Notez des films
Mon AlloCiné
    Nosferatu Fantôme de la Nuit
    note moyenne
    3,6
    463 notes dont 80 critiques
    répartition des 80 critiques par note
    20 critiques
    20 critiques
    17 critiques
    8 critiques
    10 critiques
    5 critiques
    Votre avis sur Nosferatu Fantôme de la Nuit ?

    80 critiques spectateurs

    elbandito
    elbandito

    Suivre son activité 238 abonnés Lire ses 890 critiques

    4,0
    Publiée le 16 février 2012
    Le tourmenté et génial Klaus Kinski prête ses traits inquiétants au Comte Dracula dans cette adaptation de 1979 très réussie. L’atmosphère angoissante est palpable et contribue au malaise ambiant. Un chef d’œuvre, véritable hommage contemporain au film de F.W. Murnau de 1922.
    Plume231
    Plume231

    Suivre son activité 1545 abonnés Lire ses 4 639 critiques

    2,0
    Publiée le 13 septembre 2012
    Remake, qui est aussi sûrement un hommage, du chef d’œuvre de Murnau "Nosferatu, fantôme de la nuit" est loin de la qualité exceptionnelle de son prestigieux modèle. Il y a Bruno Ganz, il y a Klaus Kinski, le compositeur Popol Vuh est particulièrement bien inspiré pour les séquences de montagne et la fin est apocalyptique à souhait... Mais la langueur qui règne tout au long du film coupe toute possibilité de puissance et d'émotion, et Isabelle Adjani dans le registre de la "valétudinaire hyper-amoureuse pâle comme un cachet d'aspirine et qui a des visions" en fait des tonnes. Bref on s'embête un peu et en plus on n'a pas peur, gênant pour une œuvre horrifique.
    Yannickcinéphile
    Yannickcinéphile

    Suivre son activité 859 abonnés Lire ses 4 025 critiques

    3,0
    Publiée le 5 octobre 2016
    Nosferatu, version Herzog, c’est un film qui, pour les amateurs du réalisateur, ne déconcertera pas ! Sans doute son film avec Kinski le plus accessible, mais un métrage très inégal. Très inégal, car déjà, l’interprétation l’est ! Kinski était tout trouvé pour jouer Dracula, et même si son look est discutable (les dents, hum !), le faciès de l’acteur et son jeu borderline fonctionne très bien, et sa première apparition reste un moment fort. Face à lui Bruno Ganz est plutôt bon, moins dans la seconde partie cependant. Mais il y a aussi les gros ratages ! Je passe sur le bras droit de Dracula, personnage ridicule qu’on se supporte heureusement peu, pour m’attarder sur une Isabelle Adjani transparente ! Décidément, ses incursions dans le genre fantastique peinent à convaincre, et ici, hormis des airs éthérés parfois appréciables, elle est monolithique ! Pas de vie, même avant de se faire séduire par Dracula, elle se traine mollement ! Quand à Van Helsing il ne joue qu’un rôle très secondaire ici ! Cette interprétation inégale se retrouve dans l’histoire. J’ai apprécié la fidélité à l’histoire originale, avec quelques belles touches comme les hésitations sur la peste, des petits détails qui viennent donner un certain réalisme à l’intrigue, l’ancrant davantage dans le quotidien d’une ville. Après, c’est tout de même assez longuet, la dernière partie est loin de valoir la première, sûrement aussi car on se coltine la fadasse Adjani ! En fait c’est le souci habituel du cinéma d’Herzog, il faut toujours qu’il fasse peu concis, même quand il n’a pas la matière pour faire des films longs, et là il y a bien un quart d’heure de trop, tant Herzog se complait dans des passages trop contemplatifs, nous faisant vraiment perdre le rythme de l’histoire. Nosferatu avance parfois sur un faux rythme assoupissant dans la seconde partie. Alors c’est vrai, les plans sont travaillés, l’ambiance est froide à souhait, les séquences en Valachie sont très belles. C’est le point fort de ce film qui, s’il souffre des longueurs d’Herzog, bénéficie aussi, en retour, de la finesse de son travail d’ambiance, et de la qualité de ses cadrages qui magnifient certaines scènes (le bateau). A noter une bande son signée Popol Vuh ! Référence un peu bizarre, et je dois dire que ça m’a convaincu qu’à moitié ! Très planante, c’est idéal à petite dose, mais si ça traine trop sur des images déjà assez molles, alors c’est le sommeil presque assuré ! Nosferatu est un film poétique, glauque, qui étrangement m’a rappelé quelques films de Jean Rollin comme La Rose de fer ! Reste que je suis resté sur ma faim, découvrant un film trop plat, trop contemplatif, pas assez bien interprété pour prétendre à figurer dans le top du genre. 3.
    stebbins
    stebbins

