Mon AlloCiné
La Jeune fille et les loups
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "La Jeune fille et les loups" et de son tournage !

Une passion pour les loups

A l'origine du projet, il y a le poème La Mort du loup d'Alfred de Vigny, où l'auteur décrit avec romantisme l'extraordinaire stoïcisme du loup face à sa mort infligée par l'homme. "Ensuite, poursuit Gilles Legrand, il y a la passion pour cet animal, son organisation sociale, sa nature libre et sauvage (en opposition à son cousin le chien, servile compagnon de l'homme), et aussi les invraisemblables fantasmes, mythes et croyances qui lui sont attachés. Enfin, il y a l'éradication planifiée des loups pendant près de trois siècles de traques incessantes, pour aboutir à l'extinction définitive de l'espèce en France après la Première Guerre mondiale, pensée et vécue comme la maîtrise impérieuse de l'homme sur la nature... Tout ceci m'a donné envie d'imaginer de manière romanesque en prenant toute liberté par rapport à l'Histoire, le destin de la dernière meute de loups vivants en France en 1925... avant que ceux-ci ne réapparaissent naturellement, ignorant les frontières en provenance d'Italie, une fois protégés par les conventions internationales en 1992."

Note d'intention

"A travers le destin d'une jeune fille en avance sur son temps, confrontée à la rivalité entre un industriel visionnaire de la vallée et un homme rustre vivant au milieu de la nature, c'est également la quête permanente de l'homme à combattre ce qu'il ne maîtrise pas que Gilles Legrand a voulu aborder. "En parlant d'une époque révolue, explique-t-il, j'ai voulu éviter d'aborder ce sujet de façon polémique, et esquiver les débats stériles sur l'utilité aujourd'hui de préserver une espèce naturelle... J'ai préféré un récit sous la forme d'un conte initiatique, à une époque où mes personnages ne pouvaient avoir de réelle conscience écologique. Ils se laissaient ainsi guider uniquement par leurs conflits, leurs intérêts et leurs passions. Comme dans Malabar Princess, j'ai voulu garder ce parfum doux amer du mélange tragédie comédie. Et puis bien sûr ce sujet appelle des images fortes, celles des vallées profondes et industrieuses, des montagnes et de leurs glaciers, de ces animaux somptueux. Un film populaire, spectaculaire, qui nous parle de la nature humaine dans son rapport à la nature."

Le choix des comédiens

Gilles Legrand explique les raisons qui l'ont amené à choisir Laetitia Casta, Jean-Paul Rouve et Stefano Accorsi pour leur confier les rôles principaux de son film : "Laetitia Casta avait toutes les qualités que je souhaitais pour Angèle, cette détermination alliée à une vraie fraîcheur. Elle avait très envie de faire le film et elle a loyalement accepté le jeu des essais. J'aime son côté instinctif, fonceur. Je m'y retrouve. Sur le tournage, elle s'est en plus révélée d'un très grand courage. Au-delà de son jeu, elle n'a jamais reculé. Elle m'a quelquefois bluffé par sa spontanéité, son audace. Dehors, dans la neige à 1800 mètres d'altitude, avec un loup qui claquait des dents à deux centimètres de son visage, elle allait jusqu'au bout et même un peu plus loin, toujours prête à y retourner s'il le fallait ! C'était impressionnant ! Je trouve qu'elle apporte à son personnage bien sûr une beauté mais aussi un élan, une conviction et une sincérité ingénue. En écrivant le personnage d'Emile Garcin, je pensais à Jean-Paul Rouve. On a tous en mémoire le salaud d'anthologie qu'il campe dans Monsieur Batignole et je savais qu'il pourrait jouer Emile avec toutes les facettes que le rôle exige en plus. C'est un amoureux éconduit, un homme en souffrance écrasé par son père mais qui s'avère malgré tout un visionnaire industriel. Vis-à-vis des loups, il est le bras armé d'une éradication programmée, politiquement décidée. Emile approuve cette prise de contrôle absolu de l'homme sur la nature. écrire ce personnage de "beau fumier" était assez jouissif. Jean-Paul a tout de suite accepté, je savais qu'il donnerait toute sa dimension au personnage, jusque dans ses failles. Jean-Paul n'a pas peur de jouer, il ne cherche pas à sauver son personnage, il le prend tel qu'il est et il l'incarne en assumant sa part d'ombre. Je sais qu'il n'y a pas grand-chose à sauver chez Emile mais j'aime beaucoup ce personnage... Stefano Accorsi m'a impressionné. J'avais peur du personnage de Giuseppe. Il nécessitait une véritable composition pour le faire exister. Même si le lien existe, il n'est pas la bête de la belle, ni Quasimodo ni Ugolin. Il a sa propre originalité. Au départ, j'avais hésité à choisir Stefano parce que je le trouvais trop... normal ! Mais sa qualité de jeu et ce qu'il a apporté à son personnage m'ont vraiment séduit. On l'a abîmé, grimé. Je l'ai un peu guidé vers ce côté lunaire, étrange, allégé mais pas idiot. Je pense sincèrement qu'il a transcendé le personnage par son travail d'acteur, sa réflexion, ses suggestions sur le plateau, sa gestuelle. Je me suis fait surprendre..."

