Mon AlloCiné
  • Mes amis
  • Mes cinémas
  • Speednoter
  • Ma Collection
  • Mon compte
  • Jeux
  • Forum
  • Déconnexion
Le Congrès
note moyenne
3,6
998 notes dont 153 critiques
12% (19 critiques)
28% (43 critiques)
31% (48 critiques)
18% (28 critiques)
5% (8 critiques)
5% (7 critiques)
Votre avis sur Le Congrès ?

153 critiques spectateurs

benoitG80
benoitG80

Suivre son activité 927 abonnés Lire ses 1 361 critiques

3,5
Publiée le 09/07/2013
"Le Congrès" a pour lui cette qualité essentielle d'être un film original et intelligent ! Maintenant, il est vrai que tout n'est pas parfait dans la mesure où tout le film n'est fait pas sur le même modèle et loin de là ! La première partie est franchement très intéressante voire passionnante avec cette scène d'une force incroyable où l'agent de Robin Wright raconte comment il a utilisé et manipulé cette actrice tout le long de sa carrière alors que cette dernière est scannée non sans difficultés... La qualité des images est à ce propos très belle et l'univers décrit en devient presque magique... La suite après 20 ans, est donc attendue et semble bien intrigante avec cette plongée brutale dans le monde de l'animation très pop-art et plutôt déconcertante... On comprend alors où en sont arrivés les Hommes après l'absorption de cette ampoule miracle qui les amène dans un monde de plaisir où tout est illusion, où on peut changer son apparence et devenir le scan d'une vedette... Cette formule chimique qui remplace tous nos traitements antidépresseurs est d'ailleurs une trouvaille excellente dans ce contexte ! Puis, une certaine confusion s'installe et cette partie devient de moins en moins lisible avec une congélation qui n'arrange rien, pour nous perdre finalement dans une chronologie pas simple à suivre ! La fin laisse pour le moins rêveur avec cette quête perpétuelle que mène Robin envers Aaron son fils malade durant tout le film... L'idée était extrêmement judicieuse et intéressante et la façon dont elle est mise en place est pleine d'audace et de surprise ! On en ressort un peu chamboulé, à la fois satisfait d'avoir vu un film curieux, étonnant qui se penche sur un devenir plutôt effrayant de notre société et en même temps avec l'impression d'être passé à côté faute à un délayage de l'ensemble un peu fastidieux à décoder...
L'homme le plus classe du monde
L'homme le plus classe du monde

Suivre son activité 225 abonnés Lire ses 449 critiques

3,0
Publiée le 24/07/2013
Je reste relativement partagé sur "le congrès". Sur le papier, l'idée de base est alléchante. Je m'attendais à un pamphlet contre holywood, les société de production, la marchandisation du cinéma et cette manière de considérer les acteurs comme des produits, qui sont jeté dès que la date de péremption est dépassé... La première demi-heure est relativement conforme à mes attentes. Mais très vite, le congrès s'éloigne de son idée de base vers quelque chose de beaucoup plus général (une sorte de récit d'anticipation ou le monde devient sous l'emprise d'une drogue hallucinogène qui permet de se fantasmer une vie artificielle). Cette partie du film, exclusivement animée est une sorte de trip sous LSD à mi-chemin entre Miyasaki et Terry Gilliam. L'animation est superbe, mais je dois avouer que j'ai eu un peu de mal à rentrer dans cet univers. On manque cruellement de repère dans ce monde fantasmé, à tel point que l'on à parfois du mal à comprendre ce qui se passe vraiment sous nos yeux (ou sommes nous ? Qui est qui ? Quand ? Pourquoi ?). Difficile de répondre à toute ces questions. Dommage que Ari Folman se soit à ce point détourné de l'idée de base, car la première partie était vraiment prometteuse. Aussi bien au niveau du propos, que de la mis en scène d'une inventivité débordante.
lhomme-grenouille
lhomme-grenouille