    Suivre son activité 358 abonnés Lire ses 1 747 critiques

    0,5
    Publiée le 8 décembre 2010
    Chez Herzog, ce sont souvent les moyens qui justifient la fin. En effet l'ami Werner aura tourné avec des nains, avec des cas sociaux, aura dirigé ses acteurs sous hypnose, aura même - quelques années plus tard - fait passer des bateaux par-dessus les montagnes... Ses makings-of sont autant d'expériences empiriques dignes de ses meilleurs films, de véritables phénomènes qui fascinent parfois bien davantage que le résultat obtenu. Si ce vrai-faux remake du classique de Murnau fut une aubaine pour l'équipe technique il l'est beaucoup moins pour le spectateur d'aujourd'hui : scandaleusement raté, Nosferatu version Herzog n'atteint pas le dixième des qualités de l'original. Tout sonne faux, au gré d'une Isabelle Adjani improbable, d'un Bruno Ganz plus mollasson que jamais et d'un Klaus Kinski fortement emprunté. Le film manque terriblement de rythme, la partition de Popol Vuh évoque les ronflements de tonton Gaston en maison de retraite et l'ennui va crescendo à mesure que le temps passe. C'est donc l'un des pires films de son auteur avec Coeur de Verre, une bonne définition de la lassitude au cinéma. S'oublie sans peine.
    Fêtons le cinéma
    Fêtons le cinéma

    Suivre son activité 147 abonnés Lire ses 1 544 critiques

    5,0
    Publiée le 21 février 2019
    Herzog relit le mythe du vampire à la lumière d’un crépuscule de désespoir : tout ici semble pris de décrépitude, et les êtres mi humains mi spectraux et les décors faits tantôt de ruines ranimées par la nuit tantôt d’un urbanisme pictural qui rappelle les plus belles toiles des maîtres hollandais. Ici pas la moindre goutte de sang : les corps sont morts ou se meurent dans une agonie bruyante : les rats pullulent, les loups hurlent, la cascade gémit une mélodie imperceptible. En suivant notre protagoniste principal, interprété par Bruno Ganz, règne une impression d’étrangeté où l’homme se trouve raccordé à son isolement premier dans la nature. Et qui dit nature dit temps et fuite du temps : une horloge vient sonner minuit, l’eau coule sans entrave, le sable est soufflé à rebours des pas du vampire, comme symbole d’une vie éternelle source de solitude, de profonde tristesse et de mort intérieure. Les visages sont plaintifs, pâles ; ils incarnent ces plâtres initialement exhibés en guise de générique. Pourtant Werner Herzog les change en âmes tourmentées d’une profondeur émotionnelle troublante, incarnées par des acteurs au sommet de leur art. Nosferatu, Fantôme de la nuit narre de la plus envoûtante manière qui soit la transmission d’un fléau à l’origine du mythe du vampire : l’immortalité.
    Sergio-Leone
    Sergio-Leone

    Suivre son activité 128 abonnés Lire ses 1 093 critiques

    4,5
    Publiée le 20 juillet 2010
    Herzog a le talent de sublimer les plans contemplatifs et Nosferatu en est une illustration merveilleuse. Pour moi le chef d'oeuvre de l'épouvante, entre conte et romantisme, Herzog recrée un mythe à partir de points de vue admirables et d'une lumière éblouissante éloignée de l'expressionisme marqué de l'oeuvre de Murnau. Kinski est comme toujours hallucinant et Bruno Ganz ne peut qu'être mis en valeur face à un tel monstre du cinéma. Ce film impressionne et pourtant, si peu d'effets, si peu de superflu... une oeuvre magique.
    Benjamin A
    Benjamin A

