Mon AlloCiné
Vincere
note moyenne
3,6
722 notes dont 134 critiques
26% (35 critiques)
29% (39 critiques)
14% (19 critiques)
19% (26 critiques)
5% (7 critiques)
6% (8 critiques)
Votre avis sur Vincere ?

134 critiques spectateurs

jcc2004

Suivre son activité Lire ses 49 critiques

5,0
Publiée le 29/11/2009
excellent film,magnifique interprétation,un film qui prend aux tripes tant l'interprétation de Giovanna Mezzogiorno est sublime. Gros coup de coeur de cette année... Vivement que le cinéma nous donne des films de cette qualité
Itaelle

Suivre son activité 45 abonnés Lire ses 664 critiques

4,0
Publiée le 29/11/2009
En un mois, l’année 2009 qui s’annonçait morose est partie totalement en orbite. Vincere, sans doute le dernier grand film du mois de Novembre (faut pas déconner non plus), rentre vite dans le vif du sujet. La première partie est étourdissante, comme un discours enflammé devant une foule en délire. Le montage est très incisif et elliptique favorisant l’association d’idées et d’émotions à une continuité chronologique. C’est la personnalité de Mussolini qui dirige alors la structure du film, personnage guerrier et passionné, qui ne pense qu’à vaincre, à réduire l’autre en poussière. Une sorte de Rock Star timbrée et ultra narcissique qui emporte le personnage féminin dans sa passion avant de l’abandonner. La laisser seule dans son existence fictive, comme si elle avait été un fantasme comme elle le dit, elle, et son fils, homonyme bafoué du père. Et c’est là que se rejoignent les deux partis pris les plus intéressants du cinéaste, à savoir le choix de donner comme ligne de fond, le cinéma lui-même, propagandiste ou burlesque, et la disparition de l’acteur qui joue Mussolini. Il ne reste donc que des images de lui, forcément différentes vu qu'elles prennent la forme du vrai Mussolini, et il demeure toujours absent en étant présent partout. Parce qu’il la rayé de sa vie, parce que le Mussolini socialiste qui avait le look de Freddie Mercury n’existe plus. La structure devient beaucoup plus posée et, centré sur son personnage principal (sublimement interprété par Giovanna Mezzogiorno) le film prend la forme et la force des grands classiques, quelque part entre Visconti et le cinéma Hollywoodien. Bellocchio atteint un lyrisme paroxystique baroque et dramatique, aidé par une musique grandiose et une puissance picturale symbolique bouleversante. Les séquences de projections, très nombreuses sont toutes formidables, d’une projection christique dans un hôpital à des extraits bouleversants du Kid, en passant par les images du Duce, devant lesquelles le corps réinvesti
Charles R

Suivre son activité 29 abonnés Lire ses 357 critiques

4,0
Publiée le 28/11/2009
Marco Bellocchio est un des cinéastes majeurs de la dénonciation en Italie. Depuis "Les poings dans les poches", il ne cesse de jeter un regard critique sur le monde qui défile, épinglant la psychiatrie traditionnelle, le poids de la religion en Italie, l'hypocrisie de la société bourgeoise. Dans "Vincere", c'est tout l'univers haï de Bellocchio qui est passé en revue: le fascisme et l'horrible cabot que fut Mussolini, la psychiatrie trop commode quand on veut se débarrasser d'un(e) importun(e), les lâchetés d'une société ivre de pouvoir, les complicités bêlantes de la religion catholique, apostolique et romaine et d'une dictature bien musclée... Et Giovanna Mezzogiorno illumine de son regard ce monde parfaitement pourri.
PhilippeToile

Suivre son activité 28 abonnés Lire ses 740 critiques

5,0
Publiée le 28/11/2009
Après "Une Histoire italienne" de Marco Tullio Giordana, c'est au tour de Marco Bellocchio d'aborder la sombre période mussolinienne avec ce magnifique portrait d'Ida Dasler, la femme répudiée par le Duce puis brisée en hôpital psychiatrique. C'est à une superbe fresque opératique que nous confie le réalisateur, plus inspiré que jamais, ou émotion érotique, saga politique, drame humain et quête de vérité, nous emporte dans un souffle puissant. La splendide Giovanna Mezzogiorno trouve ici le rôle de sa vie dans la lente descente aux enfers d'une femme aveuglément amoureuse, trahie et anéhantie. Un chef d'œuvre incontournable.
Mr-Orange1

