Notez des films
Mon AlloCiné
    Astérix aux Jeux Olympiques sur TF1 : pourquoi Benoît Poelvoorde garde-t-il un très mauvais souvenir de ce film ?
    Par Vincent Formica — 28 juin 2020 à 18:00
    FBwhatsapp facebook Tweet

    Le tournage d'Astérix aux Jeux Olympiques, diffusé ce soir sur TF1, a été plutôt mal vécu par Benoît Poelvoorde. Explications.

    Astérix aux Jeux Olympiques Bande-annonce VF

    En 2003, après l'échec du projet Astérix en Hispanie, qui devait être mis en scène par Gérard Jugnot et interprété par l'équipe du Splendid, la franchise du petit Gaulois est au point mort. Quelques années plus tard, Thomas Langmann, fils du cinéaste Claude Berri, récupère le projet et lance Astérix aux Jeux Olympiques. Le 3ème long-métrage de la saga sortira en 2008 et réunira 6,8 millions de spectateurs. Malgré ce score, le film est un naufrage financier à cause de son budget pharaonique de 78 millions d'Euros.

    Astérix aux Jeux Olympiques est à l'époque le second plus gros projet de l'histoire du cinéma français, derrière les 90 millions de dollars du Le Cinquième élément de Luc Besson. À titre de comparaison, Astérix et Obélix contre César et Astérix et Obélix : mission Cléopâtre étaient respectivement dotés d'un budget de 41 et 49 millions d'euros. Vendu dans une soixantaine de pays, Astérix aux jeux Olympiques a en outre bénéficié d'un budget marketing record de 20 millions d'euros.

    Derrière toute cette machinerie digne d'un blockbuster hollywoodien, un comédien en souffrance : Benoît Poelvoorde. L'acteur belge a été engagé pour prêter ses traits à Brutus, fils de César (Alain Delon). Poelvoorde, qui avait refusé un rôle dans le premier Astérix de Claude Berri, a cette fois accepté de tourner pour son fils, Thomas Langmann. Ce personnage de Brutus, un "vrai méchant", lui plaît beaucoup ; c'est un "rôle taillé sur-mesure", confie le trublion à Hugues Dayez, journaliste cinéma emblématique de la RTBF. Les propos recueillis ci-dessous sont tirés de toute une série d'entretiens condensés par le même auteur dans son ouvrage Poelvoorde, l'inclassable, paru chez Renaissance du Livre.

    Astérix aux Jeux Olympiques
    Astérix aux Jeux Olympiques
    1h 53min
    De Thomas Langmann, Frédéric Forestier
    Avec Clovis Cornillac, Gérard Depardieu, Alain Delon, Benoît Poelvoorde, Stéphane Rousseau
    Presse
    1,9
    Spectateurs
    1,4
    Noter ce film

    Ce que ne sait pas encore le comédien, habitué à la simplicité, c'est qu'il met les pieds dans une fourmilière. Tout d'abord, il doit faire face aux caprices de la star du film, Alain Delon. Ce dernier est un véritable roi sur le plateau, tournant quand il le souhaite. "Parfois, je faisais un contre-champ 4 jours après le tournage avec Delon. Je faisais ça quand la lumière ne convenait pas ou parce qu'Alain ne voulait plus faire sa scène. Mais il faut vivre avec les caprices des stars, c'est tout", déplore l'acteur.

    Benoît Poelvoorde est également déconcerté par le temps qu'il faut pour les mises en place avant de tourner. Cette comédie produite avec d'énormes moyens nécessite une lourdeur qui ne s'adapte pas vraiment à sa manière de fonctionner : "C'était la première fois que des Français tournaient en numérique. Le chef-opérateur ne maîtrisait pas encore très bien ce nouveau support, les techniciens non plus. On avait des combos partout, je ne sais combien de figurants... Pour transmettre une info, cela prenait des heures et des heures. Parfois, nous étions prêts dès 7 heures du matin et nous ne commencions à tourner qu'à 4h30 de l'après-midi", se souvient l'interprète de Brutus.

    Astérix et Obélix : Marion Cotillard en Cléopâtre et un budget pharaonique pour Guillaume Canet

    Agacé. fatigué, Poelvoorde finit par demander une mise au point avec les réalisateurs Thomas Langmann et Frédéric Forestier. Il accepte toutes ces contraintes quand il s'agit de plans larges avec beaucoup de figurants ou nécessitant des effets spéciaux. En revanche, quand il doit faire une scène de pure comédie en tandem, l'acteur souhaite avoir carte blanche et faire ce qu'il veut. Les metteurs en scène acceptent cette requête, ce qui soulage un peu l'artiste.

    Très attaché à sa Belgique natal, Poelvoorde souffre aussi du mal du pays. Astérix se tourne sous une chaleur accablante à Alicante, en Espagne. Peu habitué à de telles températures, Poelvoorde serre les dents. "Il faisait une chaleur de gueux, c'était épouvantable ! Et le plus dur c'était la solitude quand même", révèle l'artiste. Heureusement, son compatriote et ami Bouli Lanners est aussi présent sur le plateau, incarnant le personnage de Samagas. "Pour nous donner du courage, parce que nous étions littéralement démoralisés, nous regardions Télétourisme, une émission de la RTBF qui parle de la bouffe et des restaurants. J'allais très mal ! Bouli et moi, nous étions en larmes, tellement nous étions émus de revoir notre pays et de revoir la pluie", confie Poelvoorde.