    Suivre son activité 426 abonnés Lire ses 1 901 critiques

    3,5
    Publiée le 11 janvier 2015
    Projet bien compliqué et risqué de la part de Werner Herzog de s'attaquer à une relecture du roman "Dracula" de Bram Stoker mais surtout à un remake du "Nosferatu" de Murnau. Il nous fait donc suivre la rencontre entre le comte Dracula et Jonathan Harker dans le but de négocier une maison. Pari risqué mais relevé par Herzog qui nous envoie d'abord dans les Carpates pour suivre la rencontre entre les deux protagonistes. Il met en scène un Dracula solitaire, intriguant et ambigu et met en avant son errance dans ce monde et dans cette région où il a apporté la mort et la maladie. Il insiste même plus sur sa solitude que sur la véritable incarnation du mal. Créature sur laquelle il laisse toujours planer l'incertitude et à qui il donne un côté fascinant et intrigant. La réussite du film vient surtout dans la manière dont Herzog arrive à créer une atmosphère glaciale, tragique et funeste avec ce sentiment de mort planant au-dessus du récit. Tout est bien maîtrisé par Herzog et use d'effets plutôt sobres, se contentant de quelques bruits de portes et de bien mettre en avant les décors et paysages, donnant lieu à de magnifiques plans et à des scènes aussi lugubres que fascinantes (notamment dans le château de Dracula ou son arrivé à Londres). Alors, c'est dommage que la deuxième partie ne garde pas la même puissance et ambiguïté que la première et perd un peu en fascination, puissance, terreur et émotion même si ça reste toujours captivant et intéressant. C'est d'autant plus dommage que Klaus Kinski campe un vampire très convaincant et tourmenté, bien aidé par un excellent travail sur le maquillage. Bref, une oeuvre imparfaite, qui perd un peu en émotion et puissance dans sa seconde partie mais qui reste fascinante par son aspect glacial et ambigu avec des scènes de toute beauté, une excellente reconstitution qui nous emmène au plus près des personnages et un très bon Kinski. (thanks to Jurassic).
    Dark Taylor
    Dark Taylor

    Suivre son activité 35 abonnés Lire ses 255 critiques

    1,5
    Publiée le 11 mai 2013
    Un film pas terrible, plutôt un mauvais remake du film en noir et blanc. Le casting 3 étoiles est franchement pas à la hauteur: Klaus Klinski est pas crédible en vampire, on le croirait bon pour l'asile, et que dire d'Isabelle Adjani qui nous sert la même tête tout au long du film, sans jamais esquisser un sourire, en déclamant ses répliques comme du Racine à la Comédie Française. Scénario bidon, en partie inspiré par Dracula, certes le potentiel est là mais c'est très mal exploité. Au final, on s'endort et la fin est guère palpitante. Sans parler de la musique qui a tendance à agacer plus qu'enchanter, et dont on nous ressort les mêmes thèmes tout au long du film, surtout celle qu'on entend sur le voilier où se trouve Nosferatu lors de sa petite croisière. Bref, jusque là, même Twilight aura réussi à faire un semblant mieux. Si vous appréciez le personnage de Nosferatu, mieux vaut se rabattre sur l'original muet en noir et blanc.
    Davidhem
    Davidhem

    Suivre son activité 64 abonnés Lire ses 336 critiques

    5,0
    Publiée le 30 mars 2011
    "Nosferatu, le fantôme de la nuit" est un joyau du film d'épouvante. Il fascine autant qu'il effraie et pourtant aucune scène de violence sanglante ne se profile tout au long du long-métrage. C'est vraiment un film qui devrait servir de référence si l'on juge la caractéristique "Faire peur" sans émettre des scènes choquantes. Klaus Kinski dans la peau du comte Dracula effectue comme à son habitude une composition parfaite pourtant bien différente de celles qu'il a l'habitude de jouer. En effet, beaucoup de gens à l'époque croyaient que l'acteur se limitait à des rôles de fou. Or ici, Dracula n'est pas fou, il est simplement désabusé et esclave de son attirance pour le sang humain. Le film, réalisé par Werner Herzog, porte bien la patte de son réalisateur. Une musique inquiétante, souvent répétée, très peu de dialogues à chaque scène qui s'enchaine à la vitesse de la lumière. Cette production franco-allemande au budget assez conséquent permet à ce réalisateur de talent d'exprimer enfin toute l'étendue de ses capacités. "Aguirre" était déjà un chef-d'oeuvre mais ce film confirme tout le bien que l'on pensait d'Herzog et même plus car ce long-métrage atteint la perfection parce qu'il est logique et sans ambiguités, l'esprit du spectateur après avoir visionné le film est clair. De pus, il est agréable de constater que Werner Herzog ne se borne pas seulement à filmer la psychologie de ses personnages et les actes qui en découlent et qu'il possède toutes les cartes en main pour réaliser un film basé sur un mythe purement fantastique mais dont les évènements et leur issue figurent dans l'esprit de la déduction. Evidemment, Werner Herzog ne déroge pas à sa réputation, son film possède une très grande noirceur du début à la fin, aucune trace d'optimisme ni de joie. Il montre des hommes impuissants face aux malheurs qui les touchent dont ils ne trouvent pas l'explication véritable, il n'hésite pas non plus à montrer comment ceux qui sont considérés comme fous sont maltraités. Au final, Werner Herzog réalise et signe une oeuvre extraordinaire et parfaite avec un trio Kinski-Adjani-Ganz épatant. Un véritable chef-d'oeuvre!
    Roub E.
    Roub E.

