Mon AlloCiné
    Dead Man
    note moyenne
    3,9
    4891 notes dont 307 critiques
    37% (114 critiques)
    33% (101 critiques)
    9% (28 critiques)
    9% (29 critiques)
    6% (19 critiques)
    5% (16 critiques)
    Votre avis sur Dead Man ?

    307 critiques spectateurs

    chrischambers86
    chrischambers86

    Suivre son activité 1516 abonnés Lire ses 8 672 critiques

    5,0
    Publiée le 19 octobre 2007
    En exergue du film, cette belle citation de l'ècrivain et poète Henri Michaux: "il est prèfèrable de ne pas voyager avec un mort"! Dans une photographie magnifique en noir et blanc qui divulgue de superbes jeux de lumière et des plans tantôt oppressants, au plus près des visages, Jim Jarmusch signe un western fascinant, sorte de voyage initiatique et lent vers la mort, magistralement interprètè par Johnny Depp! "Dead Man" est prècisèment un film sans histoire, sans bravoure, sans vengeance ni morale! Jarmusch retourne l'Ouest amèricain, comme il tâte les entrailles d’un cadavre, dans un voyage funèbre qui propose au spectateur de passer sur l'autre rive dans une ambiance onirique! Un casting flamboyant (Johnny Depp, John Hurt, Iggy Pop, Robert Mitchum...), une musique entrainante de Neil Young font de "Dead Man" un western unique en son genre! Fabuleux, magnifique, hallucinogène, c'est sans aucun doute le chef d'oeuvre de Jim Jarmusch...
    Ryce753
    Ryce753

    Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 373 critiques

    5,0
    Publiée le 11 février 2013
    Fascinant, envoûtant, surréaliste, mystérieux, spirituel, mystique, philosophique, poétique, mélancolique, triste, voilà comment qualifier cette grande œuvre. J'ai été complètement immergé par cette histoire. Jarmush nous entraîne dans un voyage vers la mort avec un lyrisme et une beauté d’images que l’on ne peut pas oublier. L’atmosphère est géniale. Le film est tourné en noir et blanc, ce qui contribue à créer cette ambiance d’isolation et d’errance du personnage principale « William 'Bill' Blake » interprété par le brillant Johnny Depp. La bande-son est caractérisée uniquement par le son rugueux des accords de guitares électriques de Neil Young, plutôt que d'un ensemble de chansons, ce qui donne au film un aspect extérieur, champêtre, hypnotisant qui correspond bien au contenu. Une expérience cinématographique fantastique et unique que tout cinéphile se doit de voir.
    Alain D.
    Alain D.

    Suivre son activité 94 abonnés Lire ses 20 critiques

    4,0
    Publiée le 16 mai 2018
    Ce Western insolite en noir et en blanc, superbement écrit et mis en scène par Jim Jarmusch, nous délivre sans compter humour, action et dérision. Les dialogues sont savoureux et le scénario aussi original que fantastique nous réserve bien des surprises. Ce film bénéficie également d'une musique extraordinaire avec comme seul instrument : la guitare de Neil Young qui nous offre des solos électro-pops incroyables. Le casting, lui aussi, nous régale avec la superbe participation de Robert Mitchum et les habitués de Jim Jarmusch que sont John Hurt, Iggy Pop, Steve Buscemi et tant d'autres. Dans les rôles principaux, Johnny Depp excelle dans un jeu très épuré. Il est magnifiquement secondé par l'admirable Gary Farmer dans la peau de Nobody, l'indien érudit au sang mêlé. Après les très bons "Coffee and cigarettes" et "Only Lovers Left Alive", Dead Man est un bon cru du fantastique réalisateur et musicien qu'est Jim Jarmusch. On peut seulement regretter les enchainements systématiques de séquences en fondu sur fond noir qui finissent par lasser,
    Grouchy
    Grouchy