Les décors

Concernant les décors, les difficultés étaient multiples. Pour trouver la petite ville industrielle du film, Gilles Legrand et son équipe ont dû sillonner tous les massifs montagneux de France et finalement porté leur dévolu sur un tout petit village de Haute-Savoie, Sixt Fer A Cheval, qu'ils ont agrandi par trucage numérique. "Puis il a fallu trouver un vaste plateau entouré de montagne, accessible et enneigé à coup sûr pour crasher l'avion de Zhormov, raconte le réalisateur... Nous avons construit un faux avion à l'échelle une, pour le fracasser dans les sapins, et mis au point un prototype de patin pour permettre au vrai avion de Jean Salis d'atterrir sur la neige, ce qui n'est pas une mince affaire... Autre difficulté : la masure de Giuseppe. J'avais longtemps imaginé un "nid d'aigle" à proximité de la cascade de glace du glacier d'Argentières (où on exploitait encore la glace au début du XXème siècle) mais il s'est vite avéré impossible de tourner avec une équipe de cinéma et surtout une meute de loups dans un lieu aussi étroit...Nous avons donc reconstruit un immense décor de paroi rocheuse avec une masure troglodyte en studio et une fois de plus l'environnement de cette incroyable nature a été réintégré en trucage."

Loup, y es-tu ?

Gilles Legrand raconte comment son équipe et lui ont pu mettre la main sur les loups nécessaires à l'histoire du film : "Très en amont, j'ai rencontré Pierre Cadéac, un des dresseurs d'animaux pour le cinéma, dont j'appréciais l'approche et les méthodes de travail pour qu'il supervise tous les "problèmes" animaliers. Il ne possédait lui-même que quelques louveteaux, et on a donc décidé d'aller chercher aux Etats-Unis et au Canada les spécialistes du loup... Un certain Steve Martin a regroupé six dresseurs et quatorze loups tous plus magnifiques les uns que les autres. Nous avons fait venir toute cette équipe en France en ayant bien pris la précaution de faire valider par chacun un story board ultra-détaillé de chaque séquence mettant en scène les loups. Tout ce petit monde s'est installé dans la ferme de Pierre Cadéac et là il y a eu un véritable choc culturel. L'équipe américaine était entièrement au service de leurs animaux et très peu au service du film... refusant toute assistance vétérinaire, toute présence de technicien sur le plateau, tout conseil de Pierre Cadéac... Un véritable cauchemar pour moi et pour l'équipe technique. Très vite nous avons compris que nous n'arriverions pas au bout du film de cette manière. Nous avons cherché des solutions de secours avec d'autres loups vivants en France. Nous avons teint et maquillé des animaux pour qu'ils prennent le relais des Américains. Avant de les renvoyer chez eux au deux tiers du tournage, nous avons beaucoup tourné avec leurs loups en studio sur fond bleu des positions et des attitudes simples que nous avons utilisé ensuite dans des plans truqués numériquement... Et nous avons surtout été sauvés par un jeune prodige, un des louveteaux de Pierre Cadéac qui avait grandi entretemps, un loup noir dénommé Mako qui s'entendait particulièrement bien avec Laetitia Casta et Stefano Accorsi."

Support technique...

Gilles Legrand a fait le choix de tourner son film en numérique avec des caméras Génésis sous l'expertise d'Yves Angelo, le directeur photo. "Cette technique était le bon choix à plusieurs titres, confie le cinéaste. Le tournage animalier aurait été délirant avec de la pellicule et nous avions en postproduction quelque trois cents plans à truquer en numérique. Sans compter l'étalonnage numérique qui permet vraiment aujourd'hui de faire un travail très fin sur l'image."

Gilles Legrand aurait pu être véto

Jeune, Gilles Legrand se destinait à une carrière de vétérinaire, profession à laquelle aspire Angèle, le personnage joué par Laetitia Casta dans le film. "J'ai moi-même lamentablement échoué dans cette voie à 18 ans, explique le réalisateur, avant de trouver un premier emploi dans le cinéma... à m'occuper d'animaux sur un tournage ! Ce n'était pas des loups ...mais des rats !"

Un tournage éprouvant

Le tournage a débuté en mars 2007 et s'est étalé sur quatre mois, en Ile-de-France, en région Rhône-Alpes et en Italie. De son propre aveu, Gilles Legrand en est sorti épuisé. "Sans doute suis-je allé à la limite de mes compétences avec ce projet, confie-t-il. J'étais pourtant très bien entouré à tous les postes et à toutes les étapes de la production. Avec un petit bémol pour les dresseurs américains... Nous avons très souvent cumulé les difficultés. Nous avions une équipe et des moyens importants, donc un cadre budgétaire à respecter, des animaux et des dresseurs qui n'en font qu'à leur tête, pas mal de caprices météo, un tournage en montagne, plusieurs saisons, beaucoup de séquence dans la neige... bref pas vraiment de quoi être serein quand on connaît les doutes qui habitent un réalisateur... Le tournage est toujours un peu une épreuve, sauf les pures scènes de comédie... Là, c'est jubilatoire et reposant si on tourne dans un bureau !"
Les secrets de tournage des films les plus populaires lors des 30 derniers jours
  • Les Bonnes intentions (2018)
  • Les Animaux fantastiques : Les crimes de Grindelwald (2018)
  • Bohemian Rhapsody (2018)
  • Overlord (2018)
  • Le Jeu (2017)
  • Les Chatouilles (2018)
  • Le Grand Bain (2018)
  • A Star Is Born (2018)
  • Amanda (2018)
  • Millenium : Ce qui ne me tue pas (2018)
  • Fou d'amour (2015)
  • Mauvaises herbes (2017)
  • Un homme pressé (2018)
  • En liberté ! (2017)
  • La Chance de ma vie (2011)
  • Un Amour impossible (2018)
  • Sauver ou périr (2017)
  • Suspiria (2018)
  • Astérix - Le Secret de la Potion Magique (2018)
  • Les Filles du soleil (2018)
Back to Top