Mon AlloCiné
Defendor
note moyenne
3,8
544 notes dont 88 critiques
15% (13 critiques)
36% (32 critiques)
34% (30 critiques)
8% (7 critiques)
5% (4 critiques)
2% (2 critiques)
Votre avis sur Defendor ?

88 critiques spectateurs

ChroniqueMécanique
ChroniqueMécanique

Suivre son activité 235 abonnés Lire ses 214 critiques

4,0
Publiée le 16/08/2010
Dans la veine du très récent « Kick-Ass », voici un autre film où un mec banal et paumé se prend pour un vengeur masqué, charger de régler son compte à la racaille du coin. Mais à l’inverse de l’opus de Matthew Vaughn, « Defendor » n’est pas juste un film à l’humour corrosif et mordant. Moins enclin à provoquer le fou rire, même si il possède une dimension comique non négligée, cette petite production au sujet hybride tape aussi, souvent avec précision, sur un aspect un peu plus grave, sans pour autant se la jouer prétentieux ou intello. Il y a certains films comme ça, que l’on n’attend pas, ou plutôt que l’on n’entend pas. Certains films dont la promo ne ressemble pas à une propagande indigente, et qui, en France, ne passe même pas par la case des multiplexes. Allez, hop ! Direct dans les bacs à DVD de la Fnac et autres mégastores pour leur parution ! Et « Defendor » fait partie de cette catégorie de film indépendant, dont l’exploitation cinéma en France a été zappée. Donc on en a peu entendu parler, il serait presque passé inaperçu, mais attention, ne le zapper pas ! Pour s’attaquer à ce que contient vraiment ce film, on peut dire d’emblée un univers bien particulier, à la fois déjanté et décalé, mais aussi émouvant et très juste. Pour sa première fois derrière une caméra, Peter Stebbings vise plutôt bien. Il nous pond un hommage vibrant aux films, ainsi qu’aux comic-books, de super-héros. Dans une ambiance réussie, aussi colorée et décomplexée que sombre et dramatique, il nous narre les aventures totalement loufoques d’un brave gars un peu simplet, au cœur gros comme ça, qui a la singulière particularité d’être convaincu d’appartenir à l’élite des justiciers masqués, comme on en voit au cinéma et dans les BD. Mais là où tout le monde y voit simplement des fictions pour ados attardés, lui y voit le but de sa vie. Dans « Defendor » c’est un peu comme si un homme avait voulu transposer ces contes modernes et musclés dans le monde réel, celui où les superpouvoirs et autres gadgets high-tech n’existent pas. Et cet homme prêt à tout pour sauver la veuve et l’orphelin, c’est Woody Harrelson. L’éternel Mickey Knox de « Tueurs nés » est tout simplement parfait dans ce rôle de sympathique illuminé. Drôle il l’est ça c’est sur, mais surtout extrêmement sincère et touchant. Sous le masque de ce type à côté de la plaque, il excelle, jusque dans ses mimiques et sa gestuelle, et donne une belle dimension à son personnage. Car là où « Defendor » marque énormément de bons points, c’est aussi dans le choix de ses interprètes. Les très bons Elias Koteas (« Crash », « La ligne rouge », « Shutter island ») et Micheal Kelly (« Man on the moon », « Incassable », « L’échange ») jouent leurs partitions sans la moindre fausse note, aux côtés de la jeune et très prometteuse Kat Dennings. Et l’autre atout majeur de ce long-métrage, c’est qu’il contient une véritable profondeur dramatique. Il aurait pu juste se contenter d’être subversif et ironique comme il l’est déjà, mais avec intelligence, il n’abuse à aucun moment du second degré et des blagues potaches, ce qui lui évite de tomber dans la parodie bien graveleuse style frères Wayans. Au contraire, malgré son côté comique, c’est une œuvre très sérieuse et aboutie, qui ne se la joue pas. Sous son masque de super-héros, « Defendor » cache un homme meurtri et triste, profondément seul et sensible. De solitude il est souvent question ici, de quête perpétuelle de notre propre identité, d’autodestruction aussi. Rajoutons à tout cela une bande-son entraînante qui colle idéalement au propos, un scénario astucieux, ponctué de répliques qui font mouche et qui mêle habilement humour décalé, action et peinture sociale, et un montage vraiment bien travaillé, qui donne de l’ampleur à la mise en scène. Et nous voilà avec une excellente comédie dramatique, pleine de fraîcheur et de rebondissements, pour un bon petit moment de cinéma. A voir surtout parce qu’il ne ressemble à pas grand-chose de connu, et aussi pour voir la belle performance de Woody Harrelson, incontournable en faux Superman au vrai courage. Retrouvez d'autres articles sur de nombreux films, avec critiques, photos et anecdotes, sur mon blog ciné : http://soldatguignol.blogs.allocine.fr/ Merci !
AMANO JAKU
AMANO JAKU

