Notez des films
Mon AlloCiné
    Les Misérables de Ladj Ly : "J'en ai marre qu'on raconte nos histoires à notre place"
    Par Emilie Schneider - Propos recueillis à Cannes le 16 mai 2019 — 20 nov. 2019 à 09:56
    facebook Tweet

    Récompensé du prix du jury au Festival de Cannes et représentant de la France aux Oscars, "Les Misérables" est l'un des événements cinématographiques de cette fin d'année. Rencontre avec le réalisateur Ladj Ly et le scénariste Giordano Gederlini.

    AlloCiné : Comment est né le projet ?

    Ladj Ly : Le point de départ des Misérables, c'est une bavure que j'ai filmée il y a 10 ans de ça à Montfermeil. Pendant plusieurs années, je faisais du copwatch [réseau d'associations militantes qui surveillent la police afin de faire connaître les dérapages et les violences policières grâce à des vidéos et des photographies, NDLR] où je filmais les flics durant leurs interventions jusqu'au jour où j'ai pris cette bavure, je l'ai postée sur internet et la presse s'en est emparée. Dix ans après, j'avais envie d'en faire une fiction. Donc j'ai commencé par un court-métrage, qui s'appelait aussi Les Misérables,et qui a très bien fonctionné. Il a été montré dans plus de 150 festivals où il a remporté plusieurs prix. On s'est dit que c'était l'occasion de le transformer en long-métrage.

    C'est votre premier long-métrage mais vous avez déjà un long parcours dans la réalisation. 

    Ladj Ly : Je fais partie du collectif Kourtrajmé qui regroupe plusieurs artistes réalisateurs et qui a été fondé par Kim ChapironRomain Gavras et Toumani Sangaré. Depuis qu'on a 16 ans, on fait des clips, des courts-métrages, des documentaires, des films, ... Ensuite chacun a suivi sa propre voie et moi, même si j'ai commencé en tant qu'acteur, je me suis plutôt orienté vers la réalisation. Je viens du documentaire, avec notamment À voix haute que j'ai co-réalisé. Et je me suis dit que c'était le moment de me lancer dans la fiction.

    Et pourquoi justement raconter cette histoire par le biais de la fiction, alors que vous l'avez déjà explorée dans des documentaires ?

    Ladj Ly : J'ai fait beaucoup de documentaires, c'est ce qui m'intéressait le plus et c'est vrai que j'étais la personne qui était la plus engagée dans le collectif. Mais j'ai l'impression qu'avec cette forme, on reste assez limité. En plus, mes documentaires étaient censurés, aucune chaîne ne voulait les diffuser. Je me retrouvais à les balancer sur internet. Je me suis dit qu'avec la fiction, j'aurais peut-être plus de visibilité, que mes films auraient plus de chance d'être vus.

    SRAB Films - Rectangle Productions - Lyly films

    Vous êtes le co-scénariste du film, Giordano GederliniComment avez-vous rencontré Ladj ?

    Giordano Gederlini : C'était il y a un peu plus d'un an. Ladj cherchait un scénariste qui avait un peu plus l'habitude du long-métrage. Il a défini très tôt ses envies d'univers. Vous posiez la question de la fiction : elle permet de rassembler des histoires, au sens d'événements et de personnages, qu'on a peut-être rencontrés, croisés. Cela permet aussi de créer une distance avec l'histoire personnelle de Ladj. C'est ce qui est le plus intéressant : retrouver dans la fiction des choses qui lui sont intimes. 

    Vous vous intéressez à la banlieue dans vos films et vous lui permettez à son tour de faire du cinéma avec votre école gratuite à Clichy-sous-Bois et Montfermeil.

