news Culture ciné
Back to Top