    Suivre son activité 75 abonnés Lire ses 952 critiques

    4,0
    Publiée le 1 mai 2013
    Film très étrange qu'est l'oeuvre de Jarmusch. Il s'éloigne cette fois du film témoin de la ville et du quotidien pour s'aventurer dans une production plus vaste du western. Si la lenteur et le peu de paroles constituent la marque de fabrique du cinéaste, son style donne une vision dure de l'Amérique ancienne : le personnage principal s'enfonce dans un territoire contraire à son éducation ( le train dont les classes sociales changent entre chaque réveil ), citons le parallèle entre l'arrivée dans la ville et le village indien, qui établissent un choc pour le héros. Jarmusch raconte l'histoire d'un homme mourant ( où n'est-il pas vraiment mort ? ) qu'un guerrier indien recueille pour lui donner la chance du repos éternel de l'âme, que les tueurs engagés chercheront à éliminer aveuglément. Le cinéaste ajoute des fondus enchainés au début et à la fin de chaque séquence, comme si le spectateur se réveillait et se rendormait, à l'instar du héros qui dérive entre la vie et la mort. La photographie et décors ont leurs avantages à l'image, seulement pour point de vue personnel la couleur aurait rendu toute la beauté au paysage du far-west tout en étant une opposition aux thèmes morbides du film. Jarmusch s'en sort très bien malgré les longueurs qui lui sont propres, dans un essai au genre crépusculaire du western qui est entre autres montré dans le film.
    Redzing
    Redzing

    Suivre son activité 117 abonnés Lire ses 2 069 critiques

    3,5
    Publiée le 26 janvier 2013
    Un western moderne assez troublant, où l'on suit le parcours erratique d'un comptable devenu hors-la-loi malgré lui. Le film n'a pas réellement d'intrigue, et se constitue d'une série de rencontres presque surréalistes pour la plupart. Par ailleurs, le rythme est très lent, et il est facile de décrocher. Ces aspects rendent l'ensemble déroutant, mais "Dead Man" est loin d'être inintéressant. D'abord, le film est soutenu par un solide casting : Johnny Depp, Lance Henriksen, Robert Mitchum (dans son dernier rôle !), Alfred Molina, etc. Ensuite, Jim Jarmusch nous livre une œuvre des plus poétiques. La photographie en noir et blanc est superbe, la BO lancinante à la guitare de Neil Young donne une atmosphère onirique, et les références au poète William Blake (dont le héros porte le nom) sont légions. Par ailleurs, le réalisateur garde une approche assez dure, et évoque les traitements dont on souffert les amérindiens. A découvrir.
    Skipper Mike
    Skipper Mike

    Suivre son activité 51 abonnés Lire ses 588 critiques

    5,0
    Publiée le 2 mars 2013
    Sur un rythme lent et hypnotique, ces aventures de William Blake au Far West constituent une œuvre de goût. La force du film tient dans la beauté de ses images : dans un noir et blanc exemplaire, les acteurs se traînent dans de magnifiques décors et paysages, vêtus de superbes costumes. Bien qu'aucun élément fantastique n'apparaissent explicitement, ce chef-d'œuvre paraît bel et bien empreint de surnaturel : ce caractère est amplifié par la musique dérangeante de Neil Young, par les gros plans mélancoliques sur les personnages (Mili Avital, Gary Farmer…) et par la lenteur de l'action. La ville de Machine apparaît ainsi comme infernale et déshumanisée, et le voyage accompli comme une descente vers la mort. Entre humour et poésie, les dialogues font mouche et on s'embarque volontiers dans cette aventure, bercé par les remous du fleuve de la même manière que le canoë que les protagonistes empruntent. À noter que les acteurs sont tous parfaits.
    max6m
    max6m

