Notez des films
Mon AlloCiné
    Sorties ciné : Regarde ailleurs, Dans la terrible jungle, Comme un seul homme... Les découvertes de la semaine
    Par Emilie Schneider, Vincent Formica et Laurent Schenck — 13 févr. 2019 à 05:30
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Anecdotes de tournage, notes d'intention, informations cinéphiles : chaque semaine, découvrez les coulisses des sorties cinéma.

    Le Silence des autres Bande-annonce VO

    Le Silence des autres de Almudena CarracedoRobert Bahar

    Le saviez-vous ? Almudena Carracedo et Robert Bahar ne voulaient pas que le film soit seulement un cumul d’informations sur 80 ans d’histoire espagnole. Les réalisateurs ont cherché à ce qu’il contienne aussi des moments d’empathie avec les personnages, des instants de silence et de poésie. Ils confient : "Certains spectateurs nous disent que la forme du film est très accessible alors que sa matière est complexe, et a exigé 450 heures de tournage et 14 mois de montage. Notre obsession était que les spectateurs puissent se mettre dans la peau des protagonistes et les suivre dans leur quête de justice. Nous espérons qu’ils sortent de la projection en ayant appris quelque chose, mais en ayant également ressenti quelque chose."

     

    Dans la terrible jungle de Caroline CapelleOmbline Ley

    Avec Ophélie LefebvreLéa LenoirMédéric Sergott...

    Le saviez-vous ? Caroline Capelle et Ombline Ley, qui se sont rencontrées aux Arts Décoratifs de Paris, ont un parcours assez similaire : l’une en photographie et l’autre en vidéo. "Nous avons passé quatre ans dans la même classe, et en sortant nous avons fondé un collectif (le collectif NOU ) avec d’autres artistes. Depuis trois ans nous programmons ensemble des séances de projection dans différents cinémas alternatifs", expliquent-t-elles. A leur sortie d'école, elles cherchaient un sujet qui leur permette de s'immerger dans un environnement à part. Dans leurs précédents projets, les deux artistes avaient "pas mal galéré", seules et chacune de leur côté, et avaient hâte de se retrouver pour construire un film ensemble, sans contrainte de temps. 

     

    Comme un seul homme de Eric Bellion

    Le saviez-vous ? Eric Bellion avait d'abord envisagé de faire de son sa première expérience au Vendée Globe en 2016 un documentaire pour la télé. "J’avais du mal à me projeter en me disant que ça pouvait faire un film de cinéma, car pour moi c’était juste inaccessible J’avais depuis le début envie de raconter de l’intérieur toutes les difficultés, toute cette part d’inconnu, les moments de peur… car je savais que c’était le contraste entre ces moments de doute et ces moments de bonheur qui pouvait donner un récit intéressant et sincère."

     

    L'Illusion verte de Werner Boote

    Avec Manu PayetJessie LambotteWerner Boote...

    Le saviez-vous ? Le réalisateur a souhaité se pencher sur l'éco-blanchiment ou "greenwashing", soit le mensonge écologique qui permet à des grandes entreprises de bénéficier d'une image positive et responsable sur le plan écologique alors qu'elles continuent de polluer massivement : "Si vous n’avez rien de mieux à faire et que vous tapez sur Google 'sustainable', vous obtiendrez 300 millions de résultats. Si vous les parcourez, vous remarquerez que tout ce qui était jadis considéré comme nuisible et honteux contribue maintenant à sauver la planète. Steaks de thon, voitures de luxe, Formule 1, fonds d’actions, voyages en avion, huile de palme, soja génétiquement modifié, centrales thermiques au charbon, pétrole – aujourd’hui, toutes ces choses sont 'durables', 'vertes' ou 'éco-responsables'."

     

    The Raft de Marcus Lindeen

    Avec Daniel Giménez Cacho

    Le saviez-vous ? The Raft, qui retrace l'histoire d'une expérience scientifique dans les années 1970 visant à étudier le comportement d'individus, en vase clos, au milieu de l'océan, a été récompensé au Festival international du film scientifique 2018.

     

    Regarde ailleurs de Arthur Levivier

    Le saviez-vous ? Après avoir entendu de nombreux témoignages relatant des violences policières envers les migrants du camp, le réalisateur a dormi sur place à plusieurs reprises afin de saisir ces faits mais rien ne se passait. Il revient quelques mois plus tard équipé de caméras de chasse qui détectent les mouvements. Avec l'aide des personnages sur place, il cache ces appareils dans les arbres : "La compagnie de CRS a changé et les techniques aussi : les images enregistrées ne montreront pas les violences physiques mais elles seront des preuves irréfutables de la violence psychologique quotidienne que subissent les exilés".

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Commentaires
    Voir les commentaires
    Back to Top