Mon AlloCiné
    Maîtresse
    note moyenne
    3,0
    92 notes dont 24 critiques
    17% (4 critiques)
    17% (4 critiques)
    25% (6 critiques)
    13% (3 critiques)
    29% (7 critiques)
    0% (0 critique)
    Votre avis sur Maîtresse ?

    24 critiques spectateurs

    Fêtons le cinéma
    Fêtons le cinéma

    Suivre son activité 56 abonnés Lire ses 60 critiques

    4,5
    Publiée le 9 octobre 2018
    Dans le vaste appartement s’imbriquent une vie personnelle et une vie professionnelle, s’additionnent deux téléphones, l’un ayant la blancheur de l’immaculée, l’autre la noirceur du vice déployé, se superposent deux étages reliés par l’escalier métallique, passage de la conscience vers les méandres de l’inconscient, descente et remontée assurée et incarnée par Olivier qui n’a de cesse de le gravir ou de dévaler comme fasciné par cet accès vers l’inconnu. De l’entremêlement naîtra la jalousie, amour teinté de violence et de coups envers la femme mystérieuse et son mari intouchable ; mais la sexualité renverse les barrières et bouscule les classes sociales, change le châtelain en serviteur exploité, l’arriviste en regard sur une esthétique à laquelle il était étranger, bientôt en corps investi dans cette même esthétique dont il connaissait autrefois le pire (abattoir et boucherie font de l’homme un être bien plus monstrueux que les pratiques sexuelles réputées déviantes). Sexe, souffrance et mort homogénéisent l'homme, font choir les distinctions de rang, de classe, de culture. Le tout finira dans une extase furieuse comme hors du monde ; le couple d'amants vivra par l’harmonisation d’une force brutale – Depardieu, exceptionnel – et de sa judicieuse répartition – Bulle Ogier, fascinante –, l’alliance des pédales et du volant, de l’impulsion et de la direction à prendre. Au risque de quitter la route, de vivre en marge. En insufflant un humour noir à son récit, Barbet Schroeder transforme la jalousie en nœud dramatique où l’imagination de nos deux protagonistes principaux se rencontre, se nourrit et aboutit sur un vivre-ensemble. Sa réalisation mêle étroitement réalisme et onirisme, traduisant ainsi l’entremêlement de l’intime et du professionnel, du cinéma avec le théâtre également, livrant un plaidoyer en faveur de l’imagination toute-puissante et non-conventionnelle. Superbe.
    BoBdeNiro
    BoBdeNiro

    Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 101 critiques

    3,5
    Publiée le 30 août 2018
    Un jeune provincial débarqué depuis peu à Paris se trouve mêlé à un cambriolage, se fait surprendre par la propriétaire des lieux, et les deux tombent sous le charme l'un de l'autre, malgré leurs différences évidentes (âge, intellect, raffinement) Notre jeune curieux (Gérard Depardieu époque Valseuses, la force tranquille et toujours aussi pur dans son jeu) n'est pas au bout de ses surprises quand il découvre le métier de la dame en question... Barbet Schroeder nous invite à découvrir un monde bien particulier: le sadomasochisme à travers cette chronique d'une prostituée dominatrice, ses mœurs et ses méthodes (nous serons d'ailleurs conviés à assister à des scènes limite insupportables que je tairai ici). Le tout se laisse suivre sans ennui: en effet l'efficacité de la mise en scène, la curiosité d'en savoir plus et l'interprétation sans faille des deux acteurs principaux laissent le spectateur scotché à l'écran.
    pierrre s.
    pierrre s.

