Mon AlloCiné
    L'espion qui m'aimait
    note moyenne
    3,5
    3081 notes dont 195 critiques
    26% (50 critiques)
    30% (59 critiques)
    27% (53 critiques)
    13% (25 critiques)
    3% (5 critiques)
    2% (3 critiques)
    Votre avis sur L'espion qui m'aimait ?

    195 critiques spectateurs

    Christ H.
    Christ H.

    Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 47 critiques

    4,0
    Publiée le 10 août 2019
    L'espion que j'aime le moins m'a agréablement surprise, un épisode de bon augure et sous de meilleure auspice. Je lui laisse sa chance et c'est un pari gagné, il n'y a pas de meilleur ni de pire. Des hauts et des bas dans tous les films de l'agent britannique au service de la régente au fur et à mesure de ce défilé d'acteurs déroulant un tapis rouge jusqu'à l'actualité, tout simplement très bien réalisé. La rivalité-romance entre l'Union Soviétique et la Grande Bretagne est succulente à déguster. De l'humour tendresse entre tourtereaux espions des deux camps qui s'opposent perpétuellement, du sérieux face à la menace terroriste ambitieusement misanthrope, very very bad man le géant homme requin à la mâchoire d'acier. L'exquise caisse gadget sous-marin bateau est fun, bon baiser de Russie !
    Solofrall
    Solofrall

    Suivre son activité Lire sa critique

    5,0
    Publiée le 21 août 2018
    L'espion qui m'aimait est sans doute l'un des meilleurs James Bond, avec un excellent scénario et surtout les deux meilleurs ennemis de Bond, Karl Stromberg (Curd Jurgens) et Requin (Richard Kiel), sans oublier la belle triple A Amasova (Barbara Bach) et la sulfureuse Naomi (Caroline Munro), des décors superbes (Sardaigne, Égypte...). Considéré par beaucoup comme le plus drôle, c'est vrai, mais c'est ce qui fait le charme de ce film, c'est pourquoi il mérite 5 étoiles
    Dick C
    Dick C

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 8 critiques

    3,5
    Publiée le 19 février 2019
    Ah la la le James Bond où apparaît le célèbre personnage de Requin avec son mémorable appareil dentaire! Roger Moore est toujours bon, les scènes d’actions aussi efficaces, de beaux décors mais ce n’est tout de même pas le James Bond dont on se rappellera le plus. A voir tout de même
    Shelby77
    Shelby77

    Suivre son activité 43 abonnés Lire ses 50 critiques

    3,5
    Publiée le 5 février 2018
    L'agent 007 est de retour pour une dixième aventure, la troisième pour l'acteur Roger Moore. James Bond est chargé d’enquêter, en compagnie d'une charmante agent russe sur la disparition de deux sous-marins nucléaires, l’un russe, l’autre britannique. Voici un bon James Bond au scénario tranchant, à la distribution puissante et à la réalisation dynamique. Les mises en situation dans les grands monuments de Gizeh au milieu de spectacle son et lumière autour du Sphinx ou dans le temple des pharaons, sont une grande réussite. James, aidé des gadgets habituels, est confronté à un méchant mégalo qui veut éradiquer toute vie terrestre pour créer un monde entièrement aquatique. On se balade donc des montagnes autrichiennes à la Sardaigne en passant par l’Egypte. Curd Jurgens alias Stromberg en grand méchant ne constitue jamais une menace pour Bond. Heureusement, est introduit ici Requin un des méchants les plus emblématiques de l’univers 007 et il est vraiment bien dans cet opus.
    Ywan Cwper
    Ywan Cwper

    Suivre son activité 22 abonnés Lire ses 10 critiques

    2,5
    Publiée le 26 octobre 2017
    La rupture promise avec l'arrivée de ce film n'est en fait que relative à celui d'avant. Sauf, peut-être, que l'évolution des moyens s'est faite particulièrement sentir après ces trois années d'absence. La médiocrité résiste quant à elle à des niveaux intolérables, comme le tournage sur fonds mouvants particulièrement abominable pour des scènes de ski. En plus de ça, les combats sont mous, les acteurs et les cascadeurs anticipent beaucoup trop leurs mouvements... Bref, un échec technique étrangement compensé par les efforts mis en oeuvre, quoiqu'ils n'aient pas payé. C'est la plus chère production de la franchise, et il en résulte des exploits parfois difficilement explicables ; en 1977, des voitures amphibies ? Des scènes comme celle-ci sont bien sûr truquées (les autos étaient creuses, en l'occurrence) mais l'astuce est plutôt bien cachée. septiemeartetdemi.com
    Damien V.
    Damien V.