Suivre son activité 949 abonnés Lire ses 3 062 critiques

5,0
Publiée le 05/07/2013
Comme souvent, j'ai débarqué devant ce film sans rien en savoir (ou presque). Je savais que c'était un film d'Ari Folman, monsieur "Valse avec Bachir", et je m'attendais bêtement à un autre film d'animation (l’affiche m'ayant induit en erreur). Et pourtant, ce "Congrès", c’est en fait bien plus que ça. Certes, il y a du dessin-animé, mais il y a aussi de la prise de vue réelle, mais surtout et enfin il y a un univers unique. Alors, je ne vous le cacherai pas, c’est peu dire si à de nombreux moments j’ai été déconcerté. Le film pourrait se découper en trois parties aux styles nettement distincts et c’est clairement au passage de la première à la seconde que la réalité de projet se livre pleinement à nous, risquant d’ailleurs d’en laisser plus d’un sur la touche. Parce que oui, "le Congrès", c’est un film tellement barré qu’on ne sait jamais vraiment ce qu’il raconte ni où il nous emmène. Personnellement, j’ai souvent été perdu, et certains passages (notamment au milieu du film) furent clairement fastidieux. « Et pourtant je mets 5 étoiles ? » vous diriez-vous. Eh bien oui ! Je ne vois pas comment je pourrais mettre moins parce que, malgré ces moments de flottement, il y a eu autour de ça des moments où j’étais juste scié et emporté par l’audace de la forme et la pertinence du propos. Et puis en définitive, lorsque ce "Congrès" touche à sa fin, l’ensemble prend enfin sens à tel point que je serais convaincu qu’en le revoyant une seconde fois (ce qui ne saurait tarder), j’appréhenderais la plupart des scènes autrement. « Mauvaise gestion du timing et l’intrigue » diront certains, « confusion » diront d’autres. Peut-être. Je ne pourrais même pas m’opposer à ces arguments là. Mais on pourrait tout aussi bien supposer de ce "Congrès" qu’il est tout simplement un film atypique, à tel point qu’on n’y est juste pas préparé, comme le fut "2001" en son temps. Moi en tout cas, c’est à cette version que je m’en tiens, car je ne peux que constater l’effet dévastateur que ce film a fait sur mes sentiments et sur ma perception. Après, chacun sera libre d’en penser ce qu’il en voudra – c’est sûr – mais pour fixer son opinion il vous faudra déjà commencer par le voir. Et c’est bien à cela que je peux au moins vous inviter : "le Congrès" est une expérience tellement unique qu’il légitime pleinement un déplacement...
Puce6386
Puce6386

Suivre son activité 390 abonnés Lire ses 1 074 critiques

3,0
Publiée le 23/12/2013
Un film d’anticipation d’Ari Folman qui, après "Valse avec Bachir", porte ici une réflexion sur le futur du cinéma. Une réalisation ingénieuse qui mélange prise de vue réelle et animation. Un film cérébral et audacieux, parfois psychédélique et étourdissant avec son abondance de couleurs et ses distorsions visuelles, qui nous plonge dans un univers où se mêlent réalité et onirisme, inquiétude et fascination. Une belle fable de science-fiction qui n’est pas exempte de maladresses mais qui, par son originalité, sa richesse et son propos, force au respect !
Eli-Sova
Eli-Sova