Suivre son activité 20 abonnés Lire ses 5 critiques

4,5
Publiée le 28/11/2009
En un mois, l’année 2009 qui s’annonçait morose est partie totalement en orbite. Vincere, sans doute le dernier grand film du mois de Novembre (faut pas déconner non plus), rentre vite dans le vif du sujet. La première partie est étourdissante, comme un discours enflammé devant une foule en délire. Le montage est très incisif et elliptique favorisant l’association d’idées et d’émotions à une continuité chronologique. C’est la personnalité de Mussolini qui dirige alors la structure du film, personnage guerrier et passionné, qui ne pense qu’à vaincre, à réduire l’autre en poussière. Une sorte de Rock Star timbrée et ultra narcissique qui emporte le personnage féminin dans sa passion avant de l’abandonner. La laisser seule dans son existence fictive, comme si elle avait été un fantasme comme elle le dit, elle, et son fils, homonyme bafoué du père. Et c’est là que se rejoignent les deux partis pris les plus intéressants du cinéaste, à savoir le choix de donner comme ligne de fond, le cinéma lui-même, propagandiste ou burlesque, et la disparition de l’acteur qui joue Mussolini. Il ne reste donc que des images de lui, forcément différentes vu qu'elles prennent la forme du vrai Mussolini, et il demeure toujours absent en étant présent partout. Parce qu’il la rayé de sa vie, parce que le Mussolini socialiste qui avait le look de Freddie Mercury n’existe plus. La structure devient beaucoup plus posée et, centré sur son personnage principal (sublimement interprété par Giovanna Mezzogiorno) le film prend la forme et la force des grands classiques, quelque part entre Visconti et le cinéma Hollywoodien. Bellocchio atteint un lyrisme paroxystique baroque et dramatique, aidé par une musique grandiose et une puissance picturale symbolique bouleversante. Les séquences de projections, très nombreuses sont toutes formidables, d’une projection christique dans un hôpital à des extraits bouleversants du Kid, en passant par les images du Duce, devant lesquelles le corps réinvesti de l’ac
flappers

Suivre son activité 1 abonné Lire ses 5 critiques

5,0
Publiée le 27/11/2009
Des partis prix formels particulièrement audacieux, une tension sexuelle et dramatique intense, et une interprétation édifiante... tant d'hyperboles pour ce chef d'oeuvre qualifié à trés juste titre de "monstre de fiction".
p.chaplot

Suivre son activité Lire ses 72 critiques

4,0
Publiée le 27/11/2009
Des images absolument superbes. Et une mise en scène tres intéressante.
goofette

Suivre son activité Lire ses 7 critiques

5,0
Publiée le 27/11/2009
Très tres bon film.En fait je dirais un "opéra cinématographique", fresque d'une époque et en même temps forte histoire de sentiments extrêmes. Interprétations superbes. Un régal
vincinqneuf

Suivre son activité 3 abonnés Lire ses 536 critiques

5,0
Publiée le 27/11/2009
L'acharnement d'une femme pour retrouver l'amour et la reconnaissance de son fils dans l'Italie de Mussolini qui va tout faire pour l'écarter de sa carrière politique.L'actrice est exceptionnelle.
Thierry M

Suivre son activité 46 abonnés Lire ses 2 435 critiques

5,0
Publiée le 27/11/2009
voila un film qui fait tres mal, on en prend plein la tete et c'est vraiment genial. l'actrice est remarquable.
Sylvain P

Suivre son activité 97 abonnés Lire ses 1 253 critiques

2,0
Publiée le 25/11/2009
Dans un style un peu daté, Vincere retrace la vie de la première compagne de Mussolini et son combat lorsque celui-ci décidera de l'oublier. La présence continue et massive de la musique, la présence d'image d'archives, la lenteur assumée en font un film surprenant. Les acteurs rendent vie à ces personnages de façon magistrale.
traversay1

Suivre son activité 420 abonnés Lire ses 2 949 critiques

4,5
Publiée le 25/11/2009
Les meilleurs cinéastes italiens, de Rossellini à Scola, ont toujours su relier la Grande Histoire à des récits intimes d'individus anonymes dont le destin en a été bouleversé. Avec Vincere, Marco Bellochio trace le portrait d'une femme au courage inaltérable, meurtrie, bafouée, toujours combattante, même internée, elle, la femme ignorée de Mussolini. Dans un style puissant et ample, le réalisateur décrit l'Italie fasciste avec brio, passant à une manière lyrique quand il évoque la destinée de cette femme (et de son fils Benito) hors du commun. D'une beauté sombre (quelle image somptueuse !), le film intègre des archives extraordinaires du Duce en "représentation" et des bandes d'actualité. Elles sont subtilement utilisées dans cette oeuvre qui est sublimée par la performance héroïque de Giovanna Mezzogiorno. L'un des plus beaux films de Bellochio (70 ans) qui a trouvé là un sujet à sa (dé)mesure.
dinamalo

Suivre son activité Lire ses 19 critiques

5,0
Publiée le 25/11/2009
Puissant, génial, le plus beau film vu depuis longtemps ! Merci Mr Bellocchio. Giovvana Mezzogiorno signe là un rôle dont on se souviendra longtemps.
CALDE88

Suivre son activité 5 abonnés Lire ses 119 critiques

3,0
Publiée le 25/11/2009
peu de gens semble t-il connaisait cet épisode peu glorieux ( mais y en a t-il ?) de la vie de Benito Mussolini, Bellocchio nous livre ceretes un film long et un peu " pompeux ou pompier mais il a le merite de nous conter (avec de belles images d'archives une histoire captivante et triste dans cette Italie découvrant le fascisme.Une prestation mieux que bien de G Mezzogiorno, comment rester indifférent à cette femme magnifique, séduite et abandonnée ( ainsi que Bénito junior) par son amant lâche et ignoble. Un Duce , adulé disait-on par la gente féminine de l'époque ! une analogie avec ce qui se passe actuellement au-delà des Alpes avec un autre séducteur au rire sinistre et figé.
Les meilleurs films de tous les temps
  • Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs
  • Les meilleurs films de tous les temps selon la presse
Back to Top