    Suivre son activité 1 abonné

    3,0
    Publiée le 8 janvier 2017
    Roger Moore revient pour ce 10ème opus de la saga "James Bond", sa 3ème fois. Et honnêtement, je suis en demi-teinte sur ce film. Quand un nouveau film "James Bond" débarque, un élément qui me plait particulièrement est son périple à travers les différents décors, le fait de nous faire découvrir des paysages magnifiques. Cet "Espion qui m'aimait" ne déroge pas à la règle. Je pense même qu'il est le "James Bond" m'ayant le plus enchanté de ce coté là : Le Caire et la Sardaigne sont à couper le souffle ! A coté de ça, on a un scénario qui tient la route (même s'il s'essouffle vers la fin). Roger Moore est dans la continuité de ce qu'il a fait jusqu'à maintenant, il continue à monter en puissance. Je le trouve vraiment bon dans cet opus. L'apparition de Requin est également à souligner. Acteur qui incarne merveilleusement bien son personnage. Et à contrario, on a Stromberg... Personnage sans charisme, faible d'interprétation, fade... On s'ennuie d'un tel rôle. A quand le retour de Blofeld... ?! Il commence limite à me manquer. Le manque d'un réel méchant... Enfin, pour revenir au scénario, on retombe dans les travers de deux anciens "James Bond". Le film est découpé en deux parties. Première partie, l'action est souvent présente. On passe de décor en décor, sans jamais réellement reprendre son souffle. spoiler: La petite bataille d'égo entre l'Agent britannique 007 et l'Agent russe XXX est plutôt bien menée. Puis reviennent toutes les fausses bonnes idées déjà mises en œuvre : la bataille sous-marine qui traine en longueur (comme dans "Opération Tonnerre"...) et l'affrontement des deux camps dans le Liparus qui est super brouillon et vraiment pas réaliste (comme dans "On ne vit que deux fois"...). Et c'est par rapport à cette seconde partie de film, que ce 10ème opus de notre Agent britannique ne vaut qu'un 3/5.
    Broyax
    Broyax

    Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 48 critiques

    3,0
    Publiée le 3 janvier 2017
    Pas mal de points communs entre cet Espion et le Moonraker deux ans plus tard : on y retrouve en effet le grand guignol grand-guignolesque des scènes d'action, les bons mots du super agent double zéro, amuseur public numéro 1 ainsi que les autres bons mots du grand méchant machiavélique mégalomaniaque ("Adieu M. bond, il y a dans ce mot, je vous le confesse, un parfum d'éternité"). On y retrouve aussi un paquet de grandes maquettes qui finissent toutes par exploser mais aussi une inventivité certaine dans nombre de gadgets utilisés. Quelques collages sont également de la partie, sans lesquels la "fête" ne serait pas complète. Niveau scénario, l'opposition anglo-soviétique devient une glasnost impromptue face au mal terriblement menaçant d'un Curd Jurgens excellent cabotineur pince-sans-rire que l'on se doit de placer parmi les meilleurs méchants de la saga avec Michel Lonsdale. Mais surtout cette collaboration permet d'apprécier la très belle Barbara Bach, pendant soviétique de l'espion britannique, perversement dénommée "triple X" (sic !). La musique n'est pas signée John Barry sans doute occupé ailleurs et cela s'en ressent. Mais un certain "Requin" qui pourrait faire une pub pour un dentifrice est là pour en rajouter une couche au rayon des pitreries james-bondiennes. Je ne suis pas sûr que ce énième épisode se bonifie avec le temps, il se fossilise plutôt comme un témoignage affecteusement bouffon de la période Roger Moore qui a entraîné le célèbre agent secret dans un cirque désopilant permanent au troisième degré.
    Le Monde de Mel G
    Le Monde de Mel G

    Suivre son activité 11 abonnés Lire ses 83 critiques

    4,0
    Publiée le 14 novembre 2016
    Encore un très bon film dans cette saga.Roger Moore est encore une fois excellent et séduisant alors que Barbara Bach est aussi belle que froide.Le tandem est donc parfait.Quant à "Requin",l'acteur qui l'incarne est franchement bien choisi et très convaincant.Un peu déçue par Curd (Stromberg) qui est loin d'être le plus impressionnant des méchants dans la saga,d'ailleurs je trouve "Requin" plus imposant que lui. Le scénario est génial et les gadgets sont au rendez-vous.Pas mal de scènes spectaculaires aussi. Ce film fait partie des grands classiques de "James Bond". En revanche on repassera pour la bande originale,qui n'est pas terrible à mon goût.
    this is my movies
    this is my movies