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 5 critiques

5,0
Publiée le 08/07/2013
Hier soir, à la sortie du boulot, un petit cinéma pour se détendre, pour sortir. Je suis allée voir The congress en ne sachant absolument rien à son sujet. Rien d'autre que l'affiche. Mais rien que le fait qu'il s'agisse d'un film d'animation avait piqué ma curiosité. Il s'agit en fait d'une actrice en déroute qui se fait numériser (qui vend son image pour que des réalisateurs l'utilisent sans avoir besoin d'un tournage). Devenue symbole de cette démarche vers la numérisation elle est invitée à un congrès dans une zone où le monde est en dessin animé. Si je devais le qualifier très simplement, je dirais "un film d'hypersensible", c'est la première notion qui me vient à l'esprit. J'ai envie de commencer par les rares défauts du film pour pouvoir mieux me concentrer sur tous les aspects magnifiques qu'il contient. Tout simplement, il fait partie de ces films qui se veulent intelligents et qui le montrent avec une réflexion sur le cinéma qui bien que très vraie est énoncée de manière redondante et très théâtrale. Ce qui fait que le film est assez lent à démarrer... Cependant, la vision qu'il donne des acteurs comme des images sans âme à qui on peut faire dire ou faire n'importe quoi, comme des pantins ou des esclaves est assez réaliste et accuse un monde où la production se permet de faire n'importe quoi des acteurs. Sauf que toute cette partie lente est truffée de détails que l'on croit tout à fait anodins mais qui trouvent leur raison au fur et à mesure de cette aventure. Et cette première partie est filmée (ce qui m'a donc surpris dès la première seconde). On aperçoit déjà un univers particulier, coloré, excentrique, hors norme, qui va l'être à la puissance mille lors de son passage au dessin animé, qui se fait de manière violente, à la manière d'un bad trip. Mais on reste encore dans la partie filmée, car l'un des acteurs m'a tout simplement bluffée, il s'agit donc de l'agent de cette actrice, personnage principal du film, qui, à chaque fois qu'il parle, a une véritable présence. De plus, toutes ses répliques sont à la fois pleines de vérité et de sentiments à la fois. Un vrai coup de coeur pour cette scène où il raconte sa vie et sa rencontre à l'actrice, pour l'aider à passer l'épreuve de se faire scanner. Un très beau moment, autant visuellement, dans un décor futuriste et angoissant que dans les mots de ce vieil homme qui témoigne son amour et sa lutte pour une actrice qu'il a suivie lors de tout son parcours. Car les relations sont véritablement ce qu'il y a de plus important. Elle et son agent, mais surtout elle et son fils, car c'est bel et bien lui qu'elle veut retrouver suite à ce congrès qui a mal tourné. Le dessin animé permet de se déroger à toutes les règles de la physique, de la perspectives, des codes, etc... Car il a une esthétique bien particulière, bien à lui, qui peut parfois évoquer le Paprika de Satoshi Kon dans son délire psychédélique que les vieux cartoons : c'est un monde diversifié, empli de détails qu'on voudrait tous pouvoir contempler, mais on a que deux yeux et 25 images par secondes. L'animation est splendide, fluide, et les décors à couper le souffle (cette vision de New York est vraiment bluffante, constamment en mouvement, en train de pousser telle une plante et peuplée d'êtres difformes). On retrouve encore cette critique du cinéma par quelques caricatures comme celle de Steeve Jobs qui ici est un homme présentant la révolution d'un produit chimique qui permet de devenir qui on veut. Ou encore Tom Cruise, acteur à la tronche ultra clichée, aux dents plus blanches que blanches et qui aide les gens de l'unicef. On voit aussi Clint Eastwood, Elvis, Jackson, etc, toutes ces personnalités à qui des tonnes de gens ont voulu ressembler à un moment où à un autre. Mais ils sont à la fois perdus et intégrés dans ce monde qui n'a ni queue ni tête. Un lieu qui permet toutes les folies visuelles possibles mais pour autant très belles. Et il se lie à un scénario assez dingue et assez badant. Car oui, on nous présente un monde où tout d'abord les acteurs sont numérisés et ne jouent plus jamais de leur vie au risque de se faire arrêter, car la compagnie dispose de leur droit d'image. Ensuite, on rentre de plus en plus loin dans le cauchemar où on présente cette drogue qui permet aux gens de devenir ce qu'ils veulent, de prendre l'apparence d'acteurs, de chanteurs, de personnes qu'ils idolâtrent. Et on suit tout à fait le raisonnement de cette femme qui leur crie de se réveiller. Elle qui perd son fils qu'une médecine sans moyens ne peut sauver. On a la réminiscence de cette perdition de son corps de son image, lorsqu'elle demande à ses hallucinations de lui tirer une balle dans la tête. Des images très fortes, des rappels de ce qu'on a vu en film mais qui ont beaucoup plus d'impact en dessin animé. Voir un homme l'enfoncer dans de l'azote liquide, en la regardant dans les yeux devenir glace, figée. De voir cette compagnie de films qui ne cherche qu'à l'abattre. Le film regorge d'images choc et qui ont un réel but et impact dans le film, l'image ne se suffit pas à elle même, et ça, c'est génial. Tout à une raison, jusqu'à mener à un retournement de situation qui nous plombe tout espoir de reddition de ce monde fou. Rester dans l'hallucination, dans la beauté du dessin animé, ou découvrir la vérité qui se cache derrière ces belles images, ces faux egos. Et elle est une fois de plus guidée, menée par un personnages salvateur, amoureux qui a consacré sa vie à elle. Et c'est aussi lui qui nous guide, qui nous aide à y voir clair, à comprendre ce monde On a la prouesse d'avoir deux fois la même histoire mais contée de manière différente, dans un monde débordant d'imagination. C'est vraiment une grosse claque, un gros "WOW", quand le générique de fin arrive parce qu'on en revient pas d'avoir "vu" tout ça, d'avoir ressenti tout ça devant un film. Certes peu accessible, parfois trop complexe, parfois trop emmêlé mais magnifique. Il vaut plus que le détour, il faut aller le voir. Pour ce voyage intérieur et sensoriel qu'il représente. Un chef d'oeuvre, tant par son identité visuelle que son histoire.
Truman.
Truman.