    Suivre son activité 172 abonnés Lire ses 3 452 critiques

    4,0
    Publiée le 22 mai 2019
    La relecture de Nosferatu par Werner Herzog est un film gothique, contemplatif par moment admirable. Le soin apporté à son ambiance, ses décors et son cadre surtout sont remarquables. Il y a des moments où j’ai eu l’impression de me promener dans un musée et de regarder une succession de tableaux. Dommage qu’à ces passages remarquables succèdent d’autres plus communs. Dommage aussi qu’à mon avis que le film et Isabelle Adjani passe complètement à côté du rôle de Lucy qui est presque aussi fantomatique et monolithique que le vampire. Alors que la malédiction de ce dernier est son immortalité et l’ennui je n’ai pas compris qu’il soit bouleversé par un personnage qui dégage aussi peu de vie. Un film à voir aussi pour l’utilisation de la musique classique de Wagner et de Gounod. J’ai aimé mais je préfère de loin la version de Coppola plus flamboyante.
    Grouchy
    Grouchy

    Suivre son activité 79 abonnés Lire ses 1 033 critiques

    5,0
    Publiée le 25 novembre 2012
    Peut-être le meilleur film de vampires jamais réalisé avec ceux de la Hammer. Ce remake de Murnau par Herzog se dirige vers une autre direction artistique et de réalisation, montrant un univers angoissant et poétique avec un jeu d'acteur excellent.
    anonyme
    Un visiteur
    5,0
    Publiée le 28 mai 2019
    C’est bien le même personnage antagoniste du roman britannique, inspiré de la légende folklorique roumaine des ombres croquantes qui mordent et aspirent l’hémoglobine de tout être vivant humanisant. Le comte de Dracula est Nosferatu, son aura ombrageux refait l’époque, l’expressionnisme impressionniste allemand du silencieux 1922 se reprend exprimé seulement suffisant en 1979 et c’est un chef-d’œuvre plus explicite. L’identique représentation de cette splendeur gothique entre les deux intervalles chroniques, l’évasion gestuelle qu’est cet noble créature torturé violemment. Le 19eme siècle traverse les cycles d’âges et la société lui survit dans cette magnificence, la musique correspond à sa mise en scène, réalisé superbement. L’agent immobilier propose le contrat de vente du château enchanté, évidemment hanté par le maître des lieux, le vampire fascine plus que le mortel à tel point qu’il l’engouffra vers ses abîmes profondes du cercueil. La peste qui sévit est son allégorie métamorphosée, le seigneur des rongeurs et chauve-souris, les moustiques aussi, tout ce qui a attrait au sang humain sucé nourrit. La bourgeoisie continue follement à manger consciencieusement au plaisir de la vie, malgré que l’épidémie guette et dévaste l’équipage navale s’abattant sur la ville. La fiancée sera attirée sans pouvoir s’échapper férocement face à son emprise obsessionnelle amour défunt, la mort dans l’âme ne sauvera son compagnon vampirisé. Le mauvais présage annonce une nouvelle ère après l’ensoleillement tendu comme piège pour conjurer la malédiction. La bonne fin n’est pas ce que l’on croit savoir, le crucifix incompréhensif de Von Helsing top là embarqué au trou !
    tomPSGcinema
    tomPSGcinema