    Suivre son activité 160 abonnés Lire ses 1 944 critiques

    3,5
    Publiée le 26 septembre 2016
    Passant pour être un des meilleurs James Bond de l'histoire, cet opus est en tout cas celui qui lança véritablement la période de R. Moore. Il impose ici son sens de la désinvolture, le film renouant également avec le sens de la démesure des années 60. On retrouve donc tout ce qui fait le sel d'un épisode de la saga, avec moins de gadgets toutefois, et une intrigue assez classique. Allié avec une espionne russe de charme (oui, parce qu'au final, la belle reste souvent bien passive dans l'action) qui prend les traits de la très désirable B. Bach (le tout souligné par des tenues mettant bien en valeur ses formes, on frôle l'érotisme pur) qui ne se révèle pas pour autant être une grande actrice, on assiste parfois amusé à quelques scènes d'action impeccables, faisant la part belle aux plans de cartes postales et proposant un divertissement pur. C'est donc fort joli, écrit un peu n'importe comment avec beaucoup de facilités, on est divertit de bout en bout et ça reste effectivement un des meilleurs films du lot. D'autres critiques sur
    ManoCornuta
    ManoCornuta

    Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 191 critiques

    3,0
    Publiée le 22 septembre 2016
    Roger Moore continue d'imprimer sa marque sur la saga Bond avec ce nouveau film. Le scénario est plutôt consistant (malgré quelques facilités et expédients) et l'interaction des personnages fonctionne bien, même s'il faut regretter quelques baisses de rythme et un final expédié un peu rapidement et sans emphase ( spoiler: surtout comparé à la longue séquence de fusillade entre marins qui l'a précédé ). Il y a néanmoins des séquences spectaculaires à souhait, des James Bond girls sublimes, de l'humour bondien, et un méchant appelé à revenir. Ce Bond est un cru de bonne qualité, grâce à une certaine sobriété visuelle et un charme évident qui fait passer les quelques longueurs et un Curd Jürgens sous-employé dans une variante du Capitaine Nemo.
    Yannickcinéphile
    Yannickcinéphile

    Suivre son activité 218 abonnés Lire ses 1 413 critiques

    5,0
    Publiée le 22 septembre 2016
    L’Espion qui m’aimait passe généralement pour l’un si ce n’est le meilleur James Bond, et je dois reconnaitre que c’est toute la mythologie Bond qui est contenue dans cet épisode mémorable. C’est sans doute l’un de ceux qui a le plus contribué à ancrer les spécificités bondiennes dans la mémoire collective, et c’est d’ailleurs à mon sens ce qui n’en rend que plus décevant les épisodes récents qui n’ont pas du tout compris ce qui faisait la magie particulière de ce héros dans le cinéma d’action. Le casting est excellent. Roger Moore est très bon dans son rôle, charmeur, élégant, combatif aussi, il s’empare de son rôle avec talent et livre une prestation tout en équilibre. Il est entouré aussi d’un très beau casting : Barbara Bach, charmante et héritant d’un rôle musclé intéressant ; Curd Jürgens, méchant mégalomane aux airs de capitaine Nemo en plus méchant qui fait partie de ceux qui font le charme des épisodes de la saga, et Richard Kiel, bien sûr, qui n’est pas seulement un second couteau, mais qui s’impose réellement ici, à la fois pour son physique et pour le personnage mythique qu’il a composé et qui lui a apporté une renommée incroyable. Doté de ce superbe casting, le film est aussi emporté par une histoire certes totalement abracadabrantesque, mais tellement efficace ! Rythme ébouriffant, rebondissements improbables, humour, action, et scènes excentriques caractéristiques des meilleurs Bond (les requins…). C’est vraiment du divertissement très efficace et toujours très raffiné, même si après toute ces années certaines scènes ont le côté un peu désuet des vieux films d’aventure (l’action relève parfois plus de l’agitation quand même !). Toutefois l’histoire est bonne, et le travail sur les relations entre les personnages, un peu plus ambiguës que de coutume est une bonne chose. Sur la réalisation Gilbert livre un travail propre, bien qu’un peu daté dans l’action comme je l’ai dit. Pour autant il voit grand, c’est appréciable, avec des moments réellement réjouissants, et surtout L’Espion qui m’aimait joue énormément sur ces décors incroyables et d’une variété sidérante ! C’est le gros atout de ce film, qui franchement séduit par ses idées, sa flamboyance, avec de superbes scènes comme dans les Pyramides ou dans le Nautilus moderne ! Gros moment de dépaysement en vue. A noter aussi une belle présence du célèbre thème bondien, et même si le générique n’est peut-être pas le meilleur de la saga, ça reste excellent, et c’est précédé d’une scène d’intro spectaculaire. En clair vous l’aurez compris, L’Espion qui m’aimait est un des Bond incontournables, un de ceux dont on ne se lasse pas si on aime le personnage, et un de ceux dans lequel toute la mythologie du héros est résumée. Et je crois qu’essayer de s’asseoir là-dessus c’est simplement aller dans le mur ! 5
    bobmorane63
    bobmorane63