Suivre son activité 136 abonnés Lire ses 1 350 critiques

3,0
Publiée le 08/12/2013
Je sais pas trop quoi en penser de ce Congrès bien qu'il soit très bon dans le fond sur la forme il reste tout de même sacrément ennuyeux, durant 1h j'ai trouvé ça génial puis ça baisse petit a petit pour sombrer dans des longueurs et un ennuie foudroyant au bout d'une heure trente . L'idée de base est excellente, une anticipation du futur du monde du cinéma et ses technologies, le tout dans une touche poétique et parfois aux allures d'un trip psychédélique . C'est beau, splendide, les couleurs chatouillent les yeux et la musique envoutante colle a merveille, non vraiment c'est magnifique visuellement et c'est le genre de truc a voir sur grand écran ou sur une bonne télé avec une haute définition qui te déchire les yeux . Mais coté scénario ça manque de profondeur et on vient vite a s'ennuyer, c'est mou et ça se répète beaucoup pour au final se concentrer avant tout sur Robin Wright que sur le concept initial . Une base solide qui se ramollie, qui offre un visuel impeccable mais qui malgré tout n'arrive pas a se solidifier pour offrir une vraie profondeur, sympa mais sans plus Ari Folman n'atteint pas la grandeur de son Valse avec Bachir .
wesleybodin
wesleybodin

Suivre son activité 197 abonnés Lire ses 3 860 critiques

1,0
Publiée le 18/05/2013
(...) Et pourtant il y avait matière à faire quelque chose d’intéressant. L’univers fantasmagorique est relativement beau à regarder, c’est d’ailleurs la seule chose à sauver de ce film : la beauté de ses images. Or, voulant aller jusqu’au bout de son raisonnement, Ari Folman a fini par perdre définitivement pied. Le naufrage ne pouvait plus être évité. Une énorme déception !
Axel D
Axel D

Suivre son activité 19 abonnés Lire ses 10 critiques

5,0
Publiée le 30/08/2013
Un de mes films préférés de l'année. En un mot: Impressionnant. Le film commence plutôt simplement, avec cette très belle actrice que je ne connaissait pas vraiment, Robin Wright. Puis, ça continue, on pense que ce n'est que passager, mais la sensation d'être sous extasie deviens de plus en plus forte au fur et a mesure que la partie animée avance. Des choses de plus en plus folles arrives, l’inventivité des plan, des images, des personnages et des références à toutes sortes de choses connues (tex avery, personnages célèbres, films) est absolument incroyable. Comment Ari Folman a pu imaginer un monde d'une ampleur visuelle et scénarisée aussi ahurissante! Mais l'impression que cette histoire ne mène a rien, que c'est trop "fou" pour y croire n'est que la rampe au sublime de la fin. Et avec sans aucun doute, encore une fois, un choix musical parfait.
landofshit0
landofshit0

Suivre son activité 137 abonnés Lire ses 1 743 critiques

3,5
Publiée le 30/01/2014
Le cinéma d'Ari Folman à une vraie patte et possède une vraie façon de faire. Il montre avec outrance qu'hollywood la machine à rêve peut être capable de la pire des dérives pour faire consommer un peu plus son spectateur. Si le film est brillamment construit par instant il frôle tout autant le mauvais gout (souvent kitch visuellement) et abuse de références. Alors on est loin de valse avec bachir tant scénaristiquement que dans la narration,mais le congrès est une vrai réflexion sur le cinéma est les dérives du monde fabriqué de toute pièce.
poet75
poet75

Suivre son activité 173 abonnés Lire ses 632 critiques

0,5
Publiée le 09/07/2013
Le roman de Stanislas Lem dont s'inspire ce film est peut-être de qualité... En tout cas il y a ici une idée de scénario intéressante: une actrice à qui un studio de cinéma propose ou plutôt impose de scanner son image et de faire intervenir cette dernière dans tous les films qu'il lui plaira... Pourquoi pas? On saurait sûrement pu faire un film captivant avec cette trame-là. Malheureusement il ne suffit pas d'avoir une bonne idée de scénario, il faut être capable de l'exploiter avec talent... Or ici le résultat est catastrophique, c'est un véritable naufrage. Passe encore sur la première partie tournée en images réelles, même si elle est déjà quelque peu confuse. Mais quand survient la deuxième partie tournée en images d'animation, c'est un désastre. Des couleurs criardes, des dessins d'une repoussante laideur, des personnages bâclés, une histoire sans queue ni tête... C'est à fuir! Je me demande d'ailleurs comment j'ai pu regarder jusqu'au bout une telle horreur, un tel pensum!!!
Raw Moon Show
Raw Moon Show