Suivre son activité 188 abonnés Lire ses 713 critiques

4,0
Publiée le 24/01/2014
Après tous les films de super-héros avec leurs supers pouvoirs, on a vu apparaître les films de super-héros qui n’ont aucun pouvoir comme "Kick-Ass" et "Super". "Defendor" joue donc dans cette catégorie : Arthur Poppington est un garçon tranquille avec un léger retard mental qui travaille à la voirie. Mais lorsque la nuit tombe, Arthur devient Defendor, le redresseurt de torts qui s’attaque aux crapules impunies…Alors, me diriez-vous, comment "Defendor" s’en sort-il par rapport à "Kick-Ass" et "Super" qui eux sont sortis en salles et pas uniquement en direct-to-dvd ? Et bien je vous répondrais qu’il s’en sort plutôt très bien puisqu’il s’éloigne des deux films en question : là où "Kick-Ass" n’était qu’un énorme défouloir avec des scènes plus fun les unes que les autres et où "Super" jouait la carte de la comédie grinçante ; Defendor joue la carte du réalisme, avec une vraie histoire possédant un aspect psychologique beaucoup plus poussé : notre héros, Arthur, suite à des évènements passés très douloureux (l’absence de sa mère suite à sa fuite, le fait de ne pas être allé à l’école, son enfance passée dans les comics, l’assassinat de sa mère), a accumulé un certain retard mental qui fait de lui un être enfantin…une sorte de syndrome de Peter Pan en quelque sorte. Mais ce syndrome ne l’a pas pour autant empêché de grandir et de s’insérer dans la société (il a un ami, il travaille), par contre il l’a aidé à devenir Defendor (il n’a fait que devenir ce qu’il admirait le plus en étant petit : un super-héros comme ceux des comics qu’il lisait !) afin qu’un jour il puisse trouver celui qui a tué sa mère pour la venger. Mais son côté « Peter Pan » se traduit par deux choses : 01) son « attirail » de super-héros peu orthodoxe (un gourdin, des billes, un bocal avec des guêpes…) 02) son total manque de discernement du danger le rendant inconscient voire complètement irresponsable. A partir donc d’un récit un peu bancal, Defendor réussit à nous présenter un héros décalé arrivant à nous émouvoir et à nous embarquer dans sa détresse (folie ?) : même si le film est très ancré dans la cruelle réalité de la vie (il n’hésite jamais à en faire baver son héros, du début à la fin) avec une ambiance assez dramatique, il parvient à provoquer le rire par moment jouant justement de façon subtile sur le décalage entre le héros et le milieu et les personnes auxquels il s’oppose. Côté réalisation, il faut tirer notre chapeau à Peter Stebbings qui, malgré le manque évident de moyens (jusqu’au marketing : regardez la jaquette du dvd, on dirait sincèrement plus un énième nanar plutôt qu’une véritable bonne petite série B !!!), a su tirer profit d’un incroyable système D : mise en scène soignée, décors et ambiance travaillés (par moment on pourrait même se croire dans les rues sombres et dangereuses de Gotham !) et des séquences rythmées bien agencées par d’astucieux jeux de caméras, le tout soutenu par une très bonne bande originale (d’ailleurs, le thème de Defendor est tout bonnement EXCELLENT !). Côté casting, nous sommes face à l’autre grande force de "Defendor" : Woody Harrelson. Grand acteur connu pour être toujours d’une justesse incroyable dans des rôles aux multiples facettes ("Money Train", "Tueurs-Nés", "Larry Flynt", "Welcome To Sarajevo", "La Ligne Rouge", "The Messenger", "Bienvenue à Zombieland"), il crève littéralement l’écran en nous livrant une prestation superbe d’Arthur, ce personnage profondément attachant en décalage permanent avec la réalité mais qui croit dur comme fer en ses convictions. L’un des meilleurs rôles de sa carrière. Il ne faut pas oublier aussi les seconds rôles qui ne sont pas en reste : on retiendra Kat Dennings, jeune prostituée prise sous l’aile de notre ami justicier, qui apporte un peu de douceur dans un monde de brutes, brutes représentées par une belle ordure de ripou, impeccablement interprété par un Elias Koteas qui prouve une nouvelle fois qu’il a bien la gueule de l’emploi ! Traitant d’un sujet similaire, mais étant très légèrement en dessous de "Kick-Ass" et "Super" qui sont plus jusqu’en boutiste (en même temps, "Defendor" a été tourné avant ces deux films : ceci explique peut-être celà !), "Defendor" parvient à nous surprendre en nous proposant une histoire à dimension humaine d’une profondeur insoupçonnable aux premiers abords (et cela jusqu’à la très émouvante séquence finale qui conclue de très belle manière ce film de super-héros pas comme les autres), soutenue par la prestation magistrale de son acteur principal. Si vous avez aimé "Kick-Ass" et "Super", vous aimerez "Defendor" : son visionnage devient alors absolument indispensable !
Jérémie Deuzé
Jérémie Deuzé