    Suivre son activité 41 abonnés Lire ses 844 critiques

    2,0
    Publiée le 2 décembre 2017
    Ca commence comme un film amateur, Depardieu se met les doigts dans le nez pour faire "naturel", les premiers dialogues semblent être improvisés, on voit perches et techniciens dans le champs... Puis arrive l'aspect SM du film, qui s'avère finalement peu intéressant. Reste l'histoire, plutôt singulière et touchante, entre les deux protagonistes, mais qui vient être gâchée par une violence gratuite (pourquoi la scène de l'abattoir?!).
    Yannickcinéphile
    Yannickcinéphile

    Suivre son activité 221 abonnés Lire ses 1 413 critiques

    1,0
    Publiée le 19 avril 2017
    Bon, j’ai peut-être eu beaucoup d’attente pour ce film, mais en fait, malgré cela, sans grande attente, je crois que la déception aurait été du même acabit. Maîtresse est un film prometteur a priori, avec solide casting, sujet original, et période relativement borderline où beaucoup de choses étaient possibles qui ne le sont plus aujourd’hui au cinéma. Mais le film a un défaut énorme : il ne raconte rien. Ce métrage c’est du vent en barre. Mou, doté de dialogues pseudo-Rohmerien bien fades, de situations qui se trainent, Maîtresse est l’alternance de séquences SM et de séquences qui ne riment à rien où Ogier et Depardieu tentent de faire exister une histoire d’amour risible sur fond de M. Gautier ! Complètement soporifique malgré ses scènes marquantes, Maîtresse est d’une grande vacuité, et rappellera les mauvais Rohmer à n’en pas douter. La mise en scène est d’ailleurs du même acabit. Schroeder se loupe royalement, avec une mise en scène plate, sans vigueur, sans saveur, faussement documentaire j’imagine, surtout très pesante. Peut-être que le décalage d’époque veut cela, mais cette mise en scène très roide rend vraiment les scènes SM très vintage, et en tous les cas ne parvient guère à faire oublier la faiblesse formelle générale. Pas d’ambiance, des décors médiocres, une photographie sans relief, Maîtresse est un « grisâtre », c’est-à-dire un de ces drames français caractérisé par une esthétique froide mais plus par laideur que par volonté artistique ! Le casting reste le seul atout du métrage, avec certes deux bonnes prestations de Depardieu et d’Ogier. Ils portent littéralement tout ce qui peut être intéressant dans ce métrage, Ogier étant spécialement à la hauteur. Cela ne parvient guère à sauver l’ensemble de ce film pathétique, pour ne pas dire ringard. Maîtresse est donc typiquement un film avec un bon sujet, de bons acteurs, mais qui se plante par une écriture outrageusement paresseuse et un réalisateur visiblement peu à l’aise. 1, pour les acteurs essentiellement.
    Alasky
    Alasky

    Suivre son activité 85 abonnés Lire ses 1 273 critiques

    1,5
    Publiée le 10 février 2017
    J'ai regardé ce film pour Gérard Depardieu (âgé d'à peine 27 ans en 1975 et déjà excellent) et je dois dire qu'après visionnage, c'est en fait le seul intérêt que je trouve à ce film, qui est longuet et trop fade à mon goût.
    ferdinand75
    ferdinand75

    Suivre son activité 71 abonnés Lire ses 1 162 critiques

    4,0
    Publiée le 15 février 2016
    Un film fort , épuré, très stylé, qui nous raconte avant tout une très belle histoire d’amour . Il se trouve que l’héroïne féminine de cette romance exerce l’activité de maîtresse Domina, dans un donjon secret, lieu de rendez –vous pour initiés. . Gérard Depardieu est un gars de banlieue, pas méchant, un peu rustre, qui par hasard, en prospectant au porte à porte pour vendre des encyclopédies, rencontre Ariane, une Maîtresse . S’en suivra une passion dévorante et exclusive ente les deux. Mais Depardieu aura du mal à assumer la profession de Agathe. Le film devient de fait un formidable témoignage sur le milieu et la pratique du sado masochisme. Il reste à ce jour le seul et le plus exhaustif document sur cette pratique. Car le film nous montrera une demie douzaine de pratiques extrêmes, filmées de manière très clinique, très descriptive. Les actes SM ne sont pas simulés, les clients sont « réels » et certains actes ( le plus compliqué avec des aiguilles et un marteau ) est probablement effectué par une « professionnelle » ,doublure de Bulle Ogier, car les gestes doivent être précis. En même temps Barbet Schroeder , de manière très astucieuse, fait expliquer par Ariane à Olivier ( qui joue le rôle du candide, à la place du spectateur) , comment fonctionne le principe de la domination, en théorie, puis en pratique. Le côté intellectuel, cérébral de cette démarche est bien expliqué. Schroeder sait trouver le ton juste, sans jugement moral, sans moquerie. Le duo d’acteurs est excellent, avec Bulle Ogier dans un de ses plus grand rôles, juste, sensible, émouvante, mais forte quand il faut dominer, heureuse aussi de cet amour fou inattendu. Depardieu, au mieux de sa forme, papillon perdu dans ce monde sauvage, est un dur au cœur tendre . La réalisation est très belle, une qualité photo exceptionnelle et des plans cadrés au cordeau, toute la partie SM, magnifiquement éclairée. L’allégorie de l’abattage des chevaux très forte aussi (avec comme cadre les abattoirs de Paris 14e , devenus aujourd’hui le parc Brassens ) . Très bel épilogue aussi , très naturaliste , avec la belle scène d ‘amour au volant . A noter enfin au générique Jean -Francois Stevenin, en 1er assistant réalisateur ( à bonne école, pour celui qui réalisera l’année suivante son 1er film , le cultissime « Passe Montagne » , pépite du cinéma français )
    lard
    lard

    Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 86 critiques

    3,5
    Publiée le 22 août 2015
    une très belle et juste représentation d'une certaine réalité des pratiques masochistes, destinée à briser les inévitables préjugés du profane sur ces questions. cependant je ne partage pas l'enthousiasme général sur la prestation des deux acteurs et la qualité de la mise en scène sur ce qui est finalement le vrai sujet du film : la rencontre explosive, l'amour dévorant entre ces deux personnages, deux marginaux, à la psychologie de fait perturbée par leur situation. mise en scène trop théâtrale, trop dramatisée, trop abrégée aussi pour être vraiment crédible à première vue... on s'attache pas vraiment, spoiler: le personnage de depardieu en devient même agaçant par moments et la fin peut paraître ratée... cela reste malgré tout un très bel essai sur la nature bipolaire de chacun de ses personnages et leurs recherches d'équilibre. sans doute l'un des films les plus intéressant sur ce sujet si mal compris, encore tabou, habituellement condamné sans procès par la plupart.
    Gonnard
    Gonnard

    Suivre son activité 107 abonnés Lire ses 1 803 critiques

    1,5
    Publiée le 23 novembre 2014
    Film très intéressant pour étudier l'évolution des sensibilités, qu'il s'agisse des scènes de SM qui passeraient mal aujourd'hui ou encore du dépeçage du cheval qui provoquerait une levée de boucliers. Pour le reste par contre, on est en droit d'être déçu. Trop de longueurs dont on comprend l'intérêt commercial, contenter le gros pervers qui sommeil en chacun de nous, mais plus difficilement l'intérêt artistique. L'esthétique étant par ailleurs cheap, les dialogues dénués de réel travail d'écriture et le scénario sans relief, on peut passer son chemin.
    Claude DL
    Claude DL

    Suivre son activité 13 abonnés Lire ses 660 critiques

    1,0
    Publiée le 29 septembre 2014
    Je n'aime pas du tout. Au début, cette approche du sado masochisme peut sembler drôle. Ensuite, cette insistance lourdingue sur des scènes voyeuristes devient vite insupportable par son côté obsessionnel. Dommage, car les acteurs sont attachants. Franchement évitable : ne démontre rien et n'est même pas distrayant.
    S M.
    S M.

    Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 453 critiques

    5,0
    Publiée le 27 juillet 2014
    Un excellent film de Barbet Schroeder qui traite du milieu sadomasochiste. Les acteurs sont très bons notamment Gérard Depardieu et Bulle Ogier. Les scènes sont crues et font réfléchir. Dommage que le film soit méconnu. Heureusement, l'excellent éditeur DVD Carlotta permet de le (re)découvrir. Une oeuvre qui ne plaira certainement pas à tout le monde et pourtant...
    Caine78
    Caine78

    Suivre son activité 788 abonnés Lire ses 5 002 critiques

    3,0
    Publiée le 25 octobre 2013
    Si on peut difficilement parler de film plaisant ni même enthousiasmant (le milieu on ne peut plus sordide n'y est probablement pas pour rien), reconnaissons à Barbet Schroeder de ne pas faire dans le compromis en nous montrant sans jamais édulcorer le sado-masochisme dans toute son « horreur », avec ce qu'il peut avoir d'excitant, mais surtout aussi de dégradant et d'insoutenable. De plus, le réalisateur se passe bien de juger, laissant le spectateur libre de ses convictions, surtout que les personnages ne sont en définitive pas vraiment antipathiques. Ce n'est pas pour autant que je n'ai pas été agacé parfois par les réactions des uns et des autres, surtout que cette histoire d'amour peut quand même rebuter à bien des égards. Reste que j'apprécie la démarche de Schroeder, ne tombant jamais dans le voyeurisme ou le racolage, ce qui aurait pourtant été facile. Bonnes prestations de Gérard Depardieu et de Bulle Ogier, sans être exceptionnelles non plus. A défaut d'être transcendant, « Maîtresse » n'en a pas moins du mérite et de l'audace : voilà deux qualités suffisamment rares pour être soulignées.
    Estonius
    Estonius

    Suivre son activité 229 abonnés Lire ses 1 038 critiques

    4,0
    Publiée le 25 novembre 2012
    Un film de Barbet Schroeder avec Bulle Ogier et Gérard Depardieu (1975) illustrant de façon magistrale le milieu du sadomasochisme professionnel ! Il y a des moments très forts (certains sont même assez insoutenables) et des scènes très pertinentes : On cite souvent cette scène où après une séance plutôt sévère entre maîtres et soumis, tout le monde se retrouve à table pour prendre une collation. Ogier passe alors un plat à Depardieu qui le prend en répondant très humblement : "Merci maîtresse !". Ce qui provoque un éclat de rire général. On explique alors à ce dernier que la domination étant terminée ce genre de civilité n'est plus de mise et que donc pour le moment il n'y a plus de maîtresse. La fin complètement décalée par rapport au déroulement du film (et sacrifiant au politiquement correct ?) est malheureusement ratée
    tzara1
    tzara1

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 78 critiques

    3,0
    Publiée le 22 décembre 2011
    J'étais assez impatient de découvrir cette oeuvre pensant y retrouver des thèmes communs avec certains auteurs(Bataille, Mishima...) ; c'est plutôt une vision théâtrale d'une relation sado-masochiste. Depardieu est par contre tout en justesse dans son personnage de jeune provincial monté à Paris, y découvrant l'amour et la violence.
    benoitparis
    benoitparis

    Suivre son activité 55 abonnés Lire ses 1 277 critiques

    4,0
    Publiée le 22 juin 2011
    Un film qui trouve un point de vue très intéressant, profondément honnête sur une sexualité bien particulière. Avoir pris Gérard Depardieu, tel qu’en lui-même tout jeune, loulou brut de décoffrage, était à la fois insolite et génial. On a avec lui le point de vue extérieur, on rentre avec lui dans un monde de chausse-trappe déroutant, on est avec lui perplexe, révulsé, fasciné, pris par le jeu de la transgression. Le film baigne dans une forme d’humour très étrange venant de la coexistence de tout une symbolique analytique (la « descente » dans un subconscient clandestin, l’effraction du cambriolage…) et de la bouffonnerie triviale de farce et attrape des accessoires érotiques. L’ouverture du film est à cet égard une vraie réussite. Le film communique parfaitement le sentiment d’irréalité donné par un jeu de rôle. Et comme novice on se dit que les adeptes de ces étranges cérémoniaux, a priori pathologiques, doivent précisément trouver leur jouissance dans ce sentiment.
    El-Zaf
    El-Zaf

    Suivre son activité 1 abonné Lire ses 143 critiques

    1,0
    Publiée le 31 mai 2011
    Le duo Ogier Depardieu est sympathique. Schroeder dénonce la folie sexuelle chez certain, dommage qu'il y est une absence de scénario...
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top