Suivre son activité 78 abonnés Lire ses 801 critiques

1,5
Publiée le 04/06/2014
J'ai envie de dire "quelle daube !" mais tout n'est pas complètement nullissime loin de là… Le pire est sûrement le sérieux et la prétention qui se dégagent de l'ensemble, un truc mystico-foireux qui rappelle le désastre de The Fountain pour n'en citer qu'un… La partie en prise de vues réelles a quelques chose de complètement désincarné et faux… Curieusement les gens semblent d'ailleurs préférer cette première partie alors que je lui préfère la seconde en animation avec ses accents révolutionnaires et déjantés à la The Wall tout en précisant que ça ne raconte rien de vraiment intéressant. Ensuite, c'est surtout le mélange entre fiction réaliste et dessin animé qui ne prend pas du tout, mais alors pas du tout ! Donc voilà Le Congrès est un truc boursouflé, sans visée claire et frisant trop souvent le ridicule mais il n'est pas totalement nul (quelques jolies envolées visuelles). Daubesque mas pas trop !
Roub E.
Roub E.

Suivre son activité 68 abonnés Lire ses 3 019 critiques

0,5
Publiée le 22/05/2014
Un plantage complet. Film prétentieux qui passe selon moi complètement à côté de son but. Le réalisateur veut dénoncer la course à l argent et à la technologie dans la production cinématographique actuelle qui perdrait ainsi son âme ( ce qui pourrait être louable). Seulement en s'égarant régulièrement dans sa narration, des dialogues longs et insipides et dans une animation franchement moche il arrive à nous convaincre du contraire de ce qu il voulait dénoncer. Quand on prétend aimer le cinéma on ne fait pas un film aussi laid et aussi chiant pour en parler.
Kévin Pilastra L
Kévin Pilastra L

Suivre son activité 8 abonnés Lire ses 160 critiques

1,0
Publiée le 18/07/2013
J'aime pas dire du mal des films car je trouve que les critiques négatives sont toujours facile. La, c'est un véritable bonbon au poivre !!! La première partie est assez bien faite et intéressante, mais des que l'on passe côté animation, c'est ennuyeux à mourir, le sujet n'est pas très clair. Bref, j'ai pas aimé, mais allez y quand même, il faut toujours se faire sa propre idée !!!
clamarch
clamarch

Suivre son activité 4 abonnés Lire ses 108 critiques

3,5
Publiée le 09/07/2013
Superbe interprétation de Robin Wright , actrice à fêlures, intègre, vraie. Le thème du choix est central. Il se pose à chaque instant dans nos vies, qu'il soit personnel ou sociétal. Ari Folman l'a traité en mélangeant réalité et onirisme, le graphisme de l'animation ne m'a pas particulièrement plu mais c'est juste une affaire de goût personnel. Le film est original, inventif, touchant.
spider1990
spider1990

Suivre son activité 636 abonnés Lire ses 1 553 critiques

2,5
Publiée le 28/06/2013
Après son célèbre « Valse avec Bachir », Ari se lance un défi : faire une œuvre mixant l'animation et les prises de vues réelles (dans Bachir c'était que durant les dernières minutes), mais se loupe avec un film peu convaincant. Lorsqu'on est dans l'univers réel on a du mal à y croire dû à des acteurs peu charismatiques et qui ne savent pas gérer certaines situations (ex: la phase du scanner). Des animations soignées qui font écho à l'âge d'or du cartoon (surtout avec les frères Fleischer), mais qui n'arrivent pas à la cheville du 3e film (les 2 autres non sortis en France), car l'univers lui appartenait et ici il s'égare. Un Toon est indestructible et éternel, mais Robin est à l’image de son clone triste à regarder et chétif. Après avoir lu les résumés de l’œuvre originale j'ai pu percevoir les grosses différences, car le film implante une touche fantaisiste qui perturbe la vision des choses. spoiler: Une fin qui fait froid dans le dos, mais je trouve qu'Ari a ouvert de nouvelles portes sans les approfondir et cela finit par un manque de cohérence. Le conseil que le film donne : spoiler: prenez des hallucinogènes, planez, oubliez la réalité : soit oubliez ce film et retenez juste son 3e film où son talent atteignait les summums .
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top