Suivre son activité 63 abonnés Lire ses 501 critiques

4,0
Publiée le 05/01/2014
J'ai regardé Defendor car c'était Woody Harrelson le personnage principal. C'est un des acteurs qui m'épate ces dernières années où j'apprécie particulièrement ces interprétations. Defendor, est un très bon film, meilleur que Kick Ass pour ma part. Il arrive à nous toucher alors que rien ne s'y prête. On a de la compassion pour ce simplet et la tournure que prend le film donne un vrai sens dramatique (alors qu'il aurait pu s'arrêter à de la bonne comédie). C'est donc un film qui reste dans les mémoires, et qui salue ceux qui se battent, à leur manière, à rendre le monde meilleur.
FeetLover
FeetLover

Suivre son activité 14 abonnés Lire ses 286 critiques

3,0
Publiée le 20/09/2013
Un bon film, mais trop triste à mon goût : Woody Harrelson que j'aime beaucoup confirme à quel point il est bon acteur, dans ce rôle, difficile à jouer ! Du grand art.
Sébastien ponch Blanc
Sébastien ponch Blanc

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 214 critiques

5,0
Publiée le 19/06/2011
sorti juste un peu avent kick ass je croit traitent du même thème mais beaucoup plus touchant et moins commercial (dans le mauvais sens du terme)
willydemon
willydemon

Suivre son activité 38 abonnés Lire ses 1 524 critiques

3,5
Publiée le 03/05/2011
Excellent premier film de , Woody Harrelson et Kat Dennings forment un duo d'enfer, et l'histoire de cet homme comme tout le monde qui combat le crime se rapproche de Kick-Ass, en beaucoup plus sombre. Une franche réussite, une belle surprise.
mailliwludo
mailliwludo

Suivre son activité 6 abonnés Lire ses 118 critiques

4,5
Publiée le 24/06/2010
Très bon film je confirme que le coté réaliste est original ,et le rend ainsi meilleur que "Kick Ass".. Woody Harrelson et Kat Dennings sont TRÈS convaincant... (Il manque juste une pointe d'humour..)
spouky
spouky

Suivre son activité 16 abonnés Lire ses 220 critiques

4,0
Publiée le 10/05/2010
Une bien jolie histoire.
brianpatrick
brianpatrick

Suivre son activité 25 abonnés Lire ses 1 075 critiques

3,5
Publiée le 22/09/2014
C'est un belle essai, une bonne idée avec un scénario bien ficelé. Le film reste spécialement redondant, et en particuliers le rôle principale, son attitude finit par lasser au plus haut point.
Alex I
Alex I

Suivre son activité 9 abonnés Lire ses 137 critiques

1,0
Publiée le 27/11/2012
Le texte d'annone me paraissait vraiment bien, du même genre que Kick Ass ( que j'ai adoré), mais tout le long j'ai attendu un réveil qui ne m'est jamais venu, de l'action très très fade, un héros gentillet mais voila quoi, j'attendais beaucoup mieux ...
gimliamideselfes
gimliamideselfes