    Suivre son activité 64 abonnés Lire ses 859 critiques

    3,0
    Publiée le 22 septembre 2016
    Un opus James Bond datant de 1977 réalisé par Lewis Gilbert qui est divertissant mais qui manque d'originalité à mon gout !! Je pense que les meilleurs James Bond sous l'ère Roger Moore sont ceux réalisé dans les années 80 par John Glen qui apportaient plus de modernité. L'acteur a dans ce film toujours le mème sens de l'humour So British pour incarner à sa façon le héros, la James Bond Girl Barbara Bach est séduisante et je trouve que la meilleure trouvaille de ce long métrage c'est le personnage de Requin avec ses dents en aciers et immortel joué par le géant Richard Kiel qui aura le role de sa vie ici et dans "Moonraker". Curd Jurgens est excellent dans la peau du manitou méchant qui vit dans un engin aquatique avec des requins et cet objet géant m'a fait penser au monde sous marin des extraterrestres du film "ABYSS" de James Cameron qui a déja pompé les capsules sous marines dans "Opération Tonnerre" de Terence Young, il devait ètre très fan des aventures de l'espion au service de sa majesté. A part ça, les James Bond se ressemblent un peu, pour les inconditionnels
    PowerKing - Les Chroniques du Cinéphile
    PowerKing - Les Chroniques du Cinéphile

    Suivre son activité 183 abonnés Lire ses 403 critiques

    4,0
    Publiée le 10 août 2016
    L'espion qui m'aimait, cuvée 1977; incontestablement l'une des meilleures prestations de la période Roger Moore, si ce n'est la meilleure. Car si les films des années 60 n'étaient pas réputés pour leur lot d'action pure, ce 10ème opus de la saga James Bond compense largement sur tous les fronts. On retrouve une fois encore cette relation britanico-soviétique en fin de la période guerre froide. The spy who loved me, où l'espion s'amourache d'une espionne. Loin d’être originale cette union aussi naturelle qu'évidente, et qui crève pourtant l'écran d'élégance en joutes verbales, agrémentée d'une cocasse confrontation d'égo. Leur ennemi commun est un mégalomane nihiliste, retranché dans une structure semi sous-marine armée de missiles. D’ailleurs, que serait un Bond sans missiles menaçant le monde, je vous le demande !! Les gadgets évoluent avec la qualité des réalisations et les moyens exponentiels à disposition. La voiture amphibie n’en est qu’un exemple ô combien spectaculaire. Une aventure mouvementée, ponctuée de paysages changeants et monochromes, entre désert et océan. Autre élément marquant qu’est la rencontre peu amicale avec Requin : tueur à gage et géant aux dents et à la mâchoire d’acier, capable de désosser une camionnette à main nue, ou rompre une chaine métallique à la force de sa mâchoire. Un charmant personnage que l’on retrouvera deux ans plus tard dans Moonraker, au grand plaisir de l’agent double 0. Pré-générique travaillé aux petits oignons, mise en scène soignée, personnages campés avec justesse, de l’action, du charme, et des femmes...voila tout ce que l’on peut attendre d’un bond saisissant et divertissant. Objectif atteint, une fois encore. 4/5
    Julien Farmer
    Julien Farmer

    Suivre son activité 1 abonné

    4,5
    Publiée le 5 juillet 2016
    Du générique de début à la scène finale, ce James Bond est une merveille. On sent à travers ce film la classe extrême qui régnait en ce milieu des années 70. Les images sont magnifiques (Egypte, Sardaigne), le "méchant" est tout simplement hallucinant, les costumes et robes sont réellement chics. On appréciera aussi la voiture amphibie de Bond ainsi que le dénouement qui tient vraiment le spectateur en haleine.
    GyzmoCA
    GyzmoCA

    Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 284 critiques

    3,5
    Publiée le 5 juin 2016
    Dixième épisode de la saga James Bond et troisième avec Roger Moore, cet "espion qui m'aimait" est d'une bonne qualité. La guerre froide est traitée sous un nouvel angle en associant un espion russe et un espion anglais pour combattre le crime. (A noter le nom de l'agent russe féminin (XXX) qui donnera une série d'action avec Vin Diesel) On y retrouve l'un de tueurs les plus célèbres du cinéma : Requin. Une armoire à glace aux dents d'acier. Bémol : Le méchant de l'histoire fait plus vieux écolo que terreur mondiale.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top