Mon AlloCiné
    2001 : la fin expliquée par Stanley Kubrick... en 1980
    Par Léa Bodin — 13 juil. 2018 à 12:30
    facebook Tweet

    Stanley Kubrick explique la fin de 2001 dans une interview qui date de près de 40 ans. Un entretien téléphonique mis en ligne sur Youtube le 29 juin dernier, soit plus de 50 ans après la sortie du film.

    1968 TURNER ENTERTAINMENT CO,. A TIME WARNER COMPANY.

    En 1980, Jun'ichi Yaoi, spécialiste des OVNI, réalise un documentaire sur le paranormal et entre en contact avec Stanley Kubrick, qui tourne alors Shining. Le documentaire du Japonais ne sortira jamais, mais l'enregistrement de l'interview réalisée à cette occasion a été vendu aux enchère en 2006 et mis en ligne sur Youtube le 29 juin 2018.

    Stupeur : Stanley Kubrick, au téléphone - de ce fait, on ne peut pas être dans l'absolue certitude qu'il s'agisse bien de sa voix - y explique la fin de son chef-d'oeuvre sorti en 1968, 2001 : L'Odyssée de l'espace. Lorsque l'ufologue japonais lui demande quel est le sens de la dernière scène, avec le vieil homme étendu sur son lit, pointant du doigt le monolithe et se changeant en un foetus auréolé de lumière qui se retrouve dans l'espace au son d'Ainsi parlait Zarathoustra de Richard Strauss, Kubrick répond :

    1968 TURNER ENTERTAINMENT CO,. A TIME WARNER COMPANY.

    "J'ai essayé d'éviter de faire ça depuis la sortie du film, car quand on exprime ses idées, elles semblent idiotes, alors que quand on les met en scène les gens les ressentent, mais je vais essayer. L'idée était que [Bowman] devait être enlevé par des entités d'ordre divin, des créatures faites d'énergie et d'intelligence pures, sans forme particulière. Ils l'emmènent dans ce qu'on pourrait décrire comme un zoo humain, pour l'étudier. A partir de là, sa vie entière s'écoule dans cette pièce et il n'a aucune notion du temps. Il a juste l'impression que les choses se passent telles que montrées dans le film."

    "Ils font le choix de cette pièce, qui est une réplique d'architecture française délibérément inexacte. On voulait suggérer qu'ils ont une idée de ce qu'il pourrait trouver beau, mais sans en être sûrs. De la même manière que nous avec les animaux dans les zoos : on essaie de leur donner ce qu'on pense être le plus proche de leur environnement naturel."

     

    "Quoi qu'il en soit, quand ils en ont fini avec lui, ainsi que cela se produit dans énormément de mythes issus de toutes les cultures du monde, il est changé en une sorte de super-entité et renvoyé sur Terre, transformé en une espèce de Superman et on ne peut que deviner ce qui va se passer lorsqu'il va rentrer. C'est le motif récurrent de nombreux récits mythologiques et c'est ce qu'on essayait d'évoquer."

    Si l'on en croit le cinéaste, 2001, qui vient de ressortir en salle dans sa version restaurée, serait donc une sorte de prequel à Superman ? Les dizaines et les dizaines d'analyses et d'interprétations proposées depuis cinquante ans, qu'elles aient été émises par des théoriciens du cinéma les plus chevronés ou par des spectateurs lambda, laissent tout de même à penser que l'explication de Kubrick n'est pas figée. Elle n'annihile pas la charge métaphysique de 2001, mais la rédéfinit précisément comme une oeuvre de science-fiction avant tout. 

    La bande-annonce du 50e anniversaire de 2001 : L'Odyssée de l'espace :

    2001 : l'odyssée de l'espace Bande-annonce VO 50ème anniversaire

     

    facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • supdup33
      La réponse de kubrick tient la route, pour moi.Par contre, la tirade du rédacteur de l'article sur Superman...
    • sptz
      merci de cette précision :)
    • Docteur_Kino
      un zoo dans l'espace ... pas mal .. j'avais pas compris ça moi ... en fait j'avais rien compris du tout et du coup je comprend mieux la fin incompréhensible...si quelqu'un n'a pas compris mon commentaire
    • b@z66
      Encore un qui ne supporte pas qu'on ait un avis différent. Si beaucoup de cinéphiles experts considèrent 2001 comme un chef-d’œuvre, beaucoup d'autres plus amateurs ont le droit d'être bizarrement plus critique que ces experts.
    • b@z66
      J'ai lu le bouquin en premier et autant je l’avais adoré, autant j'ai été déçu en visionnant la version cinématographique de Kubrick, trop contemplative, trop abstraite, trop lente... Du Kubrick de cette période, quoi.
    • b@z66
      Sauf que le cinéma, ce n'est pas juste admirer, tu peux admirer un fond d'écran animé pendant des heures(un aquarium de préférence), ce n'est pas pour autant que c'est du cinéma alors qu'il n'y a effectivement rien à comprendre. Il faut aussi, élément essentiel, que cela raconte une histoire et si l''histoire est nulle, le film est irrémédiablement nul quel que soit la beauté de ses images. Franchement, mettre cinéma et peinture sur le même plan ou mettre tellement en avant l'aspect esthétisant montre bien le côté complètement à côté de la plaque de certains connaisseurs... Le cinéma, c'est d'abord un tout.
    • singeou7
      Félicitations !
    • Agent Doggett
      Pour ceux qui ne comprennent pas le film, il serait judicieux de lire le livre, plus particulièrement : 2001 l'Odyssée de l'espace et 2010 l'odyssée 2 écrit par l'un des maitre de la Science Fiction Sir Arthur C Clarke. Le dernier de la Tétralogie de l'Odyssée de l'espace je ne l'ai jamais lu. Ce que devient Bowman d'après les explications de Stanley Kubrick est clairement mis en évidence dans la suite 2010 L'Odyssée 2. Contrairement à la comparaison complétement stupide de l'article, Bowman ne devient pas superman, il est davantage une sorte d'entité immatérielle, sans forme et il joue le rôle d'émissaire des créateurs dont il n'a aucun contact, juste des sensations. Il prévient à travers des signes et apparition subtile presque fantomatique d'où le septicisme de certains un événement important dont sera témoin l'humanité.
    • pitof-pitof
      La première fois que j'ai vu 2001, c'était en 2017. J'avais pas pu le voir en entier puisque le film m'avait torché de dépression. En plus du rythme que je trouvais très lent, je ne comprenais pas ou l'histoire voulait en venir et au bout d'une heure comme ça le film devenait clairement une torture. Du coup bah je l'avais pas terminé.Je l'ai revu en juin 2018 et je dois dire que je l'ai beaucoup apprécié cette fois-ci. Je pense que pour vraiment aimé ce film, les cinéphiles de notre époque (les plus jeunes) doivent comprendre son impact dans la science-fiction. C'est un vrai pionnier du genre et qui sera par la suite une source d'inspiration direct pour des oeuvres cinématographique tel que Star Wars, Alien, Dragon Ball Z, Solaris etc...Et puis techniquement ce film est une vraie pépite pour son époque (j'en sais quelque chose pour avoir vu plein de film dit culte et/ou chef-d'œuvre d'avant et après 1969 qui a ce niveau sont en dessous de 2001). Que ce soit les effets spéciaux qui n'ont pas vieilli, la mise en scène qui a bénéficié d'un soin chirurgical, l'OST de dingue, le casting, les décors, le scénario. Tout y ait. C'est un vrai chef-d'œuvre !PS: Je dis merci pour l'explication que m'a apporté l'article sur les dernières scènes avec Bowman. Ça détruit un peu le côté mystérieux du film et toute les idées folles que je m'en faisait mais bon c'est pas grave (pas de sarcasme ni de second degré 😉).
    • Apanage
      C'est peut-être une erreur de traduction. Superman en anglais peut se comprendre par surhomme à la base. Comme le concept de Surhomme évoqué par Nietzche dans le livre: Ainsi parlait Zarathoustra .Qualifier l'embryon spatial de surhomme est une vielle théorie sur ce film, motivée par le choix de Kubrick d'employer l'air de musique de Richard Strauss intitulé Ainsi parlait Zarathoustra . (Comme précisé dans l'article)
    • marc18
      La réponse en mousse du gars qui sait pas quoi répondre . Et après c'est moi qui est ridicule
    • tueurnain
      Après, quand tu a lut le livre, c'est clair...
    • Tommy Shelby
      L'un n'empêche pas l'autre. Le cinéma ça reste de l'art, que tu le veuilles ou pas. Et comme dans chaque œuvre chacun y voit et y prend ce qu'il a envie.
    • Sicyons
      Ce n'est pas non plus un de mes films préférés. Trop contemplatif pour moi. Mais son statut de chef d'oeuvre reste objectivement indiscutable pour quiconque connait un tant soit peu l'histoire du Cinéma. Sa suite était de souvenir beaucoup plus classique et donc moins marquante.
    • Sicyons
      Comme dirait Han Solo : prends ta pelle et ton seau...
    • Might Guy
      Je préfère Interstellar.
    • marc18
      il faut admirer Je vait pas au cinema pour admirer un tableau . Y'a le Louvre pour sa
    • Tommy Shelby
      Il y a rien à comprendre, il faut juste admirer, c'est pas plus compliqué que ça
    • marc18
      Ben tu vient ici pourquoi alors ? J'avoue que oui sa me dépasse
    • marc18
      Ce film ne mérite sûrement pas le titre de chef d'œuvre à mes yeux . En quoi je suis pathétique de dire ça ? C'est interdit de critiquer négativement 2001 ?
    Voir les commentaires
    Suivez-nous sur Facebook
    Top Bandes-annonces
    Les Misérables Bande-annonce VF
    La Famille Addams Bande-annonce VF
    Sponsorisé
    La Reine des neiges 2 Bande-annonce VF
    Selfie Teaser (2) VF
    It Must Be Heaven Bande-annonce VO
    Joyeuse retraite ! Bande-annonce VF
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Meilleurs films à l'affiche
    Hors Normes
    4,5
    De Eric Toledano, Olivier Nakache
    Avec Vincent Cassel, Reda Kateb, Hélène Vincent
    Bande-annonce
    Joker
    4,5
    De Todd Phillips
    Avec Joaquin Phoenix, Robert De Niro, Zazie Beetz
    Bande-annonce
    Le Mans 66
    4,4
    De James Mangold
    Avec Matt Damon, Christian Bale, Caitriona Balfe
    Bande-annonce
    Donne-moi des ailes
    Donne-moi des ailes
    4,4
    De Nicolas Vanier
    Avec Jean-Paul Rouve, Mélanie Doutey, Louis Vazquez
    Bande-annonce
    Camille
    Camille
    4,3
    De Boris Lojkine
    Avec Nina Meurisse, Fiacre Bindala, Bruno Todeschini
    Bande-annonce
    Fahim
    Fahim
    4,3
    De Pierre-François Martin-Laval
    Avec Assad Ahmed, Gérard Depardieu, Isabelle Nanty
    Bande-annonce
    Tous les meilleurs films au ciné
    Back to Top