Mon AlloCiné
Water
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Water" et de son tournage !

Primé au Canada

Water, co-production indo-canadienne, a rencontré un grand succès aux Génie Awards 2006 d'Ontario, au Canada. Le long-métrage a obtenu trois prix : pour sa photographie, sa musique et pour l'actrice Seema Biswas. Water a également été récompensé au festival de Valladolid (Prix de la jeunesse) et par les critiques de Vancouver, qui lui ont décerné les prix de la Meilleure actrice pour Lisa Ray et celui de la Meilleure réalisatrice pour Deepa Mehta.

La fin de "la trilogie des éléments"

Water est le troisième volet de la "trilogie des éléments" conçue par la réalisatrice Deepa Mehta, après Fire (1996) et Earth (1998).

Inspiration

Pour Water, la réalisatrice Deepa Mehta s'est inspirée d'une scène qu'elle a vécu alors qu'elle n'était âgée que de 10 ans. Cette image qui l'a poursuit depuis ces nombreuses années et qui l'a poussée à en faire un film est celle d'une veuve hindoue : "Pliée comme une crevette, le corps desséché par l'âge, les cheveux blanc rasés très court, elle a détalé à quatre pattes, cherchant furieusement quelque chose qu'elle avait perdu sur les marches du Gange. Sa détresse était visible tandis qu'elle cherchait parmi la foule des premiers pèlerins du matin. Personne ne lui prêtait attention, pas même lorsqu'elle s'est assise pour pleurer, n'ayant pas réussi à retrouver ce qu'elle avait perdu."

Un tournage difficile

Depuis le début de sa "trilogie des éléments", Deepa Mehta est considérée comme la principale ennemie des fondamentalistes hindous et de leur chef Bal Thackeray. Ainsi en 2000, un groupe d'émeutiers a attaqué et brûlé les plateaux de production de Water et a proféré des menaces de mort contre la réalisatrice.
Le gouvernement indien a réprouvé publiquement cette atteinte à la liberté d'expression et a fourni 300 troupes, afin de protéger la production du film ainsi que Deepa Mehta. Cependant, les opposants de Water sont parvenus à mettre l'équipe du film sur écoute et ont continué à faire pression : des effigies de la réalisatrice ont été brûlées quotidiennement à travers le pays et la tentative de suicide d'un contestataire ont poussé le gouvernement à interrompre la production du film pour des raisons de "sécurité publique".
Malgré de nombreuses marques de soutien, comme celle de George Lucas, le gouvernement n'est pas revenu sur sa décision.
Il aura fallu alors cinq ans pour que la production de Water soit relancée au Sri Lanka, sous un faux titre et dans le plus grand secret.

Ancré dans la réalité sociale

Suite aux nombreux et tragiques évènements qui ont entouré la production de Water, la réalisatrice Deepa Mehta a admis que les différents sujets abordés par son film reflètaient bien la réalité sociale et politique de l'Inde au moment du tournage : la montée en puissance des fondamentalistes hindous, leur intolérance... Mener à terme la production de Water s'est révélèe être une mission personnelle pour la réalisatrice, aidée du producteur David Hamilton.
Cependant, plusieurs changement ont dû avoir lieu, surtout dans le casting. Nandita Das a été remplacée par Lisa Ray et Seema Biswas a accepté de reprendre le rôle tenu à l'origine par Shabana Azmi.

Le soutien de George Lucas

Le réalisateur américain George Lucas (la saga Star Wars) a pris position en faveur de la réalisatrice Deepa Mehta lorsque les autorités indiennes firent tout pour bloquer la production de Water. De cette manière, il acheta une page entière du magazine spécialisé Variety pour exprimer son soutien et demander au gouvernement indien de reconsidérer sa décision afin de permettre à Deepa Mehta de terminer son film dans de bonnes conditions.

Une tradition ancestrale

La réalisatrice Deepa Mehta, elle-même d'origine Hindoue, n'avait pas réellement conscience de la situation dans laquelle vivait ces veuves avant de commencer ses recherches pour le scénario de Water. Les préceptes selon lesquels ces femmes mènenet leurs vies remontent à plus de 2000 ans.
Water prend place dans l'Inde de la fin des années 30, une période où les mariages d'enfants étaient encore très répandus. Les jeunes filles se retrouvaient souvent mariées à des hommes plus âgés pour des raisons essentiellement financières. Une fois que ces hommes décédaient, leurs jeunes veuves se retrouvaient alors enfermées dans des ashrams (institutions). C'est en lien avec cette terrible tradition que la réalisatrice à choisi son sujet : "J'ai décidé de suivre une jeune veuve de 8 ans, et de décrire sa vie dans un ashram où sa présence commence à perturber et affecter la vie des autres résidentes."

La plus belle femme du monde pressentie

Les comédiennes Nandita Das et Aishwarya Rai, Miss Monde 1994, furent un temps pressenties pour incarner le personnage de Kalyani. C'est finalement Lisa Ray qui tient le rôle à l'écran.
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Les Animaux fantastiques : Les crimes de Grindelwald (2018)
  • Bohemian Rhapsody (2018)
  • Les Chatouilles (2018)
  • Le Grand Bain (2018)
  • Millenium : Ce qui ne me tue pas (2018)
  • A Star Is Born (2018)
  • Le Jeu (2017)
  • Un homme pressé (2018)
  • En liberté ! (2017)
  • Suspiria (2018)
  • Fou d'amour (2015)
  • Un Amour impossible (2018)
  • Les Bonnes intentions (2018)
  • Les Animaux fantastiques (2016)
  • Sale temps à l'hôtel El Royale (2018)
  • Kursk (2018)
  • Capharnaüm (2018)
  • Sauver ou périr (2017)
  • First Man - le premier homme sur la Lune (2018)
  • Astérix - Le Secret de la Potion Magique (2018)
Back to Top