    Suivre son activité 52 abonnés Lire ses 180 critiques

    4,0
    Publiée le 10 août 2009
    Dead Man est un film de fantôme. Dès la première séquence dans le train (qui n’est pas sans rappeler la séquence initiale de La Clepsydre de Has), le personnage de Bill Blake nous apparaît comme déjà mort. Le voyageur qui s’assoit en face de lui, le visage creusé et squelettique, lui annonce sa mort, dans le bateau, comme s’il s’agissait d’un souvenir (« Cela ne vous rappelle pas… »). Blake n’est-il pas finalement un fantôme venu hanter ce grand Ouest américain, comme le pense l’indien Nobody? Le voyage que Blake entreprend en compagnie de Nobody devient une sorte de parcours initiatique, une élévation spirituelle libérant le fantôme qu’il est et lui permettant, enfin, de partir en paix vers sa seconde mort. Mais au-delà du personnage de Blake, Dead Man est surtout un «western fantôme», interrogeant le cinéma américain mais aussi la culture américaine. Finalement, c’est le genre même du film de western qui apparaît ici comme fantomatique, et la libération spirituelle de Blake s’apparente à un exorcisme de tous les mythes fondateurs de cette Amérique qui s’est construite dans la violence et dans le sang. Jarmush retourne complètement les codes du genre: c’est un blanc qui devient tueur de blancs, au côté des indiens. Le fantôme des mythes fondateurs américains, illustrés par la grande tradition des westerns, ne peut retrouver la paix que par la communion des 2 cultures. Cette communion se réalise grâce à la poésie. C’est elle qui unit Blake et Nobody, celui-ci voyant en Blake la résurrection du célèbre poète anglais du même nom. Dead Man est aussi un beau film, très musical, au rythme onirique et hypnotisant, dont les séquences sont entrecoupées de fondus au noir apaisants, illustrant les pertes de conscience de Blake. Toute la mise en scène du film s’apparente ainsi à la dernière séquence, sur la barque, de "La Honte" de Bergman. Et la fin du film, le voyage vers la mort de Blake, sur son embarcation, en est un hommage évident. Le chef d’œuvre (le seul?) de Jarmush.
    Arckange M.
    Arckange M.

    Suivre son activité

    4,5
    Publiée le 18 avril 2015
    Quel film... Dès que la musique fait son entrée dans cette épique voyage, l'envoûtante magie du cinéma nous absorbe et nous plonge dans cette univers de cowboy et de brigands. Johnny Depp interprète magnifiquement ce personnage sombre mais craintif qui se transforme en une machine à tuer...
    bakansolea
    bakansolea

    Suivre son activité Lire ses 14 critiques

    1,0
    Publiée le 2 novembre 2009
    Les trente premières minutes promettent quelque chose d'intéressant, mais alors la suite... A la fin du film, chaque plan du film est une torture. On pourrait dire que ça ressemble à du David Lynch, mais au Lynch à la talent de nous captivé. Ici, on dirait une croute d'étudiant en cinéma, plate, nonchalante et sans saveur.
    Akamaru
    Akamaru

    Suivre son activité 557 abonnés Lire ses 4 294 critiques

    2,0
    Publiée le 21 juillet 2010
    Dès le titre,on sait à quoi s'attendre:"Dead Man".L'homme mort.William Blake,simple comptable qui prend le train pour aller dans le grand Ouest américain.Homonyme du poète anglais.Jim Jarmusch,comme à son habitude,déroule son film extrêmement lentement,pour focaliser l'attention sur le parcours post-mortem de cet homme.Un très pur noir et blanc et des accords de guitare saturée participent à l'immersion dans ce western philosophique néo-réaliste.Avec inversion des codes traditionnels du western daté XIXème siècle.Le blanc devient assassin de tueurs à gages.Le blanc et l'Amérindien Nobody font cause commune pour mêler l'alliance des cultures.Nobody,qui avec sa sagesse toute Indienne,célèbre la mort physique en vantant le poids de l'âme.Picaresque,et riche de sens quand cette pirogue s'éloigne du rivage,aux confins du ciel et de la mer.Johnny Depp est taillé pour ce rôle stoïque et intérieur.Une série de gueules comme seconds couteaux(Iggy Pop,Robert Mitchum,Gabriel Byrne...).Le rythme très lent peut rebuter,et m'a rebuté d'ailleurs.Il faut bien évidemment aller en profondeur pour lui donner du sens,car les images seules ne traduisent pas cette interprétation de la mort.Exigeant.
    RENGER
    RENGER

    Suivre son activité 351 abonnés Lire ses 5 435 critiques

    3,0
    Publiée le 26 janvier 2011
    Jim Jarmusch réalise ici un western comme rarement il nous aura été donné l’occasion d’en voir. Dead Man (1996) c’est l’histoire d’un homme, William Blake, pauvre comptable perdu au fin fond de l’Ouest Américain. Suite à une succession de mésaventures, il va devenir un hors la loi. Recherché par les marshals et les pires chasseurs de primes qui puissent exister. Par chance, il fera la rencontre de Nobody, un Amérindien, qui lui viendra en aide à maintes reprises. Plongé dans un monde cruel qu’il ne connaît pas, il va pourtant devoir l’affronter et faire face à ses pires ennemis. Jarmusch signe ici un western comique, où pourtant la violence est belle et bien présente. Mais fort d’un casting épatant et fascinant, le film dérive en un grand fou rire, avec dans le rôle principal : Johnny Depp et à ses côtés : Lance Henriksen, John Hurt, Iggy Pop, Gabriel Byrne, Alfred Molina et Billy Bob Thornton. Filmé en noir & blanc et sur une excellente B.O que l’on doit à Neil Young, Dead Man est un fabuleux voyage initiatique entre la vie et la mort, le tout porté par un Johnny Depp qui comme toujours, nous bluffe du début à la fin !
    adicte
    adicte

    Suivre son activité 34 abonnés Lire ses 593 critiques

    1,0
    Publiée le 26 décembre 2011
    De très belles images, des situations loufoques et une certaine langueur qui pourrait être confondue avec de la poésie... Je dis bien "confondue" car l'intérêt, la beauté et la subtilité du film m'ont vraiment échapé...En d'autres termes: du pur concentré de chiant et d'égocentrisme, car il faut vraiment avoir l'esprit rivé sur son nombril pour penser captiver avec un film pareil....
    grosporc
    grosporc

    Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 136 critiques

    1,0
    Publiée le 29 novembre 2009
    Mon dieu que le film est ennuyeux,aucun rythme,johnny depp amorphe,une musique pénible si tenté que les quelques accords de guitare soient vraiment de la musique,c'est triste à mourir le tout amplifié par le noir et le banc mortuaire. Mauvais !
    selenie
    selenie

    Suivre son activité 452 abonnés Lire ses 3 532 critiques

    5,0
    Publiée le 2 mai 2007
    Voilà l'un des westerns les plus original cinéma. Une sorte de trip lancinant et hors du temps dans un ouest américain fantasmé. Johnny Depp, de pied tendre se métamorphose petit à petit en tueur qui s'assume. Outre la BO rock hallucinante il faut noter le NB tout aussi hallucinatoire. Chef d'oeuvre car d'abord unique en son genre.
    Ciemonde
    Ciemonde

    Suivre son activité 64 abonnés Lire ses 98 critiques

    5,0
    Publiée le 13 août 2012
    Peu de spectateurs ont réussi à assimiler ce qu'est réellement Dead Man. Au delà du western dérangé à la Jarmush se cache un apprentissage tant sur la condition humaine que le monde en lui même. Un homme aveugle à l'univers qui l'entoure va être amené à devenir juge de vie et de mort. Ses craintes, ses ignorances et ses faiblesses seront gommée au profit d'une connaissance nouvelle : celle du passage dans un autre lieu. Jim ne se contente pas de bêtement philosopher au travers de symboles hallucinés, il livre une œuvre pleine de vérité dépassant le rationnel simple et étriqué. Au delà de la noirceur et de la saleté, on se retrouve aspirés par une poésie magistrale et inspirée. Des plans riches et débordant de vie pour une photographie incroyable. Un voyage initiatique intelligent accompagné de Personne ainsi que d'un Johnny Depp emplit de tristesse et de naïveté jouant un homme mort des plus déterrés. Sur ses (nos) joues coulerons de douces et chaudes larmes de sagesse que nous retiendrons comme une magnifique leçon.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top