    Après un 4ème opus anecdotique, Astérix et Obélix : au service de Sa Majesté (2012), la franchise se fait un peu oublier. Elle est remise sur les rails en 2020 grâce à Guillaume Canet, qui va tourner L'Empire du Milieu cette année. Dans cette nouvelle itération, le réalisateur des Petits Mouchoirs incarnera lui-même le Gaulois nerveux, tandis que son fidèle acolyte, Gilles Lellouche, prêtera ses traits à Obélix. Quant à Marion Cotillard, elle jouera Cléopâtre.

    QUAND BENOÎT POELVOORDE RÉPONDAIT SANS LANGUE DE BOIS À NOS QUESTIONS

     

    FBwhatsapp facebook Tweet
    Sur le même sujet
    • Rien à déclarer sur TF1 : dans quel film de Dany Boon Benoît Poelvoorde a-t-il refusé de jouer ?
    • Les Randonneurs sur TFX : pourquoi Benoît Poelvoorde n'était-il pas à l'aise pendant le tournage ?
    • Podium sur TFX : avez-vous vu la baston entre les sosies de Cloclo et ceux de Michel Sardou ?
    Commentaires
    • kingbee49
      Faudrait faire un sujet sur les accidents industriels du cinéma français, y en aurait des films à évoquer...
    • meiyo
      C'est le moins que l'on puisse dire : Marvel a exploité très bien son filon et en France, nous ne sommes bons quasiment qu'à faire des navets dans le genre. Pourtant je suis convaincu qu'il y a du talent dans ce pays.
    • Splendiiiiide
      Un petit cadeau de Canet à sa femme ? :)
    • ServalReturns
      Ah ben évidemment que les moyens dont il a bénéficié ont joué. Mais les moyens financiers n'ont jamais fait un bon film. Il faut un bon metteur en scène derrière. Ce qu'est Spielberg.Spielberg, avec le budget de Astérix aux JO, il aurait fait un bien meilleur film.
    • ServalReturns
      Je me suis posé la même question au moment de l'annonce de Cotillard dans le rôle.J'imagine qu'ils passeront pas l'Egypte au cours de leur voyage (ce qui n'a aucun sens, pour aller de la France à la Chine, mais passons).
    • Joanny
      parce que quand le cerveau humain lit une question, il veut en connaître la réponse ?
    • Marty C.
      dans un sens ce sont aussi des petits caprices tout ça lol
    • xbies
      J’avais manqué l’info comme quoi Marion Cotillard jouerait Cléopâtre dans le prochain Astérix mais je me pose une question, si Astérix va en Chine que vient faire Cléopâtre dans l’histoire?
    • FlecheDeFer ..
      Faire se passer le film en Chine en croyant que ça va remplir les caisses en le faisant marcher là-bas est d'une confondante naïveté...
    • Xavier N
      Bien que j'aime beaucoup le film de Tintin car étant à la fois très fan de Tintin et de Spielberg, il faut reconnaître que si le film est réussi, c'est en grande partie grâce aux moyens dont il a bénéficié (ainsi que son équipe bien évidemment 😉).Pas mal de fans de Tintin n'ont pas aimé le fait que - et soyons honnêtes, ils n'ont pas tord -, Spielberg a y bien mis sa sauce très Indiana Jones. D'autres n'ont pas aimé le mélange des albums et certains choix scénaristiques (bien qu'associer Sakharine et Rackham Le Rouge fût un coup de génie pour moi, leurs traits physiques étant très proches dans les albums). Les films français n'ont pas les mêmes moyens, mais quand ils en ont, ils en font n'importe quoi 😅
    • Bacta142.
      Delon aussi narcissique que son personnage finalement.
    • Tyler
      Allociné : pourquoi 2/3 des titres d'articles sont des questions ?Astérix aux Jeux Olympiques sur TF1 : le tournage cauchemardesque de Poelvoorde.
    • ServalReturns
      Quand tu vois que les meilleures adaptations de BD franco-belges sont américaine (Tintin) et coréenne (Snowpiercer), c'est qu'il y a un problème, quand même.
    • TheTHX
      Honnêtement je ne vois pas comment .ah si peut être avec Dubosc...
    • Ha'Otep
      En 2003, après l'échec du projet Astérix en Hispanie, qui devait être mis en scène par Gérard Jugnot et interprété par l'équipe du SplendidAh donc ca aurait pu être encore pire en fait :O
    • Cooper1992
      Langmann en même temps.
    • Jackslater1994
      Y’avait aussi le fait que Delon prenait tout le monde de haut et en particulier Polevorde en disant moi et Depardieu on est des stars et toi tu n’est qu’une petite vedette . Chose que Poelvorde a très mal vécu pendant le tournage . Triste de voir qu’ils se sont autant pris la tête pour ...un navet .
    • meiyo
      Je n'ai aimé aucun des trois films même si je reconnais que celui de Chabat surnage un peu. De toute façon, la France a quand même tendance à cumuler les navets avec les adaptations de bd franco-belges.
    • Matthieu Dewaere
      MrMeeea avait fait une excellente vidéo sur le sujet.
    • Good guy
      Pourquoi NOUS gardons un très mauvais souvenir de ce film ?
    Voir les commentaires
    Back to Top