    Ladj Ly : J'en ai marre qu'on raconte nos histoires à notre place. Ça commence vraiment à me gaver donc il y a un moment où il faut prendre une caméra, un stylo pour écrire nos histoires, se former. D'où l'idée de créer cette école de cinéma. Ça faisait sens qu'elle soit là, sur ce territoire. On part du principe qu'il faut prendre la parole mais pour ça, il faut apprendre à s'exprimer, à réaliser, à écrire des scénarios, à monter, ... On va prendre des jeunes, qu'ils soient issus des quartiers ou pas, et on va les former. On va leur donner des clés pour qu'ils s'expriment à leur tour.

    Il y a La Haine et 25 ans plus tard, il y a Les Misérables.

    Giordano Gederlini :  Ce que dit Ladj est très important. Il s'agit de se réapproprier ce qui est sien. Se réapproprier les quartiers pour que ce ne soit pas toujours raconter par des gens qui ne connaissent pas si bien ce milieu. Et surtout par des médias. Car Ladj ne supportait de voir à la télévision des choses qu'il ne vivait pas. Cette envie de se lancer dans le documentaire était très militante. Et cette démarche est désormais inscrite dans le film et c'est pour ça qu'il y a cette puissance incroyable.

    On a beaucoup comparé le film à La Haine. Qu'en pensez-vous ?

    Ladj Ly : Ça ne me dérange pas du tout, au contraire. La Haine a beaucoup inspiré Kourtrajmé, ça reste une référence du film de banlieue. Il s'agit de l'un des rares films où l'on se reconnaît. La comparaison ne me pose aucun problème. Mais c'est un film qui est différent, c'est une autre histoire, une autre époque. Il y a La Haine et 25 ans plus tard, il y a Les Misérables.

    facebook Tweet
    Sur le même sujet
    Commentaires
    • Blasi B
      propagande de qui pour qui?
    • Urb 7
      propagande propagande....
    Voir les commentaires
    Suivez-nous sur Facebook
    Top Bandes-annonces
    1917 Bande-annonce VO
    The Boat Bande-annonce VO
    Le Lion Teaser VF
    Les Traducteurs Bande-annonce VF
    Stop Making Sense Teaser VO
    Black Widow Bande-annonce VO
    Bandes-annonces à ne pas manquer
    Toutes les actus Ciné
    Mektoub My Love : enfin une sortie proche pour Intermezzo, la suite polémique du film de Kechiche ?
    NEWS - Sorties Ciné
    jeudi 5 décembre 2019
    Mektoub My Love : enfin une sortie proche pour Intermezzo, la suite polémique du film de Kechiche ?
    Grégory Lemarchal : l'acteur choisi pour interpréter le chanteur dévoilé
    NEWS - Tournages
    jeudi 5 décembre 2019
    Grégory Lemarchal : l'acteur choisi pour interpréter le chanteur dévoilé
    Dernières news cinéma
    Films de la semaine
    du 4 déc. 2019
    Le Meilleur reste à venir
    Le Meilleur reste à venir
    De Matthieu Delaporte, Alexandre De La Patellière
    Avec Fabrice Luchini, Patrick Bruel, Zineb Triki
    Bande-annonce
    Jumanji: next level
    Jumanji: next level
    De Jake Kasdan
    Avec Dwayne Johnson, Jack Black, Kevin Hart
    Bande-annonce
    La Famille Addams
    La Famille Addams
    De Conrad Vernon, Greg Tiernan
    Bande-annonce
    Brooklyn Affairs
    Brooklyn Affairs
    De Edward Norton
    Avec Edward Norton, Gugu Mbatha-Raw, Alec Baldwin
    Bande-annonce
    Seules Les Bêtes
    Seules Les Bêtes
    De Dominik Moll
    Avec Denis Ménochet, Laure Calamy, Damien Bonnard
    Bande-annonce
    It Must Be Heaven
    It Must Be Heaven
    De Elia Suleiman
    Avec Elia Suleiman, Gael García Bernal, Tarik Kopty
    Bande-annonce
    Sorties cinéma de la semaine
    Back to Top