Suivre son activité 846 abonnés Lire ses 3 679 critiques

2,5
Publiée le 01/04/2013
Mouais, les américains se sont rendus compte qu'il y avait trop de films de supers héros, alors du coup ils tentent de renouveler le genre avec des films comme Kick Ass, Super ou Defender qui sont censés se passer dans la "réalité" ou un mec enfile un costume pour combattre le crime. Mais le problème de ces films c'est qu'ils ne vont pas plus loin que leur pitch de départ. Ils ne portent ni le fun ni une réflexion particulière. Juste des films qui occupent plus ou moins les yeux. Après Defendor joue la carte du drame, ce qui est plutôt original là où Super jouait la carte de la comédie noire et Kick ass le Teen Movie. Et je dois dire que si la mise en scène de Defendor n'est pas aussi dégueulasse que celle de Super (qui était une abomination), je préfère Super, parce que quelque part je préfère les personnages fous aussi mais dans exubérance. Ici Harrelson est lui aussi pas très bien dans sa tête, mais si on excepte quelques petits trucs ça ne sert à rien, c'est plus pour justifier qu'il se balade en super héros qu'autre chose. Après ce que j'ai bien aimé c'est sa relation avec la prostituée (super mignonne qui plus est). Mais encore une fois c'est tout de même très convenu. De même que la fin. Je dirai que c'est un film moyen, avec de bonnes idées mais pas complètement abouties qui font que ça reste moyen et que ça ne décolle jamais vraiment. C'est dommage. Mais bon je ne vais pas dire que j'ai passé un mauvais moment, mais le film n'aurait pas dû rester aussi superficiel.
Biertan64
Biertan64

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 556 critiques

2,0
Publiée le 24/08/2018
Après avoir raclé les fonds de tiroir en terme de super-héros qui combattent des super-méchants et sauvent le monde (Avengers 12, SpiderMan 7, Century 21...), Hollywood cherche à diversifier le genre, notamment en accentuant le côté comédie sur le côté action puis en inventant le concept de l'homme-normal-qui-se-prend-pour-superman. Au rayon des bonnes surprises, cela donne Kick Ass (beaucoup d'humour). Mais Defendor peine à surprendre avec son personnage central très limité intellectuellement, ses "méchants" sans charisme, ses scènes d'action peu spectaculaires mais surtout son absence de super-dialogues-comiques. J'ai connu Woody Harrelson plus inspiré et Kat Dennings, malgré son atout charme indéniable, n'apporte pas grand chose de plus à l'histoire.
Serge_la
Serge_la

Suivre son activité Lire ses 269 critiques

3,5
Publiée le 17/05/2018
L'histoire marche vraiment bien et les acteurs lui rendent justice. Film canadien à petit budget qui va loin. Drame amusant comme dans la vie. Criminels meurtriers comme dans la vraie vie. Quelques défauts mineurs dûs au budget.
BeatJunky
BeatJunky

Suivre son activité 48 abonnés Lire ses 1 916 critiques

3,0
Publiée le 23/04/2016
Mise à part la présence de Woody Harrelson, encore une fois excellent, ce n'est pas évident d' accrocher au film, surtout si vous avez vu "Kick-Ass" avant! C'est pourtant ce dernier qui m'a donné envie de voir de à quoi pouvait ressembler ce super-héros sans superpouvoirs ... Malheureusement, celui de Vaughn est bien mieux foutu: plus de rythme, d'action... Il n'y avait pas les mêmes moyens et ça se ressent! L'histoire tient pourtant assez bien la route entre drame et comédie avec ce personnage un peu zinzin à fond dans son truc mais je n'ai jamais pu m'empêcher de penser à KickAss devant lequel je ne m'étais pas ennuyé une seconde contrairement à celui-ci qui manque un peu de rythme par moment et où il y a selon moi beaucoup trop de seconds rôles, pas tous convaincants ni même nécessaires... Mais au final, ça se regarde quand même sans déplaisir, particulièrement grâce à Woody Harrelson....
DirtEagle
DirtEagle

Suivre son activité 2 abonnés Lire ses 300 critiques

4,0
Publiée le 05/09/2015
Un film à la fois touchant et original, il est d'ailleurs étonnant qu'il n'ait pas fait plus de bruit tant il vaut réellement le détour, Harrelson est parfait dans ce rôle de super héros, un peu simplet. La fin semble quelque peu brusquée mais elle est assez dramatique, ce qui ajoute quand même quelque chose.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top