    Suivre son activité 329 abonnés Lire ses 3 323 critiques

    3,0
    Publiée le 14 septembre 2012
    Evidemment ce n’est pas aussi envoûtant que le chef-d’oeuvre de Murnau, néanmoins cette version de Werner Herzog mérite clairement le coup d’œil grâce à la superbe performance de Klaus Kinski qui est assez terrifiant dans le rôle du Comte Dracula, mais aussi pour la réelle beauté de sa photographie et de ses décors. On regrettera tout de même les performances en demi-teinte d’Isabelle Adjani et de Bruno Ganz ainsi que la présence d’un scénario un peu trop fidèle à la version de F.W. Murnau.
    anonyme
    Un visiteur
    3,0
    Publiée le 24 novembre 2012
    Balabadam ! Ca, c'est ce que j'appelle une claque cinématographique... Werner Herzog (sept ans après "Aguirre") adapte librement la version de Friedrich Wilhelm Murnau (1922) pour en faire son film sur Dracula, inventé par le célèbrissime Bram Stoker dont on fête cette année le centième anniversaire de sa mort. A cette occasion, le roman "Dracula" est vendu dans sa version intégrale. Dès le générique d'introduction, on a affaire à une atmosphère qui fait peur et qui prend place petit à petit pour terminer sur une scène finale extrême où le doute et l'angoisse ne font plus qu'un. Klaus Kinski (acteur fétiche d'Herzog, il tournera 5 fois sous son aile. En témoignent "Aguirre", "Fitzcarraldo" et "Cobra verde" parmi les plus connus) reprend le rôle originellement tenu par Max Schreck, à savoir le Comte Dracula, et livre une interprétation impressionante, cynique et machiavélique à souhait. A ses côtés, le couple formé à l'écran par Bruno Ganz ("La chute") et Isabelle Adjani ("L'été meurtrier", "Subway"...) est formidable et porte magistralement bien la stature du film dans le domaine du rationnel. Un Ganz intrigant, d'abord chercheur de l'identité du nouveau propriétaire, qui va ensuite tomber malade : simplement parfait. Et Adjani, de trouver un jeu pile poil dans ses cordes, en tant que femme amante et blessée. Ajoutons là-dessus des décors/maquillages/effets spéciaux majestueux et tout simplement splendides, une palette de couleurs merveilleusement bien utilisées (en dépit d'une photographie mal travaillée), et, surtout, une musique languissante terriblement terrifiante et angoissante. L'atmosphère générale s'en ressent, et avec la partition de Kinski, "Nosferatu" se déguste onctueusement comme on boirait de l'acide sulfurique. Cette ambiance toute particulière retombe hélas après une première partie beaucoup trop prometteuse. La dernière partie en pâtie malgré des relances bien plus qu'honorables de la part d'Adjani et de Kinski. Dans cette production franco-allemande, Werner Herzog déploie tout le génie de sa mise en sène et nous livre, au travers des tourments de ses personnages, une dose de paranoïa effroyablement maîtrisée, soutenue par un Klaus des plus terrifiants. A l'enchaînement de chaque plan, nous avons droit à un film de qualité où l'esthétisme est mis en avant. En celà, je remercie tout bonnement Werner qui nous donne un exercice de style extraordinaire. Merci ! "Nosferatu, Fantôme de la nuit" est ta première réalisation que je vois, et ce ne sera pas la dernière, tu peux en être assuré ! Sans doute l'un des meilleurs films d'horreur à ce jour. Je le recommande vivement. Spectateurs, vampirisons nous dans la dimension herzoguienne pour un soir. Interdit aux moins de 16 ans. A noter : certaines scènes sont calquées sur les originales de 1922. Werner était obligé de passer par là. Surtout devant la scène la plus culte (et qui hantera encore et toujours nombre de spectateurs), à savoir celle où Dracula rencontre pour la dernière fois Lucy Harker (ici, Isabelle). Effroyablement sublime !
    pandani
    pandani

    Suivre son activité 23 abonnés Lire ses 379 critiques

    0,5
    Publiée le 27 novembre 2010
    Très grosse déception. Tout d'abord ce nouveau "master restauré" qu'on nous propose actuellement en sortie DVD frise le foutage de gueule : la restauration promise est partielle (de nombreuses scènes ont visiblement été zappée et bénéficient d'une qualité de numérisation pitoyable), et seule la VF, pitoyable également, est proposée. D'autre part, il faut bien reconnaître que ce film a énormément vieilli, et la mise en scène totalement figée et maladroite de Herzog plus encore (on se pince et on rêve par exemple de la capacité d'un Hitchcock à exposer d'un simple détail les sentiments des personnages en voyant le malheureux Herzog accumuler les scènes où ses personnages pensent tout haut !). Même Isabelle Adjani, d'ordinaire sublime, est ici complètement ampoulée, malgré sa troublante beauté. La seule chose à sauver de ce film est l'interprétation de Klaus Kinski.
    Les meilleurs films de tous les temps
    • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
    